Burundi : difficile dialogue entre le pouvoir et l’opposition


 » Les discussions entre les opposants au régime Pierre Nkurunziza et le parti au pouvoir titube. Alors que le médiateur essaie de réunir les deux parties pour un dialogue, les deux camps peinent à se retrouver en vue de dialoguer.

Le médiateur, Benjamin Mkapa a, selon les informations, invité un groupe de 33 acteurs clés constitué pour faire partie du gouvernement. Egalement, une invitation a été faite à la quasi-totalité des opposants réunis au sein du Cnared tant au pays qu’à l’extérieur pour parvenir à un dialogue.

« Le Cnared est une organisation non reconnue par la loi burundaise et qui renferme en son sein des individus recherchés par la justice burundaise », a d’ailleurs commenté Willy Nyamitwe, responsable de la communication présidentielle. Selon M Willy, prendre part aux côté d’une organisation non reconnue constitue une erreur avant de clarifier que, Bujumbura refusera de discuter avec le Cnared ou encore le médiateur de l’ONU pour le Burundi Jamal Benomar.

En guise de réaction, le Cnared a de son côté annoncé qu’il ne participerait pas à ladite session. L’on se souvient que, Benjamin Mkapa a été récusé par la plateforme d’opposition à cause d’une sortie médiatique en décembre dernier, sortie dans laquelle, M Mkapa n’est pas d’accord qu’on ne peut pas continuer à contester la « légitimité » de la réélection de M. Nkurunziza. » (Extrait de icilome.com )

En savoir plus sur http://www.icilome.com/nouvelles/news.asp?id=1&idnews=833337

Emploi : Technicien Médiation Services H/F à Nantes


AFPA recrutement

Poste

L’Afpa est depuis plus de 65 ans, le 1 er organisme de formation professionnelle qualifiante. Engagée dans une démarche d’utilité sociale, elle propose une large gamme de formations adaptées aux besoins de tous les actifs, des entreprises et des acteurs institutionnels des territoires. Acteur majeur de l’alternance et des transitions professionnelles, l’Afpa est également le 1er organisme de formation des personnes en situation de handicap.

Professionnel(le) depuis au moins 5 ans dans le champ de l’intervention sociale dont au moins 2 ans dans la médiation sociale, vous avez un intérêt certain pour la transmission de votre expérience.

Rattaché(e) au dispositif Itinérants de l’AFPA, vous interviendrez, à partir de votre domicile, dans les centres répartis sur le territoire national, pour former des groupes de stagiaires. Phase d’intégration adaptée.
Localisation : Ile de France.

Compétences :
– Concepts, modèles théoriques, processus de la médiation sociale.
– Connaissance des publics, de leurs problématiques et spécificités.
– Politiques d’insertion, lutte contre l’exclusion et les discriminations ; dispositifs et mesures.
– Acteurs de l’insertion (institutionnels, politiques et socio-économiques…) et lieux ressources.
– Démarche projet.
– Métier de médiateur social : évolutions, contours et limites.
– Règles de déontologie et principes éthiques de la médiation sociale.
– Techniques de conduite d’entretien, écoute active, analyse de la demande, identification des besoins, élaboration de diagnostic partagé, contractualisation.
– Techniques de recueil, traitement et diffusion de l’information.
– Techniques de gestion des conflits et de gestion du stress.
– Analyse des territoires, cartographie des acteurs d’un territoire.
– Travail d’équipe, en réseau et partenariat.
– Rédaction d’écrits professionnels.
– Traitement de texte, tableur, Internet.
– Démarche et outils d’évaluation qualitative et quantitative.
– Démarche d’analyse de sa pratique professionnelle.

Profil recherché

Le professionnel attendu s’appuiera sur des compétences professionnelles et techniques mais également sur des aptitudes relationnelles et sociales sur lesquelles il fonde prioritairement sa légitimité vis-à-vis des apprenants :
– Valeurs et qualités personnelle : empathie, tolérance.
– Prise de recul et analyse des situations.
– Capacité à s’adapter à des publics variés.
– Capacités à s’intégrer dans un réseau local et travail en équipe.

