Médiation internationale : l’ONU et la communauté Sant’Egidio s’allient pour les efforts de médiation


La Croix logo

« La communauté catholique a été un acteur discret mais efficace dans les négociations de paix dans de nombreux pays depuis sa création il y a cinq décennies.

Les Nations unies ont signé vendredi 9 juin un accord avec la communauté catholique de Sant’Egidio pour travailler de concert aux efforts de médiation pour la paix à travers le monde, et notamment en Centrafrique où la communauté est très impliquée.

Sant’Egidio a été un acteur discret mais efficace dans les négociations de paix dans de nombreux pays depuis sa création il y a cinq décennies. La communauté est capable « de parvenir à l’accord le plus difficile à atteindre », a souligné Jeffrey Feltman, sous-secrétaire général aux affaires politiques de l’ONU.

Canal de communication régulier

L’accord met en place un canal de communication régulier entre l’organisation, basée à Rome, et les Nations unies, une collaboration qui rendra les deux institutions « plus fortes », selon le président de Sant’Egidio Marco Impagliazzo. Ce dernier s’adressera au Conseil de sécurité lundi à propos des efforts en cours pour persuader certains des 14 groupes armés en Centrafrique d’abandonner le conflit armé pour se joindre à des négociations. Ces efforts pourraient payer dans les semaines à venir, a-t-il dit.

Un rôle clé

La communauté de Sant’Egidio a joué un rôle clé pour négocier un accord de paix au Mozambique. Elle est par ailleurs impliquée dans des médiations au Soudan du Sud, en Libye, et en Casamance, dans le sud du Sénégal. Avec l’Église protestante, elle a aussi mis en place en Italie des couloirs humanitaires permettant à des réfugiés syriens au Liban d’arriver à Rome par avion et en toute légalité, un projet qui doit être étendu à la France. » (Extrait de la-croix.com du10/06/2017)

En savoir plus sur http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/LONU-communaute-SantEgidio-sallient-efforts-mediation-2017-06-10-1200853996

Le Vatican sollicité comme médiateur entre les deux Corées


La Corée du Sud espère la médiation du pape François pour rétablir le dialogue avec la Corée du Nord. Le nouveau président sud-coréen a fait parvenir un message en ce sens au Vatican.

Le 9 mai dernier, Moon Jae-In a été élu président des Sud-Coréens autour d’une politique de dialogue et de réconciliation avec Pyongyang. Alors que la Corée du Nord multiplie les provocations, le président Moon a envoyé un émissaire spécial auprès du Saint-Siège pour demander au pape François de soutenir le processus de réconciliation dans la péninsule.

Mgr Hyginus Kim Hee-jong, 70 ans, archevêque de Gwangju et président de la Conférence des évêques catholiques de Corée (CBCK), a eu l’opportunité fin mai de s’entretenir avec le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège d’une part ainsi qu’avec le pape deux jours plus tard. Evoquant le rôle joué par le Saint-Siège dans le cadre du rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis d’Amérique, Mgr Kim a déclaré espérer « que le Vatican va pour agir comme médiateur » entre les deux Corées. Pour le président de la CBCK, « le dialogue constitue la seule option. Pyongyang est en train de montrer sa puissance militaire, mais nous devons poursuivre le dialogue. Si la Corée du Nord devient ouverte au dialogue, les tensions dans la péninsule coréenne diminueront« .

Mgr Kim faisait partie de la délégation de cinq évêques catholiques sud-coréens qui s’était rendue en Corée du Nord en décembre 2015, sous l’égide du « Comité spécial des évêques pour la réconciliation coréenne ». Ce n’était certes pas la première fois que des évêques se rendaient en Corée du Nord, mais ce déplacement revêtait une importance particulière, comme l’explique le porte-parole de la CBCK, le P. Lee Young-seok, car les évêques « [avaient été] invités personnellement par Kang Ji-young, le président de l’Association catholique de Corée [organe officiel du régime nord-coréen]. Jusqu’à récemment, les seules relations que nous avions avec la Corée du Nord passaient par le biais de programmes humanitaires« .

Prière pour la paix

Une première réponse symbolique ne s’est pas fait attendre. Lors de l’audience générale du 7 juin, le pape François a béni un autel destiné au sanctuaire marial de Namyang, en Corée du Sud (en photo ci-contre). C’est une initiative de l’Association Communauté Reine de la Paix de Radom, « qui, s’inspirant des 12 étoiles de la couronne de Marie, Reine de la Paix, est en train de réaliser 12 centres d’adoration eucharistique et de prière perpétuelle pour la paix dans les lieux les plus enflammés du monde« .

