Le tribunal de Rouen veut populariser la médiation : « c’est gagnant-gagnant » dans les conflits


« Le tribunal de Rouen veut étendre la solution de la médiation au plus grand nombre. Moins coûteuse qu’un procès, plus rapide, c’est une méthode « gagnant-gagnant » pour les citoyens.

C’est clair, net et précis : c’est une solution alternative pour résoudre les conflits, qui fait gagner de l’argent, et du temps. Le tribunal de Rouen, par la voix de la première présidente de la Cour d’appel, Marie-Christine Leprince, veut populariser la médiation judiciaire. « Elle est rapidemoins chère qu’un procès, et c’est gagnant-gagnant. C’est une sortie par le haut lorsqu’il s’agit de régler un litige », explique la première présidente. À l’inverse du procès, « on n’attend pas une décision dont on ne sait pas dans quel sens elle va aller, on la construit. »

« Les souffrances des parties » entendues

La médiation peut survenir à tout moment d’une procédure, avant que le juge ne soit saisi, ou bien après, et peut s’avérer particulièrement intéressante pour des différends concernant la garde d’enfant(s), ou qui opposent des voisins, des copropriétaires, etc. 

« L’aide d’un tiers permet d’apaiser le différend, les souffrances des parties peuvent être entendues. Il s’agit de trouver un accord et de s’assurer, par la suite, de son exécution », précise le bâtonnier (à la direction de l’ordre des avocats de Rouen), Jérôme Hercé. Car le médiateur en question, et c’est là toute l’utilité du rôle qu’il a à jouer, est une personne indépendante des parties.

Cela peut être un huissier, un notaire ou encore un avocat formé dans le domaine. Et ladite formation est très sérieuse, puisqu’elle se compose de 200 heures de travail et représente un vrai diplôme universitaire. Et c’est sur ce point que Marie-Christine Leprince appuie : « Ce n’est pas une justice au rabais. Nous appelons les juges de la Cour d’appel de Rouen, les avocats, à penser à la médiation. » –M. Nicodème (Extrait de actu.fr/normandie/rouen du 4 Juin 21 )

En savoir plus sur https://actu.fr/normandie/rouen_76540/le-tribunal-de-rouen-veut-populariser-la-mediation-c-est-gagnant-gagnant-dans-les-conflits_42353024.html/amp

Coronavirus – Centre de médiation du barreau de Rouen : une ligne dédiée pour informer et conseiller les particuliers, professionnels de justice et chefs d’entreprise


« Depuis le 27 avril, le Centre de Médiation du Barreau de Rouen a mis en place une ligne dédiée, le 02 44 84 65 67, pour informer sur les processus de modes amiables de règlement des différends.

Alors que le confinement rend plus difficile l’accès au droit et que la fermeture des tribunaux allonge encore les délais judiciaires, les 26 avocats médiateurs du CMBR se relaient bénévolement pour répondre à toute question sur la médiation de 10h à 17h, du lundi au vendredi.

En appelant le numéro 02 44 84 65 67, professionnels comme particuliers pourront s’informer gratuitement et en toute confidentialité sur les méthodes possibles de résolution amiable de leur différend, et ce quelque soit le domaine du Droit concerné par leur demande.

L’avocat médiateur pourra ensuite proposer à l’appelant un RDV plus complet, par téléphone ou par visioconférence. Ce RDV sera gratuit.

Si la situation permet la mise en œuvre effective du processus de médiation, les démarches pourront être entreprises immédiatement avec l’autre partie et les avocats accompagnateurs, sans attendre le déconfinement et la réouverture des tribunaux. L’accord trouvé aura un effet exécutoire immédiat et pourra ensuite être homologué par le juge, si les parties le demandent. » (Extrait de lemondedudroit.fr du 1/05/2020)

En savoir plus sur https://www.lemondedudroit.fr/institutions/69840-centre-mediation-barreau-rouen-ligne-dediee-informer-conseiller-particuliers-professionnels-justice-chefs-entreprise.html

 

Rouen : un agent de médiation de la TCAR agressé par deux hommes


Capture.PNG123.PNG« La ligne 2 du Téor ne dessert plus le quartier des Hauts de Rouen depuis samedi 2 juin 2018. En cause le caillassage d’un bus en début de soirée. Un agent de médiation de la TCAR a également été agressé ce même soir, dans le même secteur.

Depuis la soirée du samedi 2 juin 2018, le quartier des Hauts de Rouen n’est plus désservi par la ligne 2 du Téor. En cause le caillassage d’un bus survenu en début de soirée. Deux autres incidents, dont l’un concerne un agent de la TCAR, sont intervenus dans le même secteur quelques heures plus tard, sans que l’on sache s’ils sont liés entre eux.

Vers 19 heures, avenue François Couperin, un bus a fait l’objet d’un jet de pierres. Une vitre latérale du véhicule a été brisée. La décision de suspendre le trafic par l’avenue de la Grand Mare a été prise le soir même.

Depuis le trafic n’a pas repris. Contactée lundi, la TCAR a indiqué qu’elle ferait un communiqué de presse «mardi ou mercredi».

Le même samedi soir, vers 22h30, un agent de médiation de la TCAR attendait son bus à l’arrêt Galilée (en principe plus desservi depuis le début de soirée donc…) quand il a été agressé par deux hommes. L’un d’eux, arrivé par derrière, l’a fauché avec une balayette. Une fois au sol, la victime, âgée de 34 ans, a été frappée à coups de pieds et de poings, par les deux individus. L’employé a été hospitalisé au CHU. » (Extrait de paris-normandie.fr du 04/06/2018)

En savoir plus sur http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/un-agent-de-la-tcar-agresse-et-un-bus-caillasse-a-rouen-LH13140856

Médiation sociale : un médiateur de la TCAR (Transport en commun de l’agglomération de Rouen) frappé « par erreur »


Seize jours d'ITT ont été prescrits au médiateur de la TCAR (Photo d'illustration Flickr/cc/VDKphotos).

« Le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) a condamné à huit mois de prison, dont quatre ferme, un jeune homme de 20 ans mis en cause pour des violences à l’encontre d’un médiateur de la TCAR (Transport en commun de l’agglomération de Rouen), dans un bus de la ligne 6. Fin octobre 2015, il aurait frappé sa victime d’un coup de poing au visage et d’un coup de matraque sur la cuisse. Seize jours d’ITT avaient été prescrits au médiateur par un médecin légiste. À l’origine des violences, il s’agirait d’une méprise. L’auteur des coups aurait cru reconnaître, dans le visage du médiateur, celui d’un homme qui aurait tenté de cambrioler son domicile, dans l’après-midi. » (Extrait denormandie-actu.fr du 10/02/2016)

Pour en savoir plus : http://www.normandie-actu.fr/un-mediateur-de-la-tcar-frappe-a-rouen-par-erreur-quatre-mois-de-prison-ferme_180902/

Emploi : Médiateur / Médiatrice adulte relais (H/F) – Rouen


Société Non communiquée

Le poste

Vous serez chargé(e) d’animer des activités en lien avec l’apiculture et le développement durable auprès des habitants du quartier et de scolaires. A ce titre, vous accueillez, écoutez et contribuez au lien social sur le quartier. Vous devez avoir de l’expérience en animation et une appétence pour la nature. Poste adulte relais: avoir plus de 30 ans et résider dans un quartier prioritaire (QPV)
Salaire mensuel : 1620€
35h / semaine

Le profil

Qualification du poste : Employé qualifié
Permis B – Véhicule léger exigé (Extrait de ouestfrance-emploi.com du 20/01/2016)