« La Médiation avec Zoom » par Clare Fowler (Mediation.com) traduction Google


« Dans notre environnement social actuel très stressant, il est facile pour les conflits de susciter. Lorsque les clients communiquent avec les médiateurs pour obtenir de l’aide, nous avons besoin d’une solution rapide et efficace.

Pour beaucoup d’entre nous, cela signifie la médiation en ligne. Cela se fait maintenant couramment par vidéoconférence (Skype, Zoom et autres). D’autres options incluent le texte seulement (comme CREK) ou le chat en ligne. Certains médiateurs se sont déplacés pour téléphoner à la conciliation, où les médiateurs ont mis en place une conférence téléphonique avec tous les participants ou séparément. La technologie la plus courante et la plus efficace, de notre propre expérience et ce que nous entendons des médiateurs à Mediate.com, semble être d’utiliser Zoom pour accueillir une vidéoconférence. Cet article passe en revue le processus de base pour la médiation avec Zoom en ligne.

  1. Logiciel: Si vous avez déjà une application que vous êtes à l’aise avec, comme WebEx, GoToMeeting ou Skype, vous pouvez sûrement continuer avec cela. Cependant, assurez-vous que vous ne manquez pas les capacités nécessaires, pour être décrit plus tard. Il semble que la plate-forme vidéo la plus commune est Zoom, et nous avons également hâte d’entendre d’autres suggestions de professionnels.
  1. Plan : Si c’est la première fois que vous utilisez un logiciel de vidéoconférence, vous devriez essayer la version gratuite pour vous assurer que vous l’aimez. Toutefois, avant votre première réunion client, vous voudrez probablement passer à la version «pro». Les limites communes avec une version de base comprennent qu’une réunion se limite après 30 ou 40 minutes, il ya un maximum de 2 participants, les clients doivent regarder une annonce avant qu’ils puissent rejoindre, et / ou une expérience utilisateur plus « clunky » (plus de clics, inscription difficile, etc.). Tous ces obstacles entravent l’établissement d’un sentiment de sécurité et de relations avec vos clients et votre apparence professionnelle.
  1. Paramètres: Bien sûr, passez du temps à passer par les paramètres logiciels pour identifier ce que vous êtes le plus à l’aise avec. Voici quelques suggestions par défaut qui aident à appuyer une médiation :
    1. Commencez l’appelavec la vidéo de tout le monde et le micro sur , tout comme s’ils étaient dans la salle.
    2. Avoir toutes les vidéos sur l’écran en même temps (par opposition à seulement mettre en évidence le haut-parleur). Cela vous permettra d’observer toutes les micro-réactions des participants à l’écoute.
    3. Activez le partage d’écran pour tout le monde. Si un client a une modification suggérée à un document, permettez-lui de partager son écran, au lieu qu’il ait besoin de vous envoyer le document.
    4. Activez les salles d’évasion. Cela vous permet de déplacer vos clients dans des salles d’évasion et un caucus séparés avec chaque client. Cela peut être activé dans vos paramètres, puis utilisé avec souplesse lors de votre réunion en ligne.
    5. Créer une pièce d’identité de réunion privée (PMI). Cela permet au lien pour les participants de se joindre à toujours être le même.
        1. Avantage : Vous pouvez créer des modèles d’invitation qui s’envoient automatiquement avec votre lien (par CaseloadManager.com, votre Outlook ou votre calendrier Google, ou dans Thunderbird ou MacMail.). Une fois que vos clients ont le lien, ils sont également préparés pour leur prochaine réunion avec vous.
        2. Inconvénient: Si tout le monde a le même lien, cela signifie que n’importe qui peut cliquer dessus à tout moment. Ainsi, votre client prévu pour demain pourrait cliquer sur le lien aujourd’hui et planter votre médiation actuelle. FIX: dès que toutes les parties ont rejoint votre médiation, cliquez sur participants -gt;Plus gt;Lock réunion. Cela empêchera toute personne inattendue de tomber, comme si vous fermiez la porte de votre bureau.
  1. Processus : Le processus d’utilisation d’un logiciel de vidéoconférence devrait, à temps, se sentir naturel (une fois que vous avez travaillé sur les plis).
    1. Créez une invitation (e-mail ou invitation au calendrier). Découvrez ce que l’ID de réunion et l’ID de conférence sont dans vos paramètres, puis utilisez-le pour créer une invitation conviviale et chaleureuse qui indique clairement aux participants où cliquer.
    2. Envoyez cette invitation aux participants tôt et un rappel à l’avance. Rappelez-vous, pour de nombreux clients, il s’agit d’un nouveau processus, il est donc bon de surpartage de l’information pour les rassurer et pour plus de commodité. Dès que la réunion est prévue, envoyez-leur le lien d’information, puis encore environ 15 minutes avant votre réunion.
    3. Début de votre réunion : Joignez-vous à la réunion 5-10 minutes avant qu’il ne soit prévu de commencer à apporter des changements à votre éclairage, son, etc. TOUJOURS avoir une option de back-up pour le son. Si les haut-parleurs semblent étranges sur votre ordinateur ou un participant, sachez comment appeler avec votre téléphone. Certains médiateurs partagent un écran d’éclaboussure qui ressemble à une salle d’attente invitante pour les participants à voir quand ils se connectent. Pendant que vous jouez la médiation, assurez-vous que personne n’enregistre (généralement indiqué par un feu rouge clignotant en haut à gauche de l’écran). Vos paramètres doivent limiter cela de sorte que vous êtes le seul autorisé à enregistrer, mais c’est toujours sage à vérifier.
  2. (Extrait de mediate.com mars 2020)
  3. En savoir plus sur https://www.mediate.com/articles/online-mediating-zoom.cfm

