Etats-Unis : Academy of Professional Family Mediators (APFM), Conference in Boston, MA – November 7 – 9, 2019 “The Next Generation of Innovation”


Capture.PNG321.PNG

Programme et inscription sur https://apfmnet.org/annual-conference/registration/

Grande-Bretagne : UN ENFANT PEUT-IL AVOIR SON MOT À DIRE DANS LA MÉDIATION FAMILIALE? (traduction Google d’un article de la NFM)


MÉDIATION INCLUSIVE POUR LES ENFANTS

Parfois, il peut être utile de faire participer les enfants directement au processus de médiation.

Votre médiateur NFM pourra proposer des rendez-vous pour que vos enfants soient inclus dans la médiation si vous pensez que cela les aiderait.

Les recherches montrent que, lorsque les parents sont séparés, leurs enfants s’inquiètent de ce qui les attend, par exemple:

  • Où vont-ils vivre?
  • Resteront-ils dans la même maison?
  • Comment vont-ils voir leurs deux parents?
  • Qu’en est-il de leurs amis, clubs, école, activités?
  • Qu’en est-il des animaux de compagnie… verront-ils le chien?
  • Qu’en est-il de grand-mère et grand-père?

Nous savons que, en cette période d’incertitude, les enfants apprécient de pouvoir partager leurs inquiétudes et leurs préoccupations et contribuent aux projets pour l’avenir.

Nous savons par-dessus tout qu’ils veulent que vous, leurs parents, les rassuriez que la vie va continuer et que tout va bien – qu’ils ne sont pas à blâmer pour votre rupture et que vous allez travailler ensemble pour eux.

Nous sommes conscients que les temps sont durs pour tout le monde, mais les enfants peuvent en sortir relativement bien si vous, en tant que parents, pouvez communiquer les uns avec les autres au sujet des besoins de vos enfants, aujourd’hui et à l’avenir, même si votre relation est terminée.

La médiation en tant que parent est un bon point de départ. Nous sommes conscients que vous allez vous aussi faire face à des décisions juridiques, financières et financières, difficiles sur le plan émotionnel et émotionnel. La médiation vous offre l’occasion d’examiner toutes les questions importantes pour vous et de rechercher un règlement à l’amiable. Les enfants seront au cœur de vos décisions et veilleront à ce que vous puissiez continuer à répondre à leurs besoins, même si votre relation est terminée.

Se concentrer sur les besoins de votre enfant

Il est facile de perdre de vue ce que ressentent les enfants lorsque vous luttez pour rétablir un certain équilibre dans votre vie. Il peut être difficile d’accepter que vos enfants ressentent la différence de votre séparation par rapport à votre séparation; leur donner ainsi l’occasion de partager leurs espoirs et leurs peurs est un bon moyen de concentrer votre attention sur leurs besoins.

Dans la médiation intégrant les enfants, les enfants peuvent rencontrer le médiateur pour parler de ce qu’ils aimeraient pour l’avenir maintenant que leurs parents se sont séparés. Dans le cadre de l’organisation d’une réunion avec les enfants, le médiateur rencontrera d’abord les deux parents et, ensemble, vous conviendrez des domaines à discuter avec le médiateur. Par exemple, vous pensez peut-être déménager et, d’une part, cela peut sembler excitant, mais d’autre part, vous aurez des inquiétudes sur ce qui va arriver à l’école, aux amis, aux contacts, etc.

Nous savons que vous êtes les experts de vos enfants. Vous savez plus que quiconque quels sont leurs besoins. Cette réunion leur donne une chance de partager leurs sentiments à propos de choses à la maison maintenant que vous vous êtes séparés.

Rappelez-vous également que les enfants ne veulent pas avoir à choisir entre leurs parents et n’aiment pas être inclus dans vos rangées pour adultes. Donc, cette réunion leur fournit un espace sûr et confidentiel pour partager leurs inquiétudes et leurs angoisses.

La rencontre avec les enfants est confidentielle et le médiateur conviendra avec vos enfants de la manière dont les informations vous seront renvoyées en tant que parents. Dans certains cas, les enfants sont heureux de partager avec leurs deux parents ce dont ils ont discuté et le médiateur les aidera à faire passer le message qu’ils souhaitent faire valoir. Dans d’autres cas, le médiateur convient avec les enfants de ce qu’il peut dire aux parents.

