27 octobre 2005, Clichy-sous Bois : Yazid Kherfi, le médiateur, se souvient.


Yazid Kherfi. (Iannis Giakoumopoulos pour l'Obs)

« En 2005, Yazid Kherfi est venu à Clichy-sous-Bois, s’est « assis sur une chaise » et a « regardé les émeutes ». « Personne n’avait fait appel à moi. J’y suis allé par curiosité professionnelle. » De son attachement viscéral aux quartiers qui l’ont vu grandir, il a fait un job : consultant en prévention urbaine, autrement dit créateur de débats dans les facs, les écoles de police, les prisons et bien sûr les quartiers en ébullition, où il installe son camping-car, rebaptisé « minibus de médiation nomade ».

Sa petite entreprise, il l’a créée en février 2005. En espérant que son passé parlerait pour lui. Yazid Kherfi a été braqueur, taulard, patron noctambule de la maison des jeunes de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), cofondateur du Mouvement de l’Immigration et des Banlieues – « Je voulais avoir un impact national ». Mais ses amis militants l’ont fatigué – « Ils avaient la haine contre la police, la société, moi je veux discuter ». Les émeutes l’ont conforté dans ses intuitions. » (extrait de nouvelobs.com du 25/10/2015)

Pour en savoir plus :  http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20151023.OBS8192/yazid-kherfi-le-mediateur-les-emeutes-etaient-un-signe-d-espoir.html

Formation : DU Gestion et résolution de conflits (négociation, médiation) Université Paris Descartes


Site Paris Descartes
Présentation
  • Volume horaire : 150 h réparties en 12 séminaires de 2 jours (vendredi et samedi) de novembre à juin
  • Veuillez trouver ici le programme
  • Le conseil pédagogique de ce DU est composé de :
    • Hubert TOUZARD (Psychosociologue, professeur émérite Université Paris Descartes), Etienne LEROY (anthropologue du droit, professeur émérite Université Paris 1), Jacques SALZER (Maître de Conférences Université de Paris Dauphine, 1974 – 2004 et CNAM « Pratiques de médiation », 1999 -2011), Farzaneh PAHLAVAN (Professeur en Psychologie Sociale, Université Paris Descartes, spécialiste des problèmes liés à l’agression), Jean Pierre BONAFE-SCHMITT (Sociologue, Chercheur au CNRS en médiation), Imen BENHARDA (Chercheur associée et chargé de cours à l’ESSEC Business School), Jean-Edouard GRESY (anthropologue du droit, formateur et médiateur dans les organisations), Martine SEPIETER (responsable du projet Médiation Interne à la SNCF), Béatrice BRENNEUR (magistrat honoraire & médiatrice au Conseil de l’Europe), Aurélien COLSON (professeur associé de sciences politiques à l’ESSEC, directeur de l’Institut de recherche et d’enseignement sur la négociation, Paris & Singapour).
Objectifs
  • Donner une formation complémentaire dans le domaine de la gestion des conflits à des professionnels intervenant dans ce domaine.
  • Cette formation dégage des méthodes de base communes, appliqués à des domaines spécifiques en négociation et médiation :

Maroc : Rencontre sur la médiation institutionnelle et l’État de droit


« La médiation institutionnelle est devenue une des composantes essentielles du domaine des droits l’Homme sur les plans local et international, a affirmé le médiateur du Royaume, Abdelaziz Benzakour. Intervenant lors d’une rencontre, organisée par l’Institution du Médiateur, jeudi soir, dans la région de Béni Mellal-Khénifra, sous le signe «la médiation institutionnelle : un pilier de l’État de droit», M. Benzakour a souligné que la médiation institutionnelle constituait un mécanisme consacré au suivi des relations des usagers avec l’appareil administratif concerné et exerce in fine une sorte de contrôle d’orientation, laissant à un autre appareil officiel l’exercice d’autres formes de contrôle effectif sur les plans judiciaire, administratif et financier. L’objectif que s’assigne cette médiation institutionnelle est de mettre le doigt sur les dysfonctionnements administratifs et tenter de leur trouver des  solutions efficaces à l’amiable ou via la proposition ou encore la recommandation, a-t-il ajouté. Cette médiation est devenue désormais, a fait remarquer M. Benzakour, «l’un des principaux indices pour défendre les droits de l’Homme, parallèlement aux missions des conseils et des commissions nationales spécialisées dans la réparation des dommages dont peuvent être victimes les usagers de l’administration. Elle est également un pilier permettant de renforcer l’édification d’une démocratie saine». (Extrait de lematin.ma du 25/10/2015)

Pour en savoir plus : http://lematin.ma/journal/2015/rencontre-sur-la-mediation-institutionnelle-et-l-etat-de-droit/234165.html