Formation : DAS et CAS en médiation à l’université de Genève


 

Capture 3.PNG

« Programme : Formation modulaire alliant études de cas, pratique supervisée et enseignements interdisciplinaires
Définition et état des lieux de la médiation – Les acteurs de la médiation • Les processus de médiation: les phases préliminaires – Les processus de médiation: les rencontres de médiation – Les processus de médiation: les rencontres et les accords de médiation • Approfondissement des techniques et du cadre de médiation • Médiations spécialisées • Pratique supervisée de la médiation  et donnant lieu à la rédaction d’un mémoire pratique et d’un mémoire de recherche
Travail de fin d’études comprenant une réflexion théorique et pratique portant sur au moins six heures de séances dans le cadre d’une activité personnelle de médiation

Période : Septembre 2017 à juin 2019 – 30 crédits ECTS » (Extrait de unige.ch)

En savoir plus sur DAS http://www.unige.ch/formcont/dasmediation/

En savoir plus sur CAS http://www.unige.ch/formcont/casmediation/

Audio – Suisse : Projet pilote de médiation au Tribunal de Boudry


Le Tribunal régional de Boudry.

« La médiation, une alternative que le Tribunal régional à Boudry souhaite développer. Il lance début avril le projet pilote « Concilier d’abord, juger ensuite ». Le but est de développer cette manière de régler les conflits à l’amiable, une option qui est actuellement peu utilisée.

Pour en parler, Jan Haesler s’est entretenu avec Isabelle Bieri, juge au Tribunal régional à Boudry et présidente de l’autorité de protection de l’enfant et de l’adulte sur le site de Boudry . (Extrait de rtn.ch du 12/03/2017)

document audio à consulter sur https://www.rtn.ch/rtn/Actualite/Region/20170312-Projet-pilote-de-mediation-au-Tribunal-de-Boudry.html

Suisse : La création d’un médiateur administratif à Genève est toujours bloqué pour des raisons financières


« Selon la loi, l’élection du médiateur aurait dû avoir lieu «sans délai» en 2015. Mais, rappelle la Cour, on ignorait alors si on obtiendrait le financement nécessaire dans le cadre du budget cantonal 2016, lequel a d’ailleurs fini par capoter. Ayant estimé que la création d’un Bureau de médiation administrative nécessiterait 3,3 postes, représentant des salaires annuels de 750 000 francs, le Conseil d’Etat a proposé de confier cette mission de médiation à une instance déjà en place: le préposé à la protection des données et à la transparence. A cette fin, il a transmis en octobre un projet de loi aux députés. Réfutant la thèse du blocage intentionnel de la part du Conseil d’Etat que dénonçait le député, la Cour estime que ce sera au parlement de trancher. Elle renonce à un examen approfondi et ne voit rien d’illégal dans la situation présente.

La Cour juge en outre impossible de jauger les économies qui pourraient découler du travail d’un médiateur, comme le demandait Boris Calame. Qui dit sa déception: «Un tel organe fonctionne dans le canton de Vaud et permet d’économiser de l’argent en évitant des procédures judiciaires.» (extrait de tdg.ch du 22/2/2017)