Titre(s) / diplôme(s) requis ou équivalence :
Niveau III- métiers de l’intervention sociale ou du travail social.
Ou,
TP TMS et 5 ans d’expérience de médiateur social dont 2 années de coordination ou d’encadrement d’équipe.
5 ans d’expérience diversifiée dans le champ de l’intervention sociale dont au moins 2 ans dans la médiation sociale. (Extrait de ouestjob.com du 16/02/2017 )

En savoir plus sur http://www.ouestjob.com/emplois/technicien-mediation-services-h-f-1317632.html

Brahim Lamouri, médiateur protecteur de la cité des 3 000 à Aulnay (Bondy Blog)


à

« Brahim Lamouri fait partie de ceux qui ont pas mal bourlingué avant de trouver leur voie. Passé par un CAP métallurgie pendant deux ans, avant d’être ouvrier en bâtiment, il est ensuite devenu livreur, agent de sécurité, manutentionnaire à Roissy… Autant d’expériences qui l’ont fait grandir et lui ont prouvé, s’il le fallait, l’importance du travail. Mais c’est grâce à sa mission de médiateur, poste qu’il occupe depuis près de huit ans à la salle de danse du Galion, au cœur de la cité des 3 000 d’Aulnay-sous-Bois, qu’il a définitivement “gagné en maturité”.

Âgé de 28 ans, il tente aujourd’hui de transmettre ses valeurs du travail et du partage aux plus jeunes. “Je suis passé par là avant eux. Mon objectif, c’est de les mettre sur le droit chemin et leur enseigner l’importance d’avoir un travail honnête, raconte-t-il. L’autre jour, j’ai dit à un petit “Allez, bouge tes fesses et va bosser”. Le mec a suivi mes conseils. Il est revenu, m’a serré dans ses bras et m’a dit “grâce à toi, j’ai décroché un CDI dans un centre de tri à Aulnay. (…) Ce n’est peut-être qu’une seule personne mais le message est passé, le dialogue a porté ses fruits. C’est l’essentiel”. (…)

“À un moment, il fallait que ça pète”

Ici, c’est un esprit de famille qui règne, celui où l’on protège, celui où l’on fait tout pour être présent malgré tout. “Certains cours se terminent après 21h. Je sors tout le temps avec les jeunes pour voir s’ils prennent bien leur bus, si on vient les chercher, assure Brahim. On ne les laisse pas sortir comme ça, on ne les laisse pas à l’abandon, on essaye de tout faire pour les suivre”. La médiation ne s’arrête donc pas après les portes du centre de danse. “Ce que j’aime dans mon métier, c’est le côté social, de sentir que je peux contribuer à aider les gens avec mes moyens”. Derrière lui, des dessins d’enfants et des messages d’amour qui lui sont adressés sont accrochés sur le mur. Parmi eux, un “je t’aime Brahim”. L’identité de l’auteur n’est pas encore connue à ce jour !

Depuis le viol de Théodore par un policier de la BST d’Aulnay-sous-Bois, Brahim essaye d’expliquer aux jeunes que “ça ne sert à rien de casser, de brûler (…) même s'[ils]pensent qu’il faut passer par là”, précise-t-il. “À un moment, il fallait que ça pète”. Il comprend la colère et regrette que le dialogue entre jeunes et policiers se soit à ce point détérioré. “On essaye de faire en sorte d’être écouté, le fait que ça pète dans le quartier, ça ouvre les yeux sur la cité”. Selon lui, si les jeunes expriment leur ras-le-bol, c’est à cause des nombreuses dérives des forces de l’ordre. “Les policiers sont tout de suite dans la violence. Ça n’est pas comme ça que l’on pourra avancer. Certains policiers abusent un peu trop de leurs droits. C’est important la police, s’il n’y avait pas de policiers ça serait l’anarchie ici mais qu’ils fassent d’abord leur boulot correctement”. (Extrait de bondyblog.fr du 16/02/2017)

En savoir plus sur http://www.bondyblog.fr/201702161355/ils-font-aulnay-brahim-lamouri-mediateur-protecteur-de-la-cite-des-3-000/#.WKYpjzvhC70

Emploi : Médiateur familial familiale H/F à LONS LE SAUNIER


Offre d'emploi

« Fonctions : Favoriser le maintien de la relation, la prise ou la reprise de contact entre l’enfant et le parent chez qui il ne réside pas habituellement, en vue d’instaurer une organisation autonome de leurs relations. Accompagner et soutenir les parents dans les difficultés qu’ils rencontrent, afin notamment de favoriser la mise en ?uvre de l’exercice conjoint de l’autorité parentale. Profil : Educateur spécialisé H/F, Assistant de service Social H/F, Médiateur familial, psychologue, juriste ayant développé une activité dans le champ de la protection de l’enfance et de la famille. expérience requise de 5 années. Secteur d’intervention : département du Jura, siège à Lons le Saunier Poste à pourvoir de suite, pour un CDD temps partiel (0.75ETP) avec possibilité d’évolution

1 posteCDDDurée du contrat : 6 MoisExpérience minimum : 5 à 10 ans
Précision sur la rémunération : convent. collective 66 et ancienneté

Services à domicile, Accompagnement et médiation familiale, Médiateur familial / Médiatrice familiale (Extrait de 1taf.com

En savoir plus sur http://www.1taf.com/annonce/offre-emploi-cdd/mediateur-familial-familiale-h-f/jura-39/AN2110383

Audio : « Banlieues : ce sont les médiateurs qui en parlent le mieux « (France Bleu Paris Région)


Bondy Nord

« Depuis la violente interpellation de Théo et la mise en examen de quatre policiers, dont l’un pour viol, les tensions sont fortes en Ile-de-France. Dans les quartiers, pour ramener le calme, les médiateurs sont en première ligne. Nathalie Doménégo leur donne la parole.

