Liban : REMISE DES DIPLÔMES AUX ÉLÈVES MÉDIATEURS – PROMO 2017 du Lycée Lamartine de Tripoli


« C’est dans une ambiance enthousiaste et joyeuse que le proviseur et la Directrice du Centre Professionnel de Médiation, Mme Johanna Hawari Bourgeily, ont remis les diplômes d’élèves médiateurs à la promotion 2017 des classes de 5ème.

Dans leurs discours, le Proviseur ainsi que Mme Bourgeily, ont félicité les élèves et insisté sur l’importance du climat pacifique que la médiation peut instaurer dans un établissement scolaire. » (Extrait de lycee-tripoli.edu.lb)

En savoir plus sur http://www.lycee-tripoli.edu.lb/2017/05/29/remise-des-diplomes-aux-eleves-mediateurs-promo-2017/

ouvrage : Vincent Borie, La médiation à l’usage des professionnels de la construction – BTP, immobilier, architecture, urbanisme, Eyrolles, Collection Blanche BTP, mai 2017, 136 p.


V.Borie- La médiation à l'usage des professionnels de la construction

« Didactique, alliant théorie et pratique, ce guide favorisera le développement des modes amiables de résolution des différends dans le domaine de la construction qui est un poumon de notre économie.

Comme la justice, la construction est d’abord une oeuvre humaine. Et la justice apporte désormais des réponses diversifiées correspondant aux besoins, aux intérêts et aux moyens des parties, dans le respect de leurs droits fondamentaux. Au nombre de ces réponses figurent la conciliation, la médiation, le droit collaboratif ou encore la convention de procédure collaborative.

Avec l’aide d’un tiers – indépendant, impartial et compétent – la médiation permet aux parties en conflit de nouer ou de renouer un dialogue. L’auteur expose tous les avantages que les modes amiables de résolution des différends offrent aujourd’hui aux acteurs du domaine de la construction. Tout en analysant finement les freins, souvent culturels, qui peuvent s’opposer à leur adoption, il donne des clés pour s’approprier le processus de médiation. »
Fabrice Vert, conseiller à la cour d’appel de Paris, coordinateur de l’activité des conciliateurs de justice et des médiateurs

(Extrait de editions-eyrolles.com )

En savoir plus sur http://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212674224/la-mediation-a-l-usage-des-professionnels-de-la-construction

LIBAN : L’ Université Saint-Joseph se classe 3ème à la Compétition internationale de médiation commerciale à Paris


« C’est avec beaucoup de fierté que l’équipe de l’Université Saint-Joseph, composée de Marianne Salamé et Stéphanie Nasnas, ainsi que des coachs Karim Mounayar et César Ghaleb, et qui a bénéficié du soutien de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), raconte sa victoire à la 3e place de la compétition internationale de médiation commerciale à Paris. Un événement qui a eu lieu du 3 au 8 février dernier.
De leur expérience, les deux étudiantes se rappellent le « stress ressenti face à ces grands médiateurs internationaux » et surtout « leur fierté d’être arrivées en demi-finale dans cette compétition » qu’elles qualifient de très haut niveau international. « Nous étions plus de 65 équipes universitaires de plus de 30 pays, dont les universités d’Oxford, Cornell, Fordham ou de New South Wales. Notre cas consistait en une négociation commerciale dans une grande entreprise, où nous devions résoudre un litige entre un chef d’entreprise et son salarié, pour arriver à un accord entre eux, explique Marianne Salamé. Tous les jours, nous devions débattre d’un cas différent. Le but était de déceler les intérêts cachés et les informations confidentielles de l’autre partie, tout en protégeant nos propres intérêts, et cela en présence d’un médiateur qui gère la conversation. Il fallait par la suite proposer des stratégies de négociations en faisant preuve de beaucoup de créativité et de savoir-faire. »
L’étape réussie, elles devaient passer à la suivante qui était de plus en plus difficile avec un temps de préparation plus court, surtout à partir de la 8e finale. « Contrairement aux étapes précédentes, nous ne recevions les informations que quelques heures plus tôt, ce qui fait que souvent nous faisions des nuits blanches, aidées de nos coachs pour préparer la session du lendemain. Un exercice très fatigant et excessivement stressant » –Lamia SFEIR DAROUNI » (Extrait de lorientlejour.com du 20/05/2017)

En savoir plus sur https://www.lorientlejour.com/article/1052733/lusj-se-classe-3e-a-la-competition-internationale-de-mediation-commerciale-a-paris.html

Vidéo : La médiation se développe au TGI de Guéret (France Info et France 3 Limousin)


Capture1.PNG« Mise en place du nouveau dispositif de médiation au TGI de Guéret

Depuis novembre dernier à Guéret (Creuse) de nouvelles permanences juridiques sont proposées au Tribunal de Grande Instance. Elles s’inscrivent dans le dispositif de médiation impulsé par le ministère de la Justice. le but : régler les litiges par conciliation ou à l’amiable. Intervenants : Nathalie Courtois, présidente TGI de Guéret; Maître Muriel Nogues, avocate et médiatrice; Maître Blandine Marty, avocate spécialisée droit des étrangers; Rachid, migrant (Soudan, Darfour). Reportage : Marielle Camp; Nicolas Chigot; Marion Haranger.  –  France 3 Limousin

La médiation est encouragée par le ministère de la Justice qui a mis en place un dispositif d’accès au droit. C’est ainsi que depuis novembre dernier, de nouvelles permanences juridiques sont proposées au public au Tribunal de Grande Instance de Guéret (Creuse). Une demi-douzaine d’avocats répond à la demande de justiciables de plus en plus nombreux.