Selon notre expérience, tous les parents trouvent que la médiation intégrant les enfants est très utile pour les aider à se concentrer sur la recherche d’un règlement et sont mieux à même d’intégrer les souhaits de leurs enfants dans leur règlement final.

Ainsi, dans une médiation incluant les enfants, les parents sont assurés que:

  • les enfants ne seront pas invités à faire des choix ou des décisions
  • l’autorité parentale est respectée
  • les enfants ne sont vus qu’avec l’accord des deux parents
  • nous discuterons pleinement avec eux du processus et de l’objectif d’une «réunion d’écoute» avant d’impliquer les enfants.

Quand les enfants sont-ils impliqués?

  • Les enfants peuvent être invités à rencontrer le médiateur à un stade précoce, afin de s’assurer que leurs problèmes sont inclus dans l’agenda parental
  • une fois que les options ont été identifiées et explorées, afin d’entendre leurs points de vue et de les prendre en compte
  • à la fin, communiquer et expliquer les futurs arrangements proposés et les «ajuster» à la lumière de la réaction des enfants
  • plus d’une fois
  • pour une réunion individuelle ou familiale.

Le stade auquel les parents sont en train de négocier leurs arrangements futurs sera probablement un facteur clé pour décider du moment d’impliquer les enfants, et dans certaines circonstances, une médiation intégrant les enfants pourrait ne pas convenir. La discussion du médiateur avec les parents sur l’objectif et le processus d’implication des enfants guidera les décisions à cet égard.

Confidentialité

On dit aux enfants et aux parents que cela peut être une occasion pour les enfants de parler en privé avec le médiateur. Les parents ne seront informés que de ce que les enfants souhaitent entendre afin de respecter le caractère confidentiel de la réunion (à l’exception de la confidentialité avec le risque de préjudice). Ils se verront proposer une session confidentielle et se verront dire que le médiateur ne rapporte pas tout aux parents sauf si l’enfant y consent. Cela permet aux enfants de se sentir bien, de poser des questions qu’ils ne se sentiraient peut-être pas autrement, et d’être rassurés en général sur le fait que les choses iront mieux.

Les aspects pratiques

La limite d’âge inférieure pour les enfants impliqués dépend du point de vue de leurs parents sur leur capacité à utiliser et à comprendre l’opportunité, mais nous utilisons l’âge de cinq ans comme ligne directrice. Votre médiateur peut rencontrer les enfants seul ou impliquer un collègue. Les arrangements concernant le moment où les enfants viennent, qui les apporte, où les gens attendent, la manière dont les commentaires seront communiqués aux parents et d’autres questions similaires seront tous convenus avec les parents dans le cadre du processus de préparation. Les enfants sont invités à y assister mais peuvent choisir de ne pas accepter l’offre.

NFM est un fournisseur de formation agréé et accrédité pour la médiation intégrant les enfants.

Les médiateurs NFM sont accrédités par le Family Mediation Council , l’organisme de réglementation des médiateurs familiaux.

(Extrait de nfm.org.uk )

En savoir plus sur https://www.nfm.org.uk/mediation-faq/can-my-child-have-a-say-during-mediation-its-their-future-after-all/

Etats-Unis – Médiation pour les personnes âgées: préparer les familles au succès


« Lorsqu’il est question de questions de fin de vie, il est très rare que tous les membres de la famille se retrouvent sur la même page. Souvent, les enfants adultes ne veulent pas penser que leurs parents vieillissent, leurs parents peuvent ne pas être ravis de la pensée non plus, et les deux groupes peuvent souhaiter que le statu quo confortable soit maintenu. Cependant, s’il ya une chose que les humains ont apprise, c’est que tout change. La mort et la mort font autant partie du cycle de la vie que la naissance et la vie. Identifier comment une personne souhaite passer ses dernières années et communiquer ce message à sa famille et à ses amis est une tâche importante.Lorsque les parents âgés connaissent une crise de santé, les enfants adultes retrouvent parfois leur pire état de santé à l’âge de douze ans. Il y a une certaine panique à l’idée de savoir que votre parent a des problèmes liés à l’âge. Cette réalité cimente la connaissance qu’ils n’auront peut-être pas beaucoup plus de temps dans leur vie. Cette prise de conscience a tendance à susciter des émotions, des ressentiments, des peurs et des conflits au sein de la famille longtemps enfouis. Ces conflits peuvent être entre frères et sœurs, enfants et parents et même époux à époux. Les conflits non résolus peuvent renaître à nouveau pendant une crise sanitaire – ce qui complique toute tentative de comprendre de quelle façon la personne âgée souhaite (ou voudrait) procéder.

