Maroc : PRÈS DE 600 DOSSIERS REÇUS PAR LE MÉDIATEUR BANCAIRE EN 2015


Bank al-Maghrib

« Le médiateur bancaire n’a pas chômé en 2015. Il a, en effet, reçu pas moins de 595 demandes d’arbitrage. Ainsi, le recours à ce centre par les clients de la banque s’intensifie, les demandes reçues en 2014 n’ayant pas dépassé pas les 62 dossiers, rapporte L’Économiste dans son édition de ce lundi 25 juillet.

D’après le journal, la médiation pour des litiges d’un montant inférieur à 1 million de dirhams est gratuite et ne devient payante que pour les différends de plus de 1 million de dirhams. En ce qui concerne les différends autour d’un montant inférieur à 1 million de dirhams, le centre de médiation bancaire a reçu 590 demandes d’arbitrage, ce qui correspond à la quasi-majorité des dossiers. Le montant total pour l’ensemble de la première catégorie de litiges s’élève à 21 millions de dirhams.

La ventilation des litiges par catégorie fait ressortir les contestations des écritures comptables et la clôture de comptes en première position. Elles constituent, en effet, l’essentiel des litiges.

Le journal L’Économiste rapporte également que seules 36% des demandes d’arbitrage ont été jugées complètes et recevables. Aussi, sur les 595 dossiers reçus, 136 demandes d’arbitrage seulement ont abouti à une solution.  » (Extrait de le360.ma du 25/07/2016)

En savoir plus sur http://fr.le360.ma/economie/banques-pres-de-600-dossiers-recus-par-le-mediateur-en-2015-80792

Consommation : Serge Valet a obtenu l’agrément de la Commission d’évaluation et de contrôle de la médiation de la consommation (CECM) médiateur dans les litiges opposant professionnels des services de l’auto et consommateurs.


Serge Valet assumera cette mission sur une durée de trois ans renouvelable.

« Les litiges survenant entre garagistes et consommateurs ne sont pas rares. C’est pourquoi la directive européenne 2013/11/UE a instauré le droit, pour un consommateur, de recourir gratuitement à un médiateur pour rechercher une issue amiable à un différend l’opposant à un professionnel. Cette directive a été retranscrite en droit français et, depuis le 1er janvier 2016, tout professionnel se doit de proposer cette possibilité à ses clients.

Très tôt, la FNAA a entamé les démarches nécessaires pour désigner, former et faire agréer son propre médiateur auprès de la Commission d’évaluation et de contrôle de la médiation de la consommation (CECM). Ainsi, depuis le 22 juillet dernier, le médiateur agissant pour le compte du syndicat a obtenu cet agrément. Il sera inscrit dans les prochains jours sur la liste officielle des médiateurs de la consommation, laquelle inscription sera également notifiée à la Commission européenne.

Il s’agit de Serge Valet, qui a présidé la branche Carrosserie de la FNAA de 1996 à 2013. L’ex-carrossier s’est spécialisé dans le traitement des litiges entre professionnels et consommateurs en s’appliquant chaque fois à ce que chaque réclamation soit traitée rapidement, en équité et en conformité avec le droit.

« Parce que la médiation est dans l’intérêt de tous, Serge Valet a été unanimement désigné pour assumer la charge de médiateur de la FNAA et devenir ainsi le premier médiateur pionnier de l’artisanat automobile » explique le syndicat. Désigné à ce poste par le bureau fédéral de la FNAA, le 9 décembre 2015, Serge Valet assumera cette fonction pour une durée de trois ans renouvelable. » (extrait de decisionatelier.com du 26/07/2016)

En savoir plus sur http://www.decisionatelier.com/Serge-Valet-pionnier-de-la-mediation-des-services-automobiles,8586

 

Suisse : La médiation, pour renouer le dialogue avec l’aide de l’association vaudoise pour la médiation de voisinage (AsMéd-VD)


24Heures

«Dans un conflit, nous cherchons à instaurer un dialogue entre les parties. Souvent, les conflits s’installent car les personnes ne se parlent pas, ou plus» observe Samuel Bonstein, président sortant de l’Association vaudoise pour la médiation de voisinage (AsMéd-VD). A 90 ans, cet ancien médecin compte bien poursuivre son action au sein de l’équipe de médiateurs bénévoles qu’il a intégrée en 1999. «La plupart du temps, c’est la victime elle-même qui nous contacte. Les cas les plus fréquents sont les problèmes de voisinage» indique Samuel Bonstein d’une voix posée. «Nos permanences téléphoniques offrent un espace d’écoute. La victime a l’occasion d’exposer les facettes du conflit. Si elle souhaite engager un processus de médiation, elle nous demande de prendre contact avec l’autre partie.»

