Compiègne : des collégiens formés à la médiation


« Riad Merzougui gère les conflits au sein de deux établissements scolaires du quartier Royallieu. Il veut faire émerger des médiateurs parmi les élèves.

C’est leur première séance depuis leur retour de vacances. Les 12 élèves du collège André-Malraux, établissement situé en réseau d’éducation prioritaire (REP), constituent trois groupes et s’assoient autour des tables, ce mardi 26 avril. Riad Merzougui, le médiateur, récapitule le travail des derniers mois avec eux. «  Quand on va jouer notre rôle de médiateur, on n’aura pas le temps de prendre toutes les informations  », répond à une des questions Zakarya, très investi. Car c’est là l’enjeu de ces sessions animées par Riad Merzougui : former des collégiens en 5e à devenir médiateurs parmi leurs camarades. «  À l’issue de la formation, il y aura la remise d’un diplôme et d’un badge en présence des parents et des délégués d’élèves  », précise Florence Bosch, conseillère principale d’éducation depuis 16 ans à Malraux et qui a aidé à la mise en place du projet. Le parcours, entamé le 25 février, devrait se terminer fin mai, début juin. Les élèves seront alors fin prêts pour endosser leur rôle pour la fin de l’année scolaire et la suivante.

(…)

Le rôle de ce celui-ci ne se limite pas à ces séances. Salarié de l’Association de médiation interculturelle (AMI) de Compiègne, il a pris ses fonctions de médiateur scolaire, en septembre 2020. Un poste nouveau au sein de l’AMI. Cet ancien employé de l’aéroportuaire s’est remis en question au moment de la crise Covid et a décidé de changer de voie. Il intervient actuellement dans deux établissements : le collège Malraux donc et l’école élémentaire Pompidou A. » – P. Guennec _(Extrait de courrier-picard.fr du 26/04/2022)

En savoir plus sur https://premium.courrier-picard.fr/id300953/article/2022-04-26/compiegne-des-collegiens-formes-la-mediation

« Rencontres dialogiques : questions vives en éducation. Des médiations humanistes et créatives comme socle de la relation éducative » avec Jacques FAGET (CNRS) et Catherine EMMANUEL (CEMA, AMH), à l’Université Aix Marseille, le 29/04/2022 de 14h à 16h 


« Rencontres dialogiques: questions vives en éducation

Des médiations humanistes et créatives comme socle de la relation éducative

29 avril 2022 – 14h
Salle de conférence – Inspé Aix-en-Provence

 Les « Rencontres dialogiques » sont un moment d’échanges de points de vue autour de questions vives en éducation.

À chaque rencontre, deux invités – l’un représentant « le terrain » au sens large, l’autre la recherche, et l’un comme l’autre « la formation » – partagent leurs expériences et points de vue autour d’une notion d’actualité, en dialogue avec les auditrices et les auditeurs. En effet, le public est invité à jouer un rôle actif dans ce débat d’idées et ce questionnement. Ce dispositif vise à permettre aux participants d’établir un espace de pensée « entre » les un.e.s et les autres (Bakhtine et al., 1984 ; Buber, 1999) et donc à différentes logiques de se rencontrer (Le Moigne & Morin, 1999 ; Morin, 2005).

Au-delà des questions de didactique, l’objectif de ces rencontres est double :

–        Permettre aux étudiant.e.s de Master de participer à des événements scientifiques, de s’inscrire dans un réseau et de rencontrer ainsi d’autres actrices et acteurs qui se questionnent sur les notions ou questions abordées ;

–        Confronter différents univers réflexifs professionnels en décloisonnant la réflexion afin de faire un « pas de côté », potentiellement « scientifiquement impertinen[t] » dans nos questionnements respectifs pour changer de perspective et « inventer de nouveaux chemins et cheminements » (Paveau, 2012).

De quoi parle-t-on ? Pourquoi ? Pour qui ? Comment ?

Pour cette nouvelle édition, la question des médiations humanistes et créatives fera l’objet de l’échange proposé entre nos deux nvités et avec le public. 

Les médiations sont au coeur de la relation éducative. Elles touchent les relations entre les individus, entre les typologies de discours et les modalités de communication, entre les cultures, entre les professions, les milieux sociaux ; elles sont de nature sociale, didactique, linguistique, sensible etc. 

Au cœur de tous les métiers qui s’intéressent à l’humain, les médiations sont donc complexes.

Ces questions et d’autres occuperont les échanges de ces rencontres autour des l’implication des médiations en éducation et dans nos sociétés.

