Québec : JOURNÉE PROVINCIALE DES MÉDIATEURS BÉNÉVOLES avec 150 médiateurs à Drummondville


 

« Ce sont 14 médiateurs  bénévoles de Pacte Bois-Francs qui ont participé à cette journée  en compagnie de Josianne Pouliot, responsable du service de médiation citoyenne de Pacte Bois-Francs.

Environ 250 médiateurs sont engagés bénévolement en médiation citoyenne auprès de leur communauté, et ce, dans différentes régions du Québec. L’événement du 22 avril a permis de réunir près de 150 de ces médiateurs.  Cette journée est une occasion de formation, d’échanges et de rencontres entre médiateurs engagés dans différents projets de médiation citoyenne partout en province.  Cette année, les médiateurs ont pu assister à différents ateliers en lien avec leur pratique.  Outre les nouvelles provinciales, les participants ont pu échanger sur l’accès à la justice et la participation citoyenne, la médiation citoyenne et les personnes aînées, l’approche relationnelle et le contact avec les personnes impliquées.

Le Regroupement des organismes de justice alternative du Québec (ROJAQ) est une association à but non lucratif qui existe depuis 1989 et qui regroupe 23 organismes de justice alternative (OJA) membres à travers le Québec. Le ROJAQ et ses membres contribuent à développer et à soutenir des projets collectifs dans différents milieux (quartiers, communautés, garderies, écoles, organisations, HLM, COOP, etc.) visant la promotion d’une saine gestion des conflits basée sur la communication et le dialogue.

Depuis plus de 15 ans, nous formons, encadrons et soutenons des groupes de médiateurs citoyens bénévoles qui accompagnent leurs concitoyens dans la gestion de diverses situations. Par l’entremise des OJA, un service gratuit de médiation citoyenne est offert à toute personne souhaitant établir un dialogue relativement à une situation conflictuelle avec la ou les personnes concernées. Des médiateurs bénévoles formés en gestion de conflits et en médiation sont disponibles pour accompagner les citoyens dans l’établissement du dialogue constructif. » (Extrait de lanouvelle du 24/04/2017)

 

Québec : l’Alliance syndicale de la construction demande de ne pas prolonger le mandat des médiateurs.


« La ministre du Travail, Dominique Vien, attend les rapports des médiateurs avant de décider si elle s’abstiendra de prolonger leur mandat, comme le lui demande l’Alliance syndicale de la construction.

Lundi, l’Alliance syndicale a écrit à la ministre pour lui demander de ne pas prolonger le mandat des médiateurs lorsque celui-ci viendra à échéance, le 30 avril ou le 2 mai, selon le sous-secteur de l’industrie. L’Alliance voudrait que la ministre laisse le rapport de forces s’exercer.

Mais, la même journée, une association patronale, l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec, lui a aussi écrit pour lui demander, au contraire, de prolonger cette période de médiation dans son secteur, celui du résidentiel.

Interrogée à ce sujet, mardi, alors qu’elle donnait une conférence de presse à Montréal sur les travaux bénévoles de construction, la ministre du Travail a fait comprendre que sa décision à ce sujet n’était pas encore prise.

«On va attendre le rapport du médiateur. Par la suite, on verra comment on se gouverne dans ce dossier-là», a répondu la ministre Vien.

Elle a surtout insisté quant à la nécessité pour toutes les parties de continuer la négociation malgré tout.

«Je les incite fortement à négocier. Utilisons toutes les heures d’une journée pour négocier», a-t-elle martelé.

Une autre association patronale, l’Association de la construction du Québec, qui négocie pour les secteurs industriel, commercial et institutionnel (ICI), s’est dite parfaitement d’accord avec la suggestion de poursuivre les discussions en médiation.

«On a entamé cette semaine, dans le secteur ICI, un blitz de négociation. On a des rencontres qui sont prévues tous les jours: aujourd’hui, mercredi, jeudi et vendredi. Nous travaillons à une entente. Nous croyons qu’une entente est possible avant le 30 avril. Et s’il faut qu’on vienne négocier samedi et dimanche, nous serons disponibles», a lancé Éric Côté, responsable des relations avec les médias à l’Association de la construction.

Les conventions collectives dans l’industrie de la construction, qui concernent 175 000 ouvriers, arrivent à échéance le week-end prochain.

