Vidéo (Suisse) : « Bourreau et victime : quel face-à-face ? » émission de RTS du 20/01/2021


« Est-il possible de mettre face à face une victime et son bourreau pour espérer un dialogue, sans juges, sans avocats et sans procureur ? Le concept de « justice restaurative » en est à ses balbutiements en Suisse. Dans le canton de Vaud, un projet pilote vient d’être mis en place, sous la houlette du Swiss RJ Forum. Linn Levy reçoit l’avocate Lorella Bertani et le vice-président de l’Association pour la justice restaurative en Suisse, Jean-Marc Knobel  » (Extrait de rts.ch du 20/01/2021)

Vidéo à consulter sur https://www.rts.ch/play/tv/faut-pas-croire/video/bourreau-et-victime–quel-face-a-face-?urn=urn:rts:video:11980191

ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : « LES 2ÈMES RENCONTRES CREATIVES AUTOUR DES ATELIERS PRATIQUES DE LA MEDIATION » du 9 au 10 avril 2021 au Château Les Carrasses en OCCITANIE – organisées par le Centre Traits d’Union Médiation & Assistance


« Nouvelle FORMULE ET NOUVEAUTE : les cercles de PAROLE pour une action de communication ciblée.

En 2020, les co-organisatrices et les partenaires ont validé le report de ces rencontres dans un contexte incertain qui risquait de fragiliser l’objectif principal : se réunir et échanger dans un lieu spécialement dédié, favorisant le bien vivre ensemble pour parfaire nos pratiques professionnelles d’accompagnement du processus de médiation. 

A l’unanimité (organisateurs, facilitateurs, direction du château les Carrasses, participants déjà inscrits), nous avons décidé de maintenir cette rencontre, sous réserve :

 –       D’obtenir l’autorisation de la Préfecture. En fonction de la réglementation applicable le 18 février 2021 (Décret N°2020-1310 du 29 octobre 2020) et sous réserves d’éventuelles mesures réglementaires qui seront en vigueur le 9 avril 2021, en lien avec l’évolution de l’épidémie non connue à ce jour, la rencontre professionnelle avec entraînements nécessaires pour le maintien de nos compétences professionnelles, est autorisée.
–        De réduire le nombre de participants (dont par ateliers)
–        De mettre en place les mesures de distanciation physique lors des temps de pause et de restauration, lors des ateliers et des plénières avec l’approbation des facilitateurs
–        De supprimer la conférence grand public du vendredi soir et de proposer un autre atelier sur le volet « médiateur communicant »

Cet événement est autofinancé par les médiateurs participants. Les organisatrices, médiatrices, sont bénévoles et participent également au financement de cette rencontre dont les objectifs principaux sont de :

– Partager des moments forts d’échanges entre les médiateurs de toute la France , en immersion dans un lieu de charme, convivial et spécialement réservé pour l’événement.
– Expérimenter l’intelligence collective au service de la pratique professionnelle.
– Chercher de nouvelles idées, de nouvelles expériences, de nouveaux outils au service de la pratique de la médiation.
– Œuvrer au développement et à la promotion de la médiation auprès du grand public et des prescripteurs.

Les participants bénéficieront d’une attestation de travail collaboratif sur la pratique professionnelle.
Programme : http://www.ctuma.fr/evenement-mediateurs/ (Extrait de ctuma.fr)
En savoir plus sur http://www.ctuma.fr/evenement-mediateurs/

Entretien avec Nina Vernay, médiateure, ancienne étudiante de l’université Lyon II et co-fondarice de l’association Le Labo Collectif


« Quel est votre cursus ?

J’ai obtenu une licence en droit privée et un master 1 et 2 en  Justice, procès et procédures – Médiation

Avez-vous une anecdote à nous raconter sur votre cursus ?

