Emploi : Agent / Agente de médiation et de sécurité à Taverny (95)


accès à l'accueil - Pôle emploi

« Description de l’offre

Au sein d’une résidence de jeunes Travailleurs, vous devrez assurer la surveillance des locaux et les entrées et sorties des résidents. Horaire de nuit du lundi au jeudi de 18h30 à 24h00 et le vendredi du 6h30 à 18h30 ou de 18h30 à 6h30. prise de poste immédiate.

Entreprise

Détail de l’offre

Lieu de travail : 95 – TAVERNY
Type de contrat
Contrat à durée déterminée – 6 Mois
Nature d’offre :Contrat travail
Expérience : Expérience exigée de 1 An(s)
Formation : Niveau : Bac ou équivalent Souhaité

Domaine : Pas de domaine

Permis B – Véhicule léger Exigé

Connaissances bureautiques
Qualification :Employé qualifié
Salaire indicatif : Mensuel de 1550 Euros sur 12 mois » (Extrait de pole-emploi.fr/ du 15/06/2016)
En savoir plus sur https://candidat.pole-emploi.fr/candidat/rechercheoffres/detail/041PZKZ/A__COMMUNE_95540_10________11814____INDIFFERENT_______________________

Médiation de quartier : La mairie de Lyon 8ème innove en créant une charte sur les conflits


 

Les acteurs signataires de cette charte d’expérimentation, ce mardi, autour de Daniel Perez, adjoint à la Sécurité et Tranquillité publique à la mairie du 8 e.  Photo Nadine MICHOLIN

« Comment gérer le plus tôt possible, en amont, les conflits de voisinage et les désamorcer avant que la situation ne dégénère ?

C’était déjà le sens de la nomination de Rocco Catolino au poste de délégué à la cohésion police-population (DCPP), en octobre 2014. Sa mission consiste à créer un partenariat fort avec les bailleurs sociaux, les services de l’État, les collectivités locales et les associations du 8e(lire par ailleurs).

Ce mardi, la signature d’une charte inédite sur les conflits de voisinage va permettre aux membres du groupe signataire de signaler les situations dont ils ont eu connaissance et de s’assurer qu’elles sont bien prises en compte par l’une des associations de médiation Amely et ALTM. Il s’agit ainsi de favoriser l’analyse et la compréhension des situations, afin que les équipes de médiation puissent utilement rencontrer les personnes concernées. » (Extrait de leprogres.fr du 16/06/2016)

En savoir plus sur http://www.leprogres.fr/lyon/2016/06/16/la-mairie-du-8e-innove-en-creant-une-charte-sur-les-conflits-de-voisinage

Québec : Louise Otis, ex-juge et médiatrice, reçoit le Prix de la justice du Québec 2015


Afficher l'image d'origine

« La ministre de la Justice et Procureure générale du Québec, Mme Stéphanie Vallée, a décerné le Prix de la justice, la plus haute distinction remise dans le domaine juridique au Québec, à Mme Louise Otis, ex-juge, médiatrice et arbitre en matière civile et commerciale.

La cérémonie honorifique s’est tenue au Salon des avocats de la Cour d’appel du Québec, en présence de la présidente du jury de sélection, l’honorable Nicole Duval Hesler, juge en chef du Québec, de la famille et des amis de la lauréate ainsi que de membres de la magistrature.

« Notre lauréate, Mme Louise Otis, est une pionnière en matière de médiation judiciaire, ce qui rejoint tout à fait l’esprit du nouveau Code de procédure civile. En 1998, elle a mis sur pied le programme de médiation intégré qui est devenu un modèle à l’échelle internationale », a déclaré la ministre Stéphanie Vallée.

Lauréate du Prix de la justice du Québec 2015

Licenciée en droit et membre du Barreau, Mme Louise Otis s’est intéressée aux modes amiables de règlement des conflits dès le début de sa carrière. Elle voyait dans cette nouvelle façon de régler les différends l’occasion d’offrir un meilleur accès à la justice. Ainsi, le programme qu’elle a implanté prévoit la rencontre entre un juge et les parties à un litige civil, commercial, administratif ou familial, dans le cadre d’une séance de médiation en vue de trouver une solution à leur conflit.

Toutefois, avant de concevoir ce programme de conciliation, qui a transformé la mission classique de la justice, Mme Louise Otis a d’abord exercé en droit du travail et en droit administratif où elle a défendu les intérêts des grands syndicats et négocié les premières accréditations, notamment celles des travailleurs des secteurs public et parapublic. Elle s’est ensuite spécialisée en droit public et en droit constitutionnel, ce qui l’a amenée à plaider des centaines de causes devant la Cour d’appel du Québec et la Cour suprême duCanada.

Nommée juge à la Cour supérieure puis à la Cour d’appel, elle est appelée à rendre des jugements aussi bien en droit criminel qu’en droit civil et en droit familial. Ce dernier domaine lui inspirera d’ailleurs l’idée d’une médiation portée par les juges eux-mêmes, laquelle s’inscrira comme l’un des premiers systèmes de conciliation judiciaire du monde. Elle a d’ailleurs conçu un programme d’enseignement destiné aux magistrats canadiens et étrangers désireux d’approfondir la médiation judiciaire.

Bien qu’elle ait quitté la magistrature en 2009, Louise Otis est toujours aussi active tant au Québec qu’à l’international. Professeure adjointe à la faculté de droit de l’Université McGill, elle donne également des conférences et des formations en négociation et en médiation commerciale et civile sur tous les continents. En collaboration avec des équipes de juges et d’universitaires, elle a participé à l’instauration de systèmes de médiation judiciaire dans plusieurs pays, dont la France, la Belgique, la Russie, le Brésil, l’Australie et le Mali.

Reconnue comme une sommité en analyse et en révision de systèmes de justice, Louise Otis ne cesse d’apporter sa contribution à nombre d’organismes, notamment l’OCDE, l’OIF, l’EUMETSAT et le Global Fund de Genève. » (Extrait de newswire.ca du 16/06/2016)

En savoir plus sur http://www.newswire.ca/fr/news-releases/mme-louise-otis-recoit-le-prix-de-la-justice-du-quebec-2015-583305331.html