Suisse : « La médiation reste très peu pratiquée »


« Les moyens de résolution des différends du XXIe siècle ont évolué. «Aujourd’hui, on a tendance, en cas de conflit, à se précipiter vers la justice ou vers l’arbitrage», souligne Jean Mirimanoff, médiateur assermenté et agréé par la Chambre suisse de médiation commerciale (CSMC). Or, selon cet ancien juge civil, «il existe une autre manière de voir le conflit et de le résoudre: la médiation. Entrée dans les mœurs aux Etats-Unis, cette solution reste encore trop peu connue en Suisse.

Elle permet pourtant aux parties en conflit d’être les principales actrices de la construction de leur accord.» D’adversaires, les parties deviennent des partenaires dans le processus. Le médiateur, quant à lui, n’est là que pour les aider à communiquer et à négocier. Il s’abstient de leur donner sa solution à lui, contrairement au conciliateur.

«La médiation repose sur le pari positif que chaque partie à un conflit possède les ressources et les compétences suffisantes – avec l’aide d’un tiers, la médiatrice ou le médiateur – pour trouver par elle-même une solution au conflit avantageuse à ses intérêts», écrit François Longchamp, président du Conseil d’Etat genevois, en introduction d’un fascicule signé par Jean Mirimanoff sur la médiation, disponible sur le site du Département de la Sécurité et de l’Economie. Pour le président de l’Exécutif genevois, la médiation est un «complément indispensable aux moyens juridictionnels et arbitraux». (Extrait de bilan.ch du 7/12/2016)

En savoir plus sur http://www.bilan.ch/economie-plus-de-redaction/mediation-reste-tres-pratiquee

Plan Touraine contre la souffrance des soignants : un médiateur oui, mais avec quel pouvoir et quelle indépendance ?


« La mise en place d’un médiateur national qui interviendrait pour résoudre certains conflits internes pose question. Bernard Granger, membre de l’association des amis de Jean-Louis Megnien observe pour le site Pourquoi Docteur : « La médiation est effectivement capitale lorsque quelqu’un se plaint d’être maltraité, qu’il existe des dissensions ou des conflits. Néanmoins, ces missions de médiations existent déjà et elles se déroulent parfois dans des conditions déséquilibrées avec des agents de l’administration » constate-t-il insistant sur le fait que la médiation doit être confiée à des intervenants extérieurs. De son côté, dans le Parisien, Philippe Halimi, président de l’association juge l’initiative intéressante mais regrette l’absence de volet répressif. » (Extrait de .jim.fr/medecin/actualite du 6/12/2016)

En savoir plus sur http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/plan_touraine_contre_la_souffrance_des_soignants_circonspections_et_critiques_162549/document_actu_pro.phtml

Conflit CNR (suite) : la CGT se déclare plutôt satisfaite du document proposé par le médiateur désigné par le préfet de région


« La mission de médiation confiée, fin novembre, à Philippe Dhenin, ingénieur des Ponts et Chaussées et ancien dg adjoint à la région Rhône-Alpes, s’achèvera le 8 décembre. La dernière réunion avec les instances syndicales et la direction s’est tenue lundi soir. Elle a abouti à un « relevé de conclusions » qui doit maintenant être signé par les différentes parties d’ici à jeudi soir.

Le document sera alors transmis à Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des transports. Ce calendrier a été contraint pour tenir le rendez-vous du CCE de la CNR convoqué le 16 décembre prochain à Lyon et devant rendre son avis sur le projet de nouvelle organisation. » (Extrait de acteursdeleconomie.latribune.fr  du 7/12/2016)

En savoir plus sur http://acteursdeleconomie.latribune.fr/strategie/energie/2016-12-07/cnr-une-sortie-de-crise-en-bonne-voie.html