Article : « À la recherche de la paix en Centrafrique. Médiations communautaires, religieuses et politiques » par Thierry Vircoulon, Notes de l’Ifri, juin 2017


 

Capture.PNG 21.PNG

 

Article à consulter sur https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/vircoulon_recherche_paix_centrafrique_2017.pdf

Publicités

Centrafrique : Accord de cessation des hostilités entre deux groupes armés


cropped-logoHD.jpg

 

« Le Centre pour le dialogue humanitaire (HD) salue la signature, le 15 décembre 2017, d’un accord de cessation des hostilités entre le groupe armé des Anti-Balakas et celui des 3R à Bouar dans la province de Nana-Mambéré, au nord-ouest de la République centrafricaine (RCA).

Cet Accord, signé en présence du Ministre Conseiller, représentant la Présidence de la République, des Députés de Bouar, de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), et des citoyens de la localité, est le fruit d’une médiation menée ces 11 derniers mois par HD. Il engage les deux groupes à observer conjointement un ordre inconditionnel de cessez-le-feu ainsi qu’une cessation des hostilités et de toute agression contre les combattants armés de chacune des deux parties.

Il proscrit également l’usage des armes, ainsi que tout acte offensif tel que les incendies de villages et de greniers, le vol de bétail, le lancement de nouvelles attaques contre les civils, ainsi que tout autre acte pouvant constituer ou faciliter une violation de l’Accord.

Le pacte prévoit en outre:

  • La libre circulation des personnes et des biens y compris des organisations humanitaires dans la province de Nana-Mambéré;
  • Le libre accès aux établissements de santé, tels que les hôpitaux et les postes médicaux;
  • Le libre accès aux établissements scolaires et à tout autre édifice public;
  • L’engagement en faveur du retour de tous les déplacés qui ont fui la province suite aux hostilités entre les parties;
  • L’interdiction de toute atteinte aux biens et propriétés privés (maisons, motos, parcelles agricoles, bétails, etc.);
  • L’interdiction à toute personne de circuler dans la province en étant armé.

« Cet accord ne règle pas le conflit centrafricain. Il démontre néanmoins que des efforts de médiation entre groupes armés peuvent contribuer à pacifier des portions du territoire. Il aura des conséquences positives sur la sécurité des populations civiles et la reprise de l’activité économique de la province de la Nana-Mambéré.» a expliqué Alexandre Liebeskind, Directeur Régional pour l’Afrique francophone du Centre pour le dialogue humanitaire (HD). « Notre organisation est engagée aux côtés de toutes les parties au conflit en RCA pour multiplier ce genre d’accords afin de créer les conditions nécessaires au désarmement des groupes armés, au redéploiement de l’Etat, et au processus de réconciliation nationale.» a-t-il ajouté.

HD jouera un rôle central dans le suivi et la mise en œuvre de l’Accord. Ce dernier prévoit notamment que, dans les trente jours suivant sa date d’entrée en vigueur le 15 décembre 2017, HD appuiera la mise en place:

  • D’un réseau d’échange d’informations composé de chefs communautaires et impliquant des chefs des deux groupes armés. Ce réseau sera accompagné de la production de certificats d’origine pour les animaux en convoyage à l’intérieur de la province ou entre cette dernière et d’autres localités de la RCA. Ceci permettra de mieux contrôler le mouvement du bétail et d’éviter les cas de vol.
  • D’une cartographie détaillée qui définira les zones desquelles ou vers lesquelles les groupes armés devront se retirer. Les zones démilitarisées devront servir de zones tampons entre les combattants armés de chacun des deux groupes.

La province de la Nana-Mambéré est depuis 2015 le théâtre d’affrontements entre les groupes 3R et Anti-Balaka, chacun affirmant défendre les communautés dont ils sont issus. Cette violence a provoqué des milliers de morts, l’effondrement des structures sociales et la désorganisation profonde de l’économie locale de cette province frontalière du Cameroun, où résident environ 230,000 personnes.