Un médiateur des soins aux personnes âgées peut être désigné en tant que tierce partie objective pour aider à résoudre certains de ces conflits et faire avancer la discussion. Les médiateurs des soins aux personnes âgées doivent avoir une formation ou une expérience en médiation et en gérontologie pour pouvoir assister correctement les familles aux prises avec ce type de conflit. Comment un médiateur des soins aux personnes âgées aide-t-il une famille à résoudre ces problèmes avec succès? L’un des meilleurs moyens est d’éduquer les familles sur l’importance d’avoir des conversations sur les désirs de fin de vie avant qu’il n’y ait de problème.

Commencer la conversation

La règle générale à propos du vieillissement est la suivante: vous devez communiquer vos souhaits tôt et souvent à votre famille et aux personnes concernées. Les médiateurs des soins aux personnes âgées sont également très efficaces pour faciliter les conversations familiales avant que la crise ne frappe. Quand une situation est hypothétique, il est beaucoup plus facile de mettre de côté ses émotions et de parler de façon rationnelle. Plus les familles ont ces discussions, plus elles deviennent faciles. Une fois que les décisions ont été prises et écrites, les familles disposent d’un outil à utiliser en cas de crise. Cet outil peut être ajusté à mesure que les situations de la vie changent et atténueront le stress et les traumatismes de la crise.

Qui devrait être impliqué?

L’une des premières étapes pour mettre en place une facilitation familiale réussie consiste à identifier toutes les parties impliquées. Les enfants? Copains? Des aidants? La ou les personnes âgées en question doivent accorder une attention particulière à la personne à laquelle elles souhaitent participer. Le médiateur devrait d’abord rencontrer la ou les personnes âgées pour établir la communication et les rapports. La discussion devrait porter sur ce qui est important pour le ou les adultes, comment ils ont vécu et comment ils envisagent de vivre les derniers jours. La conversation devrait ensuite déboucher sur une discussion sur les personnes qu’ils souhaitent impliquer et sur la manière dont ils souhaitent les impliquer. Une analyse en douceur des problèmes relationnels entre eux et les enfants, et entre frères et sœurs, devrait être utilisée pour aider à comprendre la dynamique familiale. Si un membre de la famille doit rester en dehors des discussions, il est important de comprendre et de pouvoir expliquer pourquoi à cette personne. Sur la base de ces discussions, le médiateur doit établir des liens avec chaque personne impliquée et avoir des discussions similaires avec elles, en identifiant leurs préoccupations, leurs conflits et leur niveau de confort. Une réunion de groupe est ensuite organisée avec toutes les parties impliquées présentes. 

Réunion de groupe

Cela peut être extrêmement difficile quand des distances géographiques séparent les membres de la famille. Les médiateurs doivent être prêts à proposer des conférences téléphoniques, Skype ou d’autres méthodes de communication. Des notes détaillées doivent être prises et distribuées aux participants après la réunion. Le rôle principal du médiateur est d’introduire les sujets à traiter et de promouvoir une discussion honnête et ouverte sur chaque sujet, ce qui aboutit à une décision sur la manière dont ce sujet doit être traité. Chaque réunion sera différente en fonction des besoins et des intérêts des familles avec lesquelles le médiateur travaille. L’objectif principal est d’identifier qui sera impliqué, de quelle manière, et s’il est capable et désireux de fournir le soutien nécessaire pour répondre aux souhaits de l’aîné. Certains des sujets les plus communs sont:

Probleme juridique:

   1.Pouvoirs,

   2. Directives anticipées,

   3. testaments,

   4. Les fiducies, etc.

Problèmes financiers:

   1.Combien d’argent est disponible pour les soins;

   2.Qui a l’accès, l’emplacement des comptes / mots de passe, 

   3. Assurance soins de longue durée

   4. Informations sur l’assurance médicale

   5. Factures mensuelles

   6.taxes

Problèmes médicaux: 