L’Alliance syndicale sonde présentement ses membres dans le but d’obtenir un mandat de déclencher des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève. Mais même si les mandats des médiateurs n’étaient pas renouvelés à l’échéance du 30 avril ou du 2 mai, il s’ensuivrait une période tampon de 21 jours avant l’exercice du droit de grève — s’il était accordé.

L’Alliance syndicale regroupe la FTQ-Construction, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), le Syndicat québécois de la construction, la CSD-Construction et la CSN-Construction. -Lia Lévesque, La Presse canadienne  » (Extrait de actualite.com du 25/04/2017)

En savoir plus sur http://lactualite.com/actualites/2017/04/25/mediation-dans-la-construction-la-ministre-vien-attend-les-rapports/

Québec : L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) participe au projet de médiation en ligne de l’Office de la protection du consommateu (OPC).


« L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) est fière de participer, par le biais de sa bannière Réno-Maître, au projet de médiation avec la plateforme d’aide au règlement des litiges en ligne (PARLe). Cet outil, offert par l’Office de la protection du consommateur (OPC), propose aux consommateurs et aux commerçants de régler un litige les opposant dans un environnement neutre, confidentiel, sécuritaire et entièrement en ligne. Les parties concernées pourront négocier et, au besoin, bénéficier gratuitement des services d’un médiateur externe en ligne. Une cohorte d’entrepreneurs accrédités à la bannière Réno-Maître a décidé de participer à cette démarche. Ces entrepreneurs pourront offrir le service PARLe si jamais un litige survenait avec un de leurs clients. « La satisfaction des consommateurs faisant affaire avec nos entrepreneurs est une priorité de tous les instants. En participant à ce projet, nous offrons une solution additionnelle pour régler à l’amiable des litiges, et ce, sans frais et sans devoir entreprendre des démarches judiciaires », déclare le vice-président Développement stratégique et Communications de l’APCHQ, François-William Simard. » (Extrait de lelezard.com du 5/04/2017)

En savoir plus sur http://www.lelezard.com/communique-13192952.html

r

Québec : un médiateur est nommé dans le cadre du conflit du travail au Service de transport adapté de la Capitale (STAC)


Drapeau

 « Sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2015, la trentaine de travailleuses et travailleurs du Service de transport adapté de la Capitale (STAC) ont adopté à l’unanimité en fin de semaine un mandat de grève à exercer au moment jugé opportun.

Après 16 rencontres de conciliation, les membres ont rejeté d’un commun accord la dernière offre de l’employeur qui comporte des reculs importants dans les conditions de travail, notamment quant aux horaires et aux protections accordées aux salariés à temps partiel. Ils et elles ont du même souffle adopté un mandat de grève dans une proportion de 100 %. La grève ne sera cependant pas déclenchée immédiatement. Une rencontre est prévue jeudi avec un médiateur nommé dans le cadre de la nouvelle Loi concernant le régime de négociation des conventions collectives et de règlement des différends dans le secteur municipal (Loi 24).

« Nous espérons que la médiation aidera à dénouer l’impasse actuelle. Jusqu’à présent, chaque fois que l’employeur se tourne vers ses mandants pour avoir une marge de manœuvre – le Réseau de transport de la Capitale – il revient les mains vides. Un an et trois mois sans convention, c’est inacceptable. On ne souhaite pas la grève, mais s’il faut passer par là pour que ça débloque, nos membres sont prêts à y aller », explique le représentant syndical des Métallos, Claude Lévesque.

Le médiateur dispose de 60 jours pour amener les parties à s’entendre. Mais les travailleuses et les travailleurs, membres de la section locale 9599 du Syndicat des Métallos, peuvent à tout moment exercer leur droit de grève au cours du processus, dans le respect de la Loi sur les services essentiels. » (Extrait de newswire.ca du 4/04/2017)

En savoir plus sur http://www.newswire.ca/fr/news-releases/sans-convention-depuis-decembre-2015—mandat-de-greve-a-100–au-service-de-transport-adapte-de-la-capitale-618207963.html

Québec : création d’un service de médiation citoyenne pour la population de la MRC de Rivière-du-Loup


« L’organisme Justice alternative du KRTB lance officiellement le service de médiation citoyenne pour la population de la MRC de Rivière-du-Loup.

