« La médiation à l’école, nouvelle arme du gouvernement ? »


Logo Gazette.fr

« C’est une des priorités affichées par le gouvernement. Lors de la présentation de son plan anti-rixes mercredi 16 juin en conseil des ministres, le gouvernement a annoncé sa volonté de développer la médiation à l’école.

Interrogé par « la Gazette des communes », les services de Nadia Hai, la ministre déléguée auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargée de la Ville , confirment : « Ce dispositif fait partie du nouveau plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences liées aux bandes car la présence des médiateurs a montré son efficacité à ce sujet. »

A ce jour, 183 médiateurs interviennent dans des collèges (et les écoles référentes) dans 42 départements. France Médiation, l’organisme de référence qui pilote l’essentiel du dispositif, a pour objectif de se déployer sur 113 établissements. Il y a urgence à en croire les acteurs de terrain. Car tous sont unanimes : la situation se dégrade. « Les rixes sont plus nombreuses, et plus violentes, constate Antonio Furtado, directeur adjoint de l’association de médiation Citéo à Lille. Les jeunes communiquent via les réseaux sociaux, se provoquent à distance, il y a un effet de groupe, une pression psychologique forte : « on est avec ou contre »… Et, parfois, cela va jusqu’à un passage à l’acte dramatique. » – N. Perrier – (Extrait de .lagazettedescommunes.com du 28/06/2021)

En savoir plus sur https://www.lagazettedescommunes.com/752849/la-mediation-a-lecole-nouvelle-arme-du-gouvernement/

WEBINAIRE (REDIFFUSION) : « LA MÉDIATION SCOLAIRE » AVEC JEAN-PIERRE BONAFÉ-SCHMITT ET AGNÈS REVEL ORGANISE LE 2/06/2021 PAR LE CEMA


La Médiation scolaire par les pairs est un phénomène récent puisque les premiers projets datent du début des années 90.

Loin d’être une simple technique de gestion de la violence, ou un mode de pacification des relations sociales au sein des enceintes scolaires, la Médiation scolaire permet de favoriser la diffusion d’un nouveau modèle de régulation des conflits, plus consensuel en faisant appel aux notions de contrat, de confiance et d’équité.

A cet égard, la Médiation scolaire représente une alternative au modèle disciplinaire et s’apparente à un véritable processus éducatif.

Reste à savoir comment mettre en place ce dispositif ? Quels sont ses effets et résultats ? Quel suivi pour quelle pérennité ? Quels liens avec la Médiation éducative ?

Webinaire avec :

MJ-P BONAFE-SCHMITT est spécialiste de la médiation scolaire et de la médiation citoyenne. Il est chercheur associé au Centre Max Weber-CNRS / Université Lumière Lyon II et responsable du DAS et CAS en médiation de l’université de Genève. Il est notamment l’auteur de La Médiation scolaire par les élèves  sans compter les nombreux ouvrages collectifs sur la médiation auxquels il a participé. Il est aussi médiateur et membre fondateur des Boutiques de Droit de Lyon et d’AMELY (Association Médiation de Lyon).

Mme Agnès REVEL est Enseignante de Lettres, chef d’établissement en excercice au Collège Fénelon de Dunkerque et membre des Laboratoires des Initiatives de l’Enseignement Catholique. Aux côté du CEMA, elle a engagé son équipe pédagogique dans la Médiation Humaniste (dont elle suit également le DU) en formant les professeurs principaux, puis les personnels de vie scolaire. Elle est Responsable de la Commission « Education » de l’Association de la Médiation Humaniste (AMH). 

Vidéo à consulter sur : https://www.youtube.com/watch?v=TB6dFp_HEQ4

Tunisie : Création du Centre national de médiation et de résolution des conflits dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique


« La décision portant création du Centre national de médiation et de résolution des conflits dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a été publiée dans le dernier numéro du Journal officiel de la République Tunisienne (JORT) du 4 juin 2021, Placé sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ce centre a pour objectif d’arbitrer, de résoudre les conflits et de soutenir la cohésion sociale au sein de l’espace universitaire en diffusant une culture du dialogue.

Il s’occupe, également, de la médiation et de la résolution de conflits auxquels l’université est partie ainsi que de l’élaboration d’un programme de soutien aux capacités dans les domaines liés à la consolidation de la cohésion sociale dans les universités.

Il s’est vu confier la mission d’anticiper les situations conflictuelles qui affecteraient la cohésion sociale au sein de l’espace universitaire, en s’appuyant sur une étude analytique de la réalité et en proposant des initiatives de médiation.

A cela s’ajoute le suivi et l’identification des cas de conflit qui n’ont pas été résolus dans les cadres universitaires officiels et à leur discussion, la facilitation du dialogue entre les parties en conflit pour réduire les développements potentiels de conflit, l’étude des cas de conflit existants et la proposition de solutions appropriées ainsi que la sensibilisation à la valeur du dialogue. » (Extrait de webmanagercenter.com du 5/06/2021)

En savoir plus sur https://www.webmanagercenter.com/2021/06/05/468852/le-centre-national-de-mediation-des-conflits-dans-le-secteur-de-lenseignement-a-desormais-une-existence-legale/

Webinaire : « La Médiation Scolaire » avec Jean-Pierre BONAFÉ-SCHMITT et Agnès REVEL, le 2/06/2021 de 18h30 à 20h organisé par le CEMA


La Médiation scolaire par les pairs est un phénomène récent puisque les premiers projets datent du début des années 90.