Le sanctuaire de Notre-Dame du Rosaire à Namyang en Corée du Sud est composé d’un « Jardin de Jésus miséricordieux », un chapelet de la Divine Miséricorde géant ainsi qu’une statue de Jean-Paul II. Le site inauguré en 1991 est construit sur le lieu du martyre de nombreux catholiques durant la persécution Byungin (1866). «En ce mois de juin dédié à la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, que la prière de chacun pour la paix ne fasse pas défaut », a encouragé le pape. -A.-F. de Beaudrap (Extrait de cathobel.be du 7/06/2017)

En savoir plus sur http://www.cathobel.be/2017/06/07/vatican-sollicite-mediateur-entre-deux-corees/

RDC: Joseph Kabila reconduit la médiation des évêques pour la mise en œuvre de l’accord


« Le président Joseph Kabila a reconduit mercredi 4 janvier la médiation de l’épiscopat congolais en vue de l’application de l’accord de cogestion de la République démocratique du Congo jusqu’à l’élection de son successeur, a-t-on appris des sources concordantes.

«Les choses sont claires après l’échange entre les évêques et le président de la République qui leur a demandé de tout faire pour mettre en application l’accord», a déclaré à l’AFP une source ecclésiastique.

«Les évêques ont été reçus en audience par le président Kabila. Mais le contenu des entretiens n’est pas destiné à la presse», a déclaré à l’AFP un proche collaborateur du chef de l’État.

Mercredi dernier en début de soirée, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont présenté « en primeur » à M. Kabila l’accord de sortie de crise née du maintien du chef de l’État au-delà du terme de son mandat le 20 décembre.

Mardi, la majorité au pouvoir en RDC avait conditionné sa participation aux négociations sur les modalités d’application de l’accord du 31 décembre à la reconduction du mandat des évêques par M. Kabila. L’accord entérine une décision de la Cour constitutionnelle autorisant M. Kabila à demeurer à la tête du pays, en contrepartie de la création d’un conseil de surveillance de l’accord et la désignation d’un Premier ministre de l’opposition. » (Extrait de radiookapi.net du 5/01/2017)

En savoir plus sur http://www.radiookapi.net/2017/01/05/actualite/politique/rdc-joseph-kabila-reconduit-la-mediation-des-eveques-pour-la-mise-en

Vidéo : « Comment gérer la surcharge cognitive en médiation  » par Par Jean Poitras (Conflits et Stratégies)


« Qu’est-ce qu’une surcharge cognitive ? Illustrons le concept avec deux exemples. L’équation « 3 x 2 +4 » est relativement simple à résoudre par calcul mental. Mais qu’en est-il de l’équation « 34 x 13 + 69 » ? La plupart de gens (moi compris) ne pourront pas solutionner ce problème par calcul mental à cause de la surcharge cognitive. En effet, les retenues nécessaires pour effectuer ce calcul dépassent la capacité de la mémoire de travail qui peut traiter simultanément en générale de 3 à 6 éléments. En situation de surcharge cognitive, la réaction classique et d’abandonner le traitement de l’information tout en ressentant de la frustration. Comme la plupart des conflits sont des situations complexes, le risque de surcharge cognitive pour les parties est grand. Si vous ne tenez pas compte de ce phénomène, il est fort possible que l’exploration et l’analyse des options de solutions soient limités par la capacité de la mémoire de travail des parties. Comment peut-on limiter le phénomène de la surcharge cognitive en médiation ? » (Extrait de sherpamediation.com du 3/10/2016)

Vidéo à consulter sur http://www.sherpamediation.com/2016/10/comment-gerer-la-surcharge-cognitive-en_95.html

Venezuela : le Vatican se pose en médiateur de la crise politique


« Le président Nicolás Maduro a inopinément rencontré le pape François lundi 24 octobre au Vatican, dans le cadre de la crise politique que traverse son pays.
Le souverain pontife a déjà envoyé un émissaire à Caracas pour tenter d’ouvrir le dialogue entre le gouvernement et l’opposition.