Je n’ai pas une anecdote en particulier mais je peux vous avouer que j’ai obtenu ma licence de droit en cinq années !! J’y ai appris la détermination.
Ces cinq années bien chargées en émotions tant dans la réussite que dans l’échec m’ont permis de prendre le temps d’étudier ce qui faisait sens professionnellement dans mon parcours de vie, et d’avoir le cran de me lancer dans l’expérience dans laquelle je suis aujourd’hui.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je me suis intéressée aux modes alternatifs de règlement des conflits lors de mes interventions bénévoles à la maison d’arrêt de Corbas (avec l’association le G.E.N.E.P.I). J’ai pu y observer de nombreux conflits entre les personnes détenues puis entre le personnel pénitencier et les personnes incarcérées. Il m’a semblé y avoir une réelle carence dans le traitement de ces conflits. J’ai imaginé que l’apprentissage à la médiation pouvait être intéressant en milieu carcéral. D’autre part je trouvais la réponse pénale insuffisante et inappropriée pour de nombreuses situations là où la médiation était, elle, plus adaptée.

Sensible au milieu éducatif il m’est apparu évident d’enseigner les attitudes responsables et proportionnées face au conflit dès le plus jeune âge et ce par le biais de la médiation. J’ai donc eu envie de créer une structure qui a pour vocation de sensibiliser les enfants et les adultes à la médiation. En 2017, j’ai co-fondé l’association Le Labo Collectif dans laquelle  j’anime d’une part les ateliers de médiation par les pairs dans les écoles élémentaires et d’autre part je coordonne l’activité de l’association. Dans un premier temps nous nous sommes concentrés sur le milieu scolaire, mais à terme nous souhaitons intervenir en milieu carcéral.

En quoi consiste votre travail ?

Je mets en place des ateliers de sensibilisation à la médiation par les pairs dans les écoles et j’anime des ateliers de gestion des émotions et de gestion du conflit dans les écoles élémentaires. Nous sommes également en train de travailler avec une autre structure sur des modules sur les différentes attitudes à adopter face au conflit au sein des entreprises.

À quoi ressemble une journée type ?

Aucune journée ne se ressemble. Mais on peut dire que j’alterne entre dispense d’ateliers, veille documentaire, communication-relation partenaires, création de nouveaux supports et recherche de subventions.


Quelles compétences avez-vous acquises pendant votre cursus ?

J’ai acquis des connaissances et compétences en gestion de conflit, communication verbale/non verbale et droit. J’ai également développé un esprit critique et un goût pour la recherche et l’analyse de données.
Mon master en médiation m’a surtout donné l’envie et la possibilité de créer ma propre structure et d’imaginer mon métier.

Quels sont les savoir être et savoir-faire nécessaires à l’exercice de votre métier ?

Le sens de l’observation, la gestion de projet, l’analyse des situations, un bon relationnel, un sens de l’organisation, de l’autonomie et de la détermination.


Quels conseils donneriez-vous à des futur.es étudiant.es ?

Saisissez toutes les opportunités !

La licence de droit est un parcours passionnant semé d’opportunités, qui ouvre à de nombreux métiers. On y apprend, outre l’aspect théorique bien fourni, la rigueur et les vertus de l’échec.
Je conseillerais donc aux étudiants de ne rien lâcher tout au long de leur parcours, car aucun ne se ressemble. La faculté permet de se découvrir personnellement et professionnellement, mais aussi de faire des rencontres déterminantes pour l’avenir.

Ce master a été pour moi révélateur, j’y ai vu une carte blanche pour la création de mon métier. Il y a des cours et des interventions très variées, n’hésitez pas à prendre contact avec les intervenants qui sont très accessibles en général et qui pourront vous ouvrir à leur milieu professionnel. Ce master est « à part » des autres, non conventionnel, il faut y saisir toutes les opportunités et le voir comme un tremplin.

Quel est votre salaire ?

J’étais récemment employée chez un bailleur social en tant que coordinatrice tranquillité (pour un salaire de 27 K€/an) j’ai quitté ce travail récemment pour me consacrer à 100% à la médiation scolaire avec l’association Le Labo Collectif. Ralenti pour l’instant par les aléas de la maternité nous espérons toutefois m’assurer un salaire courant 2021. » (Extrait dedroit.univ-lyon2.fr du 18/02/2021)

En savoir plus sur https://droit.univ-lyon2.fr/faculte/vie-de-la-faculte/portraits/interview-nina-vernay-ancienne-etudiante-m2-justice-proces-et-procedures-mediation

Belgique : le nombre de médiations pour le consommateur a augmenté de 40% en 2020


« L’an dernier, le Service a traité 12.153 demandes de médiation en provenance des consommateurs, ce qui constitue une nette hausse en comparaison avec les 8.653 dossiers traités en 2019.