Chaque année, une centaine de personnes contacte l’AsMéd-VD. Seul un conflit sur dix donne lieu à une séance de médiation. Facturée 150 francs par l’association, elle consiste en une rencontre formelle entre les parties, avec un médiateur. Mais dans plus de la moitié des cas, cette séance n’est pas nécessaire car le conflit se résout pendant la période préparatoire. «C’est la partie la plus délicate» analyse Samuel Bonstein. «La préparation d’une médiation est gratuite, mais elle peut prendre des semaines. Nous échangeons avec chacune des deux parties. Quand c’est possible nous les rencontrons individuellement.» (Extrait de 24heures.ch du 28/07/2016)

En savoir plus sur http://www.24heures.ch/vaud-regions/mediation-renouer-dialogue/story/29405615

Afrique : Création d’une association des médiateurs de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale)


Les participants à la clôture de la réunion des médiateurs et ombudsmans d’Afrique centrale. © Gabonreview

« Du 26 au 27 juillet courant, les médiateurs et ombudsmans d’Afrique centrale, réunis à Libreville, ont échangé autour de leur rôle et de leur apport dans la consolidation de la paix, du développement et de la bonne gouvernance. Au terme des travaux, ils ont annoncé la création de l’Association des médiateurs et ombudsmans des pays membres de la CEEAC (AMP-CEEAC).

Rendant publique la déclaration finale, le médiateur de la République a rappelé leur «profond attachement aux valeurs de paix, de fraternité, d’égalité et de solidarité ainsi qu’au dialogue et au règlement consensuel et équitable des différends». «Seul un climat de paix est une garantie essentielle et indispensable à toute ambition de développement des pays de la région ainsi qu’à toute intégration économique harmonieuse», a dit Laure Olga Gondjout.

Les médiateurs et ombudsmans d’Afrique centrale ont précisé les menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité dans la région. Ils se sont dits préoccupés par les risques de conflit inhérents aux processus électoraux biaisés. «Les médiateurs de la République et les chefs religieux dans leur diversité sont des mécanismes judicieux de prévention et de résolution des crises et des conflits», ont-ils rappelé. C’est pourquoi, ils ont souhaité «une  institutionnalisation et /ou la consolidation de la fonction de médiateur dans tous les Etats d’Afrique centrale, dans l’esprit de la résolution 2282 (2016) des Nations-unies». Au regard des tensions dans la plupart des pays de la CEEAC, ils ont appelé les acteurs politiques à entretenir un climat apaisé dans chacun des pays de la région. » (Extrait de gabonreview.com du 29/07/2016)

En savoir plus sur http://gabonreview.com/blog/gouvernance-democratique-creation-dune-association-mediateurs-de-ceeac/

Emploi : Médiateur / Médiatrice de ville – Moissac (82)


Description du poste

Dans le cadre du contrat de ville, vous assurerez plusieurs missions notamment auprès des 16/25 ans :

– aller à la rencontre des habitants du quartier, les renseigner sur tous les aspects de la recherche d’emploi et de l’accès à la formation professionnelle

– favoriser le retour à l’emploi en mettant en contact avec les divers services de l’emploi (Mission locale, Pôle Emploi, Service Public de l’Emploi, Moissac Animation Jeunes…) et les centres de formation en langues étrangères…

– faire le lien entre les offres d’emploi saisonnières et la demande

Critères d’éligibilité : avoir au moins 30 ans, être demandeur d’emploi (ou être en cui cae) et habiter le quartier de Ville

Compétences demandées
Informations additionnelles
Temps de travail : Temps plein Secteur d’activité : Secteur Public (Extrait de qapa.fr)

En savoir plus sur https://www.qapa.fr/offres-d-emploi/mediateur-mediatrice-de-ville-moissac/30162128

Côte d’Ivoire : administration et étudiants d’accord pour la médiation du Forum des Rois d’Afrique


Coopération:

« L’administration universitaire et les étudiants sont d’accord pour la médiation du Forum des Rois et Chefs traditionnels d’Afrique dans la crise qui secoue les universités publiques ivoiriennes, a appris APA, vendredi, à Abidjan.