Publication de la NEWSLETTER DE L’APMF de juin 2020


 

Capture.PNG1548

 

A consulter sur http://hhqt.mj.am/nl2/hhqt/m6uz2.html?m=AMcAACkpRawAAcrNBrQAAAAABDEAAAAAAAIAHb2XAAgZkwBe1_qYvpz8UldvRIakcvCy0WTpfwAAKRI&b=3eb8153c&e=60713901&x=qGL0zkY8Gdyvc5fi6xva0kyKRn2NYKbsfeLdANtTbaXbtliJarIwoGCgQXeO0DJU

« Médiation judiciaire en temps d’urgence sanitaire … du nouveau ! » (Suite) par Pierrette AUFIERE, Françoise HOUSTY Marie-Laure VANLERBERGHE (forum-famille.dalloz.fr)


Capture.PNG 125« Nous écrivions récemment sur le thème explicitant le mécanisme de prorogation de l’échéance du terme du délai des médiations judiciaires en cours à la suite de la promulgation de la loi sur l’état d’urgence sanitaire du 23 mars 2020 (cf. notre brève du 14 avr. 2020).

Le principe posé par l’ordonnance subséquente du 25 mars 2020 est à nouveau modifié.

L’ordonnance n° 2020-560 du 13 mai 2020 (v. brève du 14 mai 2020) et l’ordonnance n° 2020-595 du 20 mai 2020 (v. brève du 21 mai 2020) révisent l’ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant la même période et porte dès lors de nouveaux délais pour les médiations judiciaires en cours :

L’article 1er nouveau de l’ordonnance du 25 mars 2020 modifié par l’ordonnance du 13 mai 2020 dispose que les délais et mesures qui ont expiré ou qui expirent entre le 12 mars 2020 et le 23 juin 2020 inclus sont prorogés.

L’article 3e nouveau de l’ordonnance du 25 mars 2020 modifié par l’ordonnance du 20 mai 2020 dispose que les mesures de médiation judiciaire dont le terme vient à échéance au cours de la période définie à l’article 1er précité sont prorogées de plein droit jusqu’à l’expiration d’un délai de trois mois suivant la fin de cette période.

Cela signifie que les médiations en cours depuis le 12 mars 2020 sont désormais prorogées jusqu’au 23 septembre 2020. (Extrait de forum-famille.dalloz.fr du 27/05/2020)

Article à consulter sur http://forum-famille.dalloz.fr/2020/05/27/mediation-judiciaire-en-temps-durgence-sanitaire-du-nouveau/

Communiqué de la Médiation internationale pour le Mali du 28 mai 2020


458
En préparation à la tenue de la 40éme session ordinaire du CSA, la Médiation internationale s’est réunie le 28 mai 2020 pour examiner l’évolution de la mise en œuvre de l’Accord depuis la dernière session du CSA, dans le contexte particulier de la pandémie du COVID-19.