Dans le cadre des efforts actuels de réconciliation et de paix à l’échelle nationale, HD a engagé, en février 2017, une série de négociations avec les deux groupes rivaux afin de les encourager à trouver une solution négociée à leurs différends.

Cette initiative de médiation menée par HD a suscité l’attention des autorités nationales au plus haut niveau ainsi que celle de la communauté internationale à travers la MINUSCA. Cette médiation est en effet apparue comme une alternative viable et crédible pour ramener la paix dans la région de Nana-Mambéré. C’est dans cette optique que la Présidence de la République et la MINUSCA se sont associées au travail de médiation de HD, qui a finalement abouti le 15 décembre 2017 à la signature de l’Accord de cessation des hostilités.

HD souhaite exprimer sa gratitude aux autorités de la RCA, à la MINUSCA, et aux négociateurs des deux parties pour leur confiance et leur collaboration qui ont permis l’aboutissement de cette médiation. HD demeure à la disposition des parties signataires dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord, et plus largement de l’ensemble des parties au conflit en RCA pour la mise en place d’initiatives similaires dans d’autres régions troublées du pays.

Cet Accord s’inscrit dans les efforts de médiation déployés par HD en RCA depuis 2008. L’organisation souhaite exprimer sa gratitude à  l’Union européenne pour son soutien à ses activités en RCA depuis 2014. » (Extrait de hdcentre.org du 23/12/2017)

En savoir plus sur https://www.hdcentre.org/updates/rival-armed-groups-sign-a-cessation-of-hostilities-agreement-in-the-central-african-republic/

Article : « La médiation du pape François entre La Havane et Washington : rupture ou continuité dans la diplomatie pontificale ? » par Marie Gayte, IdeAs – Idées d’Amériques, 10, Automne 2017 / Hiver 2018


 

Capture.PNG45.PNGRésumé : L’annonce du rôle joué par François, premier pape des Amériques, dans le rapprochement cubano-américain de décembre 2014, soulève plusieurs questions. Sollicité par les deux parties, le pape a exhorté Barack Obama et Raul Castro à surmonter l’obstacle des prisonniers politiques qui obérait la négociation et s’est porté garant de l’accord signé par les deux parties en accueillant une de leurs ultimes séances de négociation au Saint-Siège. Outre une première ébauche de la chronologie de la médiation pontificale, des motivations qui ont conduit Washington et La Havane à se tourner vers le Vatican, ainsi que de l’effet de cette médiation, cet article a pour objectif de replacer cette intervention dans le contexte plus large des priorités de la diplomatie papale, notamment vis-à-vis de Cuba, depuis le pontificat de Jean-Paul II qui fut le théâtre d’un premier dégel entre Rome et La Havane.
Le fait que l’Église catholique, devenue interlocutrice privilégiée du régime, accepte d’assurer une médiation, après des années passées à ignorer les exhortations de Washington à jouer un rôle de catalyseur de la transition démocratique, sur le modèle de la Pologne des années 1980, ne signifie pas un changement de priorités au Vatican. Si François souhaite par son action replacer le Saint-Siège sur le devant de la scène diplomatique, c’est bien pour y porter les préoccupations − défense des chrétiens menacés, maintien d’un espace pour l’exercice de la mission ecclésiale et promotion du dialogue entre États − qui sont celles de l’Église depuis la fin du XIXe siècle, moment à partir duquel elle exerce un rôle actif sur la scène internationale.  » (Extrait de journals.openedition.org )

Article à consulter sur http://journals.openedition.org/ideas/2191

Suisse : La municipalité de Vevey demande une médiation au canton pour résoudre des difficultés rencontrées par le collège exécutif.