‘’Pour qu’il ait médiation, il faut que les deux parties donnent leur accord. C’est ce que nous avons pu obtenir des étudiants et de l’administration universitaire’’ a déclaré dans un entretien à APA, Sa Majesté Jean Gervais Tchiffi Zié, Secrétaire général permanent du Forum des Rois, Sultans et Leaders traditionnels du continent africain qui a été reçu, mardi, à Abidjan par le Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Pr Abou Karamoko.

Tchiffi Zié avait déjà rencontré, dimanche, des étudiants issus de plusieurs syndicats notamment la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), l’Association générale des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (AGEECI) et la Coordination des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (COEECI).

‘’L’Etat seul ne peut pas tout faire. Il faut l’aider. Il faut de temps en temps de bonnes volontés pour aider l’Etat’’, avait-il déclaré pour expliquer son implication dans la pacification des universités du pays.

Après l’obtention de cet accord de principe d’acceptation de la médiation par les acteurs en présence, la prochaine étape consistera à mettre en place un Comité scientifique composé des étudiants, de l’administration universitaire, des enseignants, des parents d’étudiants et du Forum des Rois.

Il s’agira d’identifier les différents problèmes qui minent les universités publiques ivoiriennes en vue d’y apporter des solutions durables.  » (Extrait de news.abidjan.net du 12/08/2016)

En savoir plus sur http://news.abidjan.net/h/597255.html

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO : Médiation de l’église avec les acteurs de la crise congolaise afin de favoriser un dialogue.


« L’Eglise catholique poursuit ses consultations avec les acteurs de la crise congolaise. Après le facilitateur de l’union africaine et le G7 mercredi, les évêques de la conférence épiscopale ont reçu majorité, opposition républicaine, dynamique de l’opposition et l’Udps et ses alliés. Objectif : obtenir la tenue effective d’un dialogue inclusif et là, tous les autres ont échoué : le facilitateur de l’Union africaine et le groupe de soutien de la communauté internationale ou même le président Sassou Nguesso qui a tenté lui aussi de rapprocher les points de vue.

Deux points d’achoppement : le facilitateur récusé par l’opposition, soutenu par la majorité et les mesures de décrispation dont la libération des prisonniers politiques et la fin des poursuites contre des opposants comme Moïse Katumbi.

Et parmi ces figures dont l’opposition demande la libération, il y a Eugène Diomi Ndongala, leader de la démocratie chrétienne et de la Majorité présidentielle populaire (MPP), une plateforme née de la contestation des résultats de l’élection présidentielle de 2011. Il a été condamné pour viol, une accusation que sa famille politique dénonce. » (Extrait de rfi.fr du 12/08/2016)

En savoir plus sur http://www.rfi.fr/afrique/20160812-mediation-eglise-rdc-prisonniers-enjeu-decrispation-diomi-ndongala-katumbi

Une cellule de médiation sociale mise en place à la Direction générale des finances publiques


Miroir Social

« Un arrêté du 13 juillet 2016 (publié au JO du 5 août) vient d’apporter quelques modifications à l’organisation de la DGFIP. Son article 8 introduit une cellule de médiation sociale et en fixe la mission :

« Elle conduit des missions de médiation collective dans tout service placé sous l’autorité du directeur général, dans des situations de dégradation du collectif de travail en présence de conflits interpersonnels ou en accompagnement de changements d’environnement de travail. Elle soutient les directions dans leurs actions d’amélioration des relations de travail et émet des propositions en vue de prévenir ces situations. »

La DGFIP admet donc que des directions locales peuvent ne pas maîtriser la gestion de conflits interpersonnels au sein de services mais également la dégradation du climat social liée au changement, ce qui pourrait être le cas avec l’adaptation des structures et du réseau.

La création de cette cellule vient juste d’être actée. Il sera intéressant de voir quels en seront les moyens (le personnel, sa formation…). L’arrêté ne précise pas quel en sera le mode de saisine : par les agents ? les organisations syndicales ? ou l’administration qui devrait admettre ne pas arriver à gérer la situation localement en interne ?  » (Extrait de miroirsocial.com du 12/08/2016)

En savoir plus sur http://www.miroirsocial.com/actualite/13653/une-cellule-de-mediation-sociale-mise-en-place-a-la-direction-generale-des-finances-publiques