Passant en revue l’état du processus de retour plein et effectif de l’État sur toutes les parties du territoire national, la Médiation internationale :

  1. Salue l’attachement continu des parties signataires au processus de paix et les appelle à redoubler d’efforts en vue d’accélérer la mise en œuvre des engagements de l’Accord, non encore parachevés.
  2. Exhorte les parties signataires de s’abstenir de tout acte contraire à l’esprit de l’Accord ou susceptible de remettre en cause, non seulement la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali, mais aussi les nombreux acquis obtenus tout au long de ces 5 dernières années.
  3. Se dit encouragée par les résultats de la reprise des consultations au niveau de la CTS visant le parachèvement du programme DDR-I déjà en cours et son extension pour atteindre l’objectif retenu à différentes occasions.
  4. Appelle les parties signataires à œuvrer, en étroite concertation, et aux niveaux appropriés, en vue d’aplanir toutes les difficultés qui émaillent encore les efforts d’accélération du processus DDR et du retour des services sociaux de base dans les régions du nord du Mali.
  5. Encourage les parties signataires à tout mettre en œuvre pour que les avancées enregistrées dans le cadre du processus d’opérationnalisation des nouvelles entités administratives couvertes par l’Accord soient consolidées et menées à leur terme.

Réitérant l’importance qu’elle accorde à la représentation de la femme dans le processus de paix, la Médiation internationale forme l’espoir de voir les parties signataires communiquer au CSA les listes nominatives consensuelles respectives de leurs représentantes féminines, idéalement au titre de la 40éme session du CSA, suffisamment avant la tenue de la session.

Au cinquième anniversaire de la signature de l’Accord et à la veille de la revue annuelle du mandat de la MINUSMA par le Conseil de Sécurité, la Médiation internationale s’attend à ce que les parties signataires fassent en sorte que la 40éme session du CSA soit une occasion pour renouveler leur attachement à la consolidation des acquis du processus de paix et de réconciliation au Mali et pour susciter la dynamique nécessaire à l’identification et la réalisation des priorités d’étape en matière de mise en œuvre de l’Accord.

Fait à Bamako, le 28 mai 2020

(Extrait de reliefweb.in du 29/05/2020)

En savoir plus sur https://reliefweb.int/report/mali/communiqu-de-la-m-diation-internationale-le-28-mai-2020

Québec : La médiation citoyenne référée par les policiers


La Relève

« Les policiers interviennent régulièrement dans des différents entre voisins. Par exemple, des plaintes de bruit, branches d’arbres envahissantes, neige déposée chez le voisin. Ils réalisent qu’il s’agit souvent d’un manque de communication entre ces derniers.
C’est alors que les patrouilleurs et les agents sociocommunautaires peuvent, selon la situation, suggérer le service de médiation citoyenne, un moyen sécuritaire, confidentiel et gratuit de trouver des solutions à un conflit entre individus.
Les policiers représentent des partenaires précieux pour le service de médiation citoyenne. Ils peuvent suggérer la médiation citoyenne lorsqu’ils voient qu’un conflit perdure et ne se règle pas. En conséquence, lorsque l’un ou les deux citoyens impliqués communiquent avec la médiation citoyenne, la tâche des médiateurs en est facilitée car les parties ont déjà été informées de leur rôle.
Seul l’un des deux citoyens ou les deux impliqués dans un conflit peuvent faire appel à la médiation. L’appel de tiers n’est jamais pris en considération par les médiateurs, même s’il s’agit de policiers. Les médiateurs ne parleront qu’aux personnes concernées et ce, en toute confidentialité. « (Extrait de lareleve.qc.ca du 1/2/2020)

En savoir plus sur https://www.lareleve.qc.ca/2020/06/01/la-mediation-citoyenne-referee-par-les-policiers/