Taxis-VTC : les pistes du médiateur pour sortir de la crise


 

Des taxis parisiens à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, près de Paris.

« Le député (PS) de la Côte-d’Or Laurent Grandguillaume, le médiateur dans le conflit entre taxis et VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur), chargé par le gouvernement de réfléchir à des solutions garantissant une saine concurrence dans le secteur du transport de personnes sur réservation, a remis, jeudi 11 février, son plan d’action au premier ministre.

  • Mise en place d’un seul ministère de tutelle pour tous : les transports

Ce plan d’action suggère de rattacher tous les transports de personnes à un seul ministère : celui des transports, qui assure actuellement la tutelle des VTC. Les chauffeurs de taxi n’auraient alors plus pour référent le ministère de l’intérieur. « Ils conserveraient un lien avec le ministère de l’intérieur et les offices de contrôle des boers [police des taxis] », précise prudemment M. Grandguillaume.

  • Autorisation pour les chauffeurs « LOTI » de se connecter aux plates-formes de VTC

Les chauffeurs professionnels relevant de la loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI) seraient toujours autorisés à se connecter aux plates-formes de VTC. Le médiateur préconise ici une solution pragmatique. Car ces chauffeurs professionnels sont de plus en plus nombreux à se connecter aux plates-formes de VTC pour s’assurer une activité. Ils seraient près de 15 000 en France et représenteraient 15 % à 30 % des chauffeurs connectés à Uber, Chauffeur-Privé et autres VTC. » (Extrait de lemonde.fr du 12/02/2016)
En savoir plus sur : http://abonnes.lemonde.fr/entreprises/article/2016/02/12/taxis-vtc-les-pistes-du-mediateur-pour-sortir-de-la-crise_4864643_1656994.html

Liban : A Beyrouth, un centre pour apprendre à gérer les conflits du quotidien à l’école


Johanna Hawari Bourjeily, la directrice du centre professionnel de médiation de l’université Saint-Joseph, à Beyrouth.

« Johanna Hawari Bourjeily est la directrice du centre professionnel de médiation de l’université Saint-Joseph à Beyrouth. Elle répond aux questions de Marie, Gina, Margot et Auriane du lycée Simone Signoret de Vaux-le-Pénil, en Ile-de-France. (Extrait du site  globereporters.couleurmonde.com)

Document audio à consulter sur : http://globereporters.couleurmonde.com/campagnes-2015-2016/liban/espace-globe-reporters/vie-quotidienne/article/a-beyrouth-un-centre-pour-apprendre-a-gerer-les-conflits-du-quotidien