Belgique : le service de médiation du secteur postal a reçu près de 16.000 plaintes en 2015 (+3,7%)


« Le service de médiation pour le secteur postal a reçu l’an dernier 15.917 plaintes, ce qui représente une augmentation de 3,7% par rapport à l’année précédente, indique-t-il dans son rapport annuel reçu jeudi.

«Cette tendance est en grande partie imputable à la croissance des plaintes, en novembre et décembre, en raison des grèves dans les centres de tri, et surtout des problèmes rencontrés dans la distribution quotidienne dont se charge le bureau de Zaventem», constate le service de médiation.

La majorité des plaintes reçues en 2015 concernait le traitement des envois postaux (8.890 plaintes) ou des aspects relationnels (4.837 plaintes). Ces deux catégories sont en hausse par rapport à l’année précédente.

Logiquement, étant donné sa place prépondérante sur le marché postal belge, c’est bpost qui est visé par le nombre le plus important de plaintes (11.524 contre 11.234 en 2014), suivi par Post NL (189 plaintes contre 86 en 2014), Mondial Relay (137 contre 172), TBC-Post (124 contre 66) et DHL (100 contre 43).

La médiatrice pour le secteur postal, Truus Lostrie, attire l’attention par rapport aux économies réalisées au sein de bpost et qui peuvent mettre la qualité du service postal universel sous pression. «Au moindre incident, il y a soudainement d’importants retards ou des non-distributions. On doit se rendre compte que l’important n’est pas de seulement gagner de l’argent mais aussi de délivrer un service universel.»

La médiatrice, qui plaide pour «une revalorisation du service universel», estime aussi que l’on doit pouvoir attendre des autorités qu’elles fassent le maximum pour garantir ce service, pour chaque citoyen, où qu’il habite. Un débat doit avoir lieu quant à savoir si le financement prévu est suffisant pour garantir ce service universel, estime-t-elle encore.

Depuis sa création il y a 25 ans, le service de médiation a reçu un total de 215.636 plaintes. » (Extrait de laprovince.be  du 7/07/2016)

En savoir plus sur http://www.laprovince.be/1617323/article/2016-07-07/secteur-postal-le-service-de-mediation-a-recu-pres-de-16000-plaintes-en-2015-37

Suisse : médiation familiale et enlèvements d’enfants


« Avec 86 autres Etats, la Suisse a signé la Convention de La Haye sur les enlèvements internationaux d’enfants. Lorsqu’un cas relevant de ce texte datant de 1980 et concernant le pays est rapporté — qu’il s’agisse d’un enlèvement depuis la Suisse ou vers la Suisse —, le dossier atterrit auprès de l’Autorité centrale en matière d’enlèvement international d’enfants. Cet organe, rattaché à l’Office fédéral de la justice, lance alors une procédure afin de tenter d’obtenir le retour rapide de l’enfant à son domicile habituel. «On joue contre la montre, particulièrement si les enfants sont en bas âge», souligne Cilgia Caratsch. En effet, plus le temps passe, plus le risque de perte de lien avec le parent laissé pour compte augmente.

Le hic? Même s’ils ont signé la Convention, de nombreux pays rechignent à l’appliquer, préférant protéger leurs ressortissants. Par ailleurs, les parents ayant emmené illicitement leur enfant à l’étranger invoquent régulièrement l’article 13 du texte. «Celui-ci prévoit un mécanisme d’exception au retour en cas de grand danger pour l’enfant et tire la procédure en longueur, explique Stephan Auerbach. Et cela va sans compter les enlèvements vers des pays non signataires. C’est-à-dire à peu près la moitié de la planète!» Dans ce genre de cas, la seule option qui reste est la négociation. L’expert ne tire pas pour autant un bilan négatif de la Convention de La Haye: «Elle fonctionne plutôt bien entre pays européens. Et il ne faut pas négliger son effet dissuasif auprès de certains parents.»

Parallèlement aux démarches juridiques, de plus en plus de résidents helvétiques touchés par un enlèvement ont recours à la médiation. Celle-ci prévoit que les parents trouvent eux-mêmes une solution avec l’aide d’un intermédiaire neutre et indépendant. Elle peut contribuer à prévenir un enlèvement — par exemple pendant ou après une séparation difficile —, à négocier le retour de l’enfant ou à accompagner la période d’après-retour. » (Extrait de largeur.com du 7/07/2016)

En savoir plus sur http://www.largeur.com/?p=4694

Suisse : soirée-conférence à Delémont pour fêter les 10 ans de l’association Option Médiation


Option médiation Logo

 

« Pour marquer cet anniversaire, Option Médiation va organiser le 8 septembre prochain une soirée conférence, ouverte au public dès 19h30, à la Division Artisanale du CEJEF, rue de la Jeunesse 32, à Delémont,

avec deux intervenantes :

