Audio : la médiation des évêques a permis de trouver un accord politique en République démocratiques du Congo (Radio Vatican)


Entretien – Heureux, soulagés mais vigilants… En République démocratiques du Congo, les évêques se sont félicités de l’accord politique trouvé samedi soir, sous la supervision de leur conférence épiscopale, la Cenco. Il prévoit le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila qui ne pourra pas se représenter aux élections présidentielle et législatives de fin d’année. Il devra entre temps nommer un premier ministre issu de l’opposition et le processus sera supervisé par un Conseil national de transition présidé par l’opposant historique Étienne Tshisekedi.

Reste maintenant à convaincre la population du bien-fondé de l’accord. Le père Jean-Pierre Bodjoko, sj, a interrogé Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani et président de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

(Extrait de radiovaticana.va du 2/1/2017)

Entretien à consulter sur http://fr.radiovaticana.va/news/2017/01/02/rdc__la_m%c3%a9diation_des_%c3%a9v%c3%aaques_a_permis_un_accord_politique/1283205

Belgique : une médiation gratuite pour les conflits à Hesbaye


Pour vous aider à vous entendre entre voisins.

« Régulièrement appelés pour des conflits de voisinage, les policiers se trouvaient souvent désarmés. Faire appel à la justice de Paix était la seule réponse qu’ils pouvaient souvent apporter aux citoyens. En région hesbignonne, la médiatrice de la Ville va désormais pouvoir agir et proposer des médiations sociales aux 9 communes que couvre la zone de police. » (Extrait de lameuse.be du 2/01/2017)

En savoir plus sur http://huy-waremme.lameuse.be/27728/article/2017-01-02/hesbayeune-mediation-gratuite-pour-vos-conflits

Vidéo : La médiation se développe au TGI de Guéret (France Info et France 3 Limousin)


Capture1.PNG« Mise en place du nouveau dispositif de médiation au TGI de Guéret

Depuis novembre dernier à Guéret (Creuse) de nouvelles permanences juridiques sont proposées au Tribunal de Grande Instance. Elles s’inscrivent dans le dispositif de médiation impulsé par le ministère de la Justice. le but : régler les litiges par conciliation ou à l’amiable. Intervenants : Nathalie Courtois, présidente TGI de Guéret; Maître Muriel Nogues, avocate et médiatrice; Maître Blandine Marty, avocate spécialisée droit des étrangers; Rachid, migrant (Soudan, Darfour). Reportage : Marielle Camp; Nicolas Chigot; Marion Haranger.  –  France 3 Limousin

La médiation est encouragée par le ministère de la Justice qui a mis en place un dispositif d’accès au droit. C’est ainsi que depuis novembre dernier, de nouvelles permanences juridiques sont proposées au public au Tribunal de Grande Instance de Guéret (Creuse). Une demi-douzaine d’avocats répond à la demande de justiciables de plus en plus nombreux.

Il s’agit de simplifier les démarches en cas de litige en optant pour une conciliation entre les parties opposées soit en tentant de régler un conflit à l’amiable. Plus simple, plus souple et plus rapide dans bien des cas, la médiation se veut aussi plus humaine. » (Extrait de france3-regions.francetvinfo.fr/limousin du 2/1/2017)

Les conciliateurs de justice sont très sollicités en Sarthe


Poignée de mains (illustration)

« 504 dossiers déposés en 2015, 290 solutionnés. Les conciliateurs de justice sont très sollicités dans le département. Au nombre de 30 et avec des compétences particulières pour chacun d’entre eux, ces médiateurs règlent des conflits et tentent d’éviter les procès.

Désengorger les tribunaux. C’est l’objectif des conciliateurs de justice. Le 18 novembre dernier ces médiateurs ont vu leur rôle être renforcé par la loi de « modernisation de la justice du 21e siècle« . L’idée c’est qu’un règlement à l’amiable doit être tenté au préalable pour tout litige inférieur à moins de 10 000 €. Si un justiciable saisi le tribunal directement, celui-ci pourra juger irrecevable sa plainte

60 à 70% de litiges résolus par un conciliateur

À Coulaines, une fois par mois Joseph Garnier, conciliateur de justice, reçoit dans sa permanence à la mairie, deux personnes ou deux parties en conflit. Cet homme de 67 ans conseille et tente d’apaiser les choses. « Dans nos permanences, nous avons entre 60 et 70% de réussite » explique le conciliateur. C’est à dire des affaires réglées. « En général les gens qui viennent nous voir n’ont pas encore entamé de conflit judiciaire et donc parfois nous arrivons à leur trouver une solution qui va apporter une chance à chacun. La conciliation c’est la solution des parties alors que dans un jugement il y a forcément un perdant » termine l’homme. » (Extrait de francebleu.fr du 2/1/2017)

En savoir plus sur https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/les-conciliateurs-de-justice-sont-tres-sollicites-en-sarthe-1482255855