Suisse : La signature de l’accord de paix en Colombie et le point de vue d’un ancien médiateur suisse.


L'ancien médiateur suisse en Colombie, Jean-Pierre Gontard.

« Ancien médiateur suisse en Colombie, Jean-Pierre Gontard est très optimiste après la signature de l’accord de paix en Colombie. Mais aussi inquiet.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de la signature?

J’en suis heureux évidemment! Et aussi personnellement touché par les messages d’amitié que m’ont envoyé de Colombie l’archevêque Castro Quiroga (ndlr: qui préside la Commission de conciliation nationale) et Henry Acosta(intermédiaire clé entre le président colombien et le chef des FARC). C’est un très bon accord qui a été conclu entre des négociateurs d’une qualité exceptionnelle. Ils ont su résister à ceux qui, dans chacun des deux camps, essayaient de faire dérailler les pourparlers, afin de poursuivre la révolution par la force, pour les uns, ou encore tenter d’écraser la guérilla, pour les autres.

En quoi l’accord est-il bon?

Un équilibre acceptable a été trouvé entre le besoin de paix et de justice. Bien sûr, il y a des mécontents. Notamment les victimes des FARC, outrées de voir que les chefs de la guérilla n’iront pas nécessairement en prison. Mais des concessions importantes ont été faites dans les deux camps et l’ONU a été invitée à assurer le suivi. C’est une première absolue en Colombie.

Etes-vous optimiste pour le référendum de ce dimanche?

C’est en fait l’un des deux passages dangereux qu’il reste à franchir avant la paix. Le président Santos a voulu soumettre l’accord à l’aval de la population. Il est combattu frontalement par son prédécesseur Alvaro Uribe, qui voudrait écraser la guérilla comme au Sri Lanka. Mais la consultation est aussi menacée par l’abstention possible des classes moyennes des grandes villes, Bogotá et Medellín en tête, qui n’ont pas vécu le conflit d’aussi près…

Quel sera le second passage dangereux?

Les FARC déposeront les armes après la libération des guérilleros actuellement en prison (et qui n’ont pas commis de crime de guerre). Or, cela nécessite l’adoption d’une loi d’amnistie par le parlement colombien. Les élus du parti d’Alvaro Uribe tenteront de faire barrage. Les débats risquent de s’éterniser. » (Extrait de tdg.ch du 27/09/2016)

En savoir plus sur http://www.tdg.ch/monde/paix-signee-colombie-reste-deux-passages-dangereux/story/17003635

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s