“Les membres des deux camps se réuniront le 30 octobre sur l’île de Margarita” pour reprendre le dialogue, informe le quotidienÚltimas Noticias. Et, comme un symbole de l’implication pontificale dans ce processus d’apaisement, c’est Emil Paul Tscherrig, émissaire envoyé par le Vatican, qui a lu le communiqué annonçant les futures négociations. Le médiateur accompagnait des représentants des deux camps au cours d’une réunion qui s’est tenue lundi 24 octobre à Caracas. » (Extrait de courrierinternational.com du 25/10/2016 )

En savoir plus sur http://www.courrierinternational.com/article/venezuela-le-vatican-se-pose-en-mediateur-de-la-crise-politique

ARMENTIÈRES : une médiation a été proposée par la Cour d’appel de Douai à propos d’un conflit relatif à la gestion de la mosquée d’Armentières


Les tensions remontent à 2013 au sein de la mosquée elle pourraient trouver une issue dans les prochains mois.  photo archives Thoma Lo presti

« En juin, la Cour d’appel de Douai avait convoqué les deux parties qui s’opposent depuis 2013 à la mosquée d’Armentières pour une médiation. La rencontre a eu lieu en septembre et après trois semaines de négociations et de rebondissements, un accord a été trouvé entre les parties. (…)

Des négociations ont été engagées. Objectif  : s’entendre avant d’entamer le processus de médiation. Une médiation qui doit permettre d’organiser, dans un premier temps sous l’égide d’un médiateur désigné par le président de la Cour d’appel, des élections.

Si les deux parties étaient d’accord sur le principe, il a fallu faire des concessions sur les modalités. Mais un accord a enfin été trouvé en fin de semaine dernière.

Il a été décidé que les membres fondateurs et bienfaiteurs n’auront pas de statut particulier et que toute personne à jour de ses cotisations (pour les autres, elles ont un mois à compter de la date de l’arrêt pour régulariser leur situation) sera éligible et électeur, explique Me Ismi, avocat de M. Hammoudi et consort jusque juillet puisque depuis les opposants se sont divisés .

Autre point d’accord : l’annonce de ces élections par tous moyens (SMS, mail, oralement) en plus de l’affichage. » (Extrait de avoixdunord.fr du 11/10/2016)

En savoir plus sur http://www.lavoixdunord.fr/57933/article/2016-10-11/mosquee-une-mediation-enclenchee-mais-dans-un-contexte-pas-si-apaise

Sénégal : la tension éclate à la médiation des Imams relative à la démolition des mosquées


DÉMOLITION DES MOSQUÉES : la tension éclate à la médiation des Imams.

« Une médiation organisée par l’Association des Imams et Ulémas de Saint-Louis en compagnie de l’Imam ratib Cheikh Tidjane DIALLO n’a pu aboutir, lundi.

Des adjoints au maire, délégués de quartiers de Guet-Ndar et d’autres notables de la ville avaient répondu à l’appel de cette rencontre, convoquée par le Prefet Marima TRAORE pour trouver un terrain d’entente sur l’affaire.

Les gestionnaires de deux moquées sont restées campées sur leurs propositions rejetant catégoriquement une quelconque possibilité de démolir les lieux, et ce, malgré la promesse de la commune de Saint-Louis d’ériger d’autres, dans le cadre de son plan d’aménagement.

Donnant l’exemple de la moquée initiale du Prophète (Paix et Salut  Lui) et du sanctuaire de Bakhia, l’Imam Idrissa MBENGUE qui modérait la rencontre a signalé que la démolition est permise, compte tenu de l’ampleur du projet et du fait que deux nouveaux lieux de prière seront installés, en échanges.

Il a invité les deux comités à accepter la proposition de la Commune de déménager vers un espace aménagé près des cimetières de Thième. «  C’est un bon endroit qui n’est pas loi », a-t-il dit, joint par NdarInfo.

Mais, l’Imam Abdourahmane TRAORE et la direction de l’autre moquée rejettent la proposition et marquent leur indignation. «  Je  m’étonne de la nouvelle volonté de démolir la moquée alors que de fermes assurances nous ont été données par la Commune », a-t-il dit.

Il a rappelé la dimension de ce lieu de culte qui en son sein garde un important institut islamique. Ce centre forme des jeunes venus de divers horizons.

Des empoignades et virulences verbales ont mis fin, de manière précoce, à la rencontre lorsque l’éventualité d’une démolition a été soulevée. » (Extrait de ndarinfo.com du 27/09/2016)

En savoir plus sur http://www.ndarinfo.com/DEMOLITION-DES-MOSQUEES-la-tension-eclate-a-la-mediation-des-Imams_a17054.html

%d blogueurs aiment cette page :