RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE : SIGNATURE D’UN ACCORD DE PAIX ENTRE SIX GROUPES ARMÉS À BRIA


« Six groupes armés (UPC, MPC, RPRC, MLCJ, anti-balakas [aile Mokom] et FPRC)* ont signé un important accord de paix mardi 9 avril à Bria, en République centrafricaine (RCA). Cet accord devrait mettre un terme à plus de six années d’affrontements violents dans la région de Haute-Kotto, située dans l’est du pays.

Cet accord est le fruit de pourparlers menés par le Centre pour le dialogue humanitaire (HD) à Bria du 1er au 9 avril 2019. Il marque également l’aboutissement de plusieurs mois d’efforts de médiation menés par HD au niveau local dans le but de mettre un terme à la violence qui affecte la région de Haute-Kotto. Depuis 2013, les attaques répétées des groupes armés dans la zone ont coûté la vie à de nombreux civils, entraîné la destruction de nombreux biens et le déplacement de milliers de personnes. Les violences ont également amplifié le clivage entre communautés chrétiennes et musulmanes, qui a été instrumentalisé par les groupes armés.

L’Accord de Bria s’inscrit dans le prolongement de l’Accord pour la paix et la réconciliation en Centrafrique (APPR) signé le 6 février 2019 par le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés, y compris les six parties signataires de l’Accord de Bria.

Selon les termes de l’Accord de Bria, les parties se sont engagées à :

  • Faire cesser les violences ;
  • Garantir la paix et la sécurité dans l’ensemble de la région ;
  • Régler les différends de manière pacifique ;
  • Refuser l’instrumentalisation des différences qui reposent sur les convictions politiques, l’appartenance ethnique ou les croyances religieuses ;
  • Permettre le retour des réfugiés et des personnes déplacées en toute sécurité ; et
  • Garantir la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des personnels humanitaires.

Le comité technique de sécurité institué dans le cadre l’APPR se chargera de surveiller la mise en œuvre de l’Accord de Bria.

« Cet accord représente une étape importante dans le processus visant à consolider l’APPR et à faire en sorte que l’espoir de paix et de réconciliation des citoyens centrafricains devienne une réalité » a déclaré Freddy Nkurikiye, Représentant spécial de HD pour l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Ouest.

HD œuvre pour la paix en RCA depuis 2007. L’organisation – également connue comme Centre Henry Dunant – soutient notamment le dialogue politique national et les efforts de médiation au niveau communautaire. HD a notamment joué un rôle central lors du Dialogue Politique inclusif de 2008, du Forum de Bangui de 2015, du processus électoral de 2016 et, plus récemment, du processus qui a mené à la conclusion de l’APPR en 2019. L’organisation a également contribué à la médiation de plusieurs accords locaux, comme l’Accord de Bouar entre les groupes armés 3R et anti-balakas, qui a permis de stabiliser certaines zones de la province de Nana Mambéré.

HD remercie les parties au conflit et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), ainsi que les responsables administratifs locaux, et les chefs locaux traditionnels et religieux pour leur soutien au processus de médiation qui a permis d’aboutir à l’Accord de Bria.

L’organisation souhaite également exprimer sa gratitude à l’Union européenne pour son soutien financier qui permet à HD d’opérer au service de la paix en Centrafrique depuis 2014. »

* UPC : Unité pour la paix en Centrafrique ; MPC : Mouvement patriotique pour la Centrafrique ; RPRC : Rassemblement patriotique pour le Renouveau de la Centrafrique ; MLCJ : Mouvement des Libérateurs centrafricains pour la Justice ; FPRC : Front populaire pour la Renaissance de Centrafrique. (Extrait de hdcentre.org du 11/04/2019)

En savoir plus sur https://www.hdcentre.org/fr/updates/central-african-republic-six-armed-groups-sign-peace-agreement-in-bria/

Journée européenne de la médiation pour l’inclusion sociale : Migrations et médiations, 10 mai 2019, Université du Luxembourg


 

Capture.PNG012.PNG

Conférence publique et ateliers interactifs sur le thème de la médiation interculturelle

09h00 – 09h30 :
Allocutions et présentation de la journée

09h30 – 10h15 :
Le Luxembourg, terre de migrations
Michel Pauly (Professeur d’histoire médiévale et des migrations trans-époques, Université du Luxembourg)

10h15 – 11h00 :
Panorama socio-historique des migrations dans la Grande Région de la fin du XIXe siècle à nos jours
Piero Galloro (Maître de conférences en sociologie, Université de Lorraine)

11h30 – 12h00 :
Interculturalité, médiation et migration
Elisabeth Ribeiro (Centre de Médiation, Luxembourg) et Pierre Dielissen (IKL, Centre d’éducation interculturelle, Luxembourg)

13h30 – 16h45 :
Ateliers interactifs en parallèle

Atelier 1 (uniquement à 13h30): Simulations interculturelles interactives (Stéphanie Shaheen, Miami University)
Salle MSA 4.200

Travail de simulations interculturelles interactives par le biais d’une méthode appelée « Bafa Bafa ». Le groupe est divisé en deux et chacun apprend une nouvelle culture. Ces cultures s’observent alors et interagissent les unes avec les autres. Les participants pourront ainsi appréhender des manières de réagir face de nouvelles cultures.

Atelier 2 : La communication interculturelle (Antonia Ganeto et Pierre Dielissen, IKL, Centre d’éducation interculturelle, Luxembourg)
Salle MSA 4.300

La communication interculturelle sera la thématique centrale de cet atelier. La diversité est certes un enrichissement pour notre société, mais elle peut aussi être source de malentendus et de tensions. Cet atelier a pour objectifs de fournir aux participants, des informations et outils nécessaires pour favoriser une meilleure interaction avec des personnes issues de différents milieux culturels.

Atelier 3 : La pédagogie interculturelle (Jean-Paul Méloni, France)
Salle MSA 4.410

L’objectif de cet atelier est d’inviter les participants à opérer un décentrement et un pas de côté concernant leurs pratiques professionnelles. L’interculturel en général, et dans le champ de la médiation en particulier, apparait ici comme un levier essentiel permettant à chacun, de mieux se comprendre, de mieux appréhender les relations sociales, et cela à titre individuel ou professionnel. Ainsi la participation à des exercices pratiques portant sur la communication interculturelle, la pédagogie interculturelle, sera l’occasion pour tout un chacun de mieux s’évaluer dans la relation, et au-delà de comprendre qui est l’autre, qui sont les autres avec qui je communique et qui suis-je vis-à-vis d’eux.

La conférence et les ateliers interactifs sont gratuits et l’entrée est libre. Néanmoins, une inscription est nécessaire afin de proposer des ateliers équilibrés en nombre de participants

Programme et inscription sur https://www.eventbrite.de/e/inscription-journee-europeenne-de-la-mediation-pour-linclusion-sociale-59769378821

Journée d’études du Master Médiation 2 ème édition : « La justice restaurative » Université Lyon II, 22/05/2019


Capture.PNG128.PNG

Capture.PNG 5698.PNGCONTACT/INSCRIPTION : Nathalie RIVIER
nathalie.rivier@univ-lyon2.fr