Orléans : les médiateurs se forment… au collège Alain-Fournier


Les adultes formeront des collégiens pour devenir des médiateurs.

« Vendredi, une formation de médiateur a eu lieu au collège Alain-Fournier.

Présentée par François Cribier, formateur pour l’association Génération médiateurs, cette dernière avait pour thème la gestion des conflits et la médiation par les pairs « ou la médiation des élèves par leurs camarades. »

« Compétences relationnelles »

« Cette formation permet de donner aux adultes, puis aux enfants, des compétences relationnelles, en tenant compte des émotions et des besoins de chacun. Quatre grands chapitres ont été abordés : la connaissance et l’estime de soi, la communication, l’écoute et l’affirmation de soi sans violence. »

Les enseignants présents formeront ensuite des élèves, qui deviendront eux-mêmes des médiateurs. » (Extrait de larep.fr du 12/10/2016)

En savoir plus sur http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/orleans-metropole/2016/10/12/les-mediateurs-se-forment-au-college_12109848.html#

Publicités

Vidéo : « Devriez-vous conduire une médiation de groupe et une médiation interpersonnelle de la même manière ?  » par Jean Poitras Ph.D.


.

 

« Alors que les conflits interpersonnels impliquent deux individus, les conflits de groupe met en cause généralement deux clans. Or la présence de plusieurs personnes mêlées à un conflit peut créer un effet de groupe. Par exemple, il a été démontrer que les individus en situation de groupe sont davantage polarisés et intransigeants qu’en situation de dyade. Devriez-vous tenir compte de ce phénomène lorsque vous planifier votre stratégie de médiation ? Selon une récente étude, il semble que oui. En effet, l’efficacité des stratégies de facilitation et de pressions peut varier en fonction du type de conflit. Qu’est-ce que cela signifie pour les médiateurs? (Extrait de sherpamediation.com )

Vidéo à consulter sur http://www.sherpamediation.com/2016/10/devriez-vous-conduire-une-mediation-de.html

Belgique : À Tournai, la médiation plutôt que d’en venir aux mains



Yasmina Thiry, Céline Capoen et Benjamin Byache aux côtés du bourgmestre de Tournai.

« Une médiation, plutôt que d’en venir aux mains ou de se retrouver devant un juge de paix. C’est possible à Tournai, grâce à l’équipe du SAIS et à son équipe de médiateurs. Une semaine spéciale permet de découvrir ce système trop souvent sous-exploité.

Dès ce lundi 17 octobre, dans le cadre de la semaine de médiation, des actions seront menées dans l’entité pour promouvoir le dialogue entre personnes qui s’opposent. Et les cas de figure peuvent être nombreux. » (Exrait de nordeclair.be du 16/10/2016)

En savoir plus sur http://www.nordeclair.be/1696416/article/2016-10-16/a-tournai-la-mediation-plutot-que-d-en-venir-aux-mains

Digne-les-Bains (04) : La ville se dote d’un médiateur communal


_dsc4238

« Patricia Granet-Brunello, Maire de Digne-les-Bains, et Martine Bonnet, adjointe au  maire déléguée à la démocratie participative et à la communication, ont présenté à la presse ce matin le nouveau médiateur communal qui exerce à titre bénévole. Il a pour mission de faciliter la résolution amiable des litiges entre les usagers et les services de la ville de Digne-les-Bains, en toute indépendance.

Ni juge, ni arbitre, il est à la recherche de solutions équitables.

La ville de Digne-les-Bains a créé la fonction de médiateur communal pour compléter les prestations envers les citoyens et améliorer les relations entre usagers et services municipaux. L’objectif de la médiation est de faciliter, en dehors de toute procédure judiciaire le règlement à l’amiable des différends qui peuvent surgir entre les particuliers et l’administration communale de Digne-les-Bains. Le médiateur a aussi la possibilité de faire des propositions de réforme de l’administration communale pour améliorer si nécessaire la qualité des relations et des réponses apportées aux usagers par les différents services de la ville de Digne-les-Bains. » (Extrait de dignelesbains.fr du 17/10/2016)

En savoir plus sur http://www.dignelesbains.fr/2016/10/digne-se-dote-dun-mediateur-communal/

Belgique : recourir à la médiation pour résoudre un litige se popularise mais reste minoritaire


« Plus de 5.000 conflits en 2015 ont été réglé par une procédure de médiation, contre 4.300 en 2013. La majorité était d’ordre familial, avec principalement des questions liées aux familles recomposées. Une procédure de médiation dure en moyenne 83 jours et le médiateur rencontre les parties concernées entre trois et six fois, ressort-il du baromètre. Le médiateur, payé entre 50 et 150 euros de l’heure, facture aux parties environ douze heures de travail. La Belgique compte au total 1.457 médiateurs reconnus. La médiation a clairement le vent en poupe mais elle reste très minoritaire par rapport au nombre de procédures engagées devant les tribunaux. « La tendance reste de faire appel au tribunal », souligne la Commission fédérale de médiation. « Un changement de mentalité est impératif ». Le ministre de la Justice, Koen Geens, a émis lundi quelques propositions concrètes pour valoriser la médiation au sein du système judiciaire. « Si des personnes refusent la médiation, elles devront motiver leur décision et pourront être questionnées à ce propos », a-t-il avancé. Il souhaite également abaisser le seuil de la médiation et informer mieux et plus rapidement les parties sur les possibilités dont elles disposent pour résoudre leur litige. La profession de médiateur sera valorisée et protégée et la structure et la mission de la Commission fédérale de médiation seront modernisées. » (Extrait de levif.be du 17/10/2016)

En savoir plus sur http://www.levif.be/actualite/belgique/recourir-a-la-mediation-pour-resoudre-un-litige-se-popularise-mais-reste-minoritaire/article-belga-562925.html