« LA MÉDIATION ÉOLIENNE, DANS L’AIR DU TEMPS ! » par Joëlle Aknin, Avocat (village-justice.com)


retour accueil village

« Nouveau sujet passionnant pour les médiateurs et d’un interêt primordial pour les citoyens et les entreprises : la nomination d’un médiateur de l’éolien. Cette annonce s’inscrit parmi les mesures annoncées le 5 octobre par la ministre de la Transition Ecologique Barbara Pompili, qui déclarait souhaiter « un développement responsable de l’éolien » [1].

Pourquoi nommer un Médiateur de l’Eolien ?

- Tenir les objectifs énergétiques et climatiques de la France, en développant les énergies renouvelables,
- Favoriser l’essor des parcs éoliens de manière maitrisée et responsable.

Relevant de l’Inspection générale du Ministère de la Transition Ecologique, le Médiateur de l’Eolien « aura pour mission d’évaluer l’acceptabilité de ces projets, de s’assurer que la concertation a bien été menée, le cas échéant de la renforcer, et de proposer aux développeurs des évolutions permettant d’améliorer leurs projets et de renforcer le niveau de consensus local » explique Barbara Pompili. » (Extrait de village-justice.com du 21/10/2021)

Article à consulter sur https://www.village-justice.com/articles/mediation-eolienne-dans-air-temps,40518.html

WEBINAIRE : « LA MÉDIATION SCOLAIRE » AVEC JEAN-PIERRE BONAFÉ-SCHMITT ET AGNÈS REVEL, LE 2/06/2021 DE 18H30 À 20H ORGANISÉ PAR LE CEMA


La Médiation scolaire par les pairs est un phénomène récent puisque les premiers projets datent du début des années 90.

Loin d’être une simple technique de gestion de la violence, ou un mode de pacification des relations sociales au sein des enceintes scolaires, la Médiation scolaire permet de favoriser la diffusion d’un nouveau modèle de régulation des conflits, plus consensuel en faisant appel aux notions de contrat, de confiance et d’équité.

A cet égard, la Médiation scolaire représente une alternative au modèle disciplinaire et s’apparente à un véritable processus éducatif.

Reste à savoir comment mettre en place ce dispositif ? Quels sont ses effets et résultats ? Quel suivi pour quelle pérennité ? Quels liens avec la Médiation éducative ?

Webinaire avec :

MJ-P BONAFE-SCHMITT est spécialiste de la médiation scolaire et de la médiation citoyenne. Il est chercheur associé au Centre Max Weber-CNRS / Université Lumière Lyon II et responsable du DAS et CAS en médiation de l’université de Genève. Il est notamment l’auteur de La Médiation scolaire par les élèves  sans compter les nombreux ouvrages collectifs sur la médiation auxquels il a participé. Il est aussi médiateur et membre fondateur des Boutiques de Droit de Lyon et d’AMELY (Association Médiation de Lyon).

Mme Agnès REVEL est Enseignante de Lettres, chef d’établissement en excercice au Collège Fénelon de Dunkerque et membre des Laboratoires des Initiatives de l’Enseignement Catholique. Aux côté du CEMA, elle a engagé son équipe pédagogique dans la Médiation Humaniste (dont elle suit également le DU) en formant les professeurs principaux, puis les personnels de vie scolaire. Elle est Responsable de la Commission « Education » de l’Association de la Médiation Humaniste (AMH). 

Inscription gratuite sur : https://cemaphores.org/?na=view&id=563

Penser / repenser l’idée du « dialogue social ». À propos de la loi Climat et de la consultation du CSE… par thdz négociation collective


En savoir plus sur : https://thdz-negociationcollective.org/2021/04/11/ipenser-repenser-lidee-du-dialogue-social-a-propos-de-la-loi-climat-et-de-la-consultation-du-cse/#like-1122

LOI n° 2021-402 du 8 avril 2021 relative à la réforme du courtage de l’assurance et du courtage en opérations de banque et en services de paiement


Art. L. 513-3. – I. – Aux fins de leur immatriculation au registre mentionné au I de l’article L. 512-1, les courtiers d’assurance ou de réassurance, personnes physiques et sociétés immatriculées au registre du commerce et des sociétés pour l’activité de courtage d’assurance, et leurs mandataires, personnes physiques non salariées et personnes morales, adhèrent à une association professionnelle agréée chargée du suivi de l’activité et de l’accompagnement de ses membres. Cette association professionnelle représentative offre à ses membres un service de médiation, vérifie les conditions d’accès et d’exercice de leur activité ainsi que leur respect des exigences professionnelles et organisationnelles et offre un service d’accompagnement et d’observation de l’activité et des pratiques professionnelles, notamment par la collecte de données statistiques.

