58ème CAFE DE LA MEDIATION : LES FINANCEMENTS DE LA MEDIATION par Institut Catholique de Paris – 9/11/2017


 

DESCRIPTION

Ariane Vennin
Avocat, (A7 Avocats)
Médiateur
Fondatrice de la Pépinière de Médiateurs

Hirbod DEHGHANI-AZAR,
Past Président de l’Association des Médiateurs Européens,
Responsable des formations de formateurs ifomene, animera les débats
Avec le concours de Stephen Bensimon et Laurence Villeneuve, Directeurs de l’IFOMENE

La justice est pauvre.
Les justiciables ne sont pas tous riches.
Et surtout l’accès à la justice doit être abordable pour tous.

La conciliation est et reste bénévole, avec les avantages et les inconvénients qu’on lui connaît.
La médiation est une activité rémunérée.

La médiation est une approche de pacification des relations et de résolution des litiges présentée à juste titre comme peu onéreuse.
Son coût direct est faible.
Et des raisons complémentaires renforcent son attractivité : un montant mesuré, fixe, pour un processus court et de haute efficacité au vu des pourcentages d’accords.

La médiation est une plus-value apportée par un professionnel formé. Elle a donc un coût.
Mais ce coût s’ajoute à celui des procédures en cas d’absence d’accord en médiation.

La situation d’aujourd’hui est diverse. Ya-t-il et doit-il y avoir des normes et des critères ?
Si oui lesquels ? Et qui en fixera les règles éthiques et économiques ? Si non comment faire ? » (Extrait de eventbrite.fr )

Programme et inscription sur https://www.eventbrite.fr/e/billets-58eme-cafe-de-la-mediation-les-financements-de-la-mediation-39329091371

 

Le TGI de Montpellier expérimente la médiation familiale préalable obligatoire


Justice : Le TGI de Montpellier expérimente la médiation familiale préalable obligatoire

« Signature ce vendredi matin de l’expérimentation de la tentative de médiation familiale obligatoire (TMFPO) au Tribunal de Grande Instance de Montpellier entre le TGI, la CAF de l’Hérault, le Centre de médiation du Barreau, l’APMF (Médiation Familiale) et l’Ordre des avocats.

Onze tribunaux en France participent à cette expérimentation dont celui de Montpellier, jusqu’au 31 décembre 2019.

La mise en place de la tentative de médiation familiale préalable obligatoire (TMFPO) est prévue par la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle, promulguée le 18 novembre 2016.

Ce dispositif va rendre obligatoire la consultation d’un médiateur familial pour toute famille séparée, avec enfant(s) souhaitant revenir sur un jugement rendu en première instance. Cela s’impose pour toutes les personnes qui voudraient trouver un accord sur les modalités de résidence d’un enfant, le droit de visite ou le montant d’une pension alimentaire.

Ce passage obligatoire en médiation, en vigueur depuis le 1er octobre, va permettre à de nombreuses familles de trouver un accord, avant de passer une nouvelle fois devant le juge aux affaires familiales (JAF).

« Cette expérimentation vise également à rapprocher l’accès à la justice pour le justiciable », explique Éric Maréchal, président du Tribunal de Grande Instance de Montpellier.

En cas d’absence de demande de médiation familiale, la demande pourra être jugée irrecevable.  » (Extrait de lagazettedemontpellier.fr du 27/10/2017)

En savoir plus sur http://www.lagazettedemontpellier.fr/13448/justice-le-tgi-de-montpellier-experimente-la-mediation-familiale-prealable-obligatoire.html

Emploi : 4 Médiateurs (trices) (H/F) en médiation sociale à Douai (59)


GROUPE SIA HABITAT

GROUPE SIA HABITAT

/ 59500 Douai, 59120 Loos

Référence de l’offre : 273595
Offre déposée le : 25/10/17

Description du poste

Partagez l’énergie de 600 femmes et hommes engagés et attentifs au bien-être et à la qualité de vie de 92 000 personnes dans la région. Rejoignez le Groupe SIA et exprimez pleinement votre talent et vos ambitions au sein de nos équipes.

Le Groupe SIA est un acteur majeur du logement social dans les Hauts de France.

Entrez dans une grande équipe !

Rattaché(e) au Responsable Développement Social et Médiation, vous contribuez au renforcement du lien de proximité entre les locataires et l’entreprise. Vous contribuer à la satisfaction des clients locataires et veiller à maintenir une bonne image de l’entreprise.

Vos principales missions seront de :

  • Assurer l’accueil sur le terrain des clients insatisfaits,
  • Mettre en œuvre les outils de prévention en matière de traitement des troubles du voisinage et d’incivilités : évaluer la situation, mener des enquêtes de voisinage, rencontrer les plaignants,
  • Proposer des solutions d’amélioration au bien être des locataires,
  • Participer au développement de projets contribuant à renforcer le lien social et à encourager le « mieux-vivre ensemble » au sein des résidences.

Profil recherché

Votre profil :

De formation BAC+2/3 dans le domaine social, vous justifiez de deux ans minimum d’expérience dans une fonction similaire.

Vous maîtrisez la réglementation liée aux troubles du voisinage. Votre sens de la pédagogie, votre écoute et votre aisance relationnelle contribueront à votre réussite dans cette fonction.

Nous vous remercions d’adresser votre CV ainsi qu’une lettre de motivation par mail à Sabine OUICHOUA – Service Développement des Ressources Humaines ress-humaines@groupe-sia.com(avec pour objet : candidature poste médiateur(trice).

Tous nos postes sont ouverts aux travailleurs handicapés.