Loin d’être une simple technique de gestion de la violence, ou un mode de pacification des relations sociales au sein des enceintes scolaires, la Médiation scolaire permet de favoriser la diffusion d’un nouveau modèle de régulation des conflits, plus consensuel en faisant appel aux notions de contrat, de confiance et d’équité.

A cet égard, la Médiation scolaire représente une alternative au modèle disciplinaire et s’apparente à un véritable processus éducatif.

Reste à savoir comment mettre en place ce dispositif ? Quels sont ses effets et résultats ? Quel suivi pour quelle pérennité ? Quels liens avec la Médiation éducative ?

Webinaire avec :

M. J-P BONAFE-SCHMITT est spécialiste de la médiation scolaire et de la médiation citoyenne. Il est chercheur associé au Centre Max Weber-CNRS / Université Lumière Lyon II et responsable du DAS et CAS en médiation de l’université de Genève. Il est notamment l’auteur de La Médiation scolaire par les élèves  sans compter les nombreux ouvrages collectifs sur la médiation auxquels il a participé. Il est aussi médiateur et membre fondateur des Boutiques de Droit de Lyon et d’AMELY (Association Médiation de Lyon).

Mme Agnès REVEL est Enseignante de Lettres, chef d’établissement en excercice au Collège Fénelon de Dunkerque et membre des Laboratoires des Initiatives de l’Enseignement Catholique. Aux côté du CEMA, elle a engagé son équipe pédagogique dans la Médiation Humaniste (dont elle suit également le DU) en formant les professeurs principaux, puis les personnels de vie scolaire. Elle est Responsable de la Commission « Education » de l’Association de la Médiation Humaniste (AMH). 

Inscription gratuite sur : https://cemaphores.org/?na=view&id=563

Collège Ste-Ursule de Saint-Pol-de-Léon: la médiation passe par les élèves


Mercredi 31 mars 2021, quatorze élèves volontaires de 5e du collège Sainte-Ursule, à Saint-Pol-de-Léon, ont reçu leur diplôme de « médiateur » en présence de Maël Saillour, directeur de l’ensemble scolaire, des élèves, et de plusieurs enseignants. Il couronne une formation dispensée au fil d’une quinzaine d’ateliers interactifs qui leur permet de gérer d’éventuels conflits entre les collégiens.

En savoir plus sur https://www.letelegramme.fr/finistere/saint-pol-de-leon/au-college-sainte-ursule-de-saint-pol-de-leon-14-eleves-diplomes-pour-gerer-les-conflits-31-03-2021-12728358.php

Médiation scolaire : mise en place de la « médiation par les pairs » à l’école Guynemer d’Antibes


En savoir plus sur https://twitter.com/antibes_jlp/status/1375016910056742913

Entretien avec Nina Vernay, médiateure, ancienne étudiante de l’université Lyon II et co-fondarice de l’association Le Labo Collectif


« Quel est votre cursus ?

J’ai obtenu une licence en droit privée et un master 1 et 2 en  Justice, procès et procédures – Médiation

Avez-vous une anecdote à nous raconter sur votre cursus ?

Je n’ai pas une anecdote en particulier mais je peux vous avouer que j’ai obtenu ma licence de droit en cinq années !! J’y ai appris la détermination.
Ces cinq années bien chargées en émotions tant dans la réussite que dans l’échec m’ont permis de prendre le temps d’étudier ce qui faisait sens professionnellement dans mon parcours de vie, et d’avoir le cran de me lancer dans l’expérience dans laquelle je suis aujourd’hui.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je me suis intéressée aux modes alternatifs de règlement des conflits lors de mes interventions bénévoles à la maison d’arrêt de Corbas (avec l’association le G.E.N.E.P.I). J’ai pu y observer de nombreux conflits entre les personnes détenues puis entre le personnel pénitencier et les personnes incarcérées. Il m’a semblé y avoir une réelle carence dans le traitement de ces conflits. J’ai imaginé que l’apprentissage à la médiation pouvait être intéressant en milieu carcéral. D’autre part je trouvais la réponse pénale insuffisante et inappropriée pour de nombreuses situations là où la médiation était, elle, plus adaptée.

Sensible au milieu éducatif il m’est apparu évident d’enseigner les attitudes responsables et proportionnées face au conflit dès le plus jeune âge et ce par le biais de la médiation. J’ai donc eu envie de créer une structure qui a pour vocation de sensibiliser les enfants et les adultes à la médiation. En 2017, j’ai co-fondé l’association Le Labo Collectif dans laquelle  j’anime d’une part les ateliers de médiation par les pairs dans les écoles élémentaires et d’autre part je coordonne l’activité de l’association. Dans un premier temps nous nous sommes concentrés sur le milieu scolaire, mais à terme nous souhaitons intervenir en milieu carcéral.