Le public : Étudiant.e.s de Master MEEF de toutes mentions, étudiant.e.s en Master FLE, Sciences de l’Éducation, en sociologie, psychologie, philosophie, sciences cognitives, Lettres et Langues, etc. ; doctorant.e.s ; enseignant.e.s ; formateurs.rices ; inspecteurs.rices ; chercheurs.euses…

Chaque rencontre sera suivie d’un moment convivial permettant de poursuivre les échanges de manière informelle. (Extrait de dialogiques.sciencesconf.org)

Inscription sur https://r-dialogiques.sciencesconf.org/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Lettre%20dinformation%20du%20CEMA%20-%20Avril%202022&utm_medium=email

Médiation scolaire : « la médiation, c’est la solution ! » au collège Léo Larguier de la Grande-Combe (30)


Dix-neuf collégiens de Léo-Larguier ont reçu ce lundi un diplôme pour avoir suivi durant quatre jours une formation à la « médiation par les pairs », dispensée par l’association alésienne Cémafor. (Extrait de midilibre.fr du 19/03/2022)

En savoir plus sur https://www.midilibre.fr/amp/2022/03/19/au-college-la-mediation-cest-la-solution-10179871.php

Video : Conférence de presse de France Médiation – Les réussites de la médiation à l’école : « Comment développer la culture de l’apaisement et de la prévention pour lutter contre le harcèlement à l’école ? »


Convention relative à la mise en œuvre de la médiation entre l’Université de Strasbourg, le Tribunal Administratif de Strasbourg et la Cour Administrative d’Appel de Nancy .


« Après de nombreuses discussions avec l’Université de Strasbourg, les parties se sont accordées pour la signature d’une convention cadre avec l’Université en matière de médiation administrative qui s’est concrétisée le 8 septembre 2021.

Forte de 60 000 étudiants environ, l’Université de Strasbourg présidée par M. Michel DENEKEN compte déjà en son sein un médiateur en la personne de M. Hugues DREYSSE. Celui-ci est à l’écoute constante des étudiants qui peuvent le saisir pour les problèmes rencontrés au cours de leur parcours universitaire en vue de résoudre le différend ou le conflit dont ils sont à l’origine ou qu’ils subissent. Totalement indépendant dans l’exercice de sa mission, le médiateur de l’UNISTRA, à l’image de « l’ombudsman » est en quelque sorte un monsieur « bons offices » qui sert de vecteur entre l’étudiant et l’administration universitaire au sein de chacune des composantes de l’université. Son champ d’action qui recoupe celui du médiateur académique fait cependant l’objet d’un partage le médiateur de l’UNISTRA n’étant compétent que pour les affaires de l’UNISTRA »

Pour autant, tous les conflits ne sont pas forcément résolus par l’intermédiaire du médiateur de l‘université. En cas d’échec de la médiation universitaire ou lorsque l’étudiant préfère saisir directement le juge administratif sans recourir au médiateur ad hoc, le président de la formation de jugement a la faculté, en application de l’article L213-7 du code de justice administrative, lorsqu’il a obtenu l’accord des parties, ordonner une médiation pour tenter de parvenir à un accord entre celles-ci grâce à l’aide d’un tiers désigné comme médiateur, neutre ,impartial , indépendant et extérieur aux parties.

La convention cadre signée entre les parties a permis de sensibiliser la communauté universitaire après des échanges nourris entre les partenaires de la nécessité pour les parties de rechercher des solutions pour leur permettre de « sortir par le haut » lorsque cela est possible pour aplanir le conflit et faire « du gagnant gagnant » et éviter au juge de trancher le litige.

Une présentation des axes de collaboration des dispositifs de médiation de l’Université de Strasbourg et du tribunal administratif de Strasbourg a été effectuée par le médiateur de l’Université et par le référent médiation du tribunal administratif de Strasbourg lors du conseil académique de l’Université qui s’est tenu le 12 octobre 2014 à l ’UNISTRA . » (Extrait de strasbourg.tribunal-administratif.fr du 28/10/2021)

En savoir plus sur http://strasbourg.tribunal-administratif.fr/A-savoir/Communiques/Signature-d-une-convention-relative-a-la-mise-en-oeuvre-de-la-mediation-entre-l-Universite-de-Strasbourg-le-Tribunal-Administratif-de-Strasbourg-et-la-Cour-Administrative-d-Appel-de-Nancy?s=09

Médiation scolaire : le collège Barbot de Metz vise un prix national


« Depuis trois ans, le collège Barbot a lancé une cellule de médiation entre collégiens pour gérer les conflits et lutter contre le harcèlement scolaire. Il a reçu le 1er prix départemental de l’association nationale des membres de l’ordre National du Mérite et vise le niveau national.

Adèle, Guilbon et Gaétan sont médiateurs depuis trois ans. Quand un conflit survient entre élèves, ils interviennent pour discuter, trouver une solution. « La dernière fois, deux élèves de 6e  s’étaient disputés lors d’un match de ping-pong. On les a aidés à s’expliquer pour que cela ne se reproduise pas. » (Extrait de .republicain-lorrain.fr du 6/10/2021)

En savoir plus sur https://www.republicain-lorrain.fr/education/2021/10/06/gestion-des-conflits-et-mediation-barbot-vise-un-prix-national

Hauts-de-Seine : Une dizaine de médiateurs supplémentaires prévus dans les collèges


Actu Hauts-de-Seine

« Le département va se doter d’une dizaine de médiateurs supplémentaires. La mesure a été adoptée lundi 20 septembre 2021 par la commission permanente de l’assemblée départementale des Hauts-de-Seine, en charge de la gestion des collèges.

