Vidéo : la médiation citoyenne à Sherbrooke (Québec)


« La médiation citoyenne est un projet collectif visant la promotion d’une saine gestion des conflits dans la communauté, basée sur la communication et le dialogue. L’approche communautaire, la participation citoyenne et l’empowerment sont les principaux principes et valeurs sous-tendant ce projet, qui vise divers objectifs :

• Favoriser l’implication des individus dans le processus de gestion des conflits et de médiation afin de leur permettre de se réapproprier le pouvoir sur leur situation;
• Encourager le recours à des mécanismes alternatifs de gestion des conflits pour gérer les rapports, les tensions sociales, les incivilités et la violence autrement que par la judiciarisation, la force ou l’intimidation;
• Améliorer les relations de voisinage et la qualité de vie en général;
• Développer un environnement et une qualité de vie marqués par les valeurs de justice et de respect des différences;
• Promouvoir les valeurs de la médiation (écoute, respect, communication, coopération dans la recherche de solutions, etc.);
• Créer ou recréer des liens entre per personnes d’un milieu donné. » (Extrait de interfaceoja.com)

En savoir plus http://interfaceoja.com/serviceslsjpa/mediation-citoyenne/

Vidéo à consulter sur http://matv.ca/sherbrooke/mes-emissions/mise-a-jour-sherbrooke/videos/4634871247001

Médiation sociale à Douai : intimidation, effet de groupe, harcèlement… Et si on en parlait?


Une écolière se rebelle face aux caïds !VDN

« Le collège Canivez et son médiateur social en milieu scolaire ont invité la troupe de comédiens de Citéo à intervenir sur les situations stressantes que peuvent rencontrer les enfants. (…)

Abdelkebir Dali est médiateur social en milieu scolaire au collège Canivez. Un de ses axes d’intervention est de prévenir et gérer les situations conflictuelles entre les élèves. Dans ce cadre, et dans un but de sensibilisation, il a demandé à Mots sur maux, la troupe de théâtre de Citéo, d’intervenir devant une classe de sixième du collège et la classe de CM2 d’Arnaud Durut, à l’école Eugène-Lenglet. » (Extrait de lavoixdunord.fr du 26/02/2016)

En savoir plus sur http://www.lavoixdunord.fr/region/douai-intimidation-effet-de-groupe-harcelement-et-ia16b0n3352912?xtor=RSS-2

Conflit taxis / VTC : les pistes chocs du médiateur pour résoudre le conflit


« Distribution de licences gratuites et incessibles, fonds de garantie pour protéger les taxis contre la dévalorisation de la valeur de leur licence, contrôles renforcés des VTC : Laurent Grandguillaume a présenté ce vendredi ses propositions aux acteurs du secteur.

 Cela suffira-t-il à désamorcer le conflit entre taxis et VTC? Le député PS Laurent Grandguillaume, médiateur désigné par le gouvernement, a présenté ce vendredi plusieurs pistes pour résoudre la crise. Un volet répressif, d’abord, avec un renforcement des contrôles en utilisant davantage les outils numériques, afin de vérifier que VTC comme Lotirespectent les règles. «Mobilisation des préfets, mise en œuvre massive de contrôles sur place par les autorités pour s’assurer que les dispositions du code des transports relatives aux Loti soient bien respectées», souligne le texte, qui fait état d’un «décrochage, depuis fin 2015, du chiffre d’affaires des taxis». (Extrait de lefigaro.fr du 26/02/2016)

Algérie : les médiateurs judicaires toujours boudés à Béjaïa


La Dépêche de Kabylie

« Ainsi, depuis l’entrée en vigueur de la médiation judiciaire, en avril 2009, le bureau de wilaya de Béjaïa s’est vu confié quelque 5 696 affaires par les juges du siège relevant de l’ensemble des juridictions rattachées à la cour de Béjaïa. Selon le président du bureau des médiateurs judiciaires de Béjaïa, M. Mohamed Khimoum, «dans 788 affaires, les parties en conflit ont accepté la proposition d’aller à la médiation afin de trouver une solution à leur litige». Dans 4 908 autres affaires, ajoute-t-il, les justiciables ont refusé ce mode de règlement à l’amiable préférant continuer leurs procédures judiciaires. «Le taux de règlement des litiges à l’amiable est évalué, en 2015, à 32%. On peut aisément constater que la médiation demeure toujours timide dans notre société en raison de l’absence d’une culture sociale», regrette le bureau de wilaya des médiateurs judiciaires dans un communiqué diffusé au terme de leur rencontre-bilan, tenue récemment au siège de la cour de Béjaïa. » (Extrait de .depechedekabylie.com du 27/02/2016)

En savoir plus sur http://www.depechedekabylie.com/evenement/160666-les-mediateurs-judicaires-toujours-boudes.html

Conflit VTC et taxis : médiation… ou pas ?


« Le médiateur a déjà choisi son camp avant même que la médiation n’ait commencé1 »…
C’était mal parti pour Laurent Grandguillaume, le député de la Côte-d’Or mandaté par Matignon pour tenter de résoudre le conflit opposant taxis et VTC…

« Médiateur, médiateur, est-ce que j’ai une gueule de médiateur ? »

Il semblerait que oui… en tout cas selon un certain nombre de journaux qui n’aurait pas pris la peine de s’interroger sur la terminologie du mot « médiateur », remettant en cause le député et son action par la même occasion. Et c’est là que le machine s’emballe : en diffusant dans l’inconscient collectif une conception discutable de la médiation, les médias ont-ils été créateurs d’une confusion générale, engendrant frustration et incompréhension auprès des parties prenantes ?

Si Laurent Grandguillaume n’est pas neutre, c’est tout simplement parce que ce n’est pas son rôle. Comme il le dit lui-même dans un entretien accordé au Figaro1 : « Je ne suis pas un médiateur, mais plutôt un parlementaire socialiste en mission ». En effet, lorsque le gouvernement commissionne Laurent Grandguillaume, son mandat consiste en une « mission de réflexion sur l’avenir économique de la profession2 ». Au travers des réunions hebdomadaires entre l’homme politique et les organisations professionnelles de taxis et de VTC, l’objectif est de parvenir à « la mise en place d’un équilibre économique durable ».

En d’autres termes, Laurent Grandguillaume n’est pas sensé faire de la médiation, mais de la consultation destinée à une prise de décision, c’est à dire :

  • – rassembler les avis des différentes parties, de façon successive
  • – formuler des propositions au gouvernement

Il s’agit donc d’une démarche orientée solution, dans le cadre d’une culture de résultat, bien loin d’une démarche de médiation axée sur la compréhension préalable à toute décision. (Extrait de culturenego.fr)

En savoir plus http://www.culturenego.fr/blog/negociation/113/uber-taxis-et-mediation-ou-pas-