« Le médiateur veut-il tuer la concurrence dans l’énergie ? » par Gael Duval (PDG de JeChange.fr )


Gaël Duval, PDG de JeChange.fr

« L’édition 2016 du baromètre « Info-Énergie » réalisée au mois de septembre est formelle et sans appel. La perception positive de l’ouverture des marchés du gaz et de l’électricité continue à progresser chez les Français, qui sont désormais 68% à la considérer d’un bon œil. Pas étonnant si l’on considère que 37% d’entre eux estiment que changer de fournisseur d’énergie « en vaut la peine au regard des économies possibles », selon une étude OpinionWay pour JeChange.fr.

Au-delà, 24% des Français disent même envisager un tel changement dans un avenir proche, soit une part considérable du marché ! Pour autant, cela ne suscite pas un enthousiasme débordant chez le médiateur de l’énergie, qui préfère souligner dans son communiqué officiel… que 76% n’ont donc pas l’intention de changer.

Ce biais d’interprétation, repris sans précaution par de nombreux titres de la presse française, pourrait paraître anodin s’il ne constituait pas un phénomène récurrent et assez dérangeant dans la communication du médiateur. Monsieur Jean Gaubert, qui s’était déclaré personnellement hostile à l’ouverture des marchés de l’énergie après sa nomination en 2013, ferait-il tout pour imposer sa grille de lecture et saboter un processus dont les effets bénéfiques sur le pouvoir d’achat des Français sont, pourtant, largement documentés ?  » (Extrait de latribune.fr  du 30/10/2016)

En savoir plus sur http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/le-mediateur-veut-il-tuer-la-concurrence-dans-l-energie-610955.html

Formation à Paris : diplôme universitaire de médiateur du Travail


Slide background

Formation oragnisée par Place de la Médiation et l’Université de Cergy-Pontoise

« Les objectifs de la formation

Former à la médiation tout acteur concerné par la gestion et la prévention des tensions au travail pour favoriser la Qualité de Vie au Travail (QVT). Ce programme de 21 jours, répartis en 3 cycles (cycles 1 et 2 [9 jours] et cycle 3 [12 jours]), permet d’acquérir les méthodologies, techniques et outils de la médiation curative et/ou préventive.

Le  public  concerné  

Acteurs internes et externes de la médiation et de la prévention des risques psychosociaux (RPS) : DRH, RRH, encadrants, managers, représentants du personnel, membres du CHSCT, assistantes sociales, experts en santé au travail, intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP), coachs, consultants, psychologues, médiateurs… Le cycle 3 est accessible de plein droit aux titulaires du certificat de médiateur du travail délivré par Place de la Médiation depuis 2012. Pour les publics autres que les certifiés, la sélection se fait sur dossier et entretien.   » (Extrait de

En savoir plus sur http://www.placedelamediation.com/

Vidéo : « Médiation & Sécurité »: témoignages de différents pays européens


Capture efus.PNG

« Vidéo a été réalisée par le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus) à partir des principes de son Manifeste d’Aubervilliers et Saint-Denis et des témoignages recueillis auprès d’acteurs du tourisme et de la vie urbaine dans différents pays. » (Extrait de youtube.com )

Vidéo à consulter sur https://www.youtube.com/watch?v=qFD-ddR7czo

Tours : une équipe de médiation sociale pour gérer les conflits et les troubles de voisinage


Les médiateurs sociaux de VTH sont aussi présents sur le terrain lors des visites de quartier ou les « voisinades ». - Les médiateurs sociaux de VTH sont aussi présents sur le terrain lors des visites de quartier ou les « voisinades ». - (Photo Val Touraine Habitat)

« Une fête qui se prolonge tard dans la nuit, une sono qui fait trembler les murs, des portes qui claquent, des poubelles qui traînent, un chien qui aboye sans considération… Les sources de conflits peuvent être multiples et variées dans un logement collectif. Et manifestement, la situation se dégrade. « Les incivilités augmentent. Les gens se respectent moins qu’avant. Ils ont de plus en plus de mal à vivre les uns avec les autres », constate Jean-Luc Triollet, directeur de Val Touraine Habitat.

Les problèmes sont devenus tellement récurrents que l’office départemental de l’habitat a décidé de créer en septembre 2015 un service dédié à la médiation et à la tranquillité. Constitué de quatre agents spécialisés, celui-ci intervient pour tous les troubles de « niveau 2 », lorsque les situations deviennent réellement conflictuelles et qu’elle ne peuvent plus être gérées par les acteurs de terrain : gardiens d’immeubles, travailleurs sociaux, responsables de secteur.

Deux cents interventions en un an

En une année, le pôle médiation de Val Touraine Habitat a ainsi été sollicité à plus de 200 reprises ; essentiellement pour des nuisances sonores et des tapages nocturnes mais aussi pour des conflits de personnes, des problèmes de salubrité, des squats de logements ou des agressions verbales voire physiques. « Toutes nos interventions sont actées et nos procédures sont graduelles, du simple courrier de rappel à l’ordre jusqu’ à l’expulsion », indique Claire Eveno, la responsable du pôle qui a été quinze ans officier de police judiciaire en gendarmerie.
« Dans tous les cas, nous établissons un dialogue avec les personnes incriminées. Bien souvent, il suffit de parler pour régler les problèmes », ajoute Jean-Luc Triollet, qui évoque un bilan « plus que positif ».
Ce service de médiation social est devenu tellement nécessaire que Val Touraine Habitat a décidé de le renforcer. Au début de l’année prochaine, un cinquième agent devrait être recruté. Avec ses collègues, il aura aussi pour mission de veiller aux bonnes relations entre les locataires et les entreprises dans le cadre des grands chantiers de réhabilitation de l’office départemental de l’habitat. « Nous ne sommes pas seulement dans la coercition. Nous faisons aussi de la prévention », poursuit Jean-Luc Triollet en évoquant la présence des médiateurs sur le terrain lors des visites de quartiers ou les « voisinades » organisées entre locataires. « Notre objectif, c’est de récréer du lien social. Ce n’est pas de mettre les gens à la porte », insiste-t-il. » (Extrait de lanouvellerepublique.fr 2/11/2016)

En savoir plus sur http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/11/02/Souvent-il-suffit-de-parler-pour-regler-les-problemes-2889124

Québec : Les négociations contractuelles à la STO se poursuivront devant un médiateur


Les chauffeurs de la STO sont sans contrat de travail depuis près de deux ans.

« Les pourparlers entre la Société de transport de l’Outaouais (STO) et ses chauffeurs sont au point mort.

Selon le syndicat des chauffeurs, l’étape de la conciliation a pris fin la semaine dernière en raison d’une mésentente.

Le président du syndicat, Félix Gendron, affirme que le port du chandail jaune par ses membres va se poursuivre et que la question a été soulevée en conciliation.

la STO, la porte-parole Céline Gauthier affirme que c’est le syndicat qui a mis fin aux pourparlers.

Les discussions doivent reprendre en présence d’un médiateur le 14 novembre.

Les chauffeurs de la STO sont sans contrat de travail depuis décembre 2014. » (Extrait de ici.radio-canada.ca du 1/11/2016)

En savoir plus sur http://ici.radio-canada.ca/regions/ottawa/2016/11/01/009-negociations-contrat-chauffeurs-sto-mediateur-conciliation.shtml