Québec : De la médiation citoyenne offerte dans la MRC de Pierre-De Saurel


dr-13092017-mediation.JPG

« Justice Alternative Pierre-De Saurel est présentement en processus afin de mettre sur pied un système de médiation citoyenne.

Publicité 

La médiation citoyenne est un moyen efficace de résoudre les différends entre des personnes, en ne passant pas par la lourdeur du système judiciaire, mais plutôt en faisant appel à des gens bénévoles neutres et extérieures.

  » Depuis des années que nous travaillons dans le cadre de la médiation pénale entre un jeune contrevenant et sa victime. Nous avons aussi développé une grande expertise au niveau de la médiation scolaire où nous avons accompagné des jeunes et même formé des élèves à devenir médiateurs. De là est venue l’idée de la médiation citoyenne, afin de l’offrir à plus grande échelle », précise Nicole Teasdale, directrice générale de Justice Alternative Pierre-De Saurel.

C’est grâce à une subvention du Bureau du Fonds Accès Justice du Ministère de la justice que la médiation citoyenne pourra être implantée dans la région. « Cette subvention va nous permettre de recruter des bénévoles, de les former, de les soutenir et de faire la promotion de l’unité pour recevoir éventuellement des demandes de résolutions de conflits », précise Nicole Teasdale.

L’organisme est présentement à la recherche de bénévoles, désireux d’aider les gens à régler des conflits. « Ces personnes qui souhaitent consacrer de leur temps ne doivent pas avoir peur du conflit et devront être prêtes à rester neutres. Elles devront aussi accepter une formation gratuite, des rencontres d’accompagnement et de soutien. Nous allons former ensemble une unité de médiation citoyenne et nous allons les soutenir et travailler ensemble pour que les relations de conflits redeviennent harmonieuses », précise Mme Teasdale.  » (Extrait de les2rives.com  du 13/09/2017)

En savoir plus sur http://www.les2rives.com/communaute/2017/9/13/de-la-mediation-citoyenne-offerte-dans-la-mrc-de-pierre-de-saure.html

Publicités

Formation (Québec) : La médiation d’une allégation de harcèlement psychologique : L’approche transformative – Montréal – 18 au 20/10/2017 par Me John Peter Weldon


Clientèle visée

Toute personne concernée par la problématique du harcèlement. Avoir assisté à une formation sur le harcèlement psychologique serait un atout. L’inscription est limitée à 12 participants.

Objectifs de la formation

À la fin de la formation, les participants :

  • Comprendront la théorie transformative du conflit.
  • S’approprieront les concepts de compétence (empowerment) et d’ouverture (recognition)
  • Comprendront les objectifs d’un tiers intervenant dans un cadre transformatif
  • Comprendront les formes d’intervention spécifiques utilisées par le médiateur pour favoriser chez les parties un sentiment accru de compétence personnelle et une ouverture progressive au point de vue de l’autre.
  • Se seront initiés aux pratiques de base et aux types d’intervention du médiateur transformatif.
  • Se seront familiarisés avec la manière d’appliquer le modèle transformatif dans le traitement d’une allégation de harcèlement psychologique.

Méthodologie

  • Capsules théoriques
  • Travail individuel, en dyade, en triade
  • Observation d’interventions (théâtre pédagogique)
  • Visionnement d’une médiation complète sur vidéo
  • Préparation d’interventions
  • Mises en situation de cas simulés
  • Rétroaction en plénière

Aspects du contenu

  • L’allégation de harcèlement, une crise d’interaction humaine
  • 4 modes d’intervention du tiers
  • 4 théories du conflit
  • 4 modèles de médiation
  • Orientation et rôle du médiateur transformatif
  • 2 objectifs : favoriser un sentiment accru de compétence personnelle et une plus grande ouverture aux points de vue de l’autre partie
  • 3 pratiques fondamentales : micro-focus, non-directivité, interventions transformatives
  • 4 types d’intervention : reflet, résumé, vérification, silence intentionnel
  • «Rester dans le sillage immédiat des parties»
  • Progression cyclique d’une médiation
  • Les différentes issues de la médiation
  • Contact avec l’employeur et mode de convocation des parties
  • Contrat d’intervention et consentement à la médiation
  • Rencontres préliminaires individuelles
  • Remarques introductives à la médiation
  • Rédaction du sommaire des acquis, du communiqué conjoint
  • Suivi avec l’employeur, les parties et l’entourage (Extrait de barreau.qc.ca )

En savoir plus sur http://www.barreau.qc.ca/formation/activite.jsp?noActiv=1433&namePage=activite.jsp&Langue=fr

Québec : nomination d’un médiateur dans les négociations entre le Réseau de transport de Longueuil (RTL) et le syndicat des chauffeurs


cd-28072017-rtl.JPG

« Le Syndicat des chauffeurs du Réseau de transport de Longueuil  (RTL) précise que la nomination d’un médiateur, tel qu’annoncé par le RTL en juillet, est un choix de l’employeur, et non une obligation de la loi.

