Médiation sociale : La Présidente duConseil départemental des Bouches-du-Rhône (13) reçoit les médiateurs des collèges


JPEG - 124 ko

« Dans les salons de l’Hôtel du Département des Bouches-du-Rhône, une centaine de jeunes médiateurs sociaux étaient réunis à l’invitation de la Présidente LR, Martine Vassal qui, après avoir salué leurs actions, rappelle que 53 collèges (la plupart en éducation prioritaire ndlr), contre 42 l’an dernier bénéficient de l’action de médiation des équipes mobiles aux abords des établissements.

Ce dispositif qui a été mis en place en 2002 est issu d’une politique volontariste cofinancée en partenariat avec l’État (le Département 1,5M€ et l’État 1,8M€) « qui permet d’avoir une présence aux abords des collèges pour lutter contre l’insécurité », souligne Christophe Reynaud, Directeur de cabinet du Préfet de Police, Laurent Nuñez.

Aux côtés de la Présidente, Bernard Beignier, Recteur de l’académie d’Aix-Marseille qui, a lui aussi salué cette action de sécurisation revient sur le rôle « des médiateurs qui ne sont pas des policiers, des gendarmes » (…) « le médiateur c’est quelqu’un qui calme le jeu…

Quatre associations au lieu de 3 l’an dernier sont impliquées dans ce dispositif : 3 sont implantés sur Marseille, l’Association de médiation Sociale (AMS), l’Association humanitaire, d’entraide, sociale (Adelies), Sud Formation et une sur Tarascon, Tarascon Espace Emploi Famille (TEEF). » (Extrait de destimed.fr du 17/09/2016)

En savoir plus sur http://destimed.fr/Martine-Vassal-rend-hommage-aux-mediateurs

Publicités

Vidéo : Journée internationale de la Paix : message du médiateur de la république du Bénin


Journée internationale de la Paix : message du médiateur de la république sur l’ORTB.

Vidéo à consulter sur https://www.youtube.com/watch?v=2tDkJOiqPQ8

Médias : le médiateur de Radio France reçoit ses homologues tunisiens


@ccadic/RF

« Jeune démocratie, la Tunisie souhaite développer une véritable liberté de la presse aux mains de médias respectueux de la déontologie et de l’éthique journalistique.

 Pour rétablir la confiance dans les médias après des années de dictature, de nombreux médias audiovisuels ont notamment décidé de se doter de médiateurs.
Quatre d’entre eux ont été accueillis à Radio France par Bruno Denaes et son équipe, afin d’échanger sur les méthodes de travail, les relations auditeurs-internautes et journalistes-animateurs-producteurs, les sujets complexes, etc.
Par ailleurs, ils ont pu découvrir les nouveaux studios de franceinfo et assister à l’émission politique de 8h30 diffusée à la radio et à la télévision.

Retour sur la naissance du projet
Au lendemain du printemps arabe de 2011 qui a  provoqué la chute de la dictature, les médias tunisiens font face à d’immenses défis. Au cours des cinq dernières années, de nouvelles chaînes de radio ont été créées et plusieurs chaînes de télévision ont vu le jour. La naissance de ces nouvelles libertés s’accompagne également de dangers inédits.
C’est pourquoi, sous la responsabilité exclusive de ces Médiateurs, les professionnels des médias devront relever des irrégularités au sein de leur secteur et les traiter ; une manière d’accroître la confiance de l’opinion publique en leur capacité à gérer les nouvelles libertés de manière responsable.
Le Ministère allemand des Affaires Etrangères soutient le projet depuis 2014 et l’Institut Erich Brost (EBI) de l’université de Dortmund en Allemagne s’est engagé à le mettre en œuvre. » (Extrait de mediateur.radiofrance.fr du 20/09/2016)

En savoir plus sur http://mediateur.radiofrance.fr/non-classe/mediateur-de-radio-france-recoit-homologues-tunisiens/

Nomination : Etienne Stock, a été nommé médiateur municipal pour la ville de Metz au printemps 2016


Etienne Stock, nommé médiateur municipal pour la ville de Metz au printemps 2016

« Etienne Stock s’est installé dans son bureau à la mairie de Metz au printemps dernier afin de remplacer Alain Kieffer parti en retraite. Pour mener à bien ses missions et venir à la rencontre des usagers, il oscillera entre son bureau à la mairie et les mairies de quartier.

