ARMENTIÈRES : une médiation a été proposée par la Cour d’appel de Douai à propos d’un conflit relatif à la gestion de la mosquée d’Armentières


Les tensions remontent à 2013 au sein de la mosquée elle pourraient trouver une issue dans les prochains mois.  photo archives Thoma Lo presti

« En juin, la Cour d’appel de Douai avait convoqué les deux parties qui s’opposent depuis 2013 à la mosquée d’Armentières pour une médiation. La rencontre a eu lieu en septembre et après trois semaines de négociations et de rebondissements, un accord a été trouvé entre les parties. (…)

Des négociations ont été engagées. Objectif  : s’entendre avant d’entamer le processus de médiation. Une médiation qui doit permettre d’organiser, dans un premier temps sous l’égide d’un médiateur désigné par le président de la Cour d’appel, des élections.

Si les deux parties étaient d’accord sur le principe, il a fallu faire des concessions sur les modalités. Mais un accord a enfin été trouvé en fin de semaine dernière.

Il a été décidé que les membres fondateurs et bienfaiteurs n’auront pas de statut particulier et que toute personne à jour de ses cotisations (pour les autres, elles ont un mois à compter de la date de l’arrêt pour régulariser leur situation) sera éligible et électeur, explique Me Ismi, avocat de M. Hammoudi et consort jusque juillet puisque depuis les opposants se sont divisés .

Autre point d’accord : l’annonce de ces élections par tous moyens (SMS, mail, oralement) en plus de l’affichage. » (Extrait de avoixdunord.fr du 11/10/2016)

En savoir plus sur http://www.lavoixdunord.fr/57933/article/2016-10-11/mosquee-une-mediation-enclenchee-mais-dans-un-contexte-pas-si-apaise

Publicités

Guyane : des médiateurs de la RCT contre les agressions et les incivilités


Des médiateurs de la RCT contre les agressions et les incivilités

« Olivier Goudet, le responsable du service prévention médiation sécurité et coordination du réseau à la Régie communautaire de transport, a mis en place un dispositif pour éviter les agressions et les incivilités lorsque les bus arrivent aux terminus.

Une quinzaine de médiateurs est déployée ce samedi matin devant les terminus de lignes situés à côté du marché de Cayenne. Dès qu’un bus approchait de son emplacement, les médiateurs géraient l’embarquement des passagers : certains dirigeaient les passagers vers le fond du bus pour laisser les premières places aux personnes âgées, d’autres surveillaient la foule afin d’éviter les pickpockets. Une petite délinquance plus que fréquente aux abords de ces terminus. Teddy, chauffeur depuis un an, salue l’initiative. « C’est une démarche qui nous soulage car lorsque les médiateurs sont là, les gens sont gentils. »
Cette organisation bien rodée devrait être pérennisée par Olivier Goudet, responsable de la sécurité et de la médiation à la Régie communautaire de transport (RCT), a l’intention de pérenniser. « Je cherche une vraie rentabilité d’action. L’association Couleurs Guyane va faire l’acquisition d’un véhicule, avant la fin de l’année, pour les interventions en cas d’agressions ou d’actes d’incivilités dans les bus ou lors d’un arrêt. Le véhicule sera mis à la disposition des cadres de l’association qui pourront intervenir rapidement pour faire cesser le trouble. » (Extrait de franceguyane.fr du

Congo : un centre d’arbitrage et de médiation ouvert à Brazzaville


« Après le lancement du centre de Pointe-Noire bientôt une année, le tour est revenu à la chambre de commerce de Brazzaville de rendre opérationnel le dispositif dont la mission sera d’assurer la transparence et la sécurité juridique des transactions.

« Nous sommes en charge du secteur des PME, de l’artisanat et du secteur informel qui appelle au quotidien, à l’usage d’un instrument que nous allons mettre en place aujourd’hui. Ce dispositif fait partie des conditions essentielles qui nous permettront d’améliorer le classement du Congo dans le Doing business. Cet instrument est aussi indispensable pour les chefs d’entreprise, car il nous est arrivé d’attendre un mois ou plusieurs années, pour avoir le règlement d’un litige », a indiqué le président de la Chambre de commerce de Brazzaville, Paul Obambi.

Présidant la cérémonie d’ouverture de ce centre, le ministre du Commerce extérieur et de la Consommation, Landry Kolélas a souligné que cette structure vient mettre un terme aux diverses difficultés éprouvées par les opérateurs économiques opérant dans la ville capitale qui, pendant des années, ont exercé leurs activités dans un contexte juridique marqué par la présence unique des juridictions étatiques. » (Extrait de journaldebrazza.com du 11/10/2016)

En savoir plus sur http://www.journaldebrazza.com/article.php?aid=8505