Nomination : Patrice Dussart est le médiateur de la ville d’Hirson


Patrice Dussart officie dans les locaux du CISPD, à la Bonne Source, rue de Lorraine, mais se rend toujours sur le terrain pour régler les conflits.

« Ancien adjoint au commandant de la brigade de gendarmerie, au grade de major, Patrice Dussart est de retour sur le terrain depuis début mai, pour régler les petits litiges du quotidien.

Il a pris sa retraite et quitté la gendarmerie, mais pas Hirson. Patrice Dussart, major de son grade de gendarme, est arrivé dans la ville en 2001 et travaille depuis le 1er  mai pour elle, au poste de médiateur.

Originaire de Maubeuge, Patrice Dussart a fait ses premiers pas de gendarme dans le Loir-et-Cher, au centre de la France, en 1987, à 27 ans. Il avait auparavant travaillé dans le secteur privé, le dépannage industriel et l’industrie pétrolière, dans l’Avesnois. » (Extrait de lunion.fr du 17/07/2017)

En savoir plus sur http://www.lunion.fr/40880/article/2017-07-17/patrice-dussart-est-le-mediateur-d-hirson

Syrie : Reprise des pourparlers de paix à Genève pour résoudre le conflit syrien


Staffan de Mistura, envoyé spécial de l’ONU, espère obtenir « certaines avancées » lors Les pourparlers de paix sur la Syrie qui ont repris lundi à Genève sous la houlette de l’ONU. PHOTO AFP

« Nous n’attendons pas une percée (…) mais certaines avancées, oui », a déclaré aux médias Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU en charge du dossier syrien, qui s’évertue depuis des années à trouver une solution à la crise syrienne.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à l’issue de la première journée de discussions, le diplomate italo-suédois a jugé que « les possibilités de progrès sont plus élevées que dans le passé ». « Nous assistons peut-être à une phase de simplification du conflit le plus complexe qui existe actuellement », a-t-il ajouté, mentionnant l’accord russo-américain sur un cessez-le-feu dans le sud de la Syrie et la victoire sur le groupe État islamique (EI) à Mossoul en Irak, alors qu’au même moment les forces anti-jihadistes tentent de reprendre Raqa à l’EI.

Il a espéré que cette « simplification » du conflit aboutisse à une « désescalade », suivie d’une « stabilisation » de la situation après la reconquête attendue de Raqa, principal bastion de l’EI en Syrie.

Le round, qui devrait se tenir jusqu’au 14 juillet, a commencé lundi dans la matinée par une rencontre entre M. de Mistura et la délégation du gouvernement syrien. Le médiateur de l’ONU a ensuite rencontré, lors d’un même déjeuner de travail, les différents représentants de l’opposition, dont ceux du Haut Comité syrien pour les Négociations (HCN).

Cet accord a « de fortes possibilités de devenir une vraie réalité sur le terrain », a déclaré M. de Mistura, soulignant qu’il pourrait notamment « aider à réduire la tension dans une zone qui commençait à être tendue ». Il espère qu’« un accord sera conclu dès que possible » pour les autres zones qui ont fait l’objet de discussions à Astana car « cela pourra représenter un soutien significatif au processus politique ».

Les discussions de Genève sont axées sur quatre points : la rédaction d’une nouvelle Constitution, la gouvernance (terme flou pour évoquer une transition politique), la tenue d’élections et la lutte contre le terrorisme.

Le dernier round de négociations s’était achevé en mai dernier avec peu d’avancées. Staffan de Mistura avait expliqué que « d’importants différends » persistaient sur des « questions majeures ». L’opposition syrienne a longtemps insisté sur le départ du président Bachar al-Assad dans toute solution politique au conflit. Pour le régime, il n’en est pas question.

La concurrence d’Astana

Au vu de ces profondes divergences, Yehia al-Aridi, un porte-parole du HCN qui rassemble des groupes-clés de l’opposition, a confié avoir de « modestes attentes » pour ce nouveau round. En effet, les pourparlers de Genève, qui ont débuté en 2014, se sont poursuivis depuis de façon intermittente avec de maigres résultats.