De secrétaire à Préfet Lorrain de naissance, Etienne Stock a été au service de l’Etat durant de nombreuses années, principalement dans le corps préfectoral et en cabinets ministériels. Avec un démarrage au bas de l’échelle en tant que secrétaire administratif en 1975, il a grimpé les échelons jusqu’à être promu préfet de la Moselle en 2015. Il a également occupé plusieurs postes dans des collectivités territoriales.

Qu’est ce qu’un médiateur et quelle est sa mission ? La fonction de médiateur est confiée à une personne neutre, entièrement indépendante des services municipaux et est exécutée de manière bénévole, tout comme le recours au médiateur est gratuit. Il peut être sollicité par un particulier, une association, un artisan, un commerçant, une entreprise, etc..

Le médiateur intervient uniquement après un premier désaccord entre l’usager et le service municipal. Il ne s’agit pas de faire appel à lui dès qu’un conflit se présente mais en cas de dernier recours avant d’envisager de faire appel à la justice.

Les cas de discordes concernent très souvent le stationnement, l’urbanisme, les tarifs de halte garderie ou encore des travaux sur bâtiments. Après avoir été sollicité, le médiateur est chargé d’entrer en contact avec le service municipal concerné, de recouper les informations pour ensuite donner son avis ou apporter un éclairage à l’usager. Le médiateur n’a aucun pouvoir juridique. » (Extait de tout-metz.com du 20/09/2016)

Pour en savoir plus http://tout-metz.com/nouveau-mediateur-metz-2016-8881.php

Médiation scolaire : un moyen de lutte contre le harcèlement scolaire dans un collège du Nord


Avatar de Abdelkebir Dali

« Depuis 2012, je travaille comme médiateur scolaire dans un collège du Nord, dans le cadre d’un programme de lutte contre le harcèlement scolaire au sein duquel collaborent le gouvernement, Sciences Po et des associations comme France Médiation ou encore Citéo, qui m’embauche aujourd’hui.

Une formation spécifique au harcèlement scolaire

Avant d’arriver au collège, j’ai travaillé comme animateur dans divers centres sociaux. Ce n’est qu’après que j’ai fait une formation de technicien médiateur-service et que j’ai rejoint ce dispositif soutenu par le FEJ (Fonds Expérimentation Jeunesse, ndlr) et évalué par Sciences Po.

Avant d’entrer au collège, j’ai suivi un cycle d’enseignements spécifiques avec France Médiation, concernant le milieu de l’éducation. Organisation du tissu éducatif, appréhension du harcèlement scolaire, gestion de projet, recueil du harcelé et du harceleur (recevoir les élèves potentiellement harcelés et explorer les modalités, et voir avec le harceleur)… Autant de thématiques qui m’ont servi et me servent encore énormément dans mon quotidien.

Assurer la continuité entre le CM2 et la sixième

Depuis quatre ans, je travaille deux demi-journées par semaine dans une école primaire rattachée à mon collège, où j’officie le reste du temps. L’idée, c’est de faire le lien entre le moment où les élèves sont en CM2 et celui où ils intègrent la classe de sixième.

Je suis présent lors de la journée d’immersion, quand on leur fait visiter leur nouveau collège, leur présente leur emploi du temps. Puisqu’ils connaissent déjà mon visage, ils se sentent plus rassurés, ils ont moins d’appréhension à l’égard de cette journée qui peut s’avérer stressante. Cela permet aussi de prolonger le travail de prévention que nous faisons déjà en primaire.