Il s’agit de simplifier les démarches en cas de litige en optant pour une conciliation entre les parties opposées soit en tentant de régler un conflit à l’amiable. Plus simple, plus souple et plus rapide dans bien des cas, la médiation se veut aussi plus humaine. » (Extrait de france3-regions.francetvinfo.fr/limousin du 2/1/2017)

Liban : le Centre professionnel de médiation de l’USJ célèbre son 10e anniversaire


« La cérémonie de remise des diplômes de deux nouvelles promotions du Centre professionnel de médiation (CPM) de l’USJ, à Beyrouth et Tripoli, vient de se tenir sur le campus des sciences humaines de l’Université Saint-Joseph, marquant le 10e anniversaire de la fondation de ce centre unique en son genre.
« Venus d’horizons professionnels variés : avocats, ingénieurs, acteurs de la vie associative, responsables de ressources humaines, employés dans le milieu médical, enseignants (…) vous avez pu devenir une communauté de médiateurs compétents en travaillant ensemble, en faisant de l’apprentissage en groupe et en menant des stages et des mémoires qui reflètent vos pouvoirs et vos savoirs », s’est félicité le recteur de l’USJ, le père Salim Daccache s.j., en s’adressant aux nouveaux diplômés.
Pour sa part, Johanna Hawari-Bourjeily, directrice du CPM, a remercié tous ceux qui ont coopéré au succès de ce centre, qui à ce jour a déjà formé et équipé plus de 372 médiateurs : 37 formateurs généralistes, 59 formateurs en gestion des conflits scolaires, plus de 400 étudiants formés à la médiation dont 67 étudiants-médiateurs qui ont constitué le premier club d’étudiants-médiateurs au sein de l’USJ.
S’exprimant au nom de la promotion de Tripoli, Katia el-Cham a choisi de souligner combien toute médiation est sensible à l’attitude corporelle et combien cette dernière peut engendrer de malentendus, dans une situation conflictuelle. » (Extrait de lorientlejour.com du 15/11/2016)

En savoir plus sur http://www.lorientlejour.com/article/1018287/le-centre-professionnel-de-mediation-de-lusj-celebre-son-10e-anniversaire.html

Liban – Johanna Hawari Bourjeily : la médiation comme solution


« Ce n’est pas un hasard si le Centre professionnel de médiation a été créé au Liban au lendemain de la guerre de 2006. Sur les ruines d’un pays meurtri, il fallait tenter de bâtir des ponts. Répondant à des règles d’éthique et des codes bien précis, la médiation est avant tout l’art de renouer le dialogue, de prévenir et résoudre les conflits et de rétablir des liens qui n’existent plus. Ce processus humain et humaniste représente aujourd’hui un véritable espoir dans des sociétés gangrenées par l’incompréhension, l’intolérance, la peur et le rejet.

Séduite par cette dimension, Johanna Hawari Bourjeily, alors avocate pénaliste exerçant en France, décide de venir implanter la médiation au Liban. Elle crée d’abord une association, « Médiateurs sans frontières Liban », et, en coordination avec le rectorat de l’Université Saint-Joseph, met au point un centre professionnel. Dix ans plus tard, le bilan est plus que positif avec des formations à Beyrouth, à Tripoli et bientôt à Saïda, et des projets à l’international. Passionnée et passionnante, Johanna aime raconter l’histoire du colibri : devant un incendie qui menaçait toute une forêt et ses habitants, ce petit oiseau a choisi de ne pas fuir mais d’apporter patiemment de minuscules gouttes d’eau dans son bec. Et à tous ceux qui le raillaient, il répondait que lui au moins faisait sa part. C’est dans cette énorme foi dans son pays que la jeune femme puise son enthousiasme. Et le Liban est un terrain fertile.

Nos diversités font aussi notre richesse et nous avons quelque part appris à vivre ensemble. Alors parfois il suffit de lancer un hameçon pour de petits changements qui conduisent à un vrai dialogue. Et la médiation est bien plus qu’un hameçon, un ensemble de techniques qui visent à trouver un terrain d’entente entre les parties qui seront à même de dégager leurs frustrations et leurs émotions, d’identifier leurs besoins et leurs valeurs. Le médiateur doté d’un savoir-faire mais aussi d’un savoir-être travaille ainsi, comme un jardinier, des relations. À ce jour, ce sont plus de 362 médiateurs professionnels qui ont été diplômés ainsi que 6 000 élèves formés à la gestion des conflits dans le milieu scolaire. Car le Centre professionnel de médiation travaille sur trois axes : la formation des médiateurs, des missions de médiation dans les domaines familiaux, culturels, professionnels, et la mise au point de programmes dans les écoles et les prisons en tant qu’incubateur de projets. » (Extrait de lorientlejour.com du 28/10/2016)

En savoir plu sur http://www.lorientlejour.com/article/1014702/johanna-hawari-bourjeily-la-mediation-comme-solution.html