« La crise liée au coronavirus a sans nul doute influencé le contenu des dossiers traités. Les conflits relatifs aux livraisons retardées (colis, commandes sur internet, etc.) ou aux services (travaux de construction, travaux de jardinage, etc.) figurent ainsi aux premières loges. Les litiges avec les compagnies aériennes belges ont très logiquement également accusé une nette augmentation », explique le Service de médiation. » (Extrait de lesoir.be du 24/02/2021)

En savoir plus sur https://plus.lesoir.be/357168/article/2021-02-24/le-nombre-de-mediations-pour-le-consommateur-augmente-de-40-en-2020

Grève à l’Ehpad de Fabas (Ariège) : la préfète va ordonner une médiation entre les grévistes et la direction


LaDepeche.fr

« On va peut-être assister à un dénouement dans l’affaire de l’Ehpad de Fabas, en Ariège. Ce lundi matin, les représentants CGT, ainsi que plusieurs salariées grévistes, ont été reçus par le directeur des services du cabinet de la préfecture, Yoann-Saturnin de Ballangen, et la déléguée départementale de l’agence régionale de santé (ARS), Marie-Odile Audric-Gayol. Les représentants du personnel avaient demandé une médiation administrative, auprès de la préfète de l’Ariège, avec la direction de l’Ehpad de Fabas. Le feu vert a été donné aux alentours de 16 heures par la préfecture, pour de possibles négociations.   »  (Extrait de ladepeche.fr du 22/02/2021)

En savoir plus sur https://www.ladepeche.fr/amp/2021/02/22/greve-a-lehpad-de-fabas-en-ariege-la-prefete-va-ordonner-une-mediation-entre-les-grevistes-et-la-direction-9388005.php

« LA MÉDIATION FAMILIALE. Se séparer en gérant le conflit » par Annie Babu dans Jean-François Dortier, Familles, Éditions Sciences Humaines, 2002


|Article à consulter sur https://www.cairn.info/familles–9782912601162-page-143.htm

La médiation traditionnelle est-elle morte? par Paul Rajkowski -juin 2020 (mediate.com) -traduction Google


  

« Après avoir rédigé la notice nécrologique, de nombreux commentaires ont été formulés disant que la médiation n’était pas morte. C’était différent.

C’est une session conjointe qui est morte et je reçois encore des commentaires indiquant que la session conjointe est bien vivante. Eh bien, partiellement vivant. Surtout, il est maintenant utilisé pour se rencontrer et saluer avant de faire la navette vers des pièces séparées.

Il existe des exceptions comme les centres de médiation communautaires. Dans les sessions générales, les médiateurs des tribunaux et des tribunaux pour mineurs pratiquent la session conjointe, ainsi que les médiations familiales. Ils travaillent avec les parties qui ont choisi la médiation. Ici, la session conjointe fonctionne avec un caucus occasionnel «sortons dans la salle». L’écoute des parties permet des progrès et des solutions potentielles.

Il y a d’autres croyants et utilisateurs de la session conjointe. Quelques puissants. Nous avons reçu un e-mail d’un médiateur / avocat à la retraite disant, vers la fin de sa carrière, qu’il avait recours à la séance conjointe et déploré de ne pas l’avoir utilisé au début de sa carrière. Une histoire qui peut être répétée des milliers de fois par d’autres pratiquants.

Certains disent que j’en sais plus qu’eux. Pas du tout le cas. La médiation traditionnelle est la médiation traditionnelle. Je la porte à l’attention de tous les pratiquants qui ont oublié son importance. Epictète, a déclaré: « Il est impossible pour une personne de commencer à apprendre ce qu’elle pense savoir déjà. » L’avocat mentionné ci-dessus pourrait être en désaccord avec Epictète. Je ne serai pas d’accord aussi. La médiation traditionnelle peut être réapprise. Nous devons le vouloir.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un nouveau processus de médiation plus difficile. On peut désormais Zoom, Skype, MicroSoft Team, Google Meet, une médiation sans avoir besoin d’une session commune. Il y a maintenant une formation sur l’utilisation de Zoom lors d’une médiation. Y compris comment utiliser les touches pour des conversations séparées avec les parties. Ne pensez-vous pas que cette configuration invitera plus de « consentement du parti »? Le médiateur et le conseil suggèrent la voie à suivre pour obtenir un accord.

