Guinée : la Cédeao, l’UA, l’ONU tentent une médiation de « dernière chance »…


 

Accueil

« Alors que la tension monte crescendo en Guinée à la veille de l’élection présidentielle prévue le 18 octobre, la communauté internationale a entrepris des consultations en coulisse avec les acteurs politiques du pays pour renouer le fil du dialogue. La démarche est salutaire, mais la tâche s’annonce compliquée.

Face au risque élevé de nouvelles confrontations dans le pays, la CEDEAO, l’Union Africaine et les Nations-Unies veulent jouer aux sapeurs-pompiers avant qu’il ne soit trop tard. Ces trois institutions ont entamé des discussions informelles avec les différents protagonistes de la crise guinéenne dans le but de faciliter un dialogue politique, en vue d’aller aux élections présidentielles dans un climat serein.

Ce dimanche 05 juillet dans la matinée, une réunion s’est tenue par visioconférence entre les leaders du FNDC et le trio CEDEAO-UA-ONU. Selon nos informations, la communauté internationale vient avec l’idée de faciliter le dialogue pour pouvoir faire les élections présidentielles le 18 octobre dans  un climat apaisé. Mais le FNDC a fait comprendre à ses interlocuteurs qu’il ne s’agit pas seulement de parler de dialogue. » -D. Boubacar-  (Extrait de africaguinee.com du 6/07/2020)

En savoir plus sur https://www.africaguinee.com/articles/2020/07/06/crise-guineenne-la-cedeao-l-ua-l-onu-tentent-une-mediation-de-derniere-chance

Les saisines du médiateur des entreprises ont été multipliées par dix avec la crise


BFM Business

« Au sein de l’arsenal déployé par le gouvernement pour amortir la crise, le médiateur des entreprises a pleinement joué son rôle. Avec 600 demandes par semaine, « l’activité de la médiation a été multipliée par dix au plus fort de la crise » indique Bercy dans un communiqué. Sur la période qui s’étire entre le 16 mars et le 16 juin, ce sont donc 5.000 sollicitations qui ont été envoyées.

Graphique

Le dispositif (qui compte en réalité une cinquantaine de médiateurs nationaux) vient en aide, gratuitement, aux entreprises afin de résoudre leurs litiges. Sans surprise, le principal type de médiation, pendant la crise, concernait la cessation ou le retard de paiement (50% des cas), devant les pratiques déloyales (40%) et les annulations ou reports de loyers (10%).

Le premier sujet faisait partie des principales craintes du gouvernement qui a multiplié les mises en garde. D’abord en conditionnant l’octroi de prêts garantis par l’Etat (PGE) à l’absence de retards de paiement mais aussi en pratiquant le « name and shame » envers les entreprises qui traînaient à payer. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire n’a ainsi pas hésité à critiquer publiquement le Printemps.

Concernant, les pratiques déloyales, il s’agit notamment de ruptures brutales de contrats ou des demandes de baisse unilatérale de tarifs. Bercy donne d’ailleurs l’exemple du groupe General Electric Belfort « qui a demandé à tous ses fournisseurs de baisser leurs prix de 20%. » L’intervention du médiateur a permis la signature d’une convention.

graph2

Du côté des secteurs concernés, l’hôtellerie-restauration est à l’origine de 15,5% des demandes, devant le commerce (14,2 %), le BTP/matériaux de construction (9,4 %) ou encore les services aux particuliers (8,6 %). « Enfin, 98% des saisines provenaient des TPE/PME, public cible du médiateur des entreprises » indique Bercy. Le ministère souligne, par ailleurs, que 75% des médiations aboutissent de façon satisfaisante.