En quoi consiste votre travail ?

Je mets en place des ateliers de sensibilisation à la médiation par les pairs dans les écoles et j’anime des ateliers de gestion des émotions et de gestion du conflit dans les écoles élémentaires. Nous sommes également en train de travailler avec une autre structure sur des modules sur les différentes attitudes à adopter face au conflit au sein des entreprises.

À quoi ressemble une journée type ?

Aucune journée ne se ressemble. Mais on peut dire que j’alterne entre dispense d’ateliers, veille documentaire, communication-relation partenaires, création de nouveaux supports et recherche de subventions.


Quelles compétences avez-vous acquises pendant votre cursus ?

J’ai acquis des connaissances et compétences en gestion de conflit, communication verbale/non verbale et droit. J’ai également développé un esprit critique et un goût pour la recherche et l’analyse de données.
Mon master en médiation m’a surtout donné l’envie et la possibilité de créer ma propre structure et d’imaginer mon métier.

Quels sont les savoir être et savoir-faire nécessaires à l’exercice de votre métier ?

Le sens de l’observation, la gestion de projet, l’analyse des situations, un bon relationnel, un sens de l’organisation, de l’autonomie et de la détermination.


Quels conseils donneriez-vous à des futur.es étudiant.es ?

Saisissez toutes les opportunités !

La licence de droit est un parcours passionnant semé d’opportunités, qui ouvre à de nombreux métiers. On y apprend, outre l’aspect théorique bien fourni, la rigueur et les vertus de l’échec.
Je conseillerais donc aux étudiants de ne rien lâcher tout au long de leur parcours, car aucun ne se ressemble. La faculté permet de se découvrir personnellement et professionnellement, mais aussi de faire des rencontres déterminantes pour l’avenir.

Ce master a été pour moi révélateur, j’y ai vu une carte blanche pour la création de mon métier. Il y a des cours et des interventions très variées, n’hésitez pas à prendre contact avec les intervenants qui sont très accessibles en général et qui pourront vous ouvrir à leur milieu professionnel. Ce master est « à part » des autres, non conventionnel, il faut y saisir toutes les opportunités et le voir comme un tremplin.

Quel est votre salaire ?

J’étais récemment employée chez un bailleur social en tant que coordinatrice tranquillité (pour un salaire de 27 K€/an) j’ai quitté ce travail récemment pour me consacrer à 100% à la médiation scolaire avec l’association Le Labo Collectif. Ralenti pour l’instant par les aléas de la maternité nous espérons toutefois m’assurer un salaire courant 2021. » (Extrait dedroit.univ-lyon2.fr du 18/02/2021)

En savoir plus sur https://droit.univ-lyon2.fr/faculte/vie-de-la-faculte/portraits/interview-nina-vernay-ancienne-etudiante-m2-justice-proces-et-procedures-mediation

Audio : « Eduquer les jeunes au vivre ensemble » présentée par Joëlle Dunoyer, Caroline Samit (RCF radio) du 22/01/2021


RCF, La Joie se partage

A consulter surhttps://rcf.fr/actualite/societe/eduquer-les-jeunes-au-vivre-ensemble

Le collège Victor-Hugo de Saint-Yorre (Allier) forme ses élèves à la médiation par les pairs


La formation à la médiation par les pairs des élèves du collège Victor-Hugo, à Saint-Yorre, a débuté ce jeudi. Le recteur de l’académie de Clermont-Ferrand, Karim Benmiloud, s’est rendu sur place.

Régler les conflits par l’écoute et la compréhension, c’est ce que propose, Aroéven (association régionale des œuvres éducatives et des vacances de l’éducation nationale). Depuis une dizaine d’années, la structure intervient dans les établissements scolaires de l’académie. Les intervenantes forment les élèves volontaires à la tâche de médiateur.

Le collège Victor-­Hugo de Saint­-Yorre a tenté l’expérience, hier, en présence du recteur, Karim Benmiloud. « Au début, je me suis demandé si organiser cette formation ne revenait pas à dire qu’il y avait beaucoup de conflits dans l’établissement. Mais au contraire. La médiation, par les élèves, leur apprend à être citoyens », se réjouit la principale, Caroline Bouyssou.

« En primaire, je réglais souvent les disputes de mes copines en leur parlant. J’aime ça ! »

HEAVEN, ÉLÈVE DE 6 E.

C’est en s’inspirant d’autres établissements que l’idée de faire appel à Aroéven lui est venue. Émilie Cregut et Delphine Durand, les formatrices de l’association, sont intervenues une première fois en décembre. Pendant deux demi­-journées, elles ont formé les équipes enseignantes. » (Extrait de .lamontagne.fr du 29/01/2021)

En savoir plus sur https://www.lamontagne.fr/saint-yorre-03270/actualites/le-college-victor-hugo-de-saint-yorre-allier-forme-ses-eleves-a-la-mediation-par-les-pairs_13909047/?RelatedContentIds=Article-BB1dk9tJ,Article-BB1djNVh,Article-BB1diIG2,Article-BB1dj28D