D’autant que depuis janvier, la concurrence est rude avec l’autre cycle de pourparlers organisé par la Russie, l’Iran et la Turquie dans la capitale du Kazakhstan. Ces trois pays se sont mis d’accord en mai sur la mise en place de quatre zones de « désescalade » en vue d’un cessez-le-feu durable, mais ont échoué à s’entendre sur les détails nécessaires à l’application de ce plan.

Visactu-syrie-vers-un-gel-du-conflit--15bd78cb3c5

Sur le terrain, après le calme qui a régné dimanche dans le sud de la Syrie au premier jour du cessez-le-feu conclu entre les États-Unis et la Russie, le régime syrien a lancé lundi une attaque contre les rebelles dans une province du sud du pays malgré la trêve, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Un média d’État a affirmé que l’assaut était dirigé contre des jihadistes. » (extrait de lavoixdunord.fr du 10/07/2017)

En savoir plus sur http://www.lavoixdunord.fr/190158/article/2017-07-10/reprise-des-pourparlers-de-paix-geneve-pour-resoudre-le-conflit-syrien

Jordanie : Ateliers sur la médiation dans les universités d’Al Al Bayt et de Mu’tah


« Dans le cadre de la coopération universitaire et culturelle, l’ambassade de France à Amman, en collaboration avec l’Agence Universitaire de la Francophonie – Bureau du Moyen-Orient, a organisé deux ateliers « médiation : outil de prévention et de gestion des conflits » labellisés UNESCO dans les universités d’Al Bayt (23 et 24 avril) et de Mu’tah (25 et 26 avril). Ces ateliers, animés par Mme Najla El HAWLY du centre professionnel de Médiation (CPM) de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, avaient pour objectif de sensibiliser les étudiants à la communication non-violente (CNV) et de les familiariser avec le rôle du médiateur. Leur contenu a porté plus précisément sur la définition du rôle de médiateur, sur l’identification des sources de conflits ainsi que sur les moyens et les outils de prévention disponibles.

Dispensés par des experts de l’UNESCO et des universitaires de la région, ces ateliers « médiation » s’adressent à des étudiants de dernière année de licence et de master du Proche et Moyen Orient et font partie intégrante du cursus de certaines universités, notamment au Liban et en Egypte. » (Extrait de ambafrance.org )

En savoir plus sur https://jo.ambafrance.org/Ateliers-sur-la-mediation-dans-les-universites-d-Al-Al-Bayt-et-de-Mu-tah

Syrie : Le médiateur de l’ONU sur la Syrie sous pression lors des nouveaux pourparlers de paix à Genève


« Les nouveaux pourparlers de paix intersyriens commencent très mal pour Staffan de Mistura, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie. A peine arrivées à Genève, plusieurs délégations ont fait savoir qu’elles déploraient l’improvisation qui présidait à la tenue du 4e round de discussions, ouvert ce jeudi. La veille, lors d’une conférence de presse, le diplomate italo-suédois avait dû démentir des rumeurs de démission relayées dans des médias arabophones. » (Extrait de tdg.ch du 23/2/2017)

En savoir plus sur http://mobile2.tdg.ch/articles/58af3436ab5c37704c000001

Syrie : Le médiateur de l’ONU espére convoquer une nouvelle session de négociations de paix au mois de juillet.


Le médiateur de l'ONU en Syrie Staffan de Mistura lors d'une conférence de presse à Vienne, le 17 mai 2016 - LEONHARD FOEGER/AFP

« Le médiateur de l’ONU en Syrie Staffan de Mistura a indiqué mercredi qu’il espérait toujours convoquer une nouvelle session de négociations de paix au mois de juillet.

S’adressant à la presse après avoir rencontré à huis clos le Conseil de sécurité, il a précisé qu’il « n’avait pas fixé de date précise en juillet ».

« Nous visons juillet mais pas à n’importe quel prix et pas sans garanties », a-t-il expliqué. Il a dit vouloir s’assurer que « quand nous convoquerons les négociations, il y aura une possibilité de progresser vers une transition politique d’ici août ».