En savoir plus sur https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043339224

Conférence Inaugurale – Certification à la Médiation en Afrique, le 6 avril 2021 de 14h à 18h


Sans titre-1

« Communiqué de l’Institut EDGE

L’Institut EDGE a le plaisir de vous annoncer le lancement d’une formation en ligne adaptée à la médiation, axée tout à la fois sur les aspects juridiques et pratiques du processus, en mettant l’accent sur la maîtrise des techniques de communication propres à la médiation et à la définition des options de négociation des protagonistes du conflit avec l’aide de leurs conseils.

Cette formation, donnant lieu à la délivrance d’une certification de médiateur, sera animée par un panel international de médiateurs expérimentés intervenant dans les domaines suivants : médiation commerciale, médiation d’investissement, médiation sociale, médiation communautaire, médiation pénale, médiation médicale et médiation familiale.

A l’issue de celle-ci, les participants disposeront des compétences nécessaires pour conduire une médiation avec succès et en maîtriser tous les ressorts.

Afin de vous donner un avant-gout de cette certification, nos experts croiseront leurs regards et points de vue sur la médiation lors d’une conférence inaugurale animée par :

  • Elvire VIGNON, Médiateur
  • Alain FENEON, Médiateur

Intervenants

  • Mamary DIARRA, Médiateur
  • Romain CARAYOL, Médiateur
  • David LUTRAN, Médiateur
  • Lydienne YEN EYOUM, Médiateur
  • Moustapha FAYE, Médiateur
  • Marcel MARIGO, Médiateur
  • Amadou DIENG, Médiateur

Modérateur

  • Mamadou I. KONATE, Ancien Garde des Sceaux de la République du Mali

Date et heure : 6 avril 2021 de 14h à 18

S’inscrire

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter :

Madame Awa DIALLO
Email : edgesenegal2@gmail.com

Extrait de https://www.ohada.com/actualite/5819/conference-inaugurale-certification-a-la-mediation-en-afrique-le-6-avril-2021.html

Suisse : Le bureau de médiation administrative de Genève de plus en plus sollicité


« A Genève, le bureau de médiation administrative (BMA) a été sollicité 340 fois en 2020. Ouverte en mars 2019, cette entité indépendante au sein de l’Etat de Genève vise à gérer de façon simple et extrajudiciaire les conflits entre l’administration et les administrés.

Pendant ses dix premiers mois d’activité en 2019, le BMA avait été saisi à 174 reprises. Le bilan 2020 fait état de 340 sollicitations, dont 129 demandes de médiation et 211 orientations et demandes d’information. Au total 294 personnes physiques, 31 personnes morales, 7 administrations et 6 associations ont fait appel aux services du BMA.

Deux tiers des demandes ont été traitées en moins d’un mois, relève jeudi le BMA dans un communiqué qui accompagne son rapport d’activité. Un premier entretien a été proposé dans les sept jours dans 97% des situations. Les problématiques les plus courantes concernent les difficultés à joindre des administrations, les délais excessifs de traitement des dossiers et la complexité du langage administratif.

Il s’agit souvent de lever un malentendu et de renouer le dialogue. Le BMA reçoit sur rendez-vous ou par téléphone. Ses prestations sont gratuites. Cette entité couvre l’ensemble des administrations cantonales et communales genevoises, ainsi que les établissements publics autonomes et tous les autres organismes chargés de missions de droit public. Les élus sont exclus du champ d’application du BMA. » (Extrait de msn.com du 18/3/2021)

En savoir plus sur https://www.msn.com/fr-ch/actualite/other/le-bureau-de-m%C3%A9diation-administrative-de-plus-en-plus-sollicit%C3%A9/ar-BB1eIPmD?ocid=BingNewsSearch

Agriculture : médiation au sein d’un GAEC entre l’ancien dirigeant et les salariés par Agrimédiation 35


Journal Paysan Breton
« Pour régler une situation conflictuelle entre son père récemment sorti du Gaec et ses salariés, Jérôme (1) a fait appel à la médiation.

Dans le Gaec à 3 associés d’une exploitation maraîchère familiale morbihannaise depuis 4 générations, les deux parents et le fils – installé depuis 2008 – avaient des rôles bien répartis. Les parents souhaitaient poursuivre leur activité jusqu’à 65 ans. L’idée était de diminuer progressivement les heures de travail des parents pour un départ en douceur. Mais le père décide soudainement à 62 ans d’arrêter et de faire valoir ses droits à la retraite. La mère partira en retraite 4 ans plus tard, à l’âge de 65 ans.
Jusque-là, rien d’anormal et une décision qui peut se comprendre après une carrière de dur travail physique. L’effectif de salariés a donc été revu à la hausse pour compenser ce manque de main-d’œuvre.