Publicité
 Le 28 juillet, le RTL faisait savoir par voir de communiqué qu’il avait recouru, en conformité à la Loi 24, à la nomination d’un médiateur, affirmant que les deux parties n’étaient pas parvenues à une entente dans les négociations en cours depuis décembre 2016.
 Le RTL disait ainsi souhaiter en arriver à une entente négociée. Une première rencontre avec la médiatrice Lise Lavallée est d’ailleurs prévue le 8 septembre.
 La section locale 3333 du Syndicat canadien de la fonction publique, représentant les chauffeurs du RTL réitère que les temps de parcours – jugés irréalistes – demeurent l’enjeu principal de la négociation.
 Selon le rapport annuel 2016 du RTL, le nombre de plaintes concernant les déplacements des usagers a augmenté de 21 %.
«Ce n’est pas avec la création de slogans que l’on améliore le service aux usagers, comme semble le croire le RTL. C’est par des horaires réalistes, tant pour les usagers que pour les chauffeurs», souligne la présidente du syndicat des chauffeurs de la RTL, Sylvie Champagne.
Rappelons que les chauffeurs se seront prononcés en faveur du déclenchement de moyens de pression pouvant aller, au moment opportun, jusqu’à la grève. » (Extrait de brossardeclair.ca du 27/08/2017)

 

Québec : la ville de Sherbrooke s’entend avec ses pompiers sur une nouvelle convention collective


Pompiers

« En négociations depuis près de quatre ans, les pompiers de Sherbrooke et la Ville se sont finalement entendus sur les termes d’une nouvelle convention collective. Celle-ci a été approuvée par le conseil municipal, lundi soir, et viendra à échéance le 31 décembre 2018. La nouvelle convention prévoit une hausse salariale de 2 % par année, un congé férié additionnel et l’ajustement de la prime de long service. Au total, 10 séances de négociations, dont quatre en présence d’un médiateur, ont été nécessaires pour couvrir le contrat de travail des 176 salariés. La précédente convention collective était échue depuis le 31 décembre 2013. » (Extrait de radio-canada.ca du 22/08/2017)

En savoir plus sur http://ici.radio-canada.ca/breve/93510/convention-collective-sherbrooke-sentend-avec-ses-

Québec : la ville de Laval demande une médiation dans la négociation avec le syndicat de ses cols bleus


Capture.PNG14.PNG

« La Ville de Laval et le syndicat de ses cols bleus sont passés en mode médiation après une démarche de l’administration municipale faite auprès de la ministre du Travail.

«En raison de l’atteinte de la limite légale quant à la durée des négociations et conformément à la Loi concernant le régime de négociation des conventions collectives et de règlement des différends dans le secteur municipal, la Ville de Laval a transmis vendredi le 21 juillet dernier un avis relatif à l’absence d’une convention collective avec les cols bleus à la ministre responsable de l’application du Code du travail, Dominique Vien», a expliqué la Ville dans un communiqué, lundi.

«Cette démarche enclenche la nomination immédiate d’un médiateur dont le rôle consiste à aider les parties dans la résolution des différends en vue du renouvellement de la convention collective.»

Le médiateur a 60 jours pour tenter d’obtenir une entente entre les parties. La période est renouvelable, mais une seule fois. » (Extrait de journaldemontreal.com du 30/07/2017)

 

Québec : le Réseau de transport de Longueuil (RTL) demande la nomination d’un médiateur dans le cadre des négociations avec les chauffeurs.


 cd-28072017-rtl.JPG

« En négociation avec ses chauffeurs d’autobus depuis décembre 2016, le Réseau de transport de Longueuil (RTL) affirme que les deux parties ne sont toujours pas parvenues à s’entendre et a déposé une demande au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale afin qu’un médiateur soit nommé.

Publicité 

En faisant appel à un médiateur, le RTL souhaite en arriver à une entente négociée, respectueuse de son cadre financier et satisfaisante pour les deux parties», mentionne le RTL dans un communiqué.

Il cite en exemple l’entente de six ans conclue avec les 240 employés de métier, en juin, et qui prévoit des augmentations de salaire équivalant à 12,25 % pour la période se terminant en décembre 2021,

Selon le RTL, les 17 rencontres avec le syndicat des chauffeurs n’ont pas été concluantes. Le réseau de transport rappelle que les chauffeurs ont voté, le 4 juin, en faveur du déclenchement de moyens de pression pouvant aller, au moment opportun, jusqu’à la grève.

«Au cours des dernières semaines, les représentants syndicaux ont sollicité leurs membres pour qu’ils se préparent à une éventuelle grève en demandant aux chauffeurs de compléter une demande d’indemnité de grève au SCFP», relève par ailleurs le communiqué.

Des éléments qui expliqueraient ainsi la demande d’un médiateur, conformément à la Loi concernant le régime de négociation des conventions collectives et de règlements des différends dans le secteur municipal.

Décision incomprise

 La présidente du Syndicat des chauffeurs du RTL, Sylvie Champagne, ne croit pas que le recours à un médiateur est nécessaire. «On ne comprend pas cette décision, affirme-t-elle. Les deux dernières rencontres commençaient à bien aller, on allait dans la bonne direction.»
 Une décision surprenante, à ses yeux, étant donné que plusieurs autres dates de rencontres avaient aussi été fixées dès le 8 septembre, au retour des vacances. «Mais pour nous, ça ne change rien, précise Mme Champagne L’enjeu principal demeure toujours sur la table, c’est le service aux usagers.» (A.D.) (Extrait de lecourrierdusud.ca du 28/07/2017)

Québec : Échec de la médiation dans le conflit qui oppose Québec à ses juristes