Colloque au Québec : Quel avenir pour la médiation dans le domaine de la santé? 10/12/2015


Chaire de recherche du Canada sur la culture collaborative en droit et politiques de la santé :

CONFÉRENCIERS

Dr François Lajoie, président du comité médiation santé de l’Institut de médiation et d’arbitrage du Québec (IMAQ) et médiateur accrédité

Me Jean Marois, avocat et médiateur, directeur du cabinet Professionnels en règlement des différends S.A

Me Catherine Régis, professeure à la Faculté de droit de l’Université de Montréal et médiatrice accréditée

RÉSUMÉ

Au Québec, nous assistons au développement d’une culture qui favorise la participation active des citoyens dans le règlement de leurs différends, et ce, dans plusieurs secteurs d’activités socio-économiques. La promotion des modes de prévention et de règlement des différends (PRD) au sein du Nouveau Code de procédure civile illustre cette tendance et nous observons un développement croissant de pratiques de médiation au sein des établissements de santé. Ce 5@7, qui prendra la forme d’une table ronde, a pour objectif de questionner le présent et l’avenir de la médiation dans le secteur de la santé. Pour quels types de conflits la médiation est-elle appropriée dans ce domaine ? Quels sont les défis propres à la médiation en santé? Qui peut pratiquer la médiation? Que pouvons-nous espérer pour le futur? Sur la base de leurs expériences pratiques et de leurs connaissances en médiation, nos conférenciers exposeront leur vision sur ces différentes questions. (extrait du site)

Pour en savoir plus : http://www.chairesante.ca/articles/2015/quel-avenir-pour-la-mediation-dans-le-domaine-de-la-sante/

1er Café Médiation à Clermont-Ferrand (63)


1er Café Médiation à Clermont Fd: le "8 à 9h de la médiation" est lancé jeudi 10 Décembre 2015 par le Club Actumediation !

« Les Parisiens et les Lyonnais avaient leur café médiation , il fallait que Clermont – Ferrand se mette à l’heure de la médiation , elle aussi !

Un café Médiation , c’est quoi ? C’est comme un café Philo mais sur la médiation ! » (extrait de actumediation.com)

Pour en savoir plus : http://www.actumediation.com/2015/10/1er-cafe-mediation-a-clermont-fd-le-8-a-9h-de-la-mediation-est-lance-jeudi-10-decembre-2015-par-le-club-actumediation.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=economy-finance-legal

Médiation sociale : un poste de sécurité et de médiation pour sécuriser une station de tram à Valenciennes


Val Tram« Laurent Degallaix et Anne-Lise Dufour se sont mis d’accord, ce jeudi matin, pour mettre à l’essai pendant trois mois un dispositif de sécurisation de la rue qui accueille l’arrêt de tram Hôtel de Ville. Médiateurs du SITURV et de la ville, policiers municipaux seront de faction dans un espace identifié, la police nationale étant sollicitée également. Pour renforcer cette présence, les deux députés demanderont à l’État des moyens humains supplémentaires. Bilan de tout cela dans trois mois. » (Extrait de lavoixdunord.fr du 22/10/2015)

Pour en savoir plus :  http://www.lavoixdunord.fr/region/valenciennes-un-poste-de-securite-et-de-mediation-a-ia27b36956n3118247

Belgique : Médiateur interculturel, une idée prometteuse pour le dialogue entre musulmans et non-musulmans


Médiateur interculturel une idée prometteuse pour améliorer le dialogue entre musulmans et non musulmans

« Parmi ces pratiques prometteuses, l’étude pointe du doigt l’existence de médiateurs interculturels. Des personnes qui, au quotidien, jouent les intermédiaires entre patients et professionnels de la santé, dans les hôpitaux, mais aussi dans les maisons médicales et les centres ONE (l’Office de la naissance et de l’Enfance) ou Kind & Gezin (équivalent flamand de l’ONE).

Une initiative proposée par le Fédéral en 1989 par le Commissaire royal à la politique des Immigrés, Paula D’Hondt (CVP) qui, à l’époque déjà, avait plaidé pour une intégration maximale des enfants de migrants.

Si la Flandre a saisi directement cette opportunité, il a fallu attendre 1992 pour que cette pratique voie le jour à Bruxelles et un peu plus encore pour que la Wallonie suive le mouvement (1999), mais uniquement dans les hôpitaux. Ce qui est sans doute lié « à la sensibilité sur la question de la langue », une préoccupation historique en Flandre, selon Brigitte Maréchal. » (Extrait de .rtbf.be du 23/10/2015)

Pour en savoir plus : https://www.rtbf.be/info/dossier/dossier-diversite/detail_mediateur-interculturel-une-idee-prometteuse-pour-le-dialogue-entre-musulmans-et-non-musulmans?id=9113245

Médiateur scolaire : des ados parlent aux ados dans les collèges de Stiring Wendel, de Petite-Roselle (57)


Océane, Zaharia, Grégory, Sylvina, des collèges de Stiring-Wendel, Petite-Rosselle ou Reims… médiateurs et heureux   de cette expérience qui leur permet d’être actifs au sein même de leur collège tout en se connaissant mieux eux-mêmes.  Photo Pascal BROCARD

« Les médiateurs scolaires, ce sont des élèves formés pour régler pacifiquement et par la parole des conflits. « La médiation, les gens y recourent généralement contraints », est bien obligée d’admettre Nicole Hoerner, formatrice à Génération médiateurs. « Ça n’est pas vraiment dans notre culture. »

Chaque collège adhérant à la formule a sa façon de gérer ses petits médiateurs. Certains font passer par la case formation tous leurs 6e. Pas bête lorsque l’on sait que les nouveaux arrivants sont plutôt chauds. Sans doute en relation avec une histoire de marquage de territoire.

D’autres établissements forment en 5e avec des médiateurs actifs dès la 4e. Mais dans tous les cas, les élèves sont volontaires. Avec le souhait d’être actifs. Comme Océane à Stiring-Wendel : « Je me suis dit qu’il y avait trop de violence dans ce monde. J’avais envie de faire quelque chose. » Et ce quelque chose se dirigeait du côté des sixièmes, justement. « Ils sont trop dans le conflit », estime Océane qui porte son brassard de médiateur en récréation. « En cas de bagarre, je peux demander que ça s’arrête et proposer une médiation si les deux n’arrivent pas à s’entendre. » L’élève aurait déjà fait stopper une bagarre aussi simplement, « c’est mieux quand c’est un élève », observe-t-elle. Elle a conduit une médiation l’an dernier. Car les séances de mise à plat des problèmes ne sont pas si nombreuses. « On ne fait pas que régler des conflits », intervient Sylvina d’un collège rémois. « Si certains ont des problèmes, ils préfèrent s’adresser au médiateur ». D’ailleurs Sylvina sait aussi recueillir les confidences. Cette grande demoiselle au franc-parler étonne lorsqu’elle admet être « un élément difficilement gérable ». La médiation lui a remis les idées en place. « J’ai entendu des choses que je n’avais pas forcément envie d’entendre mais qui m’ont fait réfléchir. C’est difficile d’admettre la vérité. » Sylvina n’est pas sage comme une image, « j’ai toujours mon caractère mais je sais le gérer. Dans le sport, notamment. J’en ai conscience et je peux évoluer avec ce que je suis » (Extrait du republicain-lorrain.fr du 23/10/2015)

Pour en savoir plus http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-ville/2015/10/23/mediateur-scolaire-des-ados-parlent-aux-ados