Côte d’Ivoire : des médiateurs professionnels se mettent au service du grand public


« Ils sont une trentaine de médiateurs professionnels diplômés, fraîchement sortis du Centre de formation et de recherche à la médiation et à la négociation (Cerfomen) sis à l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest à Abidjan.

Ces professionnels de la médiation, après leur formation, se sont mis ensemble pour mettre sur pied un cabinet dénommé « Omega Médiation ». Au travers de cette organisation, ces professionnels comptent apporter leur pierre à l’édification de la paix et de la cohésion sociale par le règlement de conflits.

Le directeur général dudit cabinet, Silué Daoda et deux de ses collaborateurs, Jean-Marie N’Klo et Kouadio Edmond, étaient hier dans les locaux de Fraternité Matin où ils ont présenté leur concept au directeur général, Venance Konan. « Notre démarche vise à inviter le monde des affaires, les politiques et la société civile à s’imprégner de la notion de médiation professionnelle et à nous saisir afin que nous puissions leur apporter notre savoir-faire. Ce, pour les aider à la réconciliation, à la paix et à la cohésion sociale dans les secteurs de la vie», a expliqué Silué Daoda.

Selon lui, la médiation est un concept nouveau qui permet à des parties en conflit de régler leur différend. « Le médiateur libre dans un cadre confidentiel permet aux personnes en conflit de régler elles-mêmes en s’écoutant, en se parlant et trouver une solution à leur conflit », a-t-il ajouté.

De ce point de vue, la médiation, soutient-il, intervient dans tous les secteurs d’activités humaines sauf dans les cas de crime, de maladie et de trouble à l’ordre public. «Nous intervenons notamment dans les problèmes sociaux, domestiques, professionnels, familiaux (problèmes de succession), conséquence du divorce, litige foncier, litiges inter communautaires… Nous sommes dans un environnement mondial de crise permanente à tous les niveaux. La société est en perpétuelle mutation. Les incompréhensions, les inimitiés font que, de plus en plus, les tribunaux étatiques sont engorgés pour régler les différents problèmes», a-t-il mentionné.

En effet, depuis que le législateur a pris une loi sur la médiation (20 juin 2014), des médiateurs professionnels sont formés dans les Universités françaises et ouest-africaines pour aider les pays dans la recherche de la cohésion, la paix et la réconciliation.

A noter qu’en la matière, il y a la médiation judiciaire qui est ordonnée par le juge, la médiation ad hoc diligentée par les parties en conflit qui contactent un médiateur et la médiation institutionnelle. Toutes ces différentes branches ont leurs règles et principes respectifs mais se rejoignent dans la recherche de la paix et de la cohésion sociale, le règlement des conflits. » –Jean Bavane Kouika – (Extrait de fratmat.info du 10/01/2020)

Emploi : Agent local / Agente locale de médiation sociale (H/F) 75 – PARIS 15


Logo Pôle emploi

Vos missions : Accueillir un public et faire vivre un point d’accueil

Mener des actions de médiation (accueil individuel et animation collective)

Offrir un service personnalisé aux usagers du PIMMS

Assurer la gestion administrative de l’activité Faire vivre et développer un réseau de partenaires.

Profil recherché : Formation dans le secteur social ou administratif

Bonne communication orale et écrite (entretiens individuels, aide au remplissage de dossiers administratifs, à la formulation de courriers, )

Maîtrise de l’outil informatique

Goût du contact et sens du relationnel

Autonomie, initiative, rigueur et organisation.

Esprit d’équipe.

Pour ce poste, vous déterminerez le développement de vos compétences avec votre conseiller(e) Pôle Emploi, dans le cadre du Parcours Emploi Compétences (PEC) – Contrat d’accompagnement à l’Emploi (CAE).