Des mots blessants brisant des relations de confiance

« Puis, avec le temps, un malaise est apparu. Du temps du Gaec, je gérais seul la main-d’œuvre. Mon père était à la production et à l’entretien. Mais quand il est sorti de la structure, un conflit s’est créé entre lui et les employés. Ces derniers se sentaient observés, épiés et jugés. Voire, quand je partais en vacances, il s’est mis à gérer les salariés dans mon dos. Et, sans être diplomate, à briser des relations de confiance que j’avais mis des mois à bâtir, juste en quelques mots, en quelques secondes… », raconte le jeune maraîcher.

Des responsabilités déléguées aux salariés

« Certes, ce n’est pas facile de tout quitter, pour une personne qui n’avait pas de vie sociale, pas de hobby extraprofessionnel. L’entreprise, c’était sa vie », analyse son fils. Et comble de sollicitation pour le père : lui habitait sur place, le jeune résidant plus loin. « Mon père était ‘carré’ sur tout. Moi je ne l’étais peut-être pas assez à ses yeux. Du semis à la plantation, de la récolte à la vente… Seul à gérer l’exploitation, je sais mais je ne peux pas tout faire. L’exploitation a évolué et ne ressemble plus à celle sur laquelle je me suis installé : j’ai formé des personnes polyvalentes et j’ai appris à déléguer, à donner des responsabilités à mes salariés. » Aujourd’hui, l’exploitation tourne avec 7 salariés (6 équivalents temps plein), dont une personne responsable de la pépinière des semis, tout étant géré sur place.
« Le regard et le jugement hâtif de mon père sur les personnes étaient envahissants. » Personne n’arrivant à le raisonner, il ne restait qu’une seule ressource : la médiation. Aussi, Jérôme a décidé de faire appel à Agrimédiation, service qu’il avait découvert lors d’une formation sur le management.

Les médiateurs ont su nous faire parler

En tant que demandeur, il a d’abord échangé au téléphone avant de rencontrer en physique les médiateurs. « Et avant d’en parler à mon père… Nous appréhendions sa réaction ! Finalement, il l’a bien pris. Peut-être en ressentait-il lui aussi le besoin ? ». Ce travail d’échange s’est étalé sur une année, avec des rencontres plus fréquentes au cours des 6 premiers mois et un bilan, 6 mois plus tard. « Nous l’avons tous bien vécu. Les médiateurs, anciens agriculteurs, savaient comment nous faire parler, pour que personne ne se ferme à la discussion. On aurait pu vivre cette phase comme un échec, mais la médiation est avant tout un outil pour aller vers du positif. Au final, l’outil s’est révélé efficace car les relations se sont apaisées. Mon père a aussi trouvé des activités extérieures à l’exploitation, au grand soulagement de tous. Je n’ai aucun regret même si, sur le coup, j’aurais préféré investir dans d’autres actions pour mes salariés ». Mais avec le temps, Jérôme se rend compte que ces 1 200 € déboursés se sont révélés un investissement sur du long terme, pour le bien-être de tous les acteurs de l’entreprise.

« Nous sommes redevenus complémentaires »

« Sur la gestion des salariés, mon père n’intervient plus. En culture non plus. C’était peut-être sa façon de m’adresser un compliment dissimulé, en voyant que je gérais l’exploitation… Nous sommes redevenus complémentaires, comme avant, où il m’alerte sur les signes de faiblesses des serres qu’il aperçoit avant moi, ou lorsqu’il me fabrique des outils sur-mesure, qu’il aurait aimé construire de son actif mais pour lesquels il n’avait pas trouvé le temps nécessaire… », sourit l’agriculteur.

2/3 des cas dans de petites structures

Le relais médiation est né dans le Morbihan et a été étendu à toute la région Bretagne, en maintenant une démarche de proximité, avec des interlocuteurs départementaux. Il repose sur 27 bénévoles, agriculteurs ou agricultrices en activité ou retraités, formés à l’écoute et à la gestion de conflits. Sur 37 contacts en 2020, 16 médiations ont été engagées. Et, nouveauté cette année, près de 85 % concernaient une demande dans un cadre familial : conflits entre générations, en couple ou entre frères associés. Les 2/3 des cas étaient représentés par des associations contenant 2 personnes. » -Nathalie Darras Animatrice réseau Agrimédiation -(Extrait de paysan-breton.fr du 15/01/2021)

En savoir plus sur https://www.paysan-breton.fr/2021/01/gestion-des-salaries-mon-pere-intervenait-dans-mon-dos/