Mali – Comité de suivi de l’Accord : la médiation salue les progrès du gouvernement


 

« Contrairement à la précédente session, les travaux de la seizième session du CSA (Comité de suivi l’Accord) se sont ouverts, hier lundi, à l’ex-CRES (Centre régional pour l’énergie solaire) de Badalabougou sur des notes d’espoir pour les acteurs du processus de paix de notre pays qui ont tous répondu à l’appel de la Médiation internationale.

L’ouverture des travaux était placée sous la présidence du président du CSA, Ahmed BOUTACHE, en présence des autres membres de la médiation ; des diplomates de certains pays amis du Mali.

Cette session se focalisera essentiellement sur les avancées enregistrées, depuis Réunion de Haut niveau du 10 février 2017. Au cours des travaux, le gouvernement du Mali procédera à la présentation des progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord, notamment en ce qui concerne la mise en place des autorités intérimaires, la tenue de la conférence d’entente nationale ainsi que l’opérationnalisation des patrouilles mixtes, etc.
De leurs côtés, les présidents des commissions DDR, SSR et intégration ainsi que la médiation feront le point de leurs différentes activités. Ils (ces travaux de commission) seront marqués par la présentation du rapport du sous-comité Défense et Sécurité.
À l’ouverture des travaux, l’Adjoint au chef de la MINUSMA, Davidse KOEN, a souligné qu’il y avait eu beaucoup de progrès qui ont été enregistrés, depuis la réunion ministérielle du 10 février 2017 sur l’Accord, sur beaucoup de points. Il s’agit entre autres des questions de révision constitutionnelle, l’opération du MOC (Mécanisme opérationnel de coordination) de Gao, la mise en place des autorités intérimaires à Gao, Kidal et Ménaka.
Toutefois, a-t-il reconnu, beaucoup reste à faire, notamment, en ce qui concerne la sécurité du pays, le cantonnement, les autorités intérimaires de la région de Tombouctou et Taoudénit.
Selon lui, les travaux de cette 16e session seront mis à profit par les acteurs pour faire le point des progrès réalisés et identifier les voies et moyens d’accélérer le reste du processus.
Sur la question des autorités intérimaires de Tombouctou et de Taoudénit, il a indiqué qu’il y avait eu des progrès, ces derniers temps, entre le gouvernement et les protagonistes, sur cette question.
Selon lui, le gouvernement pourra mettre en place dans un meilleur les autorités intérimaires au niveau de ces deux régions. » (Extrait de mali-web.org du 04/04/2017)

En savoir plus sur http://mali-web.org/politique/comite-de-suivi-de-laccord-la-mediation-salue-les-progres-du-gouvernement

Centrafrique: les discrètes médiations de l’Angola et de Sant’Egidio


« Depuis plusieurs mois, la Centrafrique a renoué avec la guerre. Dans les provinces orientales de la Haute-Kotto et de la Ouaka, une alliance entre deux factions issues de l’ex-Seleka, le FPRC de Noureddine Adam et le MPC d’Al Katim affrontent violemment l’UPC d’Ali Darass pour le déloger de la ville de Bambari, où il a établi son QG, il y a 4 ans. Dans le nord-ouest, un groupe baptisé « 3R » multiplie les exactions et les affrontements avec les milices anti-balaka. Alors que les violences ont repris et que plusieurs groupes refusent de participer au programme DDR, plusieurs initiatives diplomatiques discrètes ont été enclenchées.

La semaine dernière, des représentants de l’UPC, de la branche politique du MPC, et d’une mouvance des anti-balaka ont fait le voyage de Rome à l’invitation de la discrète communauté Sant’Egidio, pour exprimer leur vision de la situation et leurs revendications. « C’était une mission exploratoire, une prise de contact. On était conviés pour examiner les conditions d’un dialogue », commente un participant.

Auparavant, l’Angola a elle aussi entamé une médiation pour tenter de ramener les groupes armés réfractaires au programme DDR à de meilleurs sentiments. Début décembre, Noureddine Adam, le chef du FPRC, et d’autres cadres du mouvement ont été conviés à Luanda. Fin décembre, les anti-balaka de Maxime Mocome ont a leur tour été reçus dans la capitale angolaise. » (Extrait de rfi.fr du 8/02/2017)

En savoir plus sur http://www.rfi.fr/afrique/20170208-centrafrique-discretes-mediations-angola-sant-egidio

Syrie : le ministre des Affaires étrangères J-M. Ayrault tente une médiation entre Moscou et Washington


Syrie : Ayrault tente une médiation entre Moscou et Washington

« La France tente de faire le médiateur. Alors que les bombardements se poursuivent sur Alep, ni la Russie ni les Etats-Unis ne se décident à réengager des pourparlers. Dans ce contexte diplomatique tendu, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault se rend ce jeudi 6 octobre à Moscou et vendredi à Washington. Il tentera d’établir un projet de résolution sur un nouveau cessez-le-feu à Alep, ville meurtrie par le conflit syrien.