Type de contrat
Contrat à durée déterminée – 12 Mois
CUI – CAE
Durée du travail
35H Horaires normaux
Salaire
Salaire : Mensuel de 1540,00 Euros à 1541,00 Euros sur 12 mois

PROFIL SOUHAITÉ

Expérience

  • Débutant accepté

Savoirs et savoir-faire

  • Bonne communication orale et écriteCette compétence est indispensable
  • Maîtrise de l’outil informatiqueCette compétence est indispensable
  • Accueillir les personnes
  • Analyser la situation et les besoins de la personne
  • Contribuer par une démarche de médiation à la résolution de situations conflictuelles
  • Identifier les motifs de tension, les dysfonctionnements, les dégradations, les risques de conflit
  • Intervenir en habitat collectif
  • Orienter une personne vers des partenaires relais
  • Renseigner un public, des usagers
  • Techniques de médiation
  • Techniques de prévention et de gestion de conflits

Savoir-être professionnels

  • Travail en équipe
  • Autonomie
  • Prise de recul

(Extrait de candidat.pole-emploi.fr du 14/01/2020)

En savoir plus sur https://candidat.pole-emploi.fr/offres/recherche/detail/098BYWJ

Médiation scolaire : 20 élèves se forment à la médiation à l’école de Bruz (35)


« Depuis décembre, tous les vendredis de 15h30 à 16h30, 20 élèves du CP au CM2 se forment à la médiation entre pairs.

En septembre, l’ensemble des élèves de l’école sont rentrés dans « l’école de la relation ». L’idée, comme bon nombre d’écoles de notre réseau, est de travailler ensemble tout ce qui aide au Vivre Ensemble.

Pendant 3 mois, les classes ont vu ou revu la méthode des « messages clairs ». Quelques petits conflits sont souvent dus au fait qu’un élève n’ait pas le même ressenti que son camarade. Les messages clairs amènent donc les enfants à exprimer leurs ressentis pour que l’autre en prenne conscience.

Ces situations se passent généralement entre 2 élèves et se concluent sans autre intervention. Il se peut que la situation ne se règle pas et puisse même se répéter, on peut faire alors appel à une médiation.

Pour rendre cela réalisable, nos 20 étudiants se forment pendant 10 semaines à cette médiation. Ils apprenent à discerner les situations, voir la gravité pour amener les élèves à résoudre eux-mêmes leurs conflits, faire appel à des pairs ou nécessiter la présence de l’adulte.

Les 2 médiateurs, quand le contexte le valide, utilisent une méthode élaborée en formation pour expliquer le conflit, verbaliser leurs sentiments et trouver une solution.

Au mois de février, ils valideront leur formation par le passage d’un petit exament et seront ensuite opérationnels pour l’école ». (Extrait de ecbruz-sterblon.org)

En savoir plus sur https://www.ecbruz-sterblon.org/etablissements-prives-commune-de-bruz/ecole-la-providence/actualites/la-providence-centre-les-mediateurs

 

Emploi : Médiateur familial / Médiatrice familiale – 54 – JARVILLE LA MALGRANGE


Logo Pôle emploi

Missions – Organiser et mener des entretiens d’information à la médiation familiale et des séances de médiation familiale, dans le respect du code éthique et de déontologie. – Intervenir à l’échelle du territoire Lunévillois – Promouvoir la médiation familiale : réunions collectives d’information au public, réunions d’information auprès des partenaires – Participer à des séances d’analyse de la pratique. – Rendre compte de son activité : participation à l’élaboration du rapport d’activité et des bilans, réalisation de tâches administratives (courriers, statistiques, bilans). Profil : – Faculté à être en relation – Capacité d’adaptation – Capacité rédactionnelle – Travail en équipe – Prise de recul

Type de contrat
Contrat à durée indéterminée
Contrat travail
Durée du travail
17H30 Horaires variables
Salaire
Salaire : Mensuel de 987,00 Euros à 988,00 Euros sur 12 mois
Chèque repas
Mutuelle
Déplacements
Déplacements : Fréquents Départemental

PROFIL SOUHAITÉ

Expérience

  • Débutant accepté

Savoirs et savoir-faire

  • Établir le contrat de médiation avec le couple, la familleCette compétence est indispensable
  • Organiser les rencontres et favoriser les conditions de dialogue entre les participantsCette compétence est indispensable
  • Orienter une personne vers des partenaires relaisCette compétence est indispensable
  • Suivre le couple ou la famille et apporter un appui à la formalisation du projet d’entente conjugal ou familialCette compétence est indispensable
  • Vérifier le consentement des participants, leur motivation lors de la mise en place de la médiation et les informer sur les modalités d’interventionCette compétence est indispensable

