Belgique : Les plaintes auprès du médiateur des télécoms en baisse de 16% en 2016


Capture4.PNG« Le service de médiation pour les télécommunications a reçu, en 2016, 14.879 plaintes écrites, ce qui constitue un recul de 16% par rapport à l’année précédente, a-t-il annoncé jeudi.

« En plus de cette diminution générale du nombre de plaintes, nous observons surtout un recul du nombre de litiges concernant le harcèlement téléphonique, avec 4.790 plaintes vis-à-vis d’appels malveillants contre 7.071 en 2015 », a précisé le service dans un communiqué.

Selon le médiateur, la baisse du nombre de plaintes s’observe principalement chez Proximus (-17,02%), Telenet (-19,26%), Base Company (-34,10%) et M7Group (-37,55%). Elle est un peu moins prononcée chez Orange Belgium (-8,60%), Scarlet (-4,22%) et Voo (-10,62%) alors que d’autres opérateurs ont carrément vu leur nombre de plaintes augmenter. C’est le cas de SFR (+77,17%), Mobile Viking (+11,84%), Lycatel-Lycamobile (+137,50%), FCR Media Belgium (+42,42%) et Join Experience (+128,57%).

L’année passée, le service de médiation a traité et clôturé 14.601 plaintes. Dans 95,22% des cas, un compromis à l’amiable a pu être atteint. « Et si nous comptons les recommandations accueillies positivement par l’opérateur impliqué, 96,61% des dossiers ont été clôturés de manière satisfaisante », a poursuivi le médiateur, qui a également réduit la durée moyenne du traitement des plaintes reçues (de 52 jours en 2015 à 34 jours en 2016).

« Les plaintes introduites en 2016 ont mis en lumière deux problématiques: les actions promotionnelles et les garanties. Par ailleurs, les frais liés à l’utilisation de l’internet mobile, les frais de rappel, les messages SMS Premium et services M-Commerce non sollicités restent des points particulièrement sensibles », a encore souligné le service de médiation.

Fort de ces constatations, ce dernier propose aux opérateurs de permettre à leurs clients de déterminer une limite de consommation, « afin qu’ils puissent contrôler les montants de leurs factures ». (Extrait de msn.com/fr-be du 2/04/2017)

En savoir plus sur http://www.msn.com/fr-be/actualite/other/les-plaintes-aupr%c3%a8s-du-m%c3%a9diateur-des-t%c3%a9l%c3%a9coms-en-baisse-de-16percent-en-2016/ar-BBz2kK9

Publicités

Sénégal : une conférence internationale a réuni plusieurs médiateurs d’Europe et d’Afrique à Dakar


« Les médiateurs font, aujourd’hui, face à de nouvelles réalités nées de l’évolution de nos sociétés. Dans le but de disséquer ces nouvelles exigences citoyennes, une conférence internationale a réuni plusieurs médiateurs d’Europe et d’Afrique à Dakar.

Face aux nouvelles exigences des citoyens, les médiateurs doivent se réajuster ou réadapter leur démarche afin de répondre aux sollicitations des populations. C’est l’option prise par les médiateurs de plusieurs pays tels que le Cap-Vert, la Mauritanie, les îles Canaries, le Portugal qui se sont réunis à Dakar, dans le cadre du Demos qui est un projet de coopération transnationale auquel ils participent. Pour le médiateur de la République du Sénégal, Me Alioune Badara Cissé, l’administration actuelle doit être en résonance avec son époque marquée, à l’heure actuelle, par « un effritement de la confiance, un développement des inégalités » qui sont, selon lui, autant de champs d’interpellation pour eux. Pour que le médiateur puisse jouer efficacement sa partition, il faut changer la donne. « Le chemin menant à cette évolution passe par une clarification des préalables. D’abord reconnaître la médiation comme un paradigme, une compatibilité de l’institution avec les organisations de défense des droits pour la recherche de cadre de coopération », a expliqué Me Alioune Badara Cissé, ajoutant qu’il faut allier les modes alternatifs de règlement de conflits comme l’arbre à palabre aux nouvelles mutations de l’heure.

Pour le ministre de l’Intégration africaine, du Nepad et de la Bonne gouvernance, Khadim Diop, le citoyen est au cœur du projet de l’État de droit et de la bonne gouvernance. Il a invité ainsi le médiateur de la République à nouer, avec sa structure, un partenariat pouvant aboutir à une « plateforme de médiation » dans les différentes régions du Sénégal.