Ce sont certaines de mes préoccupations qui ont mis les clous dans le cercueil de la médiation traditionnelle en premier lieu. Dans la médiation traditionnelle, le médiateur gardait tout le monde calme et pouvait utiliser plusieurs de ses outils de médiation. Un bon était le tableau de conférence, que peu utilisé. Une liste d’options générées par les parties et auxquelles il est fait référence dans l’élaboration d’un accord. Au fait, comment le médiateur est-il payé? «Le chèque est par la poste», je suppose?

Le concept de médiation se poursuivra. Elle continuera, mais avec la perte de nombreuses fonctionnalités qui en faisaient une médiation traditionnelle. Que va-t-on manquer? Qu’est-ce que la médiation? S’il vous plaît, donnez-vous la réponse, mais vous savez que cela commence par l’autodétermination du parti et un médiateur neutre.

De plus, le sentiment de se comprendre mutuellement sera perdu, tant par les parties que par le médiateur. En séance commune, il y a une sensation, c’est dans l’air, l’un pour l’autre que le médiateur peut ressentir. Appelez ça de la confiance ou pas. Cette sensation peut-elle exister sur l’écran de l’ordinateur? Probablement pas.

Maintenant, ils peuvent se voir comme des personnalités de la télévision ou des égaux (ce n’est pas une mauvaise chose). Riez ça va. La partie égale ne se produira jamais, des sessions séparées y veillent. La médiation n’a pas besoin d’interprètes. L’écran peut également faire en sorte que les gens se sentent plus / moins vulnérables, alors offrez-vous une session séparée (ce que nous avons appris à faire dans la formation Zoom). Ici, le médiateur commence à parler à la partie de la façon de régler le conflit. Il s’agit presque toujours d’un moyen de faire des compromis. Utiliser le doute sur ce qu’un juge pourrait dire aussi.

Il y aura d’autres facettes importantes perdues. Le sens de la compassion, l’empathie et l’utilisation par le médiateur des «outils» à utiliser pour réduire la peur dans la prise de décision. Se rapporter à un écran et non à un être physique sera difficile. Répondre aux besoins d’un parti est ce qui est important. Cela arrivera-t-il? Le temps et l’utilisation peuvent le dire.

Un médiateur ressentant les sentiments dans la salle et le besoin de tenir la séance conjointe ensemble, perdu. Toute utilisation de l’observation du langage corporel, perdue. Ce qui est également perdu, c’est le contrôle du parti. Tout est sous le contrôle d’un médiateur et ce n’est pas nécessairement une bonne chose. Beaucoup ont plaidé pour la détermination du processus par les parties. Maintenant, ils ont leur souhait.

De toute façon, de nombreux médiateurs n’essaient pas très dur de rester en session conjointe. Vous vous souvenez de l’article écrit par le directeur du JAMS sur la disparition de la session conjointe?

Et qu’en est-il des avocats? Qu’est-ce qui fonctionnera qui les empêchera d’entrer dans l’image? Nous aurons un feuilleton au lieu d’une réunion face à face à la table de session conjointe.

Peut-être que la médiation traditionnelle n’apparaîtra pas à l’écran. Il ne se lèvera probablement pas non plus de la tombe ……. La médiation sur écran d’ordinateur continuera parce que c’est pratique. Les médiateurs travaillant avec des écrans de 13 ”, 15”, 24 ”, eh bien vous avez une idée, n’obtiendront pas une vue d’ensemble…. (Extrait de mediate.com de juin 2020)

Article à lire sur https://www.mediate.com/articles/rajkowski-response.cfm#

LISTE DES MÉDIATEURS EN MATIÈRE SOCIALE, CIVILE, ET COMMERCIALE -ANNÉE 2021 de la COUR D’APPEL DE PARIS


Liste à consulter sur https://www.cours-appel.justice.fr/sites/default/files/2021-02/Annuaire%20civile%2C%20sociale%2C%20commerciale%202021.pdf

« Les conflits et la médiation CNV (communication non-violente) » propos de Nathalie Simmonet recueillis par Anne Messas, avocate (lemondedudroit.fr)


LE MONDE DU DROIT : le magazine des professions juridiques

(…)

Quelles sont les spécificités de la médiation CNV (communication non-violente) ?

