Médiation scolaire : les écoliers luttent eux-mêmes contre le harcèlement scolaire à Lille


Publicités

Emploi : Assistant(e) Formation, France Médiation, Paris 9e


Le réseau des acteurs de la médiation sociale recrute un(e) assistant(e) pour son pôle Formation.

Missions : organisation des sessions de formation ; gestion administrative

Profil : minimum deux ans d’expérience

Conditions : CDD d’un an ; temps plein

En savoir plus sur http://www.francemediation.fr/orki/view/229/offres-d-emploi.html

Médiation scolaire : des élèves médiateurs du collège de Gien témoignent


« Des mots pour apaiser des maux. C’est l’objectif du collège Ernest-Bildstein, à Gien. Depuis cinq ans, l’équipe éducative de l’établissement, qui compte 400 élèves, forme des médiateurs parmi ses classes de 4e.

« Ils le restent l’année suivante, précise Anne Galisson, conseillère principale d’éducation (CPE). Nous en avons donc une trentaine par an. En 2018-­2019, il s’agit de la quatrième génération. »

Objectif pour ces « facilitateurs de communication » : être à l’écoute, empathiques, rester neutres, ne pas juger, savoir se contrôler. À chaque fois qu’une guerre interne éclate, les éducateurs choisissent les médiateurs opportuns pour gérer la crise.

Anne Galisson, conseillère principale d’éducation, forme les élèves pour leur faire comprendreles enjeux de la médiation.Ces derniers s’enferment dans une salle avec les élèves concernés. Aucun adulte n’intervient. « Ils ne nous racontent pas ce qu’il s’est passé mais remplissent une fiche, ce qui nous permet de savoir si le problème est résolu », détaille la conseillère principale d’éducation.

Des problématiques autres que le harcèlement scolaire

Et le harcèlement scolaire ? « C’est trop grave pour qu’on gère. » Voilà ce que répondent les élèves médiateurs lorsqu’on leur pose la question. D’après plusieurs enquêtes, depuis 2011, 14 % des élèves du primaire, 12 % des collégiens et 2 à 3 % des lycéens expliquent être harcelés.

Selon les adolescents et l’équipe éducative, l’établissement scolaire giennois est relativement épargné. Mais, si cela arrive, « c’est à nous, adultes, de régler ça », affirme Anne Galisson.

« Un collégien sur dix est victime de harcèlement »

Disputes, insultes…

Au sein du collège Bildstein, les conflits les plus fréquents concernent des disputes entre amis, des insultes, des moqueries qui durent dans le temps…

Les principaux conflits concernent des disputes entre amis, des moqueries, des insultes. Les élèves médiateurs ne gèrent pas les problématiques de harcèlement scolaire. »Nous, on doit éviter la violence, faire en sorte que ça ne dégénère pas, explique Lison, 14 ans, médiatrice depuis l’an dernier. De manière générale, ça fonctionne. »

Là où les enseignants font figure d’autorité, les collégiens, eux, deviennent des confidents. « C’est plus facile de parler à des gens de notre âge, indiquent-­ils. Ils nous comprennent. On vit dans le même monde. Quand on dit “screenshot” (capture d’écran), ils savent de quoi on parle ! »

Attention aux réseaux sociaux !

« Aujourd’hui, le conflit qui se passe au collège perdure à la maison, il ne s’arrête pas aux portes de l’école. » Anne Galisson pointe du doigt un problème délicat, celui des réseaux sociaux.

Facebook, Instagram… Les moqueries et les insultes continuent le soir, sur Internet, ne laissant aucun répit aux adolescents.

Les élèves le confirment. Souvent, lors des médiations, le sujet revient sur la table : « Le problème, c’est qu’on se dispute par messages mais, comme on ne voit pas l’autre, on ne sait pas exactement ce qu’il veut dire ». A-L Le Jan (Extrait de msn.com du 23/11/2018)

En savoir plus sur https://www.msn.com/fr-fr/actualite/local/conflits-au-coll%C3%A8ge-%C3%A0-gien-des-%C3%A9l%C3%A8ves-m%C3%A9diateurs-t%C3%A9moignent/ar-BBQ0JAs

La médiation scolaire : une nouvelle méthode pour améliorer le climat scolaire dans l’école de Plounéour-Ménez


Jeudi 16 novembre, après-midi, a eu lieu une seconde formation « médiation » pour les adultes avec la coordinatrice Peggy Dufour (à droite).

« La municipalité et la commission « enfance jeunesse » ont fait appel à l’association Aroéven, basée à Rennes, pour former adultes et enfants à la médiation. Ce dispositif est un processus qui permet lors d’un conflit mineur l’intervention de personnes extérieures afin de dépasser le rapport de force et ainsi de trouver une solution « gagnant-gagnant ». Dans un second temps, les élèves formés à la médiation pourront à leur tour recevoir les élèves en conflits.

La médiation est un outil supplémentaire à la gestion des conflits, parmi ceux qui existent déjà au sein de l’établissement. Basée essentiellement sur la parole et le responsabilité des élèves, c’est l’amélioration du climat scolaire qui est visé.