Savoir-être professionnels

  • Sens de la communication
  • Autonomie
  • Prise de recul

Formation

  • Bac+3, Bac+4 ou équivalents Action sociale – Diplôme d’Etat Médiateur FamilialCette formation est indispensable

(Extrait de candidat.pole-emploi.fr du 15/01/2020)

En savoir plus sur https://candidat.pole-emploi.fr/offres/recherche/detail/098DSQC

 

Québec : reprise de la médiation dans le conflit Swissport


MONTRÉAL — La direction de Swissport et le syndicat des machinistes se sont de nouveau rencontrés en présence du médiateur, jeudi à Montréal.

La rencontre, qui avait débuté à 10h, se poursuivait encore en après-midi. Il s’agit d’une reprise de la médiation, après quelques jours au ralenti depuis le dépôt d’une proposition syndicale.

Une centaine de syndiqués, membres de l’Association internationale des machinistesetdes travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA) affiliée à la FTQ, ont déclenché la grève, le 31 décembre dernier. Swissport Fuelling Services s’occupe en sous-traitance du ravitaillement d’avions aux aéroports Montréal-Trudeau et Mirabel.

Les salaires sont au coeur du litige, de même que les assurances collectives. Les travailleurs gagnent 16 $ l’heure à l’embauche, selon le syndicat.

Swissport Fuelling Services a déjà fait savoir qu’elle parvenait à assurer le ravitaillement des avions sans problème ni délai, malgré la grève (Extrait de lactualite.com du 16/01/2020)

En savoir plus sur https://lactualite.com/actualites/greve-chez-swissport-mediation-durant-quelques-heures-jeudi/

Suisse : publication de la Newsletter – janvier 2020 du Groupement Pro Médiation (GPM)


AU SOMMAIRE

Formations à la médiation

  • DAS en Médiation de conflits, spécialisation dans le champ familial
  • DAS en Médiation de conflits, spécialisation dans le champ de l’entrprise

Formations continues

  • Lorsque les parents se rendent en thérapie de couple: un modèée d’intervention sur les relations conjugales et coparentales
  • La violence – mieux la comprendre pour la transformer
  • Approches interdisciplinaires pour les transitions familiales à haut conflit mobilisant des mesures de protection de l’enfant: quels avantages?

Evènements – conférences

  • Médiation 2020: congrès international à Angers
  • 4ème journée d’étude en matière de droit de la protection de l’enfant et de l’adulte
  • Sweet justice – Les accords sur les dés…accords

Articles de presse – ouvrages

  • Dictionnaire de la médiation et d’autres modes amiables
  • La semaine de la paix à l’école
  • La médiation dans le champ de la santé dans le monde francophone (Extrait newsletter.infomaniak.com )

Lettre à consulter sur https://newsletter.infomaniak.com/external/show-email/eyJpdiI6IjkwZTdkSFdjRktLcTVxb3F1UHpXaFpPMEdPU256MzlOWVlxbmY1ek9GSFU9IiwidmFsdWUiOiJqVDRzaCt6cnY0dDE1bG0zaUpmYmhoOVZoVDZzZ0lPVENqeWZqb2p4RXd3PSIsIm1hYyI6IjQwNDNmMTE5MWNiZjg0NGY1YTFiNDQ5NzYyYWY5YzM3MjlhZDhiMzgxNWI2YTJhOTRiMjRkZmYyOTQwN2I2NWEifQ==?t=482501968

« Médiation familiale et violences au sein du couple (L. n° 2019-1480 du 28 décembre 2019, JO n° 302, 29 déc. 2019, texte n° 2) » par Jean-Philippe Tricoit


Capture.PNG128.PNG

I.- Modifications. Le 29 décembre 2019 a été publiée une loi visant à agir contre les violences au sein de la famille (L. n° 2019-1480 du 28 décembre 2019, JO n° 302, 29 déc. 2019, texte n° 2). Pour ce faire, le régime de l’article 373-2-10 du Code civil est aménagé pour prendre en considération les violences au sein du couple.

