Italie : la loi oblige la présence d’un médiateur culturel durant la procédure pour protéger les migrants mineurs isolés


« L’Italie vote une loi pour protéger les migrants mineurs isolés. Une première européenne

C’est la première fois en Europe qu’une telle loi sur la protection des mineurs étrangers non accompagnés est votée. Ils sont près de 26 000 à avoir débarqués seuls en Italie en 2016. (…)

– la loi oblige la présence d’un médiateur culturel durant la procédure (très présents en Italie, les médiateur sont des personnes arrivées en Italie depuis plusieurs années et qui ont suivi une formation. Ces travailleurs sociaux s’adressent directement aux migrants dans leur langue, et connaissent le pays.)

– l’évaluation se fait dans une structure sanitaire désignée par un juge, et par une équipe pluridisciplinaire (dont le médiateur)  » (Extrait de rue89lyon.fr du  5/04/2017)

En savoir plus sur http://www.rue89lyon.fr/2017/04/05/migrants-loi-protection-mineurs-isoles-italie/

Publicités

Un médiateur de la musique pour apaiser les tensions sur le numérique


Capture9.PNG

« Denis Berthomier, directeur général du Centre Georges Pompidou, a été nommé médiateur de la musique, un poste nouvellement créé afin de régler les différends entre les acteurs du secteur, a annoncé lundi le ministère de la Culture.

M. Berthomier, conseiller maître à la Cour des comptes et ancien conseiller pour la Culture du Premier ministre Jean-Marc Ayrault (2012-2014), a été nommé pour une durée de trois ans renouvelable, à compter du 1er avril. Il était directeur général du Centre Pompidou depuis 2014. Le poste, dont la création avait été critiquée par les grands producteurs, a été institué par la loi « Liberté de la création, architecture et patrimoine » du 7 juillet 2016.

Le médiateur pourra notamment être saisi par les producteurs, éditeurs ou artistes de toute question ou litige relatif à la mise en œuvre du protocole d’accord pour un développement équitable de la musique en ligne signé le 2 octobre 2015.

La Guilde des artistes de la musique (GAM) a salué la nomination de M. Berthomier, tout en s’étonnant que « la fonction n’ait pu être occupée par une femme, comme il en était question initialement ». « Nous ne doutons pas qu’il saura se montrer à la hauteur des enjeux auxquels font face aujourd’hui les artistes, les producteurs phonographiques et les plateformes de streaming », écrit-elle dans un communiqué. » (Extrait de culturebox.francetvinfo.fr du 4/04/2017)

Qu’est-ce que la «médiation culturelle» ?


« Chacun d’entre nous a rencontré des médiateurs culturels. Ils portent parfois des tee-shirts ciglés « médiateur », « médiateur culturel », « médiateur du festival », etc. au cœur des institutions contemporaines. Ils sont voués à parler des œuvres, des artistes, des expositions ou des scènes culturelles dès lors que ces « objets » sont mis à la disposition d’un public ou présentés sous un nouveau jour. Mais se rend-on assez attentif aux composantes de ce métier ? S’est-on donné la peine d’en parcourir les plus économiques (salaires, contrats de travail, types d’emploi, précarité, …) et les plus valorisées (la relation aux œuvres et aux publics) en passant par ce qu’on a longtemps ignoré : la connaissance des publics par les médiateurs, leur saisie des compétences culturelles déployées par les spectateurs que, trop souvent encore, beaucoup méprisent (dans les pires des commentaires, ils seraient « incultes », ne « sauraient rien », « s’amuseraient », seraient « bêtes » …).

Ce sont justement ces multiples composantes qui font l’objet de l’enquête de Bruno Nassim Aboudrar et François Mairesse. Ces derniers sont des spécialistes universitaires de la question, et non des membres des associations de médiateurs constituées récemment aux fins de défendre la profession. Ils ont déjà présidé à des recherches sur elle. Pour composer ce livre, ils ne retiennent, cependant, que les domaines du spectacle vivant, du patrimoine, du cinéma, de l’audiovisuel, de la musique enregistrée et du livre. À juste titre, ils signalent l’existence d’autres médiations dont ils ne parlent pas afin de ne pas brouiller les pistes : les médiations scientifiques, les médiations techniques, les médiations sociales, psychologiques, etc. Ce choix est assumé avec d’autant plus de légitimité que les deux auteurs sont, l’un, professeur d’esthétique, et l’autre, professeur de muséologie. » (Extrait de nonfiction.fr du 25/10/2016)

En savoir plus sur http://www.nonfiction.fr/article-8564-quest_ce_que_la_mediation_culturelle_.htm