85 médiateurs dans 74 collèges

Plus de médiateurs dans plus de collèges. L’assemblée départementale a approuvé la liste des collèges publics bénéficiaire du dispositif de médiation éducative pour l’année scolaire 2021-2022. 

C’est donc 74 collèges qui vont bénéficier de 85 médiateurs répartis dans tous les établissements. Créé en 1996, ce dispositif de médiation éducative disposait jusqu’alors de 75 personnes répartis sur 65 collèges volontaires.  

Ces professionnels de la relation avec les élèves ont pour mission la gestion des conflits et des tensions entres élèves au collège mais sont également en charge de leur accompagnement éducatif et de la conduite des projets de prévention. » – O. Kouassi (Extrait de actu.fr/ile-de-france du 23/09/2021)

En savoir plus sur https://actu.fr/ile-de-france/nanterre_92050/hauts-de-seine-une-dizaine-de-mediateurs-supplementaires-prevus-dans-les-colleges_45120448.html

La Réole (33) : la médiation par les pairs mise en place au collège Paul-Esquinance


La Réole : la médiation par les pairs mise en place au collège Paul-Esquinance

« Des stands qui ont connu un franc succès Le collège Paul-Esquinance de La Réole accueille plus de 650 élèves dans ses murs. Outre la mission principale d’apprentissage de beaucoup de matières, le savoir-vivre en communauté en est une difficile à appréhender… » (Extrait de sudouest.fr du 13/09/2021)

En savoir plus sur https://www.sudouest.fr/gironde/la-reole/la-reole-la-mediation-des-pairs-mise-en-place-au-college-paul-esquinance-5731659.php?fr=operanews

Médiateurs à l’école : « Un métier qui doit s’inscrire dans la durée » par Xavier Rochefort, président de France Médiation


Mi-juin, le gouvernement a présenté son plan de prévention et de lutte contre les violences entre jeunes. En mettant l’accent sur la médiation en milieu scolaire, l’exécutif confirme le rôle déterminant de cette dernière dans la résolution des conflits et l’apprentissage de la citoyenneté. Profitons de cette dynamique pour en faire un dispositif central dans tous les établissements scolaires.

Attendue depuis plusieurs mois, cette annonce ne peut être accueillie que positivement dans un contexte de hausse des affrontements entre jeunes, dont certains ont tragiquement endeuillé notre pays au cours des derniers mois.

Ce plan de prévention des violences en milieu scolaire est d’autant plus important qu’il concerne toutes les formes de violences et notamment celles entre écoliers et collégiens, comme le harcèlement dont les conséquences sur le bien-être psychologique et social des élèves peuvent être considérables (décrochage scolaire, absentéisme…).

Articulé autour de trois volets – prévention, renseignement, suivi judiciaire –, le plan du gouvernement propose un ensemble d’actions concrètes et ambitieuses, parmi lesquelles la création de plusieurs centaines de postes de médiateurs sociaux d’ici la fin de l’année 2021. Parallèlement, il encourage spécifiquement le déploiement des médiateurs en milieu scolaire, en rappelant l’efficacité de leur travail.

Réduction des violences

Car, oui, la médiation entre jeunes et entre jeunes et adultes fait quotidiennement ses preuves en milieu scolaire. Et ce depuis dix ans maintenant, depuis qu’un changement de perspectives décisif s’est opéré sous l’impulsion des Etats généraux de la sécurité à l’école en avril 2010 et du rapport du professeur Eric Debarbieux publié en 2011, qui ont mis en lumière l’importance et le besoin de médiation à l’école.

(….)

Les résultats produits par la médiation à l’école sont confirmés par de nombreuses études. Les travaux du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques [Sciences Po] ont ainsi montré l’efficacité de la médiation sociale en milieu scolaire sur la réduction des violences : le taux de harcèlement ressenti dans les établissements ayant bénéficié d’un médiateur est réduit de 11 %. Le programme est particulièrement bénéfique pour les élèves les plus exposés à la violence : la probabilité de se sentir harcelé diminue de 46 % chez les garçons de 6e et de 26 % chez les filles de 5e.

Des effets intéressants sont également visibles sur le bien-être des élèves. Par exemple, la proportion de garçons de 6e déclarant avoir déjà séché les cours est 30 % plus faible, les élèves déclarent aussi une moindre tolérance face aux différentes formes de violence et une plus grande facilité à venir en aide à leurs pairs victimes de ces mêmes actes. Les familles expriment aussi une nette amélioration des relations avec les établissements scolaires (hausse de 13 % des parents ayant discuté plusieurs fois avec un enseignant). » (Extrait de lemonde.fr 31/08/2021)

En savoir plus sur https://www.lemonde.fr/education/article/2021/08/31/mediateurs-a-l-ecole-un-metier-qui-doit-s-inscrire-dans-la-duree_6092837_1473685.html

Conférence Zoom : « Les Petits Médiateurs », un outil pédagogique de sensibilisation à la médiation pour tous présentée par Catherine LAVALE, le 12/10/2021 à 18h30


En savoir plus surhttps://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6838168293925236736/