Un médiateur scolaire pour lutter contre l’absentéisme dans les classes à Douchy (59)


IMG_9724

« Après Denain et Escaudain, c’est au tour de Douchy de recruter un médiateur scolaire, chargé de lutter contre les absences répétées dans les écoles élémentaires de la ville. Une convention sera signée à partir du 1er août pour que celui-ci se partage entre la commune dirigée par Michel Lefèbvre et celle d’Escaudain.

« On va quand même pas mettre un policier derrière chaque élève ! » Que celui qui n’a jamais entendu cette phrase à l’école nous jette la première pierre. Si aujourd’hui, l’image peut faire sourire, elle a tout de même donné des idées à certains. En effet, afin de mieux surveiller les parents qui ont tendance à garder un peu trop au chaud leurs enfants, la municipalité a décidé de voter au dernier conseil municipal le recrutement d’un médiateur scolaire. » (Extrait de lavoixdunord.fr du 10/05/2016)

En savoir plus sur http://m.lavoixdunord.fr/region/douchy-un-mediateur-scolaire-pour-lutter-contre-ia15b36965n3498798

Médiation sociale : Médiateurs agressés dans le tram à Clermont-Ferrand : deux suspects interpellés


Illustration mediation T2C tramway Clermont, photos : camille mazoyer - Camille Mazoyer

« Dimanche soir, vers 23 h 40, les policiers clermontois sont intervenus pour une agression visant deux médiateurs de la T2C, à hauteur de l’arrêt « Maison de la Culture ». Les victimes avaient tenté de s’interposer dans une altercation qui avait éclaté entre deux hommes dans une rame du tramway.

Les deux belligérants se sont finalement retournés contre les « gilets jaunes » de la T2C, qui ont reçu en retour des coups et des menaces de mort. L’un des médiateurs a même été mordu. Les suspects, âgés de 20 et 33 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils iront s’expliquer devant le tribunal correctionnel le 21 septembre. » (Extrait delamontagne.fr du 9/05/2016)

En savoir plus sur http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/2016/05/09/mediateurs-agresses-dans-le-tram-deux-suspects-interpelles_11906178.html

Communiqué de l’APMF relatif à l’amendement n°CL186 sur le divorce par consentement mutel par acte sous signature privée contresigné par avocats, déposé au rang des minutes d’un notaire.


la photo de profil de APMF

« Par un amendement déposé le 30 avril dernier auprès de la commission des lois de l’Assemblée Nationale, Monsieur Jean-Jacques URVOAS, Ministre de la Justice, propose un divorce par consentement mutuel sans contrôle du juge, passé par actes d’avocats, enregistré par les notaires, officiers ministériels ayant compétence pour authentifier avec force exécutoire les actes sous-seing privés. Le notaire aura donc dans ce cadre une mission d’authentification.
La volonté de cet amendement s’inscrit dans une logique de simplification de la procédure de divorce. Nous pouvons comprendre cette louable intention.
En même temps, nous, médiateurs familiaux de l’APMF, considérons, aussi l’importance que les personnes attribuent à la place et à la fonction du juge dans la procédure actuelle de divorce par consentement mutuel. Elles attendent que le juge soit garant de l’équilibre des places de chacun, de la possibilité d’entendre l’enfant, et également garant en matière d’ordre public et de droit des personnes.
De plus, « le consentement mutuel » est un terme qui s’applique à un choix de procédure, or, nous constatons que nombre de personnes qui se séparent vivent cette étape de manière douloureuse et rarement dans un climat apaisé. Dans ce sens la médiation familiale a toute sa place pour accompagner la recherche d’équilibre par les personnes elles-mêmes et entre elles.
De notre place de médiateurs familiaux, attachés aux valeurs de liberté du consentement, d’équité et d’équilibre des places des adultes et des enfants, nous nous interrogeons quant au contenu et aux enjeux de cet amendement sur :
 Le contrôle de : o L’équité des conventions, o La liberté du consentement des époux dans leur volonté de divorcer, o L’acceptation par les époux des conséquences du divorce sur le plan familial (les enfants) et patrimonial (la prestation compensatoire, le partage des biens),
 La place qui serait réservée à la médiation familiale, qui n’est pas évoquée dans cet amendement et qui, pourtant, et eu égard à ses spécificités, a un rôle essentiel parce qu’elle permet une transition et la transformation du conflit qui peut naitre de cette étape souvent douloureuse qu’est la séparation dans cette procédure sans juge.
C’est pour continuer de faire valoir ses valeurs que l’APMF continuera d’être vigilante aux suites qui pourraient être données à cet amendement.
Audrey RINGOT, Présidente de l’APMF

En savoir plus sur http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3204/CION_LOIS/CL186.asp