« La médiation internationale. De la théorie à la pratique : la crise ivoirienne de 2002 à 2005 » par Laureanda Federica Lunghini , thèse, Università degli Studi di Padova, 2015/2016, 325p.


Le sujet du présent mémoire est la médiation dans la vie politique et
internationale et notamment son utilisation dans la crise ivoirienne. Le
choix de ce sujet dérive essentiellement de mon intérêt personnel qui m’a
toujours amenée vers des projets ambitieux à vocation internationale, et en
même temps du désir d’être cohérente avec mon cours de master intitulé
Lingue moderne per la cooperazione e comunicazione internazionale
(Langues étrangères pour la communication et la coopération
internationale). Le sujet de la médiation est très intéressant pour moi et je
crois que pour la société mondiale, devant tous les conflits qui surgissent
actuellement, la médiation est la meilleure solution pour tous les pays qui
veulent agir avec diplomatie plutôt que par des règlements armés. Mettre en
évidence des carences que la médiation a mises en évidence, comme je l’ai
fait dans mon étude de cas, pourrait être utile pour éviter les mêmes erreurs
des chefs d’État, des organisations, pour améliorer l’information des
médias qui joignent le public et enfin pour améliorer l’implémentation de
ce processus lors d’une autre crise internationale. Tout cela uni à la passion
vive, peut-être de contribuer un jour au travail dans ce domaine et dans ces
territoires, c’est l’objectif qui accompagne ce travail. Toujours passionnée
de culture française, j’estime la culture de l’Afrique francophone
extrêmement enrichissante et hétérogène, surtout grâce (ou à cause) de son
passé colonial et de son rapport ancien et controversé avec la France. J’ai
donc choisi exprès, parmi les autres, un Pays qui a eu, pour beaucoup
d’années, un lien étroit et positif avec l’ancienne puissance coloniale, la
Côte d’Ivoire. Ce lien s’est complètement transformé lorsque la France a
décidé de s’engager dans une guerre civile née au début d’un problème de
haine raciale, et qui a ensuite évolué dans une crise internationale qui a
déstabilisé une région entière. (Extrai)

Thèse à consulter sur http://tesi.cab.unipd.it/53792/1/FEDERICA_LUNGHINI_2016.pdf


Guinée: le bilan officiel des violences s’alourdit, la médiation piétine


Des policiers guinéens face à des manifestants, le 21 octobre à Conakry

« Le bilan des violences qui ont éclaté en Guinée au lendemain de la présidentielle du 18 octobre s’est officiellement alourdi lundi à 21 morts, alors que l’opposition, qui conteste plus que jamais la réélection du président sortant Alpha Condé, dit « ne pas attendre grand chose » d’une médiation internationale en cours.

(…)

Les émissaires de l’ONU, de l’Union africaine (UA) et de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) arrivés dimanche ont poursuivi leurs efforts de médiation en rencontrant plusieurs ministres, la commission électorale et le corps diplomatique.

Ils se sont également rendus en fin de journée au domicile du chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, qui s’est autoproclamé victorieux dès le lendemain du scrutin.

Une conférence de presse de la délégation prévue lundi soir a été reportée à mardi matin « (Extrait de msn.com du 27/10/2020)

En savoir plus sur https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/guin%c3%a9e-le-bilan-officiel-des-violences-salourdit-la-m%c3%a9diation-pi%c3%a9tine/ar-BB1apOLx

Mali – MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD DE PAIX PENDANT LA TRANSITION : LA MEDIATION INTERNATIONALE FAIT LE POINT


Comite-de-suivi-accord-1900x1270_c

« Le jeudi 1er octobre 2020, les parties prenantes du Comité de suivi de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger se sont concertées à Bamako pour faire le point sur les avancées des travaux et envisager les perspectives de la reprise des activités après la mise en place d’un gouvernement de transition.

Cette rencontre de prise de contact a eu lieu au quartier général de la MINUSMA à Sénou. À noter que les activités du comité se sont arrêtées suite à la crise sociopolitique qui a occasionné la chute de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita. (Extrait de maliactu.net/mali du 5/10/2020)

En savoir plus sur https://maliactu.net/mali-comite-de-suivi-de-laccord-pour-la-paix-et-la-reconciliation-la-mediation-internationale-plaide-pour-la-reprise-des-activites/

Biélorussie : Macron propose une médiation de l’UE qui « inclut la Russie »


Le président Emmanuel Macron s'est exprimé sur la crise au Bélarus depuis le fort de Brégançon.