Il faut, selon lui, « que les protagonistes viennent avec un sentiment d’urgence et travaillent sur certaines idées pour surmonter les divergences entre les uns et les autres sur leur conception de la transition politique ».

Il s’agit d’un des principaux points d’achoppement des négociations entre le pouvoir syrien et l’opposition armée, qui s’opposent sur le rôle que jouerait le président Bachar al-Assad dans une transition.

Pour M. de Mistura, août doit être « la période où nous devrions voir apparaitre quelque chose de concret, afin de pouvoir faire le point en septembre ».

L’Assemblée générale de l’ONU fin septembre sera la dernière à laquelle participeront l’actuel secrétaire général Ban Ki-moon et le président américain Barack Obama, a-t-il noté. » (Extrait de lejdc.fr du 29/06/2016)

En savoir plus sur http://www.lejdc.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2016/06/29/syrie-l-onu-vise-toujours-juillet-pour-reprendre-les-tractations_11981456.html

Liban : Deux cents étudiants sensibilisés à la médiation à travers le Liban


« Un accord de coopération entre l’Unesco, l’AUF et l’USJ, dans le cadre du projet Hawer de l’Unesco et du projet Dialogue interculturel de l’AUF, a permis la tenue d’une série de huit ateliers de formation à la médiation dans toutes les régions libanaises. Une initiative inspirée par les fondements des principes du dialogue interculturel, basés sur la compréhension de l’importance majeure des différences culturelles dans la construction et le développement d’une société soucieuse du respect de la diversité. 200 participants, des étudiants en provenance de 11 universités et des professionnels de la société civile, ont ainsi été sensibilisés, à Beyrouth, au Liban-Sud, au Liban-Nord, dans la Békaa, à la communication non violente et à la culture de la paix et du dialogue. Le but de cette initiative pionnière : « renforcer le rôle des jeunes dans la promotion de la culture du dialogue et de la paix en s’appuyant sur les principes du travail en commun pour que communication et médiation deviennent les outils principaux de la résolution de conflit et de la diffusion d’une culture de la paix ».
« Nous sommes particulièrement heureux d’avoir participé à l’organisation et à la réussite de ces ateliers, et nous soutiendrons toujours toutes les initiatives qui encouragent les valeurs de rassemblement, de partage et de dialogue si chers à la francophonie », a affirmé Hervé Sabourin, directeur du bureau Moyen-Orient de l’AUF, ajoutant qu’il souhaiterait que cette expérience soit étendue au niveau régional dans les années à venir. » (Extrait de lorientlejour.com du 17/06/2016)

En savoir plus sur http://www.lorientlejour.com/article/991632/deux-cents-etudiants-sensibilises-a-la-mediation-a-travers-le-liban.html

Liban : L’Université Saint-Joseph organise la seconde compétition de médiation du Liban


« La compétition de médiation entre les étudiants de l’Université Saint-Joseph, organisée pour la seconde année en collaboration avec le Centre professionnel de médiation (CPM) et en partenariat avec la fondation Friedrich Ebert Stiftung, s’est déroulée sur le campus d’Huvelin du 16 au 20 mai. Ont participé à la compétition douze équipes, de deux ou trois étudiants chacune, en provenance de différentes facultés et qui n’ont jamais suivi de formation en médiation. « Je suis fière qu’une compétition de la sorte ait lieu au Liban. La diversité des cas à traiter – social, familial, commercial – a permis aux participants de découvrir l’importance de la médiation à tous les niveaux », raconte Mayssa Khattar, étudiante en quatrième année de droit, présidente du club Étudiants-Médiateurs et membre de l’équipe gagnante du premier prix de négociation à la Compétition internationale de médiation et de négociation (IBA-VIAC) qui s’est déroulée à Vienne. » (Extrait de lorientlejour.com du 30/05/2016)

En savoir plus sur http://www.lorientlejour.com/article/988051/lusj-organise-la-seconde-competition-de-mediation-du-liban.html