Apprentisage : la médiation pour éviter les ruptures d’un contrat d’apprentissage


Franck Chabault, directeur du centre de formation d'apprentis interprofessionnel de Blois, et Pierre Maino, président de la chambre de métiers de Loir-et-Cher. - Franck Chabault, directeur du centre de formation d'apprentis interprofessionnel de Blois, et Pierre Maino, président de la chambre de métiers de Loir-et-Cher.

« En aucun cas, on ne laisse un jeune sur le bord de la route, insiste Franck Chabault, directeur du centre de formation d’apprentis interprofessionnel de Blois. Le bien-être des jeunes en entreprise et au CFA préoccupe ce chef d’établissement, pour éviter de mauvaises expériences, comme a pu en témoigner récemment un jeune Loir-et-Chérien (lire la NR du jeudi 25 février). Pour Franck Chabault, la médiation est indispensable : « Depuis 2008, la Région finance des espaces médiation dans les CFA pour diminuer les ruptures de contrat entre les apprentis et les entreprises et identifier les motifs. Au CFA interprofessionnel de Blois, nous avons une médiatrice à temps plein qui rencontre les jeunes, les familles ou les maîtres d’apprentissage à la demande des intéressés, dès qu’il y a un incident naissant. »

En 2015, sur les 1.109 apprentis du CFA interprofessionnel de Blois, la médiatrice a vu 344 jeunes, pour des problèmes d’hébergement, de mobilité, économiques, éducatifs, psychologiques et relationnels. Dans la majorité des cas, cette professionnelle sert de relais entre l’apprenti et différents interlocuteurs (Mission locale, Maison départementale de la cohésion sociale, les clubs services, l’équipe pédagogique du CFA, Cap emploi Ohé Prométhée en cas de détection d’un handicap, le centre hospitalier, la Maison des adolescents…) » (Extrait de lanouvellerepublique.fr du 5/03/2016)

En savoir plus sur http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2016/03/05/Apprentis-de-la-mediation-des-un-incident-naissant-2642892

Sénégal : la médiation dans 18 Maisons de Justice


Maisons de justice : Ces autres formes de procès

« Alternative crédible aux tribunaux, tant au niveau temporel que financier, ces Maisons de justice facilitent la justice au niveau local. Pionnière en 2004, celle du quartier des Hlm a connu le succès au point qu’on en compte actuellement trois autres dans le département de Dakar. Et il y en a 18 sur toute l’étendue du territoire. A travers la médiation et l’information, ces services de proximité rapprochent la justice et le citoyen. Elles revendiquent leur statut de vecteur de paix sociale. » (Extrait de lequotidien.sn du 5/03/2016)

En savoir plus sur http://www.lequotidien.sn/index.php/politique/maisons-de-justice-ces-autres-formes-de-proces