« Le président Emmanuel Macron a proposé jeudi soir une médiation européenne entre les différents acteurs de la crise au Bélarus, en liaison avec la Russie. « Un dialogue entre les autorités, l’opposition et la société civile est (…) indispensable, a déclaré le président français aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel. Nous souhaitons que ce dialogue puisse être mis en place par les Biélorusses eux-mêmes. »

Et d’ajouter : « Mais l’Union européenne se tient prête néanmoins à accompagner celui-ci, si notre rôle de médiation peut être utile et est souhaité par les Biélorusses, avec d’autres institutions, notamment l’OSCE, et incluant la Russie dans le dialogue exigeant ». Il a fait ses déclarations lors d’une conférence bilatérale, au fort de Brégançon, avec la chancelière allemande. » (Extrait de adepeche.fr du 20/08/2020)

En savoir plus sur https://www.ladepeche.fr/2020/08/20/bielorussie-macron-propose-une-mediation-de-lue-qui-inclut-la-russie-9027796.php

Mali : blocage entre la junte et les médiateurs


Le colonel Assimi Goita, le chef de la junte, s'apprête à commenter les résultats des discussions avec les médiateurs de la Cedeao, à Bamako.

« La médiation ouest-africaine au Mali avance mais n’est pas parvenue à un accord en bonne et due forme lundi soir. Six jours après le coup d’Etat militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », la junte a fait part dimanche soir d’avancées significatives avec les représentants de la Cedeao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest). Seul acquis concret à ce stade : IBK ne veut pas revenir au pouvoir, a fait savoir la Cedeao après avoir annoncé la suspension des discussions.

Pragmatisme

Par principe, la Cedeao ne pouvait faire moins, après ce développement anticonstitutionnel, que de « marquer le coup » en désapprouvant officiellement l e putsch. Mais étrangler économiquement le Mali, l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, serait dangereux, d’autant plus que quasi-personne à Bamako n’imagine ou ne souhaite un retour au pouvoir d’IBK. Les militaires ont été acclamés dans les rues et le coup d’Etat désapprouvé par la communauté internationale n’a suscité aucune opposition notable à Bamako. Les Maliens ont repris leurs activités dès le lendemain du putsch et la télévision nationale, l’ORTM, poursuit ses programmes.

Pragmatiques, les médiateurs ouest-africains préfèrent donc se focaliser sur le calendrier de retour à un pouvoir civil . En signe de bonne volonté, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) mis en place par la junte et présidé par le nouvel homme fort pays, le colonel Assimi Goïta, a accepté de libérer le président déchu. La délégation de la Cedeao et la junte discutaient lundi des modalités de la transition politique. La junte a reculé, semble-t-il, après des réactions très négatives sur les réseaux sociaux maliens à la suite de l’évocation d’une transition de trois ans sous l’égide d’un gouvernement en grande majorité militaire. » -Y. Bourdillon – (Extrait de lesechos.fr du 24/08/2020)

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/avancements-entre-la-junte-et-les-mediateurs-au-mali-1236277

Mali : COMMUNIQUE DE LA MISSION DE MEDIATION DE LA CEDEAO SUR LA RESOLUTION DE LA CRISE .


Capture.PNG 125Communiqué à consulter sur https://letsunami.net/index.php/2020/07/20/centrafrique-communique-final-de-la-mission-de-mediation-de-la-cedeao-sur-la-resolution-de-la-crise-socio-politique-au-mali/

ou sur COMMUNIQUE-FINAL

 

 

 

 

Mali : quatre chefs d’Etat annoncés jeudi à Bamako pour tenter de trouver une issue à la crise socio-politique


« Le mouvement de contestation au Mali va observer une « trêve » à l’approche de la grande fête musulmane de l’Aid al-Adha et d’une mission de médiation de quatre présidents d’Afrique de l’Ouest.
Ainsi, quatre chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se déplaceront jeudi à Bamako, pour tenter une médiation entre le président Ibrahim Boubacar Keita et la coalition d’opposants, a annoncé un responsable de la présidence malienne.
« Mahamadou Issoufou (Niger), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal) et Nana Akufo-Addo (Ghana) sont attendus jeudi à Bamako », a-t-il indiqué.
La délégation de la CEDEAO a achevé sa mission au Mali. Mais le plan de sortie de crise des experts de l’organisation ouest-africaine a été rejeté par l’opposition.
Parmi les recommandations dont la mission souhaite voir une mise en œuvre rapide, la formation d’un gouvernement d’union nationale et le règlement du « contentieux électoral. (Extrait de sahel-intelligence.com)

En savoir plus sur http://sahel-intelligence.com/20898-mali-quatre-chefs-detat-africains-attendus-jeudi-a-bamako.html

Mali : une médiation de la CEDEAO en cours dans la crise politique entre le président et l’opposition


« Une mission de la CEDEAO conduite par l’ancien président du Nigeria, Jonathan Goodluck, et composée de présidents de cours constitutionnelles est attendue ce mercredi à Bamako. Pendant ce temps, l’opposition continue de maintenir la pression et appelle à de nouvelles manifestations.

