Béziers : Le diplôme « médiation » est-il mort-né ?


L'IUT de Béziers.  Photo A.M.

« Tout était bouclé. La première année du diplôme universitaire « carrière sociale » devait commencer en septembre, mais il manque 150 000 euros.Antonio Fulleda, président de l’Association de recherche en médiation, déplore ce possible échec pour un DUT porteur d’emplois autour du « vivre-ensemble ».

 Qualifier des cadres intermédiaires de proximité, des agents de développement et des médiateurs intervenant dans les quartiers populaires et capables de recueillir et de mettre en forme la parole recueillie auprès des habitants avant qu’elle ne soit transmise aux pouvoirs publics locaux. C’est à cette seule condition que les nouveaux contrats de ville parviendront à construire une meilleure articulation entre l’urbain et le social et à favoriser la mise en œuvre d’une démocratie de proximité ». C’est un des arguments présentés dans la demande d’ouverture, à Béziers, d’un DUT (diplôme universitaire de technologie) « Carrière sociale, option gestion urbaine ». Une demande formulée à la fois par la direction de l’antenne Du Guesclin de l’université Paul-Valéry et celle de l’IUT de Béziers (Université de Montpellier) ». (Extrait de lamarseillaise.fr du 21/10/2016)

Publicités

Narbonne : la médiation par les élèves entre au collège Montesquieu


Narbonne : la médiation par les élèves entre au collège

« Les élèves de Montesquieu expérimentent depuis peu une initiative originale qui vise à les responsabiliser. Ils ont pour mission de dénouer les conflits entre leurs camarades. » (Extrait de .midilibre.fr 19/10/2016)

En savoir plus http://www.midilibre.fr/2016/10/18/poser-des-mots-sur-les-maux,1411058.php

Togo : Attribution et rôle du Médiateur de la République clarifiés


Togo : Attribution et rôle du Médiateur de la République clarifiés

« LeConseil des ministres Rechercher Conseil des ministres qui s’est tenu hier mercredi à Lomé a défini les services duMédiateur de la République Rechercher Médiateur de la Républiqueainsi que les règles de leur fonctionnement.

En rappelant le rôle assigné au Médiateur de la République, le Conseil a rappelé que « la Constitution du 14 octobre 1992, en son article 154, institue unMédiateur de la République Rechercher Médiateur de la République chargé de jouer le rôle de facilitateur dans le règlement des conflits qui peuvent naître entre l’Administration et les citoyens. Ce décret dote leMédiateur de la République RechercherMédiateur de la République de structures adaptées aux exigences de ses missions, de manière à lui permettre de s’atteler aux tâches qui lui incombent, et de jouer pleinement et efficacement son rôle d’intercesseur entre l’Administration publique et les administrés ».

En ce qui concerne le poste du Médiateur de la République, rappelons que le fauteuil est actuellement occupé par Mme Awa Nana Daboya. Cette dernière a été nommée le 24 décembre 2014 et officie en même temps comme la présidente d’un Haut-commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN).

A ce titre, elle se charge de veiller à la mise en œuvre des recommandations de la Commission Vérité, justice et réconciliation (CVJR), de veiller à l’instauration d’un climat social et politique apaisé nécessaire à la réconciliation et d’organiser le processus d’indemnisation des victimes nées des différentes situations de crises qui ont marqué le Togo entre 1960 et 2005. » (extrait de koaci.com du 20/10/2016)

En savoir plus http://koaci.com/togo-attribution-role-mediateur-republique-clarifies-103048.html

iTELE: les grévistes veulent un médiateur


Édition du samedi 22 octobre 2016

« Les salariés d’iTELE ont décidé massivement vendredi de reconduire leur grève jusqu’à lundi, déçus par l’échec des négociations avec la direction, et réclamé au gouvernement la nomination d’un médiateur pour sortir d’un blocage sans précédent pour la chaîne de Vincent Bolloré. (…)ette rencontre n’a malheureusement pas permis d’aboutir à une sortie de crise, la direction des groupes Vivendi et Canal+ ne répondant favorablement à aucune des demandes des représentants de la rédaction d’iTELE et des organisations syndicales et se contentant d’annoncer le report du lancement de CNews », le nouveau nom que doit prendre la chaîne, a souligné la SDJ dans un communiqué.

« Dans ces conditions, la rédaction d’iTELE et les organisations syndicales demandent au ministère de la Culture et de la Communication la nomination immédiate d’un médiateur chargé d’aider les parties à trouver une solution à ce conflit, le plus long de l’histoire d’iTELE ».

Une démarche que le ministère avait déjà mise en oeuvre pour mettre fin au très long conflit à Radio France au printemps 2015. » (Extrait de lefigaro.fr du 21/10/2016)

En savoir plus sur http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/10/21/97002-20161021FILWWW00375-itele-les-grevistes-veulent-un-mediateur.php

Belgique : le ministre de la Justice Koen Geens souhaite que la médiation judiciaire en matière commerciale se développe


Plutôt qu’un long et coûteux procès, la médiation permet souvent d’arriver à un compromis satisfaisant.

« Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) souhaite que la médiation judiciaire se développe parce qu’elle serait mieux adaptée à la résolution de certains conflits, plus adaptée en tout cas qu’un long et coûteux procès.

La médiation est déjà pas mal pratiquée dans le droit familial, mais elle peut aussi offrir une alternative intéressante dans les conflits de type commercial.

Au Tribunal de Commerce à Namur, une fois par mois, le juge convoque des justiciables pour leur proposer cette procédure alternative, particulièrement indiquée lorsque les conflits sont chargés d’émotion.

Un acheteur mécontent, des associés qui se disputent, un propriétaire qui poursuit l’entrepreneur de sa maison… quelle que soit la matière, le juge du Tribunal de Commerce peut estimer que le procès n’est pas la meilleure voie pour résoudre un conflit.

« Je les convoque pour leur donner les premiers éléments d’information sur la possibilité d’en terminer amiablement par le jeu d’une médiation, explique Etienne Hody. Il y a simplement des conflits dans lesquels les éléments les plus affectifs peuvent éventuellement intervenir, et dans lesquels alors il y a place pour une médiation.« 

Marielle Schumacker, avocate et médiatrice, se souvient avoir réglé un conflit après avoir compris que l’épouse d’une des parties étaient gravement malade, ce qui a priori n’avait rien à voir avec le dossier. Et, selon elle, la médiation permettrait souvent d’éviter de longues et coûteuses procédures.

« En droit de la construction, on constate aussi que, au bout de 7, 8, 9 ans de procédure, l’entrepreneur est en faillite. Celui-ci reçoit le jugement et sait ce qu’il va devoir payer. Il dépose le bilan parce que sa société n’a pas les moyens de faire face« , développe-t-elle.

Au Tribunal de Commerce de Namur, cette procédure de médiation est proposée dans environ 10% des cas. « Le chiffre que je trouve le plus intéressant, c’est qu’en réalité, une fois qu’on convainc les gens d’entrer en médiation, on est à un taux de réussite de 75 à 80%« , poursuit Etienne Hody. » (Extrait de rtbf.be du 21/10/2016)

En savoir plus sur https://www.rtbf.be/info/regions/detail_la-mediation-commerciale-a-namur-on-y-a-deja-recours-avec-un-certain-succes?id=9436218