Article : « Conflit familial ? Pensez à la médiation » par Caroline Racapé -Le Monde


 « Succès isolé ? Pas vraiment : « 18 200 médiations se sont déroulées en France en 2014, soit 30 % de plus qu’en 2010 », recense Maud Bonvel, conseillère en politique familiale et sociale à la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). Dans 90 % des cas, cette médiation intervient après une séparation.

Si ce mode de résolution des conflits est devenu populaire, c’est qu’il fonctionne. Un accord est trouvé dans 60 % des sollicitations, selon la CAF. L’arme secrète des médiateurs ? La « triangulation » : « Au début, les personnes ne se parlent pas directement. Chacune à leur tour, elles nous expliquent la manière dont elles vivent la situation. Ensuite, le médiateur reformule », raconte Mme Beziat-Langlois, diplômée d’Etat depuis dix ans  » (Extrait de lemonde.fr du 19/03/2016)
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/famille/article/2016/03/19/conflit-familial-pensez-a-la-mediation_4886221_1764986.html#BJtrTDX5lKqelrJK.99

Médiation et religion : les évèques prennent en compte l’importance de la médiation pour accompagner les familles déchirées (Rapport final du Synode ordinaire des évèques sur la famille en 2015)


Description de l'image

« L’expérience de l’échec du mariage est toujours douloureuse pour tous. Ce même échec peut d’un autre côté être une occasion de réflexion, de conversion, une occasion de se confier à Dieu : en prenant conscience de ses propres responsabilités, chacun peut retrouver en Dieu confiance et espérance. « Du cœur de la Trinité, du plus profond du mystère de Dieu, jaillit et coule sans cesse le grand fleuve de la miséricorde. Cette source ne sera jamais épuisée pour tous ceux qui s’en approcheront. Chaque fois qu’on en aura besoin, on pourra y accéder, parce que la miséricorde de Dieu est sans fin » (MV, 25) (45). Le pardon face à l’injustice subie n’est pas facile, mais c’est un chemin que la grâce rend possible. D’où la nécessité d’une pastorale de la conversion et de la réconciliation au travers de centres d’écoute et de médiation dédiés à mettre en place dans les diocèses. Il faut quoi qu’il en soit promouvoir la justice envers toutes les parties touchées par l’échec du mariage (époux et enfants). La communauté chrétienne et ses pasteurs ont le devoir de demander aux époux séparés et divorcés de se traiter avec respect et miséricorde, en particulier pour le bien des enfants à qui il ne faut pas causer davantage de souffrances. Les enfants ne sauraient être objets de disputes et il faut rechercher les meilleurs moyens pour leur permettre de dépasser le traumatisme de la scission familiale et grandir de la façon la plus sereine possible. L’Église devra en tout cas toujours mettre en évidence l’injustice qui dérive si souvent des situations de divorce » (Extrait du site mediation-familiale-chretienne.org)

Pour en savoir plus : http://www.mediation-familiale-chretienne.org/actualit%C3%A9—revue-de-presse

Les médiateurs familiaux apprennent à gérer les conflits liés au grand âge


mediation(1)7412519970770073402

« La perte d’autonomie et les décisions qui en découlent – placement, aides à domicile, tutelles… – peuvent provoquer de grandes tensions familiales. Un nombre croissant de médiateurs familiaux se forme à ce nouveau domaine.

Un champ d’action croissant pour les médiateurs

« Depuis trois à quatre ans, les médiateurs sont interpellés par des familles qui ne savent plus comment gérer certaines situations liées au vieillissement d’un proche, souligne Sophie Lassalle, la secrétaire générale de la Fenamef (Fédération nationale de la médiation et des espaces familiaux). Il s’agit d’un champ nouveau pour nous, qui est appelé à croître », alors que les plus de 85 ans vont passer de 1,4 million de personnes à 5 millions en 2060, d’après les projections du gouvernement. Afin de s’y préparer, la fédération a organisé pour la première fois la semaine dernière deux jours de formation à destination des professionnels du secteur. Et prévoit déjà de nouvelles sessions en 2016. » (Extrait de la-croix.com du 23/11/2015)

Pour en savoir plus : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-mediateurs-familiaux-apprennent-a-gerer-les-conflits-lies-au-grand-age-2015-11-23-1383639

Médiation familiale : le Conseil de l’Europe veut donner plus de place aux pères et encourager la médiation, en cas de séparation des parents.


« Le Conseil de l’Europe veut donner plus de place aux pères, et encourager la médiation, en cas de séparation des parents. L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe en débattait début octobre à Strasbourg.

C’est une parlementaire luxembourgeoise, Françoise Hetto, qui défendait ce dossier à Strasbourg. Cette ancienne ministre de l’égalité des chances veut par exemple populariser le temps partiel et le congé parental chez les jeunes pères, pour que ces facilités, que les hommes ne se sont pas encore appropriées, ne pénalisent plus les femmes dans leur carrière ». (Extrait de franceinfo.fr du 18/10/2015)

Pour en savoir plus : http://www.franceinfo.fr/emission/en-direct-de-l-europe/2015-2016/en-direct-de-l-europe-2015-2016-du-18-10-2015-18-10-2015-05-35

« 5.9. à encourager et, le cas échéant, développer la médiation dans le cadre des procédures judiciaires en matière familiale impliquant des enfants, notamment en instituant une séance d’information obligatoire ordonnée par un juge, en veillant à ce que les médiateurs reçoivent une formation appropriée et en favorisant une coopération pluridisciplinaire inspirée du modèle dit de Cochem; » (extrait du projet de résolution)

Le texte complet du projet de résolution : http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?fileid=22022&lang=FR