Sénégal : Les opérateurs économiques invités à faire usage de la médiation pour surmonter leurs différends


« Un atelier de sensibilisation sur le nouveau dispositif fixant le cadre normatif de la médiation a été ouvert, mercredi à Dakar, pour amener les opérateurs économiques à faire recours à la médiation pour résoudre leurs conflits, a constaté l’APS.

« Nous avons voulu réunir ce matin les acteurs économiques pour les sensibiliser sur l’utilité et le bienfait de la médiation », a dit le président du centre d’arbitrage, de médiation et de conciliation de Dakar (CAMC), Cheikh Mbodji.

Selon lui, « la mise en place de ce dispositif permettra aux opérateurs économiques qui veulent éviter le dilatoire d’aller beaucoup plus vite dans la résolution de leurs dossiers ».

« La médiation est importante pour résoudre le conflit dans le plus bref délai tout en gagnant en temps et en affaire », a souligné M. Mbodji qui a ajouté que la médiation « est une solution préconisée aux parties en conflit car ne nécessitant pas d’appel ». (Extrait de allafrica.com du 18/05/2016)

En savoir plus sur http://fr.allafrica.com/stories/201605190531.html

L’Association des médiateurs européens réagit à l’amendement du 3 mai 2016 instaurant « une liste de médiateurs » sur « le modèle des experts judiciaires » avec l’obligation de « faire leur rapport et de donner leur avis en leur honneur et conscience».


L'Association des médiateurs européens réagit à l'amendement du 3 mai 2016

(…) En conséquence, l’Association des Médiateurs Européens, Centre de Médiation du Barreau de Paris souhaite rappeler que les textes en cours de discussion devant le Parlement doivent être l’occasion de clarifier et de promouvoir le recours à la médiation en précisant notamment que :

  • la médiation, même familiale, ne saurait être une obligation contraignante.
  • les médiateurs, même dans le cadre d’une médiation judiciaire, ne doivent pas être soumis à une obligation de rédaction d’un « rapport » portant atteinte au principe de confidentialité et de donner un « avis » qui serait contraire à l’intérêt des justiciables, qui marquerait une confusion dangereuse avec la 
mission des conciliateurs de justice, et qui viendrait empiéter sur les prérogatives du juge.

Nous appelons aussi de nos vœux que ce temps de novation législative soit l’occasion de clarifier et préciser les différences entre médiation et conciliation.

Tout texte qui ne respecterait pas ces principes essentiels à la légalité de la médiation, à son éthique et à son efficacité, aboutirait à des résultats contraires aux buts utiles et légitimes poursuivis par le Législateur. » (Extrait de affiches-parisiennes.com du 19/05/2016)

En savoir plus sur http://www.affiches-parisiennes.com/l-association-des-mediateurs-europeens-reagit-a-l-amendement-du-3-mai-2016-6258.html