Rapport : Médiation sociale : Présentation de pratiques par Joanie PRINCE,  Mai 2010, Centre international pour la prévention de la criminalité, 42p.


Capture.PNG 32.PNG

« Principales conclusions :
L’analyse de 12 pratiques de médiation dans le monde et plus particulièrement de celles du  Québec  permet  de  souligner  combien  les  conditions  de  mise  en  œuvre  et  de  réussite  du  partenariat  entre  acteurs  de  la  médiation  sociale  et  intervenants  sociaux  et  de  prévention  dépendent largement de deux facteurs :
1. la  conception  de  la  médiation  sociale :  la  conception  dominante  en  France  semble  privilégier  une  action  directe  de  médiation  qui  nécessite  de  porter  une  plus grande attention à l’articulation avec les interventions des autres acteurs sociaux ; de nombreux  pays ont développé – parfois concomitamment – une approche qui vise à diffuser une  culture de la médiation parmi le public comme parmi les intervenants existants. Cette  approche n’entraîne bien évidemment pas le même type de tension.
2. le  contexte  institutionnel  de  développement  de  la  médiation  sociale :  l’intervention  directe de médiateurs a favorisé en France une professionnalisation de cette fonction qui  conduit naturellement à des tensions potentielles avec les professions existantes ; de  surcroît, la médiation sociale en France a été largement promue par les pouvoirs publics  comme une réponse à la criminalité et comme une mesure de sécurité, entraînant ainsi  un risque d’opposition plus fort des acteurs sociaux.  » (Extrait de crime-prevention-intl.org )

En savoir plus sur http://www.crime-prevention-intl.org/fileadmin/user_upload/images/Projets/Rapport_Mediation_Final_-_CIPC.pdf

 

Capture.PNG 21.PNG