 

« La municipalité de Vevey annonçait mardi avoir demandé une médiation au canton. Ceci, afin de «résoudre des difficultés rencontrées par le collège exécutif depuis plusieurs mois». Le rôle de médiatrice reviendra à Clarisse Schumacher Petoud, préfète du district de Lausanne au bénéfice d’une «formation spécifique en la matière».

Dans un bref communiqué, l’exécutif communal a déclaré avoir lui-même saisi le Département des institutions et de la sécurité. Ce genre d’appel à l’aide n’est «pas fréquent», selon le chancelier de l’Etat de Vaud, Vincent Grandjean, «encore moins pour une ville de cette taille». Le canton intervient plutôt dans des villages de moindre importance que dans une ville de près de 20 000 habitants, souligne le porte-parole du Conseil d’Etat. Comment la ville en est-elle arrivée là?

Tensions récurrentes

La situation est notoirement tendue dans l’exécutif communal, qui s’apprête à relever les impôts de trois points sur fond de crise financière. Plusieurs motifs en seraient la cause: à la tête d’un collège formé de deux membres de «Vevey libre» (VL), un PLR et un socialiste, la syndique verte Elina Leimgruber aurait tout d’abord de la peine à imprimer son autorité. «Il manque quelqu’un de charismatique pour prendre le lead», déplore un député de droite qui désire garder l’anonymat.

La politicienne n’aurait toutefois pas non plus la partie facile, entourée d’un gouvernement qui serait peu réceptif à la collégialité. Les membres de «Vevey Libre» sont particulièrement pointés du doigt: «Jérôme Christen (VL) va dans le sens du vent et Michel Agnant (VL) est incapable de prendre une décision», confie le même député. Un parlementaire de gauche atteste également de la difficulté de travailler en exécutif avec les membres de ce parti, dont le slogan annonce «Vevey Libre: politiquement dégagés».

Outre une brochette de personnalités complexes, la dispersion importante du spectre politique du Conseil communal – qui compte sept partis – est également très difficile à gérer, souligne un conseiller municipal. – B. Busslinger – » (Extrait de letemps.ch du 19/12/2017)

En savoir plus sur https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/19/lexecutif-vevey-tourmente

Liban : Emmanuel Macron souhaite élever la France au rang de médiateur principal pour « construire la paix » au Moyen-Orient.


« C’est une visite qui a pu paraître anodine pour bon nombre de Français. Mais la réception, samedi à l’Elysée, du Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri est un geste fort d’Emmanuel Macron sur la scène diplomatique internationale. Le président de la République s’est ainsi saisi de l’opportunité de replacer l’Hexagone au cœur de la médiation de paix dans une région où le poids des Etats-Unis est prépondérant, tout en soignant l’amitié entre la France et ce pays francophone et francophile.

> Saad Hariri à Paris : « L’Elysée réalise un coup de maître »

Après le passage de Saad Hariri au palais présidentiel, Emmanuel Macron a ainsi enchaîné les coups de fils pour évoquer les « moyens de stabiliser le Moyen-Orient et de construire la paix » avec les principaux acteurs de la région. Le chef de l’Etat a d’abord appelé Donald Trump, avec qui il s’est « mis d’accord sur la nécessité de travailler avec les alliés pour contrer les activités déstabilisatrices du Hezbollah et de l’Iran dans la région », rapporte la Maison Blanche. Il s’est également entretenu avec les présidents libanais Michel Aoun et égyptien Abdel Fatah al-Sissi, le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohamed ben Salmane, et avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Il « poursuivra ces échanges avec d’autres dirigeants internationaux dans les prochains jours », assure l’Elysée.  » (Extrait de leparisien.fr 19/11/2017)

En savoir plus sur http://www.leparisien.fr/international/liban-macron-s-entretient-avec-trump-apres-la-visite-de-hariri-en-france-19-11-2017-7401639.php

Burundi : le médiateur Michel Kafando annonce la reprise du dialogue


« Après avoir rencontré plusieurs autorités politiques et religieuses aussi bien à Bujumbura qu’à Dar es Salam à l’issue d’une semaine de travaux, le médiateur, envoyé spécial du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Michel Kafando et son équipe  ont fait publier un communiqué dans lequel, ils indiquent qu’un calendrier du processus du dialogue a été convenu avec le facilitateur Benjamin Mkapa.