En savoir plus sur  http://mobile2.tdg.ch/articles/58ad5275ab5c373112000001

Suisse : « I ♥ mes voisins – le guide du bon voisinage » à Lausanne


Capture1.PNG

« MIEUX VIVRE ENSEMBLE Un peu de bon sens et quelques conseils peuvent-ils améliorer la qualité de vie de chacune et chacun d’entre nous? C’est le  pari du guide que vous tenez entre vos mains. Car nous le savons tous pour le vivre au quotidien: les relations que nous entretenons avec nos voisins, dans notre immeuble comme dans le quartier, sont essentielles. Un climat de confiance, des relations harmonieuses, un lien social fort sont toujours le gage d’un cadre de vie agréable.
C’est pourquoi la Ville de Lausanne, et en particulier le Service du logement et des gérances, a pris de nombreuses initiatives pour améliorer la cohésion sociale dans les quartiers: nouvelles maisons de quartier, Fête des voisins, contrats de quartier.
Le «Guide du bon voisinage» s’inscrit dans cette logique, celle du mieux vivre ensemble. Outre des règles de conduite par le biais de gestes simples, cette brochure, fruit d’une
collaboration avec le Bureau lausannois pour l’intégration des immigrés, prône des valeurs de respect, d’ouverture et de tolérance.
Elle regorge également de renseignements pratiques en cas de problème de logement, de voisinage ou de discrimination.
(…)

COUT ET DUREE D’UNE MEDIATION Bien qu’il n’existe aucune recommandation à ce sujet, le montant courant d’une médiation oscille entre 150 CHF et 300 CHF de l’heure. Il est généralement admis que la charge financière d’une médiation est assumée à parts égales par les deux parties. Les personnes ayant contracté une assurance juridique peuvent solliciter la prise en charge des coûts. La durée d’une médiation est variable et dépend directement de la complexité du cas. La plupart des médiations nécessitent entre deux et cinq séances et le taux de réussite se situe aux alentours de 70%.
ASSOCIATION vAUDOISE pOUR LA MÉDIATION DE vOISINAGE (ASMED-vD) Case postale 2, 1066 Epalinges, tél. 0848 844 948 info-vd@mediation-de-voisinage.ch, http://www.mediation-de-voisinage.ch  » (Extrait de .lausanne.ch )

En savoir plus sur http://www.lausanne.ch/lausanne-officielle/administration/sports-et-cohesion-sociale/secretariat-general-scs/bureau-lausannois-pour-les-immigres/a-propos-du-bli/publications-du-bli/i-love-mes-voisins-guide-du-bon-voisinage.html

Audio-Suisse : L’Acte de Médiation de Napoléon-Bonaparte, naissance de la Suisse contemporaine (émission RTS)


Helvetica - L’Acte de Médiation, naissance de la Suisse contemporaine (2/5)

Le passage des Alpes
Lors de sa guerre d’Italie pour écraser les Autrichiens à Marengo, près de Milan, Bonaparte traversa le col du Grand-Saint-Bernard en 1800 et réalisa l’importance stratégique de la Suisse. C’est par souci d’une protection rapprochée des cantons en consolidant les liens fédéraux qu’il élabora un Acte de Médiation pour réconcilier les divisions. (Extrait de radio/helvetica )

A écouter sur http://www.rts.ch/play/radio/helvetica/audio/helvetica-lacte-de-mediation-naissance-de-la-suisse-contemporaine-25?id=8313602

Suisse : création d’un master en médiation internationale à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ)


Capture9.PNG« L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) vont lancer dès la rentrée 2017 un master international en médiation, a appris la RTS. Il s’agit d’une première mondiale.

Les conflits en Ukraine, en Syrie et en Colombie, entre autres, ont un point commun: la Suisse y a pratiqué une médiation. Une tradition de bons offices que le chef de la diplomatie helvétique Didier Burkhalter compte développer.

La décision de principe de lancer un master international en médiation a été prise par l’EPFZ, en collaboration avec le DFAE. Dès septembre, 24 personnes au maximum pourront être formées pendant 18 mois en cours d’emploi.

Financièrement, la Confédération va payer un tiers des coûts. L’EPFZ compte aussi sur des Etats partenaires pour mettre la main au portemonnaie. La formation va se répéter en 2019 et 2021, assure Didier Burkhalter, qui compte travailler à assurer son succès sur la durée.

« Un rêve qui devient réalité »

Avec ce master, le chef du DFAE entend professionnaliser le métier de médiateur et ainsi contribuer à la résolution de conflits dans le monde. Interrogé par la RTS, il insiste d’ailleurs sur l’importance des « bonnes compétences » dans le domaine.