Prévenir le harcèlement

La prévention, c’est le cœur de mon métier. Souvent, quand on parle de harcèlement scolaire, les gens n’y voient que les conséquences dramatiques, comme le suicide ou l’automutilation. Ça existe, c’est vrai, mais ce qu’on essaie de cerner, d’identifier et de neutraliser tous les jours, en tant que médiateurs, ce sont les symptômes qui se manifestent avant qu’un drame n’arrive.

Il y a beaucoup de petites choses auxquelles je suis attentif : par exemple, si un enfant est isolé dans la cour de récréation et que ce sont toujours les mêmes élèves qui l’embêtent, j’interviens et je leur fais comprendre ce qu’est un conflit, à quoi il peut aboutir et pourquoi ça peut être vraiment dangereux. Souvent, les enfants n’ont pas conscience de ce que peut impliquer leur comportement au quotidien, mais aussi sur le long terme (par exemple, une perte durable de confiance en soi chez la victime).

Alors évidemment, le harcèlement ne cesse pas toujours, mais il diminue fortement. Je travaille tous les jours aux abords de l’établissement, pendant la récréation, lors des interclasses et parfois même en cours, quand les professeurs sentent qu’il y a quelques tensions dans leur classe et qu’il faut essayer de dénouer la situation.

Je ne suis pas là pour les sanctionner, ce n’est pas mon rôle

Durant mes formations, j’ai appris à travailler ma posture de médiateur : être capable de faire comprendre aux élèves que je ne suis pas un juge, pas un avocat, ni un CPE ni un surveillant, mais simplement quelqu’un qui est à leur écoute, partout et tout le temps. Mon travail répond à trois principes : la neutralité, l’impartialité et la non-sanction.

Je ne suis pas là pour les punir, simplement pour créer les conditions d’un dialogue sain entre deux élèves entre lesquels il y a parfois un différend. Évidemment, si j’assiste à des échanges ou à des faits graves, j’en réfère au chef d’établissement. À ce moment-là, c’est lui qui décide des suites à apporter à la situation : convocation de parents, sanctions adéquates, etc.

Dans les autres situations, je suis celui qui les aiguille vers l’interlocuteur le plus adéquat en fonction de ce dont ils ont besoin. Mon métier, c’est d’être leur référent. » (Extrait de leplus.nouvelobs.com du 20/09/2016)

En savoir plus sur http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1560929-mediateur-scolaire-je-lutte-contre-le-harcelement-un-job-quotidien-qui-porte-ses-fruits.html

Togo : Rencontre de concertation à Lomé des Médiateurs de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine)


Rencontre de concertation des Médiateurs de l’UEMOA à Lomé

« Le Togo accueille du 18 au 24 septembre les Médiateurs des pays membres de l’UEMOA.

La rencontre de concertation entre les Médiateurs des huit pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine se situe dans le cadre d’une réunion préparatoire de la conférence sur les dysfonctionnements et crises des systèmes éducatifs dans l’espace UEMOA.

C’est également une mission d’appui et de soutien des Médiateurs de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’UEMOA (AMP-UEMOA) au Médiateur du Togo dans la phase de démarrage de ses activités. Sont attendus à Lomé, les Médiateurs du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal, et de la Guinée Bissau.

Au menu des travaux durant cette rencontre de concertation, des échanges avec les institutions du Togo et des partages d’expérience avec le Togo. Fin 2014, le président de la République a nommé Awa Nana Daboya au poste de Médiateur de la République en vue d’améliorer les relations des citoyens avec l’administration et de favoriser une entente entre les acteurs politiques togolais » (Extrait de alwihdainfo.com du 16/09/2016)

En savoir plus sur http://www.alwihdainfo.com/Rencontre-de-concertation-des-Mediateurs-de-l-UEMOA-a-Lome_a40984.html