Cela fait plus de deux ans que la crise née de la volonté du Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat en 2015 perdure au Burundi. Après s’être, contre vents et marrées accordé ce  troisième mandat, le président du Burundi a entamé un projet de révision constitutionnel adopté mardi 24 octobre par le gouvernement qui lui permettra de briguer dès 2020 deux nouveaux septennats.  » (Extrait de afriquinfos.com du 6/11/2017)

En savoir plus sur http://www.afriquinfos.com/2017/11/06/burundi-le-mediateur-michel-kafando-annonce-la-reprise-du-dialogue.php

« La Catalogne espère une intervention de la Suisse » selon Mathias Reynard (PS/VS) du Conseil National Suisse


Mathias Reynard (PS/VS) est l'un des coprésidents du Groupe d'amitié Suisse-Catalogne.

« Pour Mathias Reynard, ce sont des vacances très «politiques». Le coprésident du groupe d’amitié Suisse-Catalogne se trouve à Barcelone, où il s’est entretenu avec Albert Royo, chef de la diplomatie catalane, aujourd’hui licencié. Alors que le torchon brûle avec Madrid, le Valaisan nous raconte l’espoir d’une médiation de la Suisse dans le conflit. Interview.

Quel rôle la Suisse peut-elle jouer dans cette crise?

La Suisse a une excellente image ici. On connaît nos qualités de consensus, et on envie notre démocratie directe. La Catalogne voit même dans notre système un modèle, si elle devient indépendante. Il y a donc un intérêt fort pour la Suisse. Mais il y a surtout une volonté de la voir intervenir dans ce dossier. Sentant que les tensions augmentaient, j’avais déjà demandé une médiation en 2015. Le Conseil fédéral avait décliné. Aujourd’hui, il a changé d’avis. Mais le blocage vient de Madrid. Mariano Rajoy refuse qu’on se mêle de la situation. Il préfère enfermer les gens.

Berne ne prend-elle pas le risque de froisser Madrid?

Non, car il n’est pas question de prendre position pour l’une ou l’autre partie. Le but n’a jamais été de reconnaître le référendum du 1er octobre, mais de résoudre un problème qui s’aggrave de jour en jour. Faut-il l’indépendance de la Catalogne ou simplement plus d’autonomie? Moi-même, je n’en sais rien. Mais une chose me paraît évidente: les problèmes doivent se régler par le dialogue. On ne peut pas réprimer par la force des gens qui veulent simplement voter.

Vous êtes à Barcelone à titre privé, mais vous êtes aussi un politicien suisse. Ne craignez-vous pas que votre visite soit instrumentalisée?

Absolument pas. Je suis ici pour des vacances et j’ai mené quelques rencontres à titre privé. Ce qui se passe ici m’intéresse. On est au cœur d’un processus historique en plein développement. Jeudi soir, lorsqu’on apprenait que Madrid voulait emprisonner tous les membres du Gouvernement catalan, des manifestations spontanées se sont organisées dans la rue. C’est passionnant.

Mais vous n’êtes pas n’importe qui. Vous présidez le Groupe d’amitié Suisse-Catalogne et vous rencontrez l’ancien chef de la diplomatie.

J’ai rencontré aussi bien des députés que des militants. Et ils n’étaient pas tous indépendantistes. Mes entrevues sont informelles, et j’ai refusé toutes les demandes d’interview des médias locaux. Je ne suis pas ici pour faire de la politique, mais par intérêt personnel. (TDG) » (Extrait de tdg.ch du 03/11/217)

En savoir plus sur https://www.tdg.ch/suisse/catalogne-espere-intervention-suisse/story/11470607