Dans le cadre de la facilitation du dialogue entre les parties prenantes à la crise politique que traverse actuellement le Mali, une mission de la CEDEAO est attendue à Bamako ce mercredi 15 juillet 2020. Elle sera conduite par l’ancien président du Nigeria, Jonathan Goodluck, et composée de présidents de cours constitutionnelles.

Cette mission fait suite aux violences qui ont émaillé le troisième grand rassemblement de l’opposition dirigée par l’imam Mahmoud Dicko (photo), le vendredi 10 juillet et qui se sont poursuivies durant le week-end. Le dernier bilan de ces manifestations fait état d’environ onze morts et plus d’une centaine de blessés.  » -M. Sow-(Extrait de ledakarois221.com du 15/07/2020

En savoir plus sur https://ledakarois221.com/2020/07/15/mali-de-nouvelles-manifestations-prevues-malgre-la-mediation-de-la-cedeao/

Un rapport de l’ONU salue l’expansion de la médiation


CPR Logo for Members

« Dans son rapport annuel 2019 de son Bureau du Médiateur pour les fonds et programmes des Nations Unies, publié en mai, les Nations Unies ont célébré des progrès significatifs dans l’élargissement de la médiation en tant que méthode de résolution des conflits en milieu de travail.

Le rapport l’a identifié comme l’une des « plus grandes réalisations de l’année écoulée ».

Le Bureau du médiateur a mis l’accent sur l’utilisation de la médiation comme moyen d’intervenir dans les différends internes de l’ONU sur le lieu de travail. Le bureau, qui aide le personnel de l’ONU à « résoudre les conflits sur le lieu de travail de manière informelle et confidentielle dans le but de maintenir un environnement de travail harmonieux », fournit une procédure informelle de règlement des griefs à plusieurs grandes agences et programmes des Nations Unies.

En 2018, le directeur exécutif de l’UNICEF, l’une des agences des Nations Unies au service du Médiateur, a commandé un groupe de travail indépendant sur les questions de discrimination et de harcèlement liés au genre. Comme le montre le récent rapport annuel du Bureau du médiateur, le rapport de l’ITF a identifié un certain nombre de domaines qui exigeaient des améliorations. En réponse, le directeur exécutif a présenté des mesures immédiates, dont l’une a favorisé l’expansion des services de médiation de l’UNICEF.

Par conséquent, l’UNICEF a pris des mesures pour renforcer sa capacité de médiation et pour offrir une option de médiation systématique et informelle pour les différends en milieu de travail. L’effort comprenait la création d’une équipe de « médiateurs externes de garde » au Bureau du Médiateur. Afin d’améliorer la portée et la qualité des services fournis par ces médiateurs externes, diverses mesures ont été adoptées.

Le Groupe de médiation mondial du Bureau de l’Ombudsman s’adresse à la médiation en milieu de travail dans le monde entier. Le rapport annuel explique que les premiers membres du panel ont été identifiés, sélectionnés et formés par le bureau en consultation « avec certaines des principales organisations de médiation au monde ainsi qu’avec les bureaux d’ombudsman d’autres organisations internationales ».

L’objectif est d’avoir un ou deux médiateurs de garde disponibles dans tous les pays où l’UNICEF est présent. » – Seorae Ko-(Extrait de blog.cpradr.org du 2/07/2020)

En savoir plus sur https://blog.cpradr.org/author/tzamorsky/

Guinée : la Cédeao, l’UA, l’ONU tentent une médiation de « dernière chance »…


 

Accueil

« Alors que la tension monte crescendo en Guinée à la veille de l’élection présidentielle prévue le 18 octobre, la communauté internationale a entrepris des consultations en coulisse avec les acteurs politiques du pays pour renouer le fil du dialogue. La démarche est salutaire, mais la tâche s’annonce compliquée.

Face au risque élevé de nouvelles confrontations dans le pays, la CEDEAO, l’Union Africaine et les Nations-Unies veulent jouer aux sapeurs-pompiers avant qu’il ne soit trop tard. Ces trois institutions ont entamé des discussions informelles avec les différents protagonistes de la crise guinéenne dans le but de faciliter un dialogue politique, en vue d’aller aux élections présidentielles dans un climat serein.

Ce dimanche 05 juillet dans la matinée, une réunion s’est tenue par visioconférence entre les leaders du FNDC et le trio CEDEAO-UA-ONU. Selon nos informations, la communauté internationale vient avec l’idée de faciliter le dialogue pour pouvoir faire les élections présidentielles le 18 octobre dans  un climat apaisé. Mais le FNDC a fait comprendre à ses interlocuteurs qu’il ne s’agit pas seulement de parler de dialogue. » -D. Boubacar-  (Extrait de africaguinee.com du 6/07/2020)

En savoir plus sur https://www.africaguinee.com/articles/2020/07/06/crise-guineenne-la-cedeao-l-ua-l-onu-tentent-une-mediation-de-derniere-chance