Tchad : au Batha, un conflit entre deux familles résolu par un comité de médiation


près plusieurs années de conflit, deux familles de la communauté Borno, du village Manwatchi, dans la sous-préfecture d’Ati rural, sont enfin parvenues à un accord de réconciliation.

Ce conflit lié à la revendication du paiement d’une diya (prix du sang) a refait surface depuis deux ans. Après plusieurs rencontres supervisées par le préfet du Batha Ouest, Fatimé Boukar Kosseï, les causes dudit conflit ont été résolues et les principaux points sur lesquels les deux parties ont pu s’entendre ont été clairement définis.

Tchad : au Batha, un conflit entre deux familles résolu par un comité de médiation

Accompagnée du chef de canton Medego, du sous-préfet d’Ati rural et du président du Conseil des affaires islamiques section du Batha, le préfet du Batha Ouest, Fatimé Boukar Kossei, a amené les deux parties à signer l’accord de réconciliation.

Elles ont également juré sur le Coran de respecter les exigences de la paix et de ne pas raviver les tensions.

Cette réconciliation est source de tranquillité, selon le chef de canton Medego, Chiguefa Mahamat Moussa.

Pour sa part, le commandant de la compagnie de la Gendarmerie du Batha Ouest, membre du comité de médiation, a appelé les deux parties à respecter les termes de l’accord. » –  Hassan Djidda Hassan -(Extrait de alwihdainfo.com du 16/06/2020)

La médiation du crédit fortement mobilisée pour apporter des solutions aux entreprises (communiqué de la Banque de France)


 

Capture.PNG879

« Face à la crise, le gouvernement a mis en place des dispositifs de soutien à la trésorerie des entreprises. En cas de difficulté pour obtenir des financements, la médiation du crédit est présente pour apporter des solutions dans un dialogue étroit avec les banques et les assureurs-crédit.

Au cours des mois d’avril et mai, 6 402 entreprises ont été éligibles à la médiation du crédit, ce qui représente six fois plus que les demandes de médiation traitées au cours de toute l’année 2019. Les montants cumulés de crédits demandés atteignent 1,2 milliard d’euros.

«    Pour faire face à cet afflux de demandes, la médiation, présente sur tout le territoire via les succursales de la Banque de France, a mis en œuvre de nombreux moyens humains et techniques pour répondre aux attentes des entreprises et dans des délais courts », témoigne Jean-Pascal Prevet, Directeur régional Ile-de-France.

Pour l’essentiel, la médiation a traité des situations de refus de Prêt Garanti par l’État (PGE), dont la demande a été très forte au cours des mois d’avril et mai, puisqu’elle a porté en deux mois sur plus de 580 000 entreprises pour un montant dépassant les 110 milliards d’euros. Les saisines de la médiation se situent ainsi dans des proportions limitées par rapport à ces demandes, de l’ordre de 1,1 %.

Même si les entreprises qui ont sollicité la médiation sont très souvent dans des situations financières fragilisées, très majoritairement des TPE, la proximité de la médiation dans les territoires, permet de trouver des issues positives dans un nombre important de cas.

Pour les 4 406 dossiers traités au cours des mois d’avril et mai, la médiation s’est déroulée de manière positive dans 59 % des cas, apportant ainsi des solutions à 2 600 entreprises.

Liban : Signature d’un protocole d’accord entre le Centre professionnel de médiation de l’USJ et et la Banque BEMO


Image

Signature d’un protocole d’accord entre le Centre professionnel de médiation #CPM_USJ et la Banque BEMO. L’objectif est de promouvoir le recours à la #médiation comme processus amiable de résolution des #conflits bancaires et de financer des #bourses pour les étudiants.

En savoir plus sur https://twitter.com/USJLiban/status/1273301405592432640

Vidéo – ICC Webinar: La médiation ICC, c’est maintenant!


 

 

Capture.PNG124

Vidéo à consulter sur https://www.youtube.com/watch?v=TVMrBXPzSIM&feature=youtu.be

« Médiation et confinement : bas les masques et hauts les cœurs ! » Interview de Danièle Ganancia et d’Isabelle Copé-Bessis (AJ famille-Dalloz, mai 220)


Capture.PNG327

Article à consulter sur https://www.boutique-dalloz.fr/aj-famille-p.html?campaign=732601&campaign=732601&gclid=CjwKCAjw_qb3BRAVEiwAvwq6Vm_-9AoP-YqTlRu-ao5TsGBeB4WZ88Y8ceBKjCJnD1ugYQfR6dX-4xoC6dIQAvD_BwE

Visioconférence de l’Association internationale de la médiation humaniste (Aimh) le 21 juin.


Je vous transmets la lettre de Jacqueline Morineau à propos de la visioconférence organisée par l’Association internationale de la médiation humaniste (Aimh) 

« En vue de l’expérience que nous venons tous de partager, une prise de conscience s’est faite de l’urgence de la transformation  de nos modes de vie pour essayer de rendre à notre planète terre l’espérance d’un retour à un cycle naturel. Chacun de nous se trouve ainsi  responsable de l’évolution future.

Comme vous le savez, la médiation humaniste propose un nouveau regard sur l’avenir pour participer à la re-naissance de notre planète  à travers celle de l’homme lui-Même.

L’Aimh se propose de regrouper  ces artisans de paix qui désirent partager des projets communs  et de réfléchir ensemble  au développement de programmes communs et individuels.

(…) Notre rencontre du 21 juin aura lieu en utilisant Zoom. Le lien est : https://us02web.zoom.us/j/9952720116?pwd=U2dmYTB5a0NwWlpUV1h0SVA2d3Yrdz09

Il suffit de cliquer sur le lien pour rentrer dans la vidéo, mais pour cela il faut que je sois déjà connecté en tant qu’organisateur. Je me connecterai 10 minutes avant le début prévu de la réunion (13h00 heure de Paris, 8h00 heure de Sao Paulo, 20h30 heure d’Adelaïde).

Nous serons probablement nombreux, et il faudra par conséquent appliquer quelques règles de discipline. Nous vous demanderons d’activer le micro seulement quand vous voudrez parler et pour cela utiliser des outils de Zoom pour demander la parole. Vous devrez avoir une icône en bas de l’écran avec la mention « conversation » que vous pouvez utiliser à tout moment pour demander la parole ou envoyer des messages, ainsi qu’une icône « réactions » avec laquelle vous pouvez « lever la main » pour parler. » (Extrait de la lettre de J. Morineau)