Revenant sur le thème de la rencontre, le médiateur des Iles Canaries, Jeronimo Saavedra Acevedo signale que ce rendez-vous de Dakar va lui permettre d’écouter les autres et de transférer leur expérience de médiation afin de contribuer à une coexistence pacifique des peuples. Pour Miranda Jacob, médiateur adjoint du Portugal, le projet Demos est conçu pour développer une meilleure communication avec les institutions de médiations. Ce projet est une initiative co-financée par l’Union européenne par le biais du programme Mac et du Fonds européen de développement régional (Feder). » (Extrait de lesoleil.sn du 31/03/2017)

En savoir plus sur http://www.lesoleil.sn/2016-03-22-23-17-43/item/62900-institutions-des-mediateurs-face-aux-nouvelles-demandes-citoyennes.html#sthash.GQM5W5DZ.dpuf

 

Médiation scolaire : le rôle de médiateur expliqué lors des portes ouvertes au Collège Saint-Joseph de SAINT-BONNET-LE-CHÂTEAU (42)


Les médiateurs Amaury, Romain, Emma et Amélie en présence de Mme Blin, professeure de français.  Photo Olivier DAZAUD

« Apprendre des nouveaux mots peu usités, tel était le thème des portes ouvertes du collège Saint-Joseph vendredi soir.

Cette manifestation a aussi permis de présenter aux visiteurs le rôle de médiateur. Mise en place cette année, la médiation rencontre un grand succès. Les élèves s’impliquent pleinement dans leur rôle. Ils interviennent pour résoudre un conflit entre deux élèves. Cette fonction exige de savoir écouter, savoir communiquer, être impartial, se montrer patient, être confidentiel, mais aussi de se monter responsable de sa fonction de médiateur » (Extrait de leprogres.fr du 2/04/2017)

En savoir plus sur http://www.leprogres.fr/loire/2017/04/02/college-saint-joseph-le-role-de-mediateur-explique-lors-des-portes-ouvertes

Emploi : Médiateur de ville H/F à CAEN


1Taf, Bourse d'emploi et de CV

« Nous recrutons pour un de nos clients un MEDIATEUR TERRAIN H/F pour un contrat chantier de deux ans. « CDI CHANTIER. » Le médiateur terrain a un rôle de relais, communique les informations pratiques sur les types de travaux réalisés sur le secteur de Caen, informe les riverains des dates de suivi des travaux en cours, accueille les sollicitations des riverains, est à l’écoute, aide à formaliser les idées, conseille et oriente vers des solutions alternatives. La personne collecte les questionnements et les problématiques énoncés par les riverains sur les projets en cours et sait restituer les éléments sans déperdition ni interprétation à la Responsable Communication. Le médiateur a un rôle d’alerte sur les problématiques du projet. De formation BAC +2 dans le secteur de médiation, animation avec une expérience significative en médiation.

1 posteCDIExpérience minimum : 1 à 2 ans

Divers Services, Médiation sociale et facilitation de la vie en société, Médiateur / Médiatrice de ville CAEN, 14 Calvados  » (Extrait de 1taf.com )

En savoir plus sur http://www.1taf.com/annonce/offre-emploi-cdi/mediateur-de-ville-h-f/calvados-14/AN2259207

Education : Un médiateur nommé pour régler le conflit à l’IUT de Figeac


Actualités

«La situation qu’a connue l’IUT ces derniers jours est à prendre en compte. L’Université Toulouse Jean-Jaurès vient de proposer une médiation. C’est ce que souhaitait une partie du personnel depuis un petit moment. Ce sera donc un professeur émérite de l’Université de Toulouse qui interviendra comme médiateur dans nos murs, en avril», déclarait Xavier Pumin, le nouveau directeur de l’Institut universitaire de technologie de Figeac, en début de semaine.

De son côté, le nouveau président de l’IUT, Jehan Vanpoperynghe, a fait savoir qu’il irait personnellement à la rencontre des membres du conseil d’IUT, afin de mieux comprendre les motifs des oppositions et des difficultés qui ont secoué l’institut figeacois.

Le Collectif IUT-Figeac qui avait dénoncé, à grand renfort de tracts : «Une crise aiguë à l’IUT, conséquence d’une succession d’alertes systématiquement étouffées par la direction», pointait des faits en cours depuis des années à l’IUT. Son action a mis sur la place publique l’état de crispation des personnels de l’IUT et les difficultés. «Notre objectif est désormais une expertise indépendante approfondie ! L’urgence est bien cette expertise et les membres du collectif sont favorables à la médiation dans la mesure où les deux se déroulent en parallèle comme cela a été identifié nécessaire par tous. Le collectif sera donc tout particulièrement vigilant au déroulement de cette expertise qui permettra d’étayer nos dires sur de nombreux points et il continuera à dénoncer publiquement tous les dysfonctionnements constatés». (Extrait de ladepeche.fr/article du 1/04/2017)

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/01/2548275-un-mediateur-interviendra-a-l-iut-en-avril.html