  • Nadia Schaffner sur le thème « Etat des lieux de la médiation dans la région jurassienne, avec les besoins futurs et les perspectives ».
  • Florence Studer sur le thème « Médiations mandatées par un tiers (Tribunaux, assurances protection juridique ou autres) : nécessaire évolution des pratiques ? »

Le lendemain, 9 septembre 2016, Option Médiation proposera une journée de formation qui débutera à 8h30 et se terminera à 17h00, plus particulièrement destinée aux professionnels ou à toute personne intéressée par ce mode de résolution des conflits qu’est la médiation

Des formateurs confirmés et reconnus sur le plan romand, soit Mme Florence Studer et MM. Jean Gay et Gérard Demierre seront présents lors de cette journée et animeront trois ateliers dans le domaine de la médiation en entreprise, de voisinage et dans le domaine familial ».  (extrait du mail d’information d’Option Médiation)

Renseignements et inscriptions :

Marie Oberli

Natel : 079 637 33 28

Es Crès 25 2830 Courrendlin

marie.oberli@bluewin.ch

Emploi : MEDIATEUR EN CONTRAT ADULTE RELAIS (H/F) A LA DE VILLE DE LAGNY-SUR-MARNE


Emploipublic.fr

« Description :
Critères d’éligibilité :
Avoir au moins 30 ans
Résider dans un quartier prioritaire
Être demandeur d’emploi ou bénéficier d’un CUI, CAE

Sous l’autorité directe du Cabinet du Maire, l’agent de médiation remplit un rôle essentiel de relais entre les services et la population du quartier d’Orly Parc à Lagny-sur-Marne.

Missions :

Réguler par la médiation les tensions, les conflits entre individus, entre individus et institutions, et contribuer à améliorer et à préserver le cadre de vie et la tranquillité publique
Faciliter le dialogue entre les générations, accompagner et renforcer la fonction parentale par le soutien aux initiatives prises envers ou par les parents
Accompagner les professionnels auprès des publics
Informer et accompagner les habitants dans leurs démarches, faciliter le dialogue entre services publics et usagers
Aider et accompagner les personnes dans leurs démarches, être une interface entre les individus et les institutions, entre les institutions elles-mêmes
Contribuer à renforcer la vie associative de proximité et développer la capacité d’initiative et de projet dans le quartier et la ville

Localisation :
Seine-et-Marne, ÎLE-DE-FRANCE

Description du candidat :
Profil recherché :

Niveau BAC
Capacités relationnelles, d’organisation, de prise d’initiative et d’autonomie
Maîtrise de la médiation socio-culturelle
Maîtrise des outils bureautiques

Conditions d’exercice du poste :

CDD de 3 ans sur dispositif adulte Relais (renouvelable une fois) (Extrait de emploipublic.fr 7/06/2016)

En savoir plus sur http://www.emploipublic.fr/jobSearch/showOfferExt/offerId/193825

Le dialogue social tué par « trop d’autorité », selon des médiateurs professionnels


Actualité entreprise : créer et gérer son entreprise - L'Express L'Entreprise

« Les récentes manifestations et grèves contre la loi travail sont symptomatiques « d’un dialogue social détérioré », le gouvernement ayant commis la « maladresse » d' »imposer » un projet, alors que l’excès « d’autorité » est l’ennemi du dialogue social en entreprise, selon des médiateurs réunis mercredi à Paris.

Dans les entreprises, il y a aujourd’hui encore « trop d’autorité » et « de procédures » qui « enferment le dialogue » social et dégradent les relations sociales, a souligné Jean-louis Lascoux, président de l’école professionnelle de la médiation et de la négociation, lors d’une rencontre sur les « fondamentaux du dialogue social » organisée par la chambre des professionnels du secteur.

« On ne dirige plus les gens comme avant, en disant +il faut le faire+. De plus en plus de personnes veulent décider par elles-même et le vrai dialogue social c’est d’obtenir leur implication« , explique ce spécialiste, par ailleurs vice-président de la chambre.

Faisant un parallèle avec le mouvement contre la loi travail, il estime que « les manifestations d’aujourd’hui » révèlent à la fois « une loi mal travaillée » et « une aspiration à participer plus à la vie démocratique« .

« On nous présente les conflits ambiants comme cause des soucis alors qu’ils sont la conséquence d’une détérioration d’un dialogue général« , renchérit Jean-Yves Rafa, médiateur également.  » (Extrait de entreprise.lexpress.fr du 6/07/2016)

En savoir plu sur http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/le-dialogue-social-tue-par-trop-d-autorite-selon-des-mediateurs-professionnels_1809893.html