« Cette tournée s’inscrit dans le cadre des efforts de la France pour aboutir à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies d’une résolution ouvrant la voie à un cessez-le-feu à Alep et à l’accès des populations à l’aide humanitaire dont elles ont tant besoin », selon le communiqué du ministère. » (Extrait de nouvelobs.com du 6/10/2016)

En savoir plus sur http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/guerre-en-syrie/20161006.OBS9438/syrie-jean-marc-ayrault-tente-une-mediation-entre-moscou-et-washington.html#

Suisse : La signature de l’accord de paix en Colombie et le point de vue d’un ancien médiateur suisse.


L'ancien médiateur suisse en Colombie, Jean-Pierre Gontard.

« Ancien médiateur suisse en Colombie, Jean-Pierre Gontard est très optimiste après la signature de l’accord de paix en Colombie. Mais aussi inquiet.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de la signature?

J’en suis heureux évidemment! Et aussi personnellement touché par les messages d’amitié que m’ont envoyé de Colombie l’archevêque Castro Quiroga (ndlr: qui préside la Commission de conciliation nationale) et Henry Acosta(intermédiaire clé entre le président colombien et le chef des FARC). C’est un très bon accord qui a été conclu entre des négociateurs d’une qualité exceptionnelle. Ils ont su résister à ceux qui, dans chacun des deux camps, essayaient de faire dérailler les pourparlers, afin de poursuivre la révolution par la force, pour les uns, ou encore tenter d’écraser la guérilla, pour les autres.

En quoi l’accord est-il bon?

Un équilibre acceptable a été trouvé entre le besoin de paix et de justice. Bien sûr, il y a des mécontents. Notamment les victimes des FARC, outrées de voir que les chefs de la guérilla n’iront pas nécessairement en prison. Mais des concessions importantes ont été faites dans les deux camps et l’ONU a été invitée à assurer le suivi. C’est une première absolue en Colombie.

Etes-vous optimiste pour le référendum de ce dimanche?

C’est en fait l’un des deux passages dangereux qu’il reste à franchir avant la paix. Le président Santos a voulu soumettre l’accord à l’aval de la population. Il est combattu frontalement par son prédécesseur Alvaro Uribe, qui voudrait écraser la guérilla comme au Sri Lanka. Mais la consultation est aussi menacée par l’abstention possible des classes moyennes des grandes villes, Bogotá et Medellín en tête, qui n’ont pas vécu le conflit d’aussi près…

Quel sera le second passage dangereux?

Les FARC déposeront les armes après la libération des guérilleros actuellement en prison (et qui n’ont pas commis de crime de guerre). Or, cela nécessite l’adoption d’une loi d’amnistie par le parlement colombien. Les élus du parti d’Alvaro Uribe tenteront de faire barrage. Les débats risquent de s’éterniser. » (Extrait de tdg.ch du 27/09/2016)

En savoir plus sur http://www.tdg.ch/monde/paix-signee-colombie-reste-deux-passages-dangereux/story/17003635

Mali: L’équipe de médiation internationale appelle à des sanctions


Si le mot « sanction » contenu dans l’article de presse s’avère exact, on se dirigerait vers ce que l’on appelle dans le jargon une « médiation musclée ».

médiation internationale dirigée par l'algérie au Mali

« L’équipe de médiation internationale dirigée par l’Algérie , qui comprend l’ONU, l’UE, l’Union africaine et  la CEDEAO, a indiqué qu’elle est « profondément préoccupée » par les récents affrontements dans le Nord du Mali et fait planer la menace de prendre des sanctions des responsables de la violence

Elle  « estime que cette situation ne peut plus durer sans compromettre l’essence de cet accord de paix » , selon un communiqué publié,  à l’issue d’une réunion du comité de suivi l’accord de paix.

Elle a exhorté toutes les parties à «respecter pleinement leurs engagements et leurs responsabilités et leurs exigences, en particulier, le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour une mise en œuvre rapide de l’accord ». (Extrait de intellivoire.net du 22/09:2016)

En savoir plus sur http://intellivoire.net/mali-lequipe-de-mediation-internationale-planer-menace-es-sanctions/

Belgique : Bruxelles accueillera une conférence sur la médiation entre parties impliquées en zones de conflit en 2017


Bruxelles accueillera une conférence sur la médiation entre parties en conflit en 2017

« L’objectif de cette conférence, qui réunira praticiens et experts renommés dans le domaine de la médiation internationale ainsi que des représentants des organisations européennes et internationales actives dans ce domaine, est de faire un échange de bonnes pratiques afin d’en tirer des leçons utiles et de rendre plus efficace encore cet outil essentiel pour la prévention et la gestion pacifique des crises. Le ministre des Affaires étrangères avait assisté, en matinée, à un déjeuner du Groupe des amis de la médiation. Durant la semaine, il avait aussi coprésidé une table ronde sur la lutte contre l’impunité des groupes terroristes et à un événement sur la déradicalisation des jeunes et la contre-propagande. Une jeune employée du SPF Intérieur et un travailleur de Molenbeek sont venus à New York expliquer comment ils luttent contre la radicalisation des jeunes. » (Extrait de rtl.be du 23/09/2016)

En savoir plus sur http://www.rtl.be/info/belgique/politique/bruxelles-accueillera-une-conference-sur-la-mediation-entre-parties-en-conflit-en-2017-853250.aspx

Suisse : Berne avait engagé un médiateur qui participait aux négociations entre le gouvernement colombien et les Farc.


 TDG
%d blogueurs aiment cette page :