Le médiateur dispose d’une grille de lecture basée sur le processus CNV qui lui permet d’identifier avec clarté les sources de violence intrinsèques aux relations dysfonctionnelles.

Il est particulièrement attentif aux quatre foyers de conflit suivants :

1- Les malentendus

Par nature un être humain est subjectif dans sa vision des choses. Avec le processus CNV le médiateur est formé à repérer les obstacles à la compréhension mutuelle que sont les interprétations, les jugements, les représentations personnelles, qui sont souvent à l’origine de malentendus entre les parties. Il aide les parties à revenir à des observations purement factuelles.

2- Le déni de responsabilité

Avec la CNV, le médiateur distingue l’élément déclencheur de la cause d’un problème et permet à chacun des protagonistes de reprendre la responsabilité de ce qu’il vit dans la relation.

Il sait que les reproches exprimés par une personne renseignent sur ses propres besoins. Selon Marshall Rosenberg fondateur de la CNV « les jugements sont l’expression « tragique » de besoins insatisfaits ». Il permet aux parties de reconnaître leurs besoins respectifs et de prendre la responsabilité de faire des demandes claires pour satisfaire ce qui essentiel pour eux.

3- Le rapport de force

Lorsque chacune des parties reste bloquée sur sa position et ne démord pas de ce qu’elle souhaite obtenir, la situation est enlisée « deal breaker » contre « deal breaker ». Le rapport de force se cristallise parce que les parties confondent les besoins et les moyens de les satisfaire.

Avec la CNV, le médiateur a une approche spécifique des besoins : il s’agit des enjeux prioritaires et essentiels de l’entreprise et pas seulement des intérêts de celle-ci.

Toute entreprise a des besoins fondamentaux comme la sécurité économique, la pérennité, l’identité, la réputation, l’image, l’efficacité, l’éthique, l’intégrité, l’autonomie, la liberté, la protection, la préservation de ses ressources, la reconnaissance de son professionnalisme et de ses compétences, la sécurité dans les relations professionnelles, le respect des engagements, la confiance….

Ces enjeux peuvent être compris de part et d’autre car ils sont partagés de manière universelle.

À l’inverse, les manières d’y répondre (« stratégies ») sont infinies et propres à chacun.

Le médiateur aide les parties à sortir du rapport de force en identifiant derrière les situations figées, les enjeux en présence. Il va accompagner les parties vers la reconnaissance mutuelle de leurs besoins respectifs. Cette étape, que les médiateurs dénomment le « point de bascule », permet aux parties de retrouver du respect mutuel et leur pleine autonomie.

Elles retrouvent leurs propres ressources en termes de créativité pour co-construire des accords. Il ne s’agit ni de se résigner, ni de faire des concessions, mais de co-créer de solutions nouvelles qui satisfont les besoins prioritaires de chacun des acteurs.

4- Les jeux de pouvoirs

Avec la CNV, le médiateur est formé à repérer le mécanisme à l’origine des jeux de pouvoir. L’approche de la CNV distingue les demandes, auxquelles les parties peuvent dire oui ou non, des exigences, qui sont imposées et qui privent le consentement de liberté. Ces dernières sont la source de conflits et de contentieux comme ceux de l’exécution des contrats et de la dépendance économique.

Cette différenciation se joue au stade de la négociation des accords et est également utile pour la mise en place des solutions décidées par les parties pendant la médiation, afin qu’elles soient équilibrées et durables. On revient à la loyauté et à la bonne foi qui président la négociation des accords.

Pour conclure, grâce au processus de communication que propose la CNV, le médiateur dispose de clés concrètes pour favoriser une qualité de relation entre les parties en organisant l’expression et l’écoute de la réalité de chacun et la prise en considération de ce qui se vit de plus essentiel pour chacun dans la situation. (Extrait de lemondedudroit.fr du 19/02/2021

En savoir plus sur https://www.lemondedudroit.fr/interviews/73783-conflits-mediation-cnv-communication-non-violente.html