   1. Visites de médecins et / ou soins à domicile

   2. gestion de la communication

   3. Dossiers médicaux

   4.Interventions souhaitées ou non

   5.Hospice, hôpital ou maison

Modes de vie:

   1.Vivre seul dans la maison actuelle ou déménager

   2.Vivre dans la communauté, emménager avec la famille ou les compagnons à la maison et les soins à domicile

Emballer

Ceci est juste un petit échantillon des conversations qui doivent être tenues – et elles ne peuvent certainement pas avoir lieu en même temps. Le médiateur aidera à identifier les problèmes les plus urgents, les plus faciles à résoudre, ce qui prendra plus de temps et ajustera chaque session de manière à traiter quelques problèmes plus petits et un problème plus important. Obtenir un accord sur une question plus petite aidera à ouvrir la voie à un accord sur les plus grandes. Plusieurs sessions plus petites avec des plans concrets établis auront plus de chances de réussir à long terme qu’une session marathon qui tente de tout régler. Enfin, il sera rappelé à tous les participants que ces discussions sont des schémas directeurs qu’il peut être nécessaire de modifier en fonction des besoins des personnes âgées. En utilisant les méthodes de communication établies lors des réunions de groupe, les familles seront en mesure de s’adapter en conséquence.

la biographie


Kathleen Kauth travaille pour une société de conseil en médiation et en affaires chez KT Beck Enterprises, LLC. Elle se concentre sur l’utilisation de techniques de médiation pour aider les individus, les familles et les entreprises à résoudre leurs conflits. Avec les domaines d’intérêt dans les soins aux personnes âgées et la médiation d’entreprise, nous sommes en mesure de fournir une grande variété de services personnalisés. (Extrait de mediate.com du 5/09/2019)

En savoir plus sur https://www.mediate.com/articles/kauth-eldercare-mediation.cfm

Café Médiation (Lyon) : « La question de la médiation de couple, en médiation familiale », 5/09/2019


Capture.PNG 124.PNG

En savoir plus sur  http://mediation-a-lyon.fr/cafe-mediation-a-lyon/

Emplois en médiation familiale


Familles en Gironde (33 – Gironde)recherche un(e) médiateur(trice) familial(e) – contrat à durée indéterminée à mi-temps – Poste à pourvoir en janvier 2020.

UDAF 91 (91 – Évry)recherche un(e) médiateur(trice) familial(e) – contrat à temps partiel (10h30 par semaine) – Poste à pourvoir dès que possible.

ARELIA (54 – Meurthe et Moselle)recherche un(e) médiateur(trice) familial(e) – CDI à temps partiel (0,50 ETP) – Poste à pourvoir dès que possible.

Association Les Fontaines (27 – Eure)recherche un(e) médiateur(trice) familial(e) – CDI à temps partiel (entre 0,40 et 0,60 ETP) – Poste à pourvoir dès que possible.

Mairie de Rueil Malmaison – La Villa Familia (92 – Rueil Malmaison)recherche un(e) intervenant(e) pour son Espace de Rencontre – contrat à temps partiel (22h / mois) – Poste à pourvoir en Septembre 2019.

(Extrait de fenamef.asso.fr juillet 2019)

En savoir plus sur http://fenamef.asso.fr/index.php?option=com_acymailing&ctrl=archive&task=view&mailid=57&key=vIZCxSib&subid=409-yZwcjjXfYUD1QY&Itemid=407

Publication de La Lettre de la Fenamef N° 32 – Juillet 2019


 

 

Capture.PNG5896.PNG

Lettre à consulter sur http://fenamef.asso.fr/index.php?option=com_acymailing&ctrl=archive&task=view&mailid=57&key=vIZCxSib&subid=409-yZwcjjXfYUD1QY&Itemid=407

PUBLICATION DU N° 9 DE LA NEWSLETTER DE L’APMF


Capture.PNG1284.PNG

Lettre à consulter sur http://p86.mj.am/nl/hhqt/mu8iz.html?m=AMEAAESqypwAAcf-aVYAAAAABDEAAVNIhaAAHb2XAAgZkwBdJ05BzRd6bkE9SvettAyw8UKndAAAKRI&b=e740c0db&e=f8ea34a6&x=qGL0zkY8Gdyvc5fi6xva0kyKRn2NYKbsfeLdANtTbaXbtliJarIwoGCgQXeO0DJU