Vidéo : « Uber: le médiateur reconnaît « l’impossibilité » de sa mission  » (BFMtv)


Capture4.PNG« Sur son blog, le médiateur Jacques Rapoport reconnaît « l’impossibilité » de réconcilier les syndicats de chauffeurs avec Uber, même s’il considère que les deux parties ont pu dialoguer.

LONGUENESSE (62) : A l’école primaire Léon-Blum, les jeunes médiateurs désamorcent les conflits entre élèves


Une petite partie de la première promotion des délégués médiateurs dans l’espace dédié aux séances de médiation.

« L’école primaire de Longuenesse a inauguré un dispositif de médiation original. Quinze enfants, élus délégués médiateurs, se partagent la mission de tenter d’enrayer les conflits dans la cour de récré. Leurs jeunes camarades les sollicitent pour désamorcer les querelles. Il est ici beaucoup question d’émotions.

Dans la bibliothèque, un coin confortable a été aménagé pour les séances de médiation. L’école Léon-Blum innove avec quinze délégués médiateurs. Élus des classes de CE1 au CM2, ils revêtent à tour de rôle leur chasuble jaune fluo dans la cour. Les élèves pris dans un conflit peuvent venir les trouver pour demander une médiation, «  toujours le lendemain, expliquent doctement les jeunes Longuenessois, sinon ils seront encore énervés…  » (Extrait de lavoixdunord.fr du 9/02/2017)

En savoir plus sur http://www.lavoixdunord.fr/116448/article/2017-02-09/leon-blum-les-jeunes-mediateurs-desamorcent-les-conflits-entre-eleves

Médiation scolaire : avec les médiateurs, l’école retrouve son calme


Avec les médiateurs, l'école retrouve son calme

« Depuis 2012, des médiateurs sont présents dans une cinquantaine de collèges en quartier prioritaire. Une présence qui apaise les tensions, favorise la réussite des élèves et la bonne marche de l’établissement.

Il est 15h35, la cloche sonne au collège Jean Lurçat à Achères (78), c’est l’heure de la récréation. Jenny Armoogum se mêle aux élèves, dans la cour. Aussitôt, elle aperçoit un groupe de garçons qui chahutent. L’un tombe à terre. Rien de grave : ils lui expliquent « s’amuser », tout simplement. Depuis début 2013, cette médiatrice scolaire, employée par une association bretonne est présente dans l’établissement, quatre journées par semaine. Le temps restant, elle intervient dans deux écoles élémentaires voisines. Karine Bouscharain, principale adjointe du collège, souligne l’importance de sa présence. « Cela permet d’apaiser très vite les conflits. L’échelle de temps des adolescents est différente de celle des adultes, eux sont dans l’immédiateté. Si un litige n’est pas réglé rapidement, ils trouvent leurs propres solutions : bataille entre groupes rivaux, rumeurs, règlement de compte sur les réseaux sociaux… » C’est là que la médiatrice intervient, leur proposant un rendez-vous pour qu’ils puissent s’expliquer. Chacun peut alors exprimer son ressenti et donner sa version des faits. « Au début, ils n’évoquent que ce qui vient de se passer, puis parviennent à remonter aux racines du problème. Ils trouvent, alors, ensemble un accord », se félicite Jenny. » (extrait de femmeactuelle.fr du 7/02/2017)

En savoir plus sur http://www.femmeactuelle.fr/actu/dossiers-d-actualite/mediateur-conflits-ecole-36560

Statistiques 2016 de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation (CNPM)-activités des membres en 2016 et sociologie des membres 2017


Ecole Professionnelle de la Médiation et de la Négociation

« L’année 2016 a vu pour la première année la mise en place par le syndicat des médiateurs professionnels une enquête statistique sur l’ensemble de ses membres (plus de 200 en 2016). Tirons aujourd’hui les enseignements des résultats de cette étude.

Tout d’abord, le pourcentage de réponse au questionnaire est de l’ordre de 40%. Il portait sur le nombre de médiations réalisées et réussies (résolution de conflit) et sur le nombre d’accompagnements réalisés utilisant les outils de la qualité relationnelle, ce que l’on appelle l’accompagnement à la qualité relationnelle.

Des éléments sociologiques de cette étude nous en apprennent un peu plus sur les médiateurs professionnels des adhérents 2017 de notre organisation.(Extrait de epmn.fr/2017 )

En savoir plus sur http://www.epmn.fr/2017/02/profession-mediateur-statistiques-2016-2017.html

Nîmes : une médiation réussie après dix ans de conflit portant sur le paiement d’heures supplémentaires à l’Ifac (Institut de formation d’animation et de conseil)


Nîmes : une médiation réussie des salariés après dix ans de conflit

« Seize mois de médiation pour venir à bout d’un conflit social vieux de dix ans ! Depuis 2006, des animateurs et directeurs employés dans les centres de loisirs sans hébergement de Nîmes réclamaient le paiement de leurs heures supplémentaires à l’Ifac (Institut de formation d’animation et de conseil), leur employeur. Les années passant, le conflit s’était enlisé, chacune des parties restant sur ses positions.

Obtenir un accord global mais individualisé

Déboutés par le conseil des prud’hommes en 2009, les salariés – une partie d’entre eux est toujours salariée de l’Ifac – avaient fait appel. Guenaël Gallo, président de la chambre sociale de la cour d’appel, avait alors proposé aux deux parties, en mai 2015, une médiation prévue par les textes. « Cette opportunité a été immédiatement acceptée par l’Ifac », déclare Me Emmanuel Durand, représentant l’employeur. »

La dernière expertise ordonnée par la cour n’avait rien donné. Il y avait un blocage. C’était un dossier compliqué », commente Me Ève Soulier, l’avocate des salariés, favorable à cette alternative. Le centre Médiation-Net a été désigné pour conduire cette médiation atypique par le nombre de parties en litige. Chaque salarié a été reçu par les médiateurs, le but étant d’obtenir un accord global mais individualisé. En septembre dernier, 36 des 38 salariés ayant participé à cette médiation et leur employeur ont signé ce protocole d’accord individuel homologué fin décembre par la cour d’appel.  » (Extrait de midilibre.fr du 9/02/2017)

En savoir plus sur http://www.midilibre.fr/2017/02/09/une-mediation-reussie-apres-dix-ans-de-conflit,1464868.php