Notre entreprise, engagée en faveur de l’égalité de traitement et de la diversité, a été récompensée du Trophée d’Or de l’Economie Responsable Alliances en 2011 et a obtenu le Label Diversité en 2015

(Extrait de l4m.fr du 25/10/2017)

En savoir plus sur https://www.l4m.fr/emploi/offre/59500-douai-59120-loos-4-mediateurs-trices-h-f-273595

COMPTE-RENDU DU SYMPOSIUM DE LA MÉDIATION 2017, LILLE


« Les médiateurs professionnels sont chaque année plus nombreux et donc plus présents dans la société. Rassemblés à Lille, ils ont démontré que leur profession est celle du 21ème siècle, puisque que c’est la profession qui a comme champ d’intervention ce qui fait l’essence même de la vie en société : le vivre ensemble. Dotée de l’ingénierie relationnelle, elle est la première profession, nouvelle à toute civilisation, à définir un référentiel pour établir, rétablir ou entretenir la qualité relationnelle.  Le choix du lieu en 2017, le Nouveau siècle, à Lille, en a été un rappel pour le Symposium annuel qui s’est tenu les 19 et 20 octobre 2017.

Les interventions des médiateurs professionnels, exclusivement formés à l’EPMN, diffèrent de celles des médiateurs issus des centres de formation des courants de pensée psychologiques, juridiques ou religieux.

Vous reconnaissez les médiateurs professionnels parce que non seulement ils sont titulaires du Certificats d’Aptitude à la Profession de Médiateur – CAP’M®, mais en plus ils sont membres de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation- CPMN. Leurs compétences sont liées à une exigence technique, une méthodologie précise qui permet d’accompagner la résolution de conflit en tant que projet relationnel. Parce qu’un conflit est avant toute chose une relation. Certes, une relation dégradée, mais une relation. Et c’est en sachant ce qu’est une relation et en identifiant les mécanismes de dégradation et la qualité relationnelle, que les médiateurs professionnels étendent leurs offre de service.

La médiation professionnelle est fondée sur un nouveau paradigme de ce qu’est une personne auquel résistent des professions traditionnellement ancrées à des représentations fictives.

Avec leurs compétences sur le terrain de la relation, les médiateurs professionnels apportent ce qu’aucune autre profession n’apportaient jusqu’à maintenant : la performance de l’instruction sur le champ de l’éducation. Leur posture est rigoureuse, ce qui garantit la fiabilité du résultat de leurs interventions : ils exercent en dehors de tout autorité, notamment d’autorité de fonction – et de toute autre, pour promouvoir l’altérité et développer au sein des organisations le référentiel de la qualité relationnelle.

Une profession qui permet de faire évoluer les relations

A Lille, l’heure a été à la Constituante de la Profession. Ce débat fondateur a réaffirmé la profession initiée en 1999 et 2001, avec la création du CAP’M.

Après une première journée d’ateliers, la deuxième journée a permis à tous les participants de mesurer l’évolution de la profession sur les 17 années écoulées. Un moment essentiel dont l’intérêt a été de démontrer son caractère désormais incontournable pour faire évoluer une relation.

La remise des Espoirs de la médiation a été un grand moment de partage d’expériences et de découvertes sur les intérêts de la médiation professionnelle pour les organisations, notamment pour les accommpagnements managériaux, le renforcement du dialogue social et la prévention de la souffrance mentale au travail. On a pu entendre rapporter les balbutiements de l’époque où les débats entre les philosophes et les sophistes ont fait rage, avec la condamnation à mort de Socrate, puis plus tard, sur la trace des Lumières, lors des grands moments révolutionnaires.

Les intervenants ont été unanimes, la Profession de Médiateur repose sur la rigueur, la méthode, la rationalité et la transmissibilité. Elle n’est pas seulement technique : elle est une instrumentation éthique. Elle participe de l’évolution de la vie en société avec une appropriation de la notion d’altérité. De ce fait, elle a un rôle sociétal fondamental, rien de moins que d’intervenir sur l’un des piliers de l’organisation sociale, point fixe du droit, le contrat social, initié au XVIIIème siècle, et d’intégrer de nouveaux fondamentaux :

  • adhésion, avec la liberté de décision
  • reconnaissance, avec la promotion de la qualité relationnelle et de l’altérité
  • entente, avec l’élaboration contributive du projet relationnel

Les échanges ont notamment battu en brèche les fictions cultuelles, culturelles et intellectuelles (tout le monde connait la différence entre le bien et le mal, nul n’est censé ignorer la loi, chacun sait ce qui est normal et ce qui ne l’est pas). La médiation professionnelle permet aux personnes dans une démarche de conduite de projet ou de changement, dans des situations relationnelles pénibles, de mieux conduire leur pensée.

Tout au long de la journée, avec les retours sur les Espoirs des années précédentes, la remise des nouveaux Espoirs de la médiation, les intervenants ont démontré l’étendue de leur champ d’intervention. Avec l’intérêt que les organisations ont pour la qualité relationnelle, initiée parallèlement avec l’ingénierie relationnelle, des pistes importantes ont été indiquées pour accélérer le développement de la profession avant 2020.

C’était la troisième année de la Décennie du droit à la médiation, annoncée à Paris. Bordeaux, en 2015, aura été la première année, puis Lyon en 2016, et cette année Lille. L’année prochaine : Toulouse… » (Extrait de officieldelamediation.fr du 28/10/2017)

En savoir plus sur https://www.officieldelamediation.fr/2017/10/28/symposium-de-la-mediation-2017-lille/