Tunisie : Création du Centre national de médiation et de résolution des conflits dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique


« La décision portant création du Centre national de médiation et de résolution des conflits dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a été publiée dans le dernier numéro du Journal officiel de la République Tunisienne (JORT) du 4 juin 2021, Placé sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ce centre a pour objectif d’arbitrer, de résoudre les conflits et de soutenir la cohésion sociale au sein de l’espace universitaire en diffusant une culture du dialogue.

Il s’occupe, également, de la médiation et de la résolution de conflits auxquels l’université est partie ainsi que de l’élaboration d’un programme de soutien aux capacités dans les domaines liés à la consolidation de la cohésion sociale dans les universités.

Il s’est vu confier la mission d’anticiper les situations conflictuelles qui affecteraient la cohésion sociale au sein de l’espace universitaire, en s’appuyant sur une étude analytique de la réalité et en proposant des initiatives de médiation.

A cela s’ajoute le suivi et l’identification des cas de conflit qui n’ont pas été résolus dans les cadres universitaires officiels et à leur discussion, la facilitation du dialogue entre les parties en conflit pour réduire les développements potentiels de conflit, l’étude des cas de conflit existants et la proposition de solutions appropriées ainsi que la sensibilisation à la valeur du dialogue. » (Extrait de webmanagercenter.com du 5/06/2021)

En savoir plus sur https://www.webmanagercenter.com/2021/06/05/468852/le-centre-national-de-mediation-des-conflits-dans-le-secteur-de-lenseignement-a-desormais-une-existence-legale/

Le tribunal de Rouen veut populariser la médiation : « c’est gagnant-gagnant » dans les conflits


« Le tribunal de Rouen veut étendre la solution de la médiation au plus grand nombre. Moins coûteuse qu’un procès, plus rapide, c’est une méthode « gagnant-gagnant » pour les citoyens.

C’est clair, net et précis : c’est une solution alternative pour résoudre les conflits, qui fait gagner de l’argent, et du temps. Le tribunal de Rouen, par la voix de la première présidente de la Cour d’appel, Marie-Christine Leprince, veut populariser la médiation judiciaire. « Elle est rapidemoins chère qu’un procès, et c’est gagnant-gagnant. C’est une sortie par le haut lorsqu’il s’agit de régler un litige », explique la première présidente. À l’inverse du procès, « on n’attend pas une décision dont on ne sait pas dans quel sens elle va aller, on la construit. »

« Les souffrances des parties » entendues

La médiation peut survenir à tout moment d’une procédure, avant que le juge ne soit saisi, ou bien après, et peut s’avérer particulièrement intéressante pour des différends concernant la garde d’enfant(s), ou qui opposent des voisins, des copropriétaires, etc. 

« L’aide d’un tiers permet d’apaiser le différend, les souffrances des parties peuvent être entendues. Il s’agit de trouver un accord et de s’assurer, par la suite, de son exécution », précise le bâtonnier (à la direction de l’ordre des avocats de Rouen), Jérôme Hercé. Car le médiateur en question, et c’est là toute l’utilité du rôle qu’il a à jouer, est une personne indépendante des parties.

Cela peut être un huissier, un notaire ou encore un avocat formé dans le domaine. Et ladite formation est très sérieuse, puisqu’elle se compose de 200 heures de travail et représente un vrai diplôme universitaire. Et c’est sur ce point que Marie-Christine Leprince appuie : « Ce n’est pas une justice au rabais. Nous appelons les juges de la Cour d’appel de Rouen, les avocats, à penser à la médiation. » –M. Nicodème (Extrait de actu.fr/normandie/rouen du 4 Juin 21 )

En savoir plus sur https://actu.fr/normandie/rouen_76540/le-tribunal-de-rouen-veut-populariser-la-mediation-c-est-gagnant-gagnant-dans-les-conflits_42353024.html/amp

Belgique : Publication NEWSFLASH Mai 2021 de la Commission fédérale de médiation


« Pour votre info : publication des récentes décisions de la CFB

Les décisions de la CFM concernant le règlement de formation, le règlement de procédure de la Commission disciplinaire et traitement des de plaintes ainsi que le code de déontologie ont été publiées au Moniteur Belge du jeudi 29/04/21.

Suite à la publication du règlement de formation, nous avons reçu un certain nombre de questions de clarification dont la plupart ont déjà reçu une réponse et dont certaines doivent encore préalablement être traitées par la Commission d’agrément des formations. Tous les centres de formation seront ensuite bien entendu informés en temps utile.

Suite à la publication du code de déontologie, nous avons reçu de nombreuses réactions positives, mais certaines opinions personnelles divergentes avaient également été exprimées.

Le code de déontologie a été établi à la suite de discussions très constructives et approfondies par l’Assemblée Générale, le groupe de travail spécifique et la CFM. Il va sans dire que le code est corpus évolutif qui doit néanmoins être conforme à la loi. En tout état de cause, nous étudierons tous ces commentaires et vous en ferons part ultérieurement. » (Extrait de www.cfm-fbc.be/fr )

En savoir plus sur https://www.cfm-fbc.be/fr