Cette nouvelle formation en médiation des conflits vient ainsi combler un manque: aucune université au monde ne la propose, et ce depuis la fermeture de la formation canadienne de médiation en 2012.

Didier Burkhalter veut pallier ce manque et avoir un réservoir de médiateurs internationaux prêts à être sollicités « au moment où on en a besoin », indique-t-il. « C’était un rêve il y a quelques temps, et ça devient une réalité », conclut le chef de la diplomatie helvétique. » (Extrait de rts.ch/info/suisse )

En savoir plus sur https://www.rts.ch/info/suisse/8318946-un-master-en-mediation-internationale-cree-a-l-epfz-en-premiere-mondiale.html

La Charte relative aux processus de médiation familiale internationale – Un processus collaboratif


International Family Mediation

Préambule
Cette Charte concerne le contexte particulier de la médiation lors de conflits familiaux transfrontières. Sa raison d’être est de rassembler et d’engager les professionnels de la médiation issus de différentes cultures et nations autour de dix principes qu’il est nécessaire d’accepter et de respecter dans le cadre d’une médiation familiale internationale. Son objectif est d’aider les familles qui se trouvent dans des situations de conflit familial de nature internationale, tels un conflit ou une séparation pouvant donner lieu, ou ayant donné lieu, à un départ à l’étranger.

Elle a été rédigée dans le souci de protéger les enfants qui vivraient séparés et loin de l’un de leurs parents. Ces dix principes sont mis en pratique par des médiateurs convaincus de la richesse d’une éducation et d’un environnement multiculturels, pour permettre aux enfants de maintenir leurs relations avec chacun de leurs parents et d’autres membres de la famille, et de développer l’affection qu’ils éprouvent pour eux.

Il est aujourd’hui admis au niveau mondial que la médiation est un moyen efficace de gestion et de régulation des conflits. Tout en préservant les droits des personnes concernées, la médiation familiale internationale donne aux participants les moyens de s’approprier et de gérer leur conflit, de discuter de la garde et de l’éducation des enfants, et de s’accorder sur des arrangements qui peuvent être rendus juridiquement contraignants et exécutoires. L’efficacité de ce processus repose sur la création d’un espace de discussion neutre et sûr, où les participants peuvent « faire leur récit », partager leurs expériences et reconnaître les efforts que chacun fait pour continuer à jouer son rôle de parent. Le dialogue ouvert et l’expression libre sont essentiels à l’ensemble de ce processus.

Les dix principes de la Charte constituent les prérequis fondamentaux pour mener des médiations familiales internationales et sont d’égale importance. Étant tous interdépendants, ils forment une base solide pour le cadre de médiation plus large dans lequel ils seront utilisés et mis en pratique. Cette Charte ne remplace ni ne prévaut sur les standards, les bonnes pratiques ou les codes de déontologie nationaux ou régionaux existants1. Elle vise au contraire à les valoriser et à y adjoindre un cadre professionnel et éthique spécifique transrégional pour la médiation familiale internationale. Durant leur pratique, les médiateurs familiaux internationaux sont censés respecter les principes présentés dans cette Charte, en plus des codes de pratique nationaux, s’il en existe.

Les dix principes reflètent et précisent les valeurs fondamentales promues et défendues par les médiateurs praticiens dans le monde entier : 1. Participation volontaire 2. Pertinence de la médiation 3. Décisions prises par les participants 4. Accès pour chaque participant à un conseil juridique indépendant 5. Confidentialité 6. Indépendance 7. Impartialité 8. Prise en compte des droits et du meilleur intérêt des enfants 9. Qualifications des médiateurs familiaux internationaux 10. Conscience et sensibilité interculturelles des médiateurs  » (extrait de iss-ssi.org )

En savoir plus sur http://www.iss-ssi.org/index.php/fr/que-faisons-nous/mfi#3-1-projet-3-charte-relative-aux-processus-de-m%C3%A9diation-familiale-internationale