Un différend vous oppose à un voisin, à une connaissance, à un commerçant, etc. ? La médiation citoyenne peut s’avérer une option intéressante. En faisant appel à ce service, vous trouverez des médiateurs disposés à vous aider à rétablir la communication, à dénouer l’impasse et à vous accompagner dans la recherche de solutions à l’amiable.

Les citoyens peuvent appeler dès maintenant au 418-816-0660 pour rejoindre les médiateurs bénévoles qui se feront un plaisir de vous accompagner dans votre démarche de résolution de conflits. En laissant votre nom et vos coordonnées sur la boite vocale, un médiateur entrera en contact avec vous dans les plus brefs délais. Les médiateurs bénévoles sont formés et encadrés par les intervenants de l’organisme communautaire Justice alternative du KRTB.

Notons finalement que le maintien des services dépend entièrement du dévouement des précieux collaborateurs que sont les médiateurs bénévoles. L’unité de médiation citoyenne de Rivière-du-Loup est toujours à la recherche de citoyens intéressés à intégrer l’équipe de médiateurs. Si vous avez du temps à offrir et que le mieux-être des membres de votre communauté vous tient à cœur, vous avez peut-être tout ce qu’il faut pour devenir un bon médiateur citoyen ! Une formation gratuite est offerte pour les citoyens intéressés. » (Extrait de infodimanche.com du 14/03/2017)

En savoir plus sur http://www.infodimanche.com/actualites/actualite/308818/une-nouvelle-facon-de-penser-et-de-regler-un-conflit

Québec : une médiation proposée pour faciliter les négociations dans le secteur de la construction


« La médiation vient de commencer dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel de l’industrie de la construction, dans le but de faciliter les négociations entre les parties patronale et syndicale.

La ministre du Travail a finalement nommé comme médiatrice Lise Lavallée, qui avait déjà été affectée à titre de conciliatrice au dossier.

La médiatrice a réuni les parties patronale et syndicale, jeudi, et d’autres dates de rencontres de négociations ont été arrêtées.

L’ajout de nouvelles dates de négociation a encouragé l’Association de la construction. Cela «nous laisse croire qu’une entente pour le 30 avril est toujours possible», écrit-elle dans son bulletin interne diffusé vendredi.

La négociation est plutôt laborieuse, cette année, dans ces sous-secteurs de l’industrie de la construction que sont l’institutionnel, le commercial et l’industriel. Dès la première rencontre, le 19 janvier, les parties patronale et syndicale n’avaient même pas réussi à s’entendre quant à la signature d’un protocole de négociation pour en déterminer les balises — ce qui avait abrégé la rencontre. » (Extrait de journalmetro.com du 3/03/2017)

En savoir plus sur http://journalmetro.com/actualites/national/1098493/negos-dans-la-construction-la-mediation-debute/

Québec : L’Alliance syndicale demande une médiation dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives dans l’industrie de la construction


Avec ses 175 000 ouvriers dans ses différents secteurs, l’industrie de la construction est un acteur clé de l’économie

« Les négociations pour le renouvellement des conventions collectives dans l’industrie de la construction s’annoncent décidément laborieuses cette année, du moins pour certains secteurs.

La Presse canadienne a appris que l’Alliance syndicale vient de demander la médiation pour les secteurs institutionnel, commercial et industriel. Jointe par téléphone jeudi, l’Alliance syndicale a simplement confirmé qu’une demande de médiation avait été adressée au ministère du Travail. Elle n’a pas voulu commenter plus avant.

Cette demande de médiation provenant de la partie syndicale survient après que ce fut la partie patronale de ce secteur, l’Association de la construction du Québec (ACQ), qui eut demandé la conciliation, plus tôt ce mois-ci. Le ministère du Travail avait alors nommé une conciliatrice au dossier pour faciliter les discussions entre les parties. » (Extrait de ledevoir.com du 24/02/2017)

En savoir plus sur http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/492444/negos-dans-la-construction-la-mediation-est-demandee

 

L’Association de la construction du Québec représente quelque 17 000 employeurs dans ces secteurs institutionnel, commercial et industriel. Les quatre conventions collectives dans l’industrie de la construction arriveront à échéance le 30 avril prochain.