Graph

 

Extrait de bfmbusiness.bfmtv di 1/7/2020 de T Leroy

En savoir plus sur https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/les-saisines-du-mediateur-des-entreprises-ont-ete-multipliees-par-dix-avec-la-crise-1941598.html

« 5e technologie clé: exploitez pleinement le potentiel de l’ODR » par Ana Gonçalves, Daniel Rainey et Jeremy Lack (Mediate.com – 07/2020) (traduction Google)


« La résolution des litiges en ligne («ODR») est désormais universelle, surtout depuis le début de la pandémie de coronavirus. Ce qui a été rejeté comme un simple concept théorique par de nombreux médiateurs expérimentés il y a quelques semaines a maintenant été complètement intégré dans leurs propres pratiques. Mais ce que nous entendons par ODR est quelque peu fluide. En raison de ses origines dans le commerce électronique, ODR était considéré comme un système global, détournant la médiation face à face et déplaçant tout en ligne. En fait, ODR s’était glissé dans la pratique de la médiation avant même cette date. Il est maintenant prêt à atteindre son plein potentiel.

ODR se produisait déjà lentement et inconsciemment

La médiation est un exercice de communication. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont été intégrées dans les pratiques des médiateurs pour faciliter les communications: téléphone, e-mails et, plus récemment, vidéoconférence. Certains médiateurs ont déjà partagé des fichiers ou des dossiers par courrier électronique ou ont utilisé un dossier en ligne partagé. Peu de médiateurs arrivent aujourd’hui à une médiation pour rencontrer pour la première fois les parties ou leurs conseillers. Ils ont généralement communiqué avec eux au préalable, au moins par téléphone ou par courrier électronique, et ont reçu des documents électroniques qui peuvent être annotés et lus ou recherchés numériquement. S’il peut y avoir des préférences générationnelles ou culturelles qui influencent l’adoption ou la mesure dans laquelle les TIC peuvent être utilisées, l’utilisation des applications électroniques quotidiennes n’était généralement pas considérée comme un «ODR», ni comme un moyen de mener une médiation, mais comme outils de communication auxiliaires. Tout cela change.

De nouvelles plateformes ODR existent, mais les applications grand public existantes sont une première étape

Alors que certaines organisations développent des plateformes ODR sur mesure pour gérer et mener des médiations du début à la fin [4] , beaucoup se concentrent sur des types spécifiques de différends ou traitent de certaines préférences culturelles ou styles de médiation, qui peuvent ne pas plaire à tous les médiateurs, parties ou leurs conseillers. . Il n’est toutefois pas nécessaire d’adopter l’une de ces plates-formes pour pratiquer pleinement l’ODR.

Les systèmes de visioconférence généraux offrent déjà d’énormes améliorations qui permettent à tous les médiateurs de profiter de l’ODR. Le plus simple est de commencer à utiliser des applications grand public déjà largement accessibles au grand public et de les intégrer pleinement dans les pratiques de médiation. Il y a beaucoup de choix [5]. La plupart permettent le partage d’informations et de données derrière des pare-feu de confidentialité, où les participants peuvent se voir en temps réel et discuter hors ligne. Des sites Web simples tels que http://www.doodle.com permettent aux parties contestantes et aux médiateurs de planifier plus efficacement les conférences et autres appels entre les fuseaux horaires et d’impliquer plus de participants. La plupart permettent de prendre des notes et de faciliter les discussions en ligne, en utilisant des cartes mentales pour remplacer les paperboards. ZOOM est particulièrement populaire, car il permet aux médiateurs de caucus en ligne avec les partis, ainsi que de prendre des sondages anonymes. Bien que cette plateforme ait récemment soulevé de nombreuses questions sur sa confidentialité, sa sécurité s’est grandement améliorée, et il est possible d’ajouter des mots de passe et de limiter l’accès via les salles d’attente et les préinscriptions. KUDOWAY, une autre plateforme en ligne, permet également la vidéoconférence multilingue en fournissant des canaux de langue différents pour permettre l’interprétation simultanée. L’utilisation de telles plates-formes réduit considérablement les coûts de voyage et permet une préparation efficace et un suivi différent des progrès. » (Extrait de mediate.com de juiilet 2020)

En savoir plus sur https://www.mediate.com/articles/goncalves-key5-ODR.cfm#

Publication de La lettre de la Semaine de la médiation – n°3 – juillet 2020


Capture.PNG235

 

En savoir plus sur https://semainemediation.fr/index.php?option=com_acymailing&ctrl=archive&task=view&mailid=16&key=10pVhnOl&subid=25-M2wPB8DKpl2mX6&tmpl=component