Celui-ci avait déjà été modifié avec la loi de programmation de la justice 2018-2022 (L. n° 2019-222 du 23 mars 2019, art. 31 ; V. Circ. n° CIV/04/2019 de présentation des entrées en vigueur des dispositions civiles de la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice, NOR n° JUST 1806695L). Le législateur avait organisé « la possibilité pour le juge d’ordonner une médiation dans la décision statuant définitivement sur les modalités d’exercice de l’autorité parentale » (Circ. préc.). En ce sens, jusqu’à la loi du 28 décembre 2019, l’article 373-2-10 du Code civil prévoyait que :
« En cas de désaccord, le juge s’efforce de concilier les parties.
A l’effet de faciliter la recherche par les parents d’un exercice consensuel de l’autorité parentale, le juge peut leur proposer une mesure de médiation et, après avoir recueilli leur accord, désigner un médiateur familial pour y procéder, y compris dans la décision statuant définitivement sur les modalités d’exercice de l’autorité parentale.
Il peut de même leur enjoindre, sauf si des violences ont été commises par l’un des parents sur l’autre parent ou sur l’enfant, de rencontrer un médiateur familial qui les informera sur l’objet et le déroulement de cette mesure
. »
Avec la loi du 28 décembre 2019 (art. 5), l’article 373-2-10 du Code civil est ainsi modifié : « – au deuxième alinéa, après le mot : « médiation », sont insérés les mots : « sauf si des violences sont alléguées par l’un des parents sur l’autre parent ou sur l’enfant » ; – et au dernier alinéa, les mots : « ont été commises » sont remplacés par les mots : « sont alléguées ». »
Par voie de conséquence, les dispositions de l’article 373-2-10 du Code civil, en ses deuxième et dernier alinéas, sont désormais rédigées de la façon suivante :
« A l’effet de faciliter la recherche par les parents d’un exercice consensuel de l’autorité parentale, le juge peut leur proposer une mesure de médiation « sauf si des violences sont alléguées par l’un des parents sur l’autre parent ou sur l’enfant » et, après avoir recueilli leur accord, désigner un médiateur familial pour y procéder, y compris dans la décision statuant définitivement sur les modalités d’exercice de l’autorité parentale.
Il peut de même leur enjoindre, sauf si des violences « sont alléguées » par l’un des parents sur l’autre parent ou sur l’enfant, de rencontrer un médiateur familial qui les informera sur l’objet et le déroulement de cette mesure.
« 

II.- Apports. Quels sont les apports au dispositif de la médiation familiale ?
Tout d’abord, le législateur introduit une exception à la faculté pour le juge – sous réserve de l’accord des parties – d’ordonner une médiation familiale. Cette prérogative juridictionnelle reste lettre morte dans l’hypothèse de violence commise au sein de la famille. Plus précisément, aux fins de bloquer le recours à la médiation familiale, il est nécessaire mais suffisant que soient alléguées des violences par l’un des parents sur l’autre parent ou sur l’enfant. Ceci pose deux questions d’interprétation.

Premièrement, qu’est-ce qu’une violence au sens de l’article 373-2-10 du Code civil ? Sont-ce des disputes entre les parents ? Des coups portés ? Des insultes ? De l’ironie et du cynisme récurrents ? Des violences d’ordre psychologique ? Une emprise de nature financière peut-elle être considérée comme une violence ? Convient-il d’unifier l’interprétation de la violence avec l’approche pénale ? Le juge aura certainement dans sa pratique à délimiter la frontière très fine entre réactions spontanées et violence au sens strict du terme.

Deuxièmement, que sont des violences alléguées ? On sait qu’une allégation est l’énoncé d’un fait ou d’une affirmation tandis qu’alléguer est défini comme mettre en avant pour servir d’excuse. Le juge devra se montrer vigilant vis-à-vis des allégations stratégiques échafaudées par l’un ou l’autre des parents.

Ensuite, dans le prolongement de ce qui a été écrit précédemment, la substitution des termes « ont été commises » par « sont alléguées » emporte uniformisation de l’exercice des pouvoirs du juge. Effectivement, les allégations de violence font obstacle à la faculté du juge d’enjoindre les parties de rencontrer un médiateur familial qui les informera sur l’objet et le déroulement de cette mesure.