Projet établi sur trois ans

Toute l’équipe enseignante a adhéré à ce projet d’établissement et une équipe de pilotage a été constituée. Ce projet va s’étaler sur trois ans et il concerne l’élémentaire. C’est Peggy Dufour, coordinatrice en milieu scolaire pour Aroéven, qui intervient et forme les équipes à cette méthode pédagogique.

Après les adultes, les enfants (une douzaine) seront à leur tour formés au cours de deux journées pour leur donner les moyens de résoudre les problèmes auxquels ils seront confrontés (conflits mineurs entre leurs camarades).

Un espace « médiation » sera aménagé au sein de l’école, les journées de formation vont se poursuivre tout au long de l’année pour une mise en pratique dès la rentrée prochaine. La commune participe financièrement à la mise en place du dispositif » (Extrait de letelegramme.fr du 17/11/2018)

En savoir plus sur https://www.letelegramme.fr/finistere/plouneour-menez/mediation-nouvelle-methode-pour-ameliorer-le-climat-scolaire-17-11-2018-12136729.php#ug8qhFMFoJC6c4vR.99

Vidéo : « Au CO de Fully-Saxon en Valais, des élèves sont formés à la médiation. » (Canal9.ch-30/11/2016)


Capture.PNG569.PNG

« Semaine spéciale au cycle d’orientation de Fully-Saxon. Élèves et enseignants se consacrent à cinq jours de paix dans le but de mieux vivre ensemble au quotidien. Une action spéciale pour apprendre à régler les conflits et sensibiliser les jeunes à l’autre sur le long terme. Et le cycle d’orientation de Fully-Saxon est le premier établissement du Valais romand à former des élèves médiateurs. » (Extrait de canal9.ch du 30/11/2016)

 Vidéo à consulter sur http://canal9.ch/au-co-de-fully-saxon-des-eleves-sont-formes-a-la-mediation-une-premiere-en-valais/

 

 

Médiation scolaire : Élèves médiateurs au collège de Montlouis sur Loire


Comme Alice, Carla et Gatien (au centre) les élèves médiateurs du collège Raoul-Rebout tentent et permettent souvent de désamorcer les petits conflits entre élèves.
Comme Alice, Carla et Gatien (au centre) les élèves médiateurs du collège Raoul-Rebout tentent et permettent souvent de désamorcer les petits conflits entre élèves.
© Photo NR

La rectrice d’académie était au collège Rebout de Montlouis hier, venue rencontrer les élèves « médiateurs  ». Depuis quatre ans, le collège Raoul-Rebout de Montlouis a instauré la formation à la médiation pour les élèves.
L’expérience avait été lancée après le constat fait d’une recrudescence d’incivilités, de conflits fréquents, de petites bagarres. Autant d’incidents dénoncés par les élèves qui ne nécessitaient pas forcément l’intervention d’un adulte pour être réglés. Mais qui peuvent être récurrents dans un collège de plus de 650 adolescents.
Sous l’impulsion d’Hélène Duvigneau, conseillère principale d’éducation et de Danièle Leroux, principale adjointe, un projet de responsabilisation et d’apprentissage progressif de l’autonomie des élèves s’est concrétisé par des sessions de formations de quinze heures dispensées aux élèves de cinquième.
Les personnels du collège sont également formés à ce dispositif de médiation s’ils le souhaitent. Remarqué par l’inspection départementale de l’éducation, ce dispositif a valu au collège de recevoir, hier matin, la visite de la rectrice d’Académie Katia Béguin. Accueillie par le principal Jacques Dassy, l’équipe de direction et des enseignants – dont Vincent Morette, prof de maths et maire de Montlouis – la rectrice s’est dite impressionnée par les explications des trois jeunes présents, Alice, Gatien et Carla.
Trois jeunes de troisième – parmi les cinquante médiateurs du collège – qui ont témoigné, avec une étonnante maturité, des médiations qu’ils avaient déjà dû mener. « Quand on réussit une médiation, on se dit qu’on a été utile c’est aussi une satisfaction personnelle », assurait Gatien, tandis que Carla soulignait : « Ça permet de créer un contact, d’éviter que l’élève se retrouve face à un mur. » La jeune Alice, nouvellement nommée médiatrice, n’hésitait pas à confier à la rectrice que « la médiation profite aussi aux relations profs-élèves, et nous pouvons mieux comprendre que le professeur peut être lui aussi dans un mauvais jour… » 
« Je trouve que ce qui se fait ici est remarquable », observait Katia Béguin, qui disait être « venue ici en repérages de pratiques intéressantes à faire remonter au ministère…  » (Extrait de .lanouvellerepublique.fr du 16/11/2018)

Médiation scolaire : Collégiens et médiateurs au collège Louise-Michel à Chaumont (52)


Le collège Louise-Michel vient d’inaugurer sa salle de ?médiation par les pairs’. Dix-sept collégiens se sont portés volontaires pour devenir médiateurs et aider leurs camarades à gérer des situations conflictuelles. (Extrait de jhm.fr du 10/11/2018)

En savoir plus sur http://www.jhm.fr/communes/Collegiens-et-mediateurs