Depuis le 2 février 2017, manifestations, affrontements avec la police et dégradations font la une de l’actualité. C’est la violente interpellation du jeune Théo, 22 ans, qui a mis le feu aux poudres. La mise en examen de quatre policiers, dont l’un pour viol, et les appels au calme de la famille, des associations et des élus, n’ont pas réussi à ramener la sérénité dans les quartiers sensibles

Les médiateurs en première ligne

Sur le terrain, dans les quartiers sensibles d’Ile-de-France, les associations et les médiateurs ne veulent pas baisser les bras même s’ils doivent redoubler d’effort pour continuer à défendre les valeurs de justice et d’égalité auprès des jeunes.

Avec l’affaire Théo, les médiateurs ont du mal à se faire entendre

Kélif Sofiane est responsable du service jeunesse de la ville de Bondy. Il se demande comment défendre ces valeurs de respect et de justice après ce qui s’est passé avec Théo. Dans le même service à Bondy, Hamidou Diol, s’énerve contre les médias « Quand il y a quelques petits abrutis qui viennent, qui font de la casse, on généralise tout de suite, alors qu’en fait, c’est vraiment pas la majorité« . Pour preuve, il rappelle que le lendemain des dégradations, des jeunes sont allés nettoyer le quartier avec des sacs-poubelle « et ça on l’a pas valorisé » regrette-t-il.

Réellement, on est là, on est solidaire, on est homogène : Hamidou Diol à Bondy

Amidou Diol en a assez des clichés. « Ici c’est la mixité, le vivre ensemble, qu’on essaye de mettre en place« , dit-il avec passion. « Le combat, c’est l’union » explique ce médiateur et ç’est sur cette idée qu’il veut que tous se mobilise.

Que dire à ces jeunes lorsqu’ils apprennent que la République elle-même, représentée par les forces de l’ordre, ne respectent pas ses valeurs ? Reportage à Bondy et Aulnay-Sous-Bois de Nathalie Doménégo

Nous ne pouvons pas vivre dans les stigmatisations perpétuelles : Hadama Traoré à Aulnay-sous-Bois

Hadama traoré à Aulnay-sous-Bois - Radio France
Hadama traoré à Aulnay-sous-Bois © Radio France – Nathalie Doménégo

Hadama Traoré est un enfant du quartier de la Rose des Vents à Aulnay. C’est aussi le quartier de Théo. Hadama Traoré connait ce quartier comme sa poche. Il salue tous ceux qu’il croise. Il connait tout le monde et tout le monde le connait.

Le quartier a changé… en bien

Ce quartier de la Rose des vents, à Aulnay, où Hadama Traoré a grandi, a changé… »en bien » dit-il. « Il fut un temps, une action comme Théo, cela aurait été quatre ou cinq jours d’émeutes alors que là, voilà, ça a brûlé quelques poubelles, quelques voitures..« . Dans le passé, cela aurait été bien pire, explique Hadama Traoré qui ne veut pas « se faire passer pour un bon samaritain« . « Quand j’étais jeune, avoue-t-il, « j’ai été interpellé à plusieurs reprises pour outrages et rébellion« .

J’avais comme un diable qui rentrait dans mon corps

Hadama Traoré reconnaît que « on a tellement une image négative du policier, que lorsqu’on voit un policier en face de nous, qui veut nous contrôler, on se met directement sur la défensive. Et la défensive crée le rapport de force« .

Quand il était enfant, il avait des difficultés scolaires, il était difficile à canaliser. Ce qui a changé sa vie, ce sont les cours de soutien mis en place par le Secours catholique. Il a passé son BAFA (diplôme d’animateur) et il est devenu animateur. Aujourd’hui, à 34 ans, c’est un autre homme. Il travaille depuis 2010 pour la ville d’Aulnay-sous-Bois à l’Antenne jeunesse. Il veut faire passer un message constructif à travers un mouvement citoyen qu’il vient de créer : La révolution est en marche. (Extrait francebleu.fr du 16/02/2017)

Document audio à consulter sur https://www.francebleu.fr/infos/societe/banlieues-ce-sont-les-mediateurs-qui-en-parlent-le-mieux-1487241465