PUBLICATION DU N° 9 DE LA NEWSLETTER DE L’APMF


Capture.PNG1284.PNG

Lettre à consulter sur http://p86.mj.am/nl/hhqt/mu8iz.html?m=AMEAAESqypwAAcf-aVYAAAAABDEAAVNIhaAAHb2XAAgZkwBdJ05BzRd6bkE9SvettAyw8UKndAAAKRI&b=e740c0db&e=f8ea34a6&x=qGL0zkY8Gdyvc5fi6xva0kyKRn2NYKbsfeLdANtTbaXbtliJarIwoGCgQXeO0DJU

Médiation scolaire : Un protocole de prise en charge dans le harcèlement scolaire est annoncé par le Ministre Blanquer


Le Parisien

« Que fait l’institution concrètement ?

La priorité est de continuer à former les professeurs et les personnels, à repérer et agir dès que des faits se font jour. Nous avons adopté le 3 juin une série de dix nouvelles mesures, qui prévoient entre autres de développer les techniques de médiation entre pairs et de systématiser la formation des élèves sur la prévention du harcèlement. Nous avons aussi prévu d’augmenter les plages horaires du numéro « net écoute », 0800 200 000, dédié aux questions de cyberharcèlement. » (Extait de msn.com/fr du 2/07/2019)

En savoir plus sur https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/harc%c3%a8lement-scolaire-%c2%abun-protocole-de-prise-en-charge-est-obligatoire%c2%bb-annonce-blanquer/ar-AADL8Sj

Bénin: L’Église poursuit sa médiation dans la crise politique.


« Face à la crise post-électorale, l’Église catholique a proposé et entamé une médiation entre l’opposition et le pouvoir. Commencée depuis le 3 juin, elle se poursuit. Toute la journée de lundi, le clergé béninois a organisé une série de rencontres.

L’Église a reçu lundi au siège de la conférence épiscopale à Cotonou, l’opposition, les républicains et le progressistes, les deux blocs proches du pouvoir et qui ont été les seuls autorisés à participer aux législatives, la société civile et une association d’anciennes personnalités politiques. Des entretiens menés séparément.

Première à être reçue, la plateforme de l’opposition, composée d’une quinzaine de personnes dont Candide Azanai, Éric Houndété, Nourénou Atchade, les grandes voix de la résistance. L’opposition a fait son récit de la situation et insisté sur ses exigences, à savoir, la dissolution de Parlement et la reprise du vote.

Selon nos informations, les républicains et les progressistes, les deux partis du camp Talon qui occupent les 83 sièges du parlement contesté, ont demandé à être reçus séparément.

« Nous n’avons pas violé de texte pour être là et le processus électoral s’est achevé », ont-ils expliqué avant de rappeler que la Constitution béninoise ne prévoit aucune procédure de dissolution de l’Assemblée. Aucun d’eux n’aurait prononcé le mot « crise », rapportent des confidences.

Les échanges avec la société civile ont suivi. Elles réclament de la souplesse des deux côtés. Enfin, les OSC (organisations de la société civile) proposent d’impliquer un ou deux ambassadeurs de la paix, choisis au sein des Écureuils, l’équipe nationale de football, auteur d’exploits à la CAN.

Prochaine étape, une rencontre, entre le clergé et Patrice Talon. Une demande d’audience a été envoyée au cabinet du chef de l’État, il y a une dizaine de jours. » ( » (Extrait deallafrica.com

En savoir plus sur https://fr.allafrica.com/stories/201907100211.html?RelatedContentIds=Article-AAE6keh,Article-AAE5jdJ,Article-AADUhuF,

Bénin: les recommandations du Conseil de Médiation et de Sécurité (CMS) de la CEDEAO dans la crise politique


« Le jeudi 24 juin 2019, le Conseil de Médiation et de Sécurité (CMS) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a tenu sa 42ème session à Abuja. Au menu des échanges, les participants ont abordé la situation securitaire de la zone et la situation sociopolitique très tendue dans certains pays membres de l’Institution dont le Bénin.
A la suite de la question liée à la lutte contre le terrorisme, le Conseil de Médiation et de Sécurité a analysé la crise politique qui secoue certains pays. Des recommandations ont été formulées à l’endroit des différents acteurs impliqués pour une sortie de crise heureuse. En ce qui concerne le Bénin, le Conseil de Médiation et de Sécurité a noté que la tenue des législatives contestées par une partie de la classe politique a occasionné depuis quelques mois des tensions dans le pays.

Après les discussions menées sur le sujet, il a fait des recommandations à l’endroit des autorités et des acteurs politiques béninois.

À l’endroit des autorités et des acteurs politiques béninois
i. Veiller à ce que tous les griefs liés aux élections soient traités de manière inclusive, légale et
pacifique ;
ii. Promouvoir la réconciliation entre tous les acteurs politiques et veiller au maintien de la
stabilité nationale et l’opposition.

iii. Pérenniser la culture démocratique enviable qui fait la réputation du pays en relevant les défis politiques actuels.

À l’endroit de la Commission de la CEDEAO
i. Poursuivre les discussions avec les acteurs béninois concernés et soutenir tous les efforts en vue de trouver des solutions pacifiques face à la situation actuelle ;
ii. Intensifier ses efforts en vue de bien évaluer la situation postélectorale et de soutenir la
réconciliation et la consolidation de la paix ;
iii. Déployer, selon les besoins, en collaboration avec l’UA et le BNUAOS, une mission politique de haut niveau pour faciliter le dialogue inclusif entre le gouvernement et l’opposition. » (Extrait de abidjantv.net/afrique-3 du 24/06/2019)

En savoir plus sur http://abidjantv.net/afrique-3/benin-crise-politique-voici-les-recommandations-du-conseil-de-mediation-et-de-securite-cms-de-la-cedeao/?RelatedContentIds=Article-AAE6keh,Article-AAE5jdJ,Article-AADUhuF,

Bouches du Rhône : Le Préfet de région engage une procédure de médiation entre Elior et ses salariées


Mondial à Pétanque La Marseillaise

« Le préfet de la Région PACA et des Bouches-du-Rhône Pierre Dartout a engagé une procédure de médiation entre le groupe Elior et leurs femmes de chambres, en lutte depuis des semaines pour la défense de leurs droits.

Dans un communiqué publié jeudi 27 juin, la préfecture annonce qu’il a été demandé aux parties concernées (direction, salariés, syndicats) de « désigner un médiateur conjointement choisi ». Sans réponse dans les 3 jours, le préfet « désignera un médiateur qui devra rencontrer les parties, essayer de concilier leurs positions et soumettre un projet de règlement du conflit sur lequel chacun aura à se prononcer ».

L’institution ajoute que « les propositions du médiateur » comme les « positions de chacune des parties » seront rendues publiques à l’issue du processus de médiation. » (Extrait de lamarseillaise.fr du 27/06/2019)

En savoir plus sur http://m.lamarseillaise.fr/marseille/flash/77088-le-prefet-de-region-engage-une-procedure